Parution : 3 février 2009
A diffuser et à signer le plus largement possible !
LE MANIFESTE DE GOLIAS : POUR LE CONCILE, CONTRE L’INTEGRISME
Par Golias

La décision de Benoît XVI de lever l’excommunication des quatre prélats ordonnés par Marcel Lefebvre en 1988 se présente comme choquante, dans la mesure o๠elle exprime le revirement de Rome par rapport à Vatican II. Outre le scandale affreux suscité par les propos négationnistes de l’un des quatre évêques consacrés, qui exigeraient à l’évidence une sanction très sévère, faute de laquelle les excuses du Pape ne seront guère convaincantes, sur le fond, c’est une très grave erreur “ et pas simplement une faute - qui vient d’être commise, à plusieurs niveaux notamment sur le plan théologique et pastoral. Aussi, nous entendons résister à cette entreprise de reprise en main, intransigeante et réactionnaire à l’oeuvre au sein du catholicisme depuis près de 30 ans maintenant. Nous entendons également ouvrir des portes pour que s’invente un nouveau christianisme, en référence dynamique au patrimoine reçu de la tradition évangélique.

22 commentaires
En pied de l'article.

La victoire apparente de l’aile traditionaliste semble plutôt le simple contre-coup d’un effritement du catholicisme en général dans le contexte d’une crise globale de civilisation.

Les restaurations n’ont jamais d’avenir.

Ceci dit, au niveau de la hiérarchie vaticane, et souvent épiscopale en place, les signaux sont donnés, et se multiplient, d’un retour en arrière, d’une volonté d’exhumer un modèle discutable, vieilli et peu évangélique de catholicisme, d’une nostalgie récurrente d’un passé idéalisé (notamment liturgique), d’une posture orgueilleuse, hautaine et inféconde face aux défis contemporains d’un monde plus complexe que ne l’imaginait les héritiers de Vatican II , mais que la diabolisation frénétique de l’intégrisme et de l’intégralisme du pape actuel ignorent encore davantage, d’un moralisme coincé, anachronique, inhumain et parfois hypocrite, en particulier au sujet de la sexualité.

Le Pontificat de Joseph Ratzinger, alternant une sorte de torpeur confite en dévotion et des mesures savamment conçues de redressement doctrinal, qui tournent le dos à l’esprit de Vatican II , et presque à la lettre (ecclésiologie revisitée avec pour conséquence notamment le gel de l’oecuménisme), illustre une stratégie de restauration fondée sur une contre-position désastreuse entre l’à‰glise et le monde.

La décision du pape de lever l’excommunication des évêques lefebvristes constitue un point de non retour dans la confiance que certains gardaient encore dans les responsables de l’à‰glise catholique. En ce sens, Benoît XVI en cédant aux pressions des intégristes, engage désormais l’à‰glise catholique sur une voie de division. En effet, la volonté du pape de favoriser l’unité au sein de l’à‰glise catholique, que l’on peut considérer légitime en soi, s’appuie sur des bases tellement faussées qu’elles ne peuvent que provoquer de nouvelles déchirures ; déchirures beaucoup plus grandes et béantes que celles qu’il veut justement réparer : un schisme rampant qui peut voir partir sur la pointe des pieds un nombre important de catholiques restés fidèles à  Vatican II et aujourd’hui se sentant « trahis »...

Face à cette crise d’une gravité extrême, Golias entend se situer dans une perspective critique certes mais dynamique et inventive. Nous aimons ce mot de Balzac : «  J’appartiens à la résistance perpétuelle qui s’appelle la vie  ».

Golias entend donc résister et appelle à la résistance,

- contre toutes les formes d’intégrisme, de négationnisme et de fanatisme,

- contre la censure de la liberté de penser, de prier et d’aimer,

- contre la œcastration imposée aux clercs au nom d’une vision anachronique qui relève de l’Ancien régime et qui permet à toutes les perversités de s’y dissimuler de façon impunie,

- contre une vision cléricale de l’à‰glise gangrenée par une soif de pouvoir qui n’a pas l’honnêteté de se reconnaître telle et qu’entretiennent de nombreuses frustrations.

A tous les niveaux, nous devons entrer en résistance spirituelle :

- refuser par exemple que soit exclue de la communion eucharistique une personne qui refait légitimement sa vie dans une nouvelle union d’amour,

- appuyer un prêtre rejeté par sa hiérarchie parce qu’il vit avec une femme, ou un homme,

- diffuser les oeuvres de théologiens censurés et maltraités,

- dénoncer les mesures répressives,

- aborder sans prétention de détenir une vérité définitive les redoutables questions de la bioéthique qui touchent le début et la fin de l’existence ;

- travailler pour exiger des réformes importantes dans le fonctionnement interne de l’à‰glise o๠les droits de l’Homme sont piétinés ;

- exiger de revoir la place subalterne réservée aux femmes pour des raisons théologiques non fondées. De même concernant la structure sacrale et clérical de l’à‰glise, avec en Pape, roi à vie.

Ce combat s’enracine dans la foi en Jésus et en son à‰vangile, dont nous sommes persuadés qu’il a peu à voir avec la vision figée de la Tradition chrétienne.

C’est précisément par attachement au Christ, à son à‰glise (que nous sommes tous), à cette vie de grâce et d’amour, qui libère et rend plus audacieux, pour l’honneur d’un Dieu défiguré et blasphémé par ceux qui, en son nom, se montrent intolérants, sectaires et inhumains que nous engageons ce combat.

Golias

22 commentaires

Vous vous dites contre l’intégrisme et pour le concile.Je veux bien mais commencez d’abord par ne plus publier d’articles qui vont contre ce qu’enseigne l’Eglise et le concile.
Mais le problème est plus profond pour Terras & co ; je crois déjà qu’il faudrait qu’ils lisent le catéchisme de l’Eglise catholique....
Vos arguments de "résistance spirituelle" sont des plus affligeants... Vous ne pouvez vous dire catholiques car en disant de pareilles inepties vous n’êtes pas en communion avec l’Eglise, et avec ce que nous enseigne l’Epouse du Christ.
Mais vous remettez même en question la mission du pape qui dois-je vous le rappelez a été institué par le Christ lui même...
Je vais vous donner un conseil qui vous arrangera et arrangera l’Eglise caatholique :
Passez donc chez les protestants, vous vous y sentirez à l’aise car vous partagez les mêmes points de vue.

repondre message

A chaque fois que de simples mortels ont voulu agir au nom de Dieu,ils ont commis des crimes innomables..!! http://video.aol.fr/video-detail/lapidation-au-kurdistan-irakien/353078086 (cette jeune fille de 17 ans, Doah Khalil Aswad avait commis le crime detomber amoureuse d’un garçon d’une autre religion qu’elle). Et pour les"bons catholiques" partisants du pape, ne vous cachez pas derrière le fait que ces gens ne le sont pas, n’oubliez pas vos croisades...

Les seuls à pouvoir agir au nom de Dieu sont les prophètes. Le pape n’est pas un prophète.

repondre message

Bien d’accord avec cette pétition. Elle est plus que jamais nécessaire, pour ne pas nous laisser dérober Vatican II. Bernardita, Venezuela

Voir en ligne : le manifeste de Golias

repondre message

JE signe à deux mains votre pétition "Pour le Concile,contrel’intégrisme".
Je n’en dis pas plus mais je suis de tout coeur avec vous.
HENRI LAPIERE

repondre message

Je lis les commentaires...

Certains sont franchement affligeants !

Croire que le Pape est un saint sur terre, que l’on ne peut pas discuter ce qu’il dit, c’est - je trouve - contraire à notre foi commune !

Qui aujourd’hui peut encore boire des paroles sans s’interroger ?

Le temps fait que l’on ne peut plus accepter ce qui vient sans discuter. Le P. Rouet, archevêque de Poitiers le dit très bien. Dans le monde actuel, ce qui est imposé suscite une méfiance naturelle.

Le Christ lui-même a souvent dit à ses interlocuteurs : "Qu’en dis-tu ?

Le Messie qui demande son avis à son interlocuteur et le pape qui imposerait ? Mais nous marchons sur la tête !

Moi, je m’interroge sur ce qui est dit, sur les décisions prises car - bien que catho pratiquant - je veux rester libre de mes pensées et de mes gestes.

Je ne suis pas toujours d’accord avec les homélies des prêtres et des évêques que je peux entendre. Dernièrement, le prêtre responsable de mon secteur nous disait le soir du Jeudi-Saint : "Il faut aimer l’Eglise même quand elle ne fait pas bien."

C’est absurde. J’aime l’Eglise mais quand elle fait mal, je le dis. C’est ça être catholique, il me semble.

Voir en ligne : http://gino-hoel.lejdd.fr

repondre message

Bonjour Golias et tous les lecteurs de cet excellent magazine !

Pour ma part je m’éloigne depuis quelques temps de l’église ROMAINE pour l’eglise GALLICANE qui me parait bien plus réaliste avec notre époque ! Ma foi grandie chaque jour !
Je signe votre pétition !

Par ailleurs je viens de créer la webradio chrétienne pour les jeunes adultes que je vous invite à découvrir :

http://rcfdj.synthasite.com/

A bientôt
Jean-Marc

repondre message

LE MANIFESTE DE GOLIAS : POUR LE CONCILE, CONTRE L’INTEGRISME 15 mars 2009 11:27, par Anne-Marie Tisserand

Dans un premier message, je me suis exprimée à chaud. Me revoilà après un second temps de réflexion complémentaire
1- l’infaillibilité du Pape est plus que jamais à remettre en cause après la position officielle de l’Eglise par rapport aux négationistes, en particulier
2- D’après JC Guillebaud, le Pape n’aurait pas pris connaissance Lui-même des informations sur le net ... est-il concevable q’un chef d’entreprise contemporain, "l’entreprise Eglise" ne s’informe pas, aujourd’hui, Lui-même, sur internet afin de ne passer par le FILTRE de son organigramme ? non.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune