Parution : 10 février 2009
La miséricorde du pape est sans limites !
APRES LES LEFEBVRISTES, LES INTEGRISTES ANGLICANS REJOINDRONT L’EGLISE CATHOLIQUE A PAQUES...
Par Golias

La grande " miséricorde" du pape Benoît XVI n’a pas de limites. Dans un premier temps, il s’est rapproché de l’Eglise orthodoxe de Moscou en vue d’une lutte commune contre la sécularisation et le "relativisme " du monde moderne .Bien joué ! Il trouve aujourd’hui un solide allié en la personne du nouveau patriarche de Russie, Kirill, considéré comme autant " ratzingérien" que le souverain pontife actuel...

2 commentaires
En pied de l'article.

Ensuite , le 21 janvier dernier, il lève l’excommunication des évêques lebfebvristes de la Fraternité Saint Pie X( FSSPX ), sans que pour autant ces derniers adhèrent au concile Vatican II et pis encore , sur fond de négationnisme de la Shoah défendu par l’un d’entre eux, le triste sire, Mgr Williamson.

Maintenant , c’ est au tour des traditionalistes anglicans appartenant à la " Traditional Anglican Communion" ( TAC). Le décret de cette imminente réconciliation entre la TAC et l’Eglise de Rome est d’ailleurs prêt et n’attend que le bon vouloir du pape pour être officialisé. Il est vrai que la tempête qu’il a déclenchée en levant l’excommunication des évêques de la Fraternité Saint Pie X l’amène à temporiser quelque peu son jeu des alliances sur le front oecuménique de l’intransigeantisme chrétien. Mais la décision est arrêtée. Un simple problème d’agenda pour officialiser ces grandes retrouvailles d’avec une petite partie de l’Eglise anglicane. Rappelons que l’Eglise anglicane s’est séparée de Rome au XVI ème siècle pour des raisons politiques et non théologiques.

Les Anglicans de la TAC sont beaucoup plus nombreux que les Lefebvristes, puisqu’on estime à environ 500 000 le nombre de leurs fidèles (un peu moins de 150 000 pour ceux de la FSSPX).Des fidèles dispersés dans une quinzaine d’Eglises-soeurs ( 16 exactement) situées au Canada, aux Etats-Unis, en Afrique, en Australie et en Europe. Ces Eglises ont provoqué un schisme avec la Communion anglicane dirigée par l’archevêque de Canterbury, Rowan Williams.

A l’origine de cette séparation, on trouve la violente polémique des conservateurs contre l’ordination des femmes et des homosexuels, sans compter la guerre ouverte des mêmes conservateurs contre les innovations liturgiques introduites au sein de la Communion anglicane.

Des positions largement partagées par la hiérarchie catholique romaine et qui ont abouti au fait que, déjà en 2007, l’évêque australien et leader de la Traditionnal Anglican Communion, John Hepworth, demandait la réadmission de son Eglise, la TAC, " dans la pleine communion ecclésiale et sacramentelle" avec le Siège de Pierre à Rome.

Dans cette perspective, et à la demande de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi , seulement un an et demi après l’intervention de Mgr John Hepworth, les traditionalistes anglicans ont d’ores et déjà signé un document pour adhérer au Catéchisme de l’Eglise Catholique qui est mis en pratique actuellement dans le plus important sanctuaire marial anglais " Notre Dame de la Saint Maison" à Walsingham.

Dans un premier temps, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi était prête à accueillir les instances des traditionalistes anglicans dans le cadre d’une Prélature personnelle, statut juridique institué par le pape Jean Paul II et dont seule en bénéficie jusqu’à aujourd’hui la très conservatrice Opus Dei( 100 000 membres).Cependant, le dicastère romain s’orienterait en définitive vers la solution d’ un diocèse non territorial, dirigé par un évêque, en l’occurrence le patron des Anglicans traditionalistes, Mgr John Hepworth ; lequel dépendrait directement et exclusivement du pape .
Ce montage juridico-canonique est aussi à l’étude en ce moment pour la Fraternité Saint Pie X et ses évêques.

A propos des Anglicans séparatistes de leur Communion d’ origine, le Vatican , avec l’ accord de Benoît XVI, concéderait aux traditionalistes de la TAC le droit de célébrer selon la liturgie anglicane qui comporte de nombreux rites similaires à la messe tridentine telle qu’elle a été promulguée par le Motu Proprio Summorum Pontificum de juillet 2007.

Dans cette optique d’intégrer les traditionalistes anglicans, le clergé, notamment, pourra resté marié, comme cela est déjà le cas dans de nombreuses Eglises orientales en communion avec Rome.
Quant aux évêques, ils devront faire voeu de chasteté à l’instar de ce qui prévaut aussi dans la tradition orthodoxe en la matière.

L’admission dans l’Eglise catholique des fidèles et des prêtres de la Traditional Anglican Communion est prévue pour la fête de Pâques de cette année 2009 , en conclusion de l’Année consacrée à l’Apôtre Paul.
La " pleine communion" de la TAC avec Rome coïncidera avec la béatification controversée de John Henry Newman, Anglican converti au catholicisme à l’âge de 44 ans , crée cardinal moins de deux ans après et mort en 1890.La figure de Newman est encore à l’heure actuelle au centre d’un débat conflictuel entre l’Eglise catholique et les mouvements homosexuels qui ont toujours revendiqué son homosexualité dont témoigne, selon eux, son amitié affichée avec le père Ambrose St. John au point d’avoir désiré être enterré à ses côtés.

(source "The Record")

2 commentaires
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune