Parution : 7 novembre 2007
Les charlatans de la santé
Par Golias

Nous attirons votre attention sur la tenue d’un colloque, consacré aux pratiques thérapeutiques déviantes et à leurs conséquences sur la santé physique et mentale (16 et 17 novembre, université de Brest).
N’hésitez pas à relayer et à diffuser cette information.

COLLOQUE SUR LES CHARLATANS DE LA SANTà‰.

Notre compréhension des « maladies », des « médecines », de la « santé », se complique chaque jour. Parallèlement, les imprécisions entourant les définitions de différents termes, tels que « thérapeute », « médicaments », « développement de la santé », « aide psychologique », « bien-être », habilement utilisées par certains opérateurs idéologisés ou mercantiles, accentuent les malentendus au détriment de tous ceux, qui, à un moment ou à un autre, ressentent le besoin d’une prise en charge de leur état. Lever ces voiles d’opacité, clarifier les zones d’ombre délibérément entretenues, peut aider à prévenir leur nocivité potentielle et à savoir réagir face à des tromperies manifestes.

Ce colloque a pour objectif de diffuser l’information en direction des professionnels et de donner des points de repère au public afin de l’aider à mieux discerner les pièges souvent subtils des charlatans de la santé et de l’inconscient.

Organisation : Houssine JOBEIR
Responsable du Comité de vigilance et de lutte contre les sectes à l’Université de Bretagne Occidentale.

Colloque organisé avec le soutien de la Ville de Brest,
et l’Institut de Préparation à l’Administration Générale (IPAG) de Brest

Contacts :

Houssine JOBEIR 02 98 01 68 49 - houssine.jobeir@univ-brest.fr
Anne COQUIO :02 98 01 73 04 - anne.coquio@univ-brest.fr
Malou KERMAREC :02 98 01 67 46 - malou.kermarec@univ-brest.fr

UNE SALE GUERRE.

Selon une radio d’information la France vient de communiquer à l’Algérie la carte de pose des mines “ et notamment des mines anti-personnelles - disséminées par milliers le long des frontières (et plus particulièrement de la frontière tunisienne). Ces mines, au fil de plus de quarante ans, ont tué ou mutilé des centaines ? voire des milliers de personne, hommes et femmes, vieillards et enfants confondus. Si cette information sur la remise, on ne peut plus tardive de ces plans de pose se confirme, cette rétention d’information est proprement une ignominie.

Tous les gouvernements, toutes majorités confondues portent une terrible responsabilité qu’ils partagent avec le commandement militaire. Alors que la guerre est finie “ quelque que soit le terme dont on l’affuble “ depuis plus de quarante ans et que la sécurité du territoire n’est en rien concernée, retenir des informations essentielles pour la protection de la population constitue à proprement parler un crime.

Paul Gauthier

UNE FAUTE MAJEURE : LE TEST ADN.

On ne peut pas dire que ce soit le grand amour entre Hyppolite Simon, archevêque de Clermont Ferrand et Golias. Nous n’en somme que plus à l’aise pour saluer sa prise de position sur les tests ADN . Sous le titre "Pas touche à la famille" (Le Monde du 20 octobre “ page Débats) il rappelle quelques vérités élémentaires que le discours sécuritaire, et très électoraliste, a totalement occulté.

Tout d’abord, que l’amour, paternel ou maternel, ne se réduit pas à de simples données physiologiques Et d’en appeler à l’exemple du jugement de Salomon qui "sous son apparente brutalité a fait franchir à l’humanité un seuil de première importance. ¦Pour être mère, il ne suffit pas d’avoir donné la vie. C’est l’amour authentique et désintéressé qui fonde la maternité et la filiation humaine". Sans angélisme et sans négliger pour autant la nécessité d’une référence parentale il rappelle que "la famille humaine n’est pas une affaire d’engendrement. Son élément nourricier est aussi d’abord et celui de la parole engagée par l’homme et par la femme qui l’ont fondée. Elle repose sur un pacte de confiance et d’amour. ¦Qu’on le veuille ou non cette parole (au terme d’une recherche d’ADN) reste une parole de mort. Dans le domaine des relations personnelles, il est une forme de savoir scientifique qui peut tuer la connaissance vivante, celle qui repose sur le respect mutuel et la parole donnée"

Alors, c’est vrai, si nous nous retrouvons sur les points essentiels, sur le même refus à la fois instinctif et raisonné de cette mesure idiote et promise à l’échec (nous y reviendrons), nous ne saurions prendre à notre compte en l’état la dernière phrase du billet mais nous la garderons par souci de rigueur : " Pour autant, l’idée d’introduire le recours à des tests ADN en matière de regroupement familial ne me parait pas recevable. L’émotion soulevée par l’article d’un projet de loi est tout à fait compréhensible. On ne touche pas impunément à la famille, car elle constitue le noyau symbolique le plus intime et le plus précieux de l’humanité. Je ne sais pas combien d’abus cette disposition permettrait d’éviter.

Mais je sais que ce serait à coup sà »r une régression en deçà du seuil d’humanisation franchi grâce au jugement de Salomon. Je ne pense pas qu’il soit judicieux d’ajouter du malheur au malheur. Est-ce ainsi que l’on pourrait sauvegarder l’identité d’un pays qui n’a déjà que trop tendance à se montrer oublieux de son authentique héritage chrétien"

P.S. “ Parmi les aménagements apportés au projet initial figure la disposition selon laquelle le contrôle ADN serait "facultatif". Est-ce à dire que le juge sera totalement libre de l’autoriser ou de le refuser ou bien reportera-t-on sur le demandeur le soin de réclamer ce contrôle ? Si la faculté était ouverte au demandeur de regroupement familial on est en droit de se demander quelle chance il gardera de ne pas voir son dossier rejeté quasi automatiquement en cas d’absence de ce document. Si cette dernière hypothèse est la bonne, de qui se moque “t-on ?

Paul Gauthier

AMIS ANGLAIS, MERCI !

C’est le titre d’un billet au ton quelque peu irrévérencieux, mais combien salutaire, publié dans le Monde par Me Alain Weber. Pourquoi remercier les Anglais qui ont "sorti" l’équipe de France en demie finale ? La réponse est simple : " Merci d’avoir gagné, vous avez ainsi mis fin au formidable hold-up de Nicolas Sarkozy sur la Coupe du monde (qui) cherchait à s’attribuer le bénéfice du succès attendu, en violant le principe de neutralité politique de l’équipe nationale " .

Qui n’a pas noté avec lucidité que l’arrivée, bien mise en image, au stade de France n’avait pas eu son répondant au terme du match : le président s’était éclipsé ! Il voulait bien patronner la victoire mais entendait s’exonérer de la "défaite" ! Pas question en ces instants moins glorieux qu’escomptés de multiplier "¦ des apparitions incongrues “ telle celle d’un président en cravate face à des hommes à demi-nus dans un vestiaire embué “ et des accolades viriles. Cette pratique tendant à profiter des efforts des autres pour son propre bénéfice porte un nom : cela s’appelle le parasitisme"

Il parle d’or l’avocat, car il sait parfaitement, comme son confrère de passage pour cinq ans à l’Elysée, que les juges n’hésitent pas à identifier ce "parasitisme"à une pratique déloyale. Il a parfaitement identifié, comme une grande partie de l’opinion , que l’affaire des infirmières bulgares s’apparente au même procédé. :" Des équipes ont travaillé dans le secret pendant des années et ont très sérieusement progressé jusqu’à ce qu’un petit malin, arrivé au dernier moment, rafle la mise pour son bénéfice personnel. Cela bien entendu nous vaut le mépris et la rancune de nos voisins, allemands notamment, victimes de cette pratique hasardeuse "

C’est vrai que le procédé n’est pas très glorieux, et même franchement déloyal. Mais on peut reconnaître quelques circonstances atténuantes à Nicolas Sarkozy. En croyant mettre en scène avec brio son épouse, en lui déroulant le tapis rouge, peut-être espérait-il lui prouver que les fonctions de "première dame de France" (une expression d’emprunt) pouvait être gratifiante. C’est l’échec sur toute la ligne ! Mais gardons-nous d’appliquer à cette dernière tentative de récupération, qui serait touchante si elle ne mettait indirectement en jeu des relations d’état, la conclusion du billettiste. " L’équipe de France a perdu. C’est normal, on court moins vite quand on porte quelqu’un sur son dos ; on est moins fort quand on vous suce le sang. En instrumentalisant l’équipe de France, en tentant de s’approprier son labeur, son aura, en faisant siens ses succès, Nicolas Sarkozy lui a pompé son âme. Dès lors elle ne pouvait que perdre, merveilleuse nouvelle pour les amoureux du rugby¦Amis anglais, merci encore d’avoir gagné"

Paul Gauthier

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune