Parution : 19 février 2009
L’affaire Eluana instrumentalisée par l’Eglise et Berlusconi
Par Golias

Après le cas Welby, c’est l’affaire Eluana Englaro qui divise l’opinion italienne. Les représentants hiérarchiques de l’Eglise de la péninsule n’en démordent pas : "Eluana Englaro a été tuée" écrit Avvenire, le quotidien de la Conférence épiscopale italienne, mardi 10 février, au lendemain de la mort de cette femme plongée dans le coma depuis dix-sept ans. Embrayant dans le même sens, "Eluana n’est pas morte de mort naturelle, elle a été assassinée" a déclaré le président du conseil, Silvio Berlusconi, dans le quotidien Libero.

2 commentaires
En pied de l'article.

Ce grief d’assasinat relance la polémique, qui plus est de façon très agressive, dans la mesure o๠elle vise, sans les nommer, les juges de la Cour de cassation, les médecins, le président de la République, Giorgio Napolitano lui-même, qui s’est opposé, vendredi 6 février, à un décret-loi destiné à empêcher cette interruption (avec pour conséquence une violente diatribe à son endroit du cardinal Renato Raffaele Martino, président du Conseil pontifical "Justice et Paix" qui regrette que le prix à payer pour une manoeuvre politique ait été la vie d’une personne, entendez Eluana). Il faut savoir en effet que, de sa propre initiative, sans avoir été sollicité par le Vatican, Silvio Berlusconi en personne était intervenu pour tenter d’entraver le cours normal de la justice quitte pour cela à modifier la loi. Il ne nous revient pas de déterminer si le président du Conseil italien répond là , ou non, à une conviction de fond. Toujours est-il qu’il se pose ainsi en allié objectif des positions intransigeantes du Vatican, une stratégie payante à court terme. Mgr Rino Fisichella, président de l’académie pontificale pour la vie et connu pour ses accointances avec la droite politique italienne a d’ailleurs tenu à féliciter le chef du gouvernement (Berlusconi) en faveur de la défense de la vie. Message reçu cinq sur cinq, donc.

Il faut savoir qu’une décision de justice autorise la suspension de l’alimentation et de l’hydratation artificielle d’une jeune Italienne en état de coma végétatif irréversible. Le 18 janvier 1992, Eluana tombe dans le coma à la suite d’un accident de la route. Depuis, cette femme, âgée aujourd’hui de 37 ans, vivait dans un état végétatif, entourée par son père Beppe Englaro, qui est également son tuteur. Ces quinze dernières années, elle avait été prise en charge par les religieuses de la clinique Santa Maria della Misericordia à Lecco (Lombardie, la région de Milan).

Eluana fut maintenue en vie pendant des années grâce à une hydratation par voie intraveineuse et une alimentation par sonde naso-gastrique. Mais une décision du tribunal administratif de Milan a obligé la région de Lom­bardie à accepter la suspension de l’alimentation et de l’hydratation ar­tificielle parce que l’irréversibilité de l’état végétatif permanent a été prou­vée.

Ce tribunal a donc reconnu l’exté­nuant combat humain, juridique et politique de Beppe Englaro, fondé sur le principe du respect de chacun de ne pas être artificiellement maintenu en vie contre son gré. Il faut savoir que sa fille, dès l’adolescence, avait dit qu’elle préférerait mourir plutôt que d’être maintenue en vie artificiellement.

Selon le docteur Mauro Riccio, qui a débranché le 20 décembre 2007 le respirateur artificiel qui maintenait en vie Piergiorgio Welby (un malade en phase terminale), « Eluana ne pouvait sentir ni la faim, ni la soif, ni la douleur, car les stimuli dépendent du cortex cérébral qui ne fonctionne plus dans son cas ».

L’Eglise dénonce en termes apocalyptiques, une dérive euthanasique. Le cardinal Angelo Bagnasco, président de la conférence épiscopale italienne, en regard des derniers développements, en l’occurrence l’interruption de la thérapie infligée à Eluana, relève un état de crise morale très grave de la société italienne. Son prédécesseur à la tête des évêques italiens, le célèbre cardinal Camillo Ruini, est allé jusqu’à parler quant à lui d’homicide. Mgr Luigi Negri, évêque de San Marino, connu pour ses positions très intransigeantes, prélat lié à Communione e Liberazione, présente cette mort provoquée d’Eluana comme la tragique "victoire de la culture de mort". Mgr Elio Sgreccia, président émérite de l’académie pontificale pour la vie, plus modéré dans l’expression, prie simplement pour que dorénavant la vie soit davantage défendue en Italie.

Benoît XVI a souligné lui aussi l’importance du combat pour la défense de la vie, sans faire référence explicite à l’affaire Eluana Englaro mais l’allusion était transparente. Par contre, le cardinal Javier Lozano Barragan, "ministre de la santé" du Vatican est intervenu, sur un ton très irrité, pour implorer le pardon en faveur de qui a provoqué cet assassinat. "Je continue à considérer cette intervention comme un crime" précise Mgr Lozano Barragan.

2 commentaires

je ne suis pas catholique, mais je me permet de vous écrire, je viens depuis quelque semaine de créer un blog : lacurieusehistoiredumonde.centerblog.net

Ce qui est important n’est pas croire ou de ne pas croire, l’important pour moi comme pour ceux qui sont autour de moi c’est que le monde est en train de changer et nous avec, nous n’avons pas le choix.

La tolérance n’est pas un mot que nous aimons, car tolérer ce n’est pas aimer et nous préférons l’amour.

Si je vous écris c’est que je le fait souvent à beaucoup de rédactions pour faire prendre conscience de ce monde : les religions dogmatiques et les lois poussiéreuses ont fait fuir nombre de personne vers des chemins sectaires les éloignant d’eux-mêmes.

Nous sommes en train de créer une association "la marches des bienveillants" parce que nous avons tous une spiritualité loin de tout dogme mais se recentrant sur nous-mêmes et sur nos origine la terre. La ˜’reliance’’ a un grand tout que chacun peux nommer comme il veut, nous invitons ceux que nous rencontrons a s’ouvrir aux autre, à pardonner, à aimer l’autre dans son intégralité, la planète dans son ensemble.

Nous savons qu’il se passe beaucoup de choses dans le monde des visibles et des invisibles, mon histoire est un peu particulière, je suis plutôt rock n roll dans ma vie .je suis loin de tout esprit sectaire, mais plus d’un esprit universel.

A l’heure ou beaucoup de gens sont perdu je les invite sur mon blog ou dans des conférences festives à se reconnecter à eux-mêmes à leur divin, leur énergie de vie, c’est tellement simple, loin de tout ces bavardages, ces jugements de l’autre, ses appartenance politique ou religieuses.

Je pense qu’il est important de trouver sa route, de s’ouvrir au monde, ce que je reproche a toutes ces publications c’est que nous manquons totalement de messages universels.

Ecrire pour moi est important et échanger avec d’autres sans rapport d’argent ,de moral ,de culpabilité, de jugement simplement, tout simplement. C’est ce que les gens ont perdu : la simplicité.

Le Vatican se noie sous ses ors, ses peintures et ses secrets laissant le monde croire à une grande illusion.

je suis une sorte d’agitateur de consciences, pas un illuminé sectaire faisant parti d’un groupe radical, c’est pour cela que je vous écris pour vous inviter à comprendre, que la diversité c’est l’équilibre de ce monde, que la crise est la meilleur de chose qui puisse nous arriver , car il va falloir changer nos modèles, nos conceptions ...

voila j’avais tous simplement envie de partager avec vous comme je peux le faire chaque jour.
Ce n’est par besoin de reconnaissance que je fait cela, c’est une notion bien loin de moi , mais parce que l’échange dans tout les domaines , la parole , la liberté de pouvoir comprendre autre chose n est pas ouvert forcément à tout le monde je pense que vous me comprendrez .
je vous remercie de m’avoir lu sans aucune arrière pensée, d’un coté comme de l’autre, sans aucune autre demande que de pouvoir être libre dans ses paroles.
Amitiés eric

14 mars 2009

lacurieusehistoiredumonde.centerblog.net

repondre message

L’Eglise, dont un éminent représentant nous a cependant légué son immortel « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens »... s’épuise à faire de la vie un absolu.

Mais pourquoi s’obstine-t-elle à récuser toute méthode "artificielle" de contraception (encore que le thermomètre de la méthode des températures n’ait pas grand chose de "naturel") et appuie-t-elle à fond tous les moyens de prolonger la vie (mais est-ce encore la vie quand on est totalement végétatif ?) même les plus "artificiels" comme les sondes ou les respirateurs !

Par ailleurs, qui peut croire qu’une enfant de 9 ans ait pu mener à terme une grossesse de jumeaux !! Elle risquait évidemment non seulement la mort, mais celle de ses foetus.

Et ne parlons même pas de la prise en charge affective de ces derniers si par extraordinaire ils avaient pu arriver à terme...

La pensée habituelle de l’Eglise reste "matérialiste" (l’acharnement à découvrir la "matière" de chaque sacrement...) ; la vie ne peut être qu’un absolu "relatif", sinon, comment les martyrs et Jésus lui-même pourraient-ils accepter de la donner ?

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune