Parution : 20 avril 2007
La précarité ne se gère pas, elle se combat !
Par Golias

Le 10 mars 2007, Parténia 2000, Parténia 77, Nous sommes aussi l’Eglise 75- Ile de France, et Chrétiens sans frontières 95, des chrétiens en liberté pour d’autres visages d’Eglise, membres des Réseaux du Parvis, ont organisé, avant les élections nationales de 2007, une journée d’information et de débat sur :

- Précarité et logement, avec Jean-Louis JOLIOT

- Précarité et travail, avec Jacques COTTA

- Précarité et immigration, avec Jean-Claude AMARA

- Précarité et services publics, avec Gilles BALBASTRE

La journée s’est terminée avec Le Prix de l’Homme, donné par Les Tréteaux de la Colère.

A l’issue de cette journée, décision a été prise à l’unanimité des participants d’interpeller les candidat(e)s aux élections de 2007 à propos des sujets les plus sensibles et les plus urgents à traiter.
Puisque vous sollicitez nos suffrages, il est légitime que nous connaissions votre position et vos projets sur ces sujets particulièrement préoccupants. Nous vous demandons, avec insistance, de lire l’interpellation ci-jointe jusqu’au bout et de nous répondre.
Nous vous en remercions par avance.

La société française ne va pas bien. Il y a beaucoup de réformes à engager. Tout ne peut pas être fait immédiatement mais, il y a des priorités absolues qu’il faut traiter en urgence : Le logement,le travail, les services publics et l’immigration.

A) LE LOGEMENT :

CONSTAT

Nous ne pouvons pas nous résoudre à constater la misère.
Il manque un million de logements. Les prix des loyers sont scandaleusement trop élevés.
Votre devoir n° 1, si vous êtes élu, est de tout mettre en oeuvre, en urgence, pour remédier à cette situation

PROPOSITION 1 : Créer un Etablissement public du logement d’urgence, à fonctionnement paritaire : mal logés, professionnels, élus et citoyens, financé par la Caisse des dépôts et consignations et par un emprunt de solidarité à lancer également, chargé de l’ensemble du logement social et notamment de la construction de cités d’habitations relais.

PROPOSITION 2 : Prendre des mesures contre la spéculation immobilière et foncière et encadrer les prix des loyers qui ne peuvent être laissés à la libre concurrence.

PROPOSITION 3 : Faire respecter strictement les dispositions de la loi SRU fixant à 20 % le quota de logements sociaux dans tout programme de construction et sanctionner les communes hors la loi, y compris en rendant leurs maires inéligibles.

B) LE TRAVAIL :

CONSTAT

L’être humain est au centre de l’activité économique. Sa subsistance, son éducation, sa réalisation, sa progression, son bonheur en sont le but et les objectifs. Le travail est un droit sacré . Les travailleurs sont une ressource et une richesse. Le chômage et la précarité généralisée dans le travail sont des fléaux pour la personne et conduisent à la destruction de la société.

Le salaire équitable est un droit vital et non une charge, souvent considérée aujourd’hui dans notre société ultra libérale comme une variable d’ajustement. Le profit doit être justement réparti entre tous ceux qui concourent à sa réalisation. Démesuré au profit de quelques uns, il est intolérable et illégitime.

PROPOSITION 4 : Créer un Etablissements public de l’emploi à fonctionnement paritaire, chargé de l’emploi, du chômage, du RMI, des actions de réinsertion (aides au démarches, formations qualifiantes et de resocialisation) et de la gestion des fonds publics et des avantages de toute nature accordés aux personnes comme aux entreprises. Forte incitation aux entreprises qui créent des emplois permanents ; aide incitative et encadrée aux chômeurs qui retrouvent un emploi ; sanctions sévères dissuasives aux entreprises dont les carnets de commande sont favorables, qui font des bénéfices et qui licencient ou délocalisent ; remboursement actualisé des aides et avantages perçus.

PROPOSITION 5 : Conférence nationale des salaires dans la perspective, entre autres :

1) d’une augmentation du smic plus rapide,

2) de la répercussion de l’augmentation du smic sur les grilles de rémunération,

3) de l’introduction généralisée dans la grille des salaires d’une majoration automatique en fonction de l’ancienneté au travail (2% par annuité, par exemple).

4) de la fixation d’un smap (salaire maximal plafond) fixé à  : smic ancienneté zéro x n (n étant de l’ordre de 10) pour rémunérer le niveau de qualification et de responsabilité,

5) d’un encadrement strict des rémunérations de « départ » telles que : indemnités à bien plaire, stock-options et autres avantages.

PROPOSITION 6 : Mise en place de dispositions favorisant la création de sociétés coopératives de production (SCOP) dans le secteur des PME.

C) LES SERVICES PUBLICS :

CONSTAT

Il est des activités industrielles et de services qui, en raison de leur nature ou de leur importance stratégique, écologique et vitale, relèvent de la responsabilité directe de la collectivité publique dans ses composantes locales, régionales et nationales : le droit au travail, le droit au logement, le droit à un revenu minimum vital, le droit à la santé, l’éducation, l’énergie et l’eau, les transports, la poste, la sécurité, la défense ¦

PROPOSITION 7 : Pour ces secteurs d’activité, création d’entités juridiques d’Etat (ministères, établissements publics industriels, établissements publics de service¦) dans lesquels l’Etat soit majoritaire et qui soient soumis à contrôle de la part des usagers et des citoyens dans des conditions à préciser. Cette proposition nécessite que l’on mette un terme à la libéralisation et aux privatisations des secteurs concernés et que la puissance publique, qui est garante de l’intérêt général, conserve le pouvoir de décision.

D) L’IMMIGRATION :

CONSTAT

Le déséquilibre abyssal entre les économies des pays « développés » et les pays du sud, et la situation d’extrême misère de nombreuses populations des pays de l’est se traduisent par une migration continue vers les pays occidentaux dont la France. Le phénomène n’est pas nouveau, de tous temps la France a été une terre d’asile pour les « damnés de la terre », elle doit le rester. L’immigration est une richesse. Certes, elle doit être maîtrisée afin qu’elle se réalise au mieux.

PROPOSITION 8 : Régularisation de tous les sans papiers :
- présents sur le territoire national depuis plus de 5 ans
- dont les enfants sont scolarisés
- dont la sécurité personnelle est directement menacée dans leurs pays d’origine les contraignant à solliciter le droit d’asile.

Telle qu’elle se construit, l’Europe ne permet pas la réalisation de ces propositions indispensables pour éradiquer cette précarité mortifère pour les plus pauvres d’entre nous.

L’union des nations de l’Europe est une nécessité historique.

Beaucoup de choses ont été réalisées notamment dans les domaines économique et monétaire mais l’Union Européenne est de plus en plus perçue comme un vecteur de la mise en pratique de la précarité.

Plus on avance dans sa construction plus on s’aperçoit qu’elle se fait dans la perspective d’une économie de marché ultra libérale et d’un libre échange sans limite o๠le profit maximal est le seul but.

L’être humain, avec ses besoins et ses aspirations doit être replacé au centre de la construction européenne qui doit être reprise sur de nouvelles bases humanistes, démocratiques et sociales.

Il est urgent de mettre en place un moratoire sur les libéralisations en cours et de rééquilibrer les prérogatives respectives des Etats membres et de l’UE.

La prochaine présidence française devra présenter des propositions en ce sens aux partenaires de l’Union et conduire des négociations dans la perspective d’aboutir à un accord pour le 1ier janvier 2009, date retenue à la dernière conférence de Berlin.

Etes vous d’accord sur ces constats et vous engagez-vous à mettre en oeuvre ces 8 propositions dès votre élection ? Sinon, pourquoi ?

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune