Parution : 21 août 2008
21ème dimanche ordinaire A Lecture du prophète Isaïe (22, 19-23)
Je vais te chasser...

Le « tract » vise le personnage le plus élevé du royaume après le roi, Shebna, maître du palais. « Le Seigneur va te secouer, beau sire, il va t’empaqueter » verset 17, traduction de la TOB. L’oracle circule dans Jérusalem, de fait Shebna sera supplanté par Elyaqîm¦

Nous avons quelque mal à comprendre les reproches d’Isaïe à l’encontre du gouverneur : « que possèdes-tu ici, de qui te réclames-tu pour t’y tailler une sépulture ? » verset 16. Pourquoi de tels reproches : faut-il être du « coin », faut-il avoir une famille chrétienne pour être incorporé au Peuple de Dieu ? La quête d’une « concession », d’un beau caveau, d’un bon plan « obsèques », n’est-elle pas légitime ?

En fait le prophète ne s’en prend pas à la personne en tant qu’individu, mais à la personne en tant que responsable, en tant que ce dernier utilise le pouvoir et les moyens de sa fonction. Plusieurs indices vont dans ce sens. Dégradé de gouverneur à scribe de la maison royale Shebna continue à être mentionné sans acrimonie cf chapitres 36 et 37. Ensuite le qualificatif « mon serviteur » s’appliquant au successeur : dans la Bible la formule est accolée à Abraham, Moïse, David. Shebna n’était pas tenu pour serviteur de Yahvé, mais serviteur de ses propres intérêts. Dernier indice Elyaqîm le successeur « sera père pour les habitants de Jérusalem, et pour la maison de Juda ».

Un responsable au service de Dieu et de ses frères, tout le contraire d’un personnage tout entier occupé à devenir premier d’une lignée, sa stèle surplombant les tombes alentours, une postérité humaine, une place dans l’histoire des hommes. « Je vais te chasser de ton poste, je vais t’arracher de ta place ». Pierre va recevoir (Evangile de ce dimanche) les clefs du Royaume, avec pouvoir de lier et délier. Mais ce pouvoir est au service de Dieu, et des hommes¦

La formule si souvent reprise, synthétise deux attitudes que le texte biblique nous invite à analyser successivement. « J’appellerai mon serviteur »¦ « Il sera un père »¦ Serviteur de Dieu et père pour chacune des personnes qui habitent sur le même territoire que nous. Notre statut dans la communauté ecclésiale, paroissiale, notre place dans la société des hommes, le sens ultime de nos engagements, les ressorts de nos militances : 1) non pas serviteur de nos objectifs, pas même, en premier, serviteur des autres hommes : « serviteur de Dieu », 2) non pas patrons, cadres dirigeants, curés¦ mais. « père » : le mot vient sur nos lèvres s’agissant des prêtres. Qu’est-ce donc qu’être « père » ?- au mieux peut-être d’une définition s’adaptant à un monde d’adultes : des responsables chaleureux pour nos compagnons d’humanité ? Côté synthèse, qui peut prétendre au titre de « serviteur de Dieu » ? le statut relève d’une reconnaissance ecclésiale. « Père pour chacun des habitants de Jérusalem » ?

Un père n’est pas nécessairement au service de ses enfants¦, il a une responsabilité, un statut à tenir¦ et l’affection à donner toujours et par dessus tout.

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2019 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune