Parution : 16 mars 2009
Excommunication de Recife
Comment l’évêque de Fréjus-Toulon justifie l’injustifiable !
Par Golias

Ils sont prêts à tout pour justifier l’injustifiable... Ainsi en témoigne le communiqué de Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, que nous publions dans son intégralité.

12 commentaires
En pied de l'article.

De retour du Brésil o๠j’accompagnais une délégation d’évêques et de prêtres, j’ai été tenu directement au courant de l’affaire de la petite fille brésilienne de 9 ans qui a été violée puis a subi un avortement. Elle attendait des jumeaux.

La presse internationale s’est emparée de cette affaire dans un contexte politique particulièrement polémique. En effet, actuellement, au Brésil sont débattues des dispositions législatives tendant à élargir le droit à l’avortement. Certains lobbies se sont saisis d’une tragédie particulière pour justifier l’extension des conditions légales de l’interruption volontaire de grossesse. La manière dont cette affaire a été souvent rapportée et traitée travestit l’objectivité des faits et instrumentalise un drame particulier au bénéfice de la transgression du respect de la vie.

L’impératif de la Charité à laquelle nous appelle l’à‰vangile a deux versants. En premier lieu, la Charité est attachée au principe de la Vérité. Aimer quelqu’un c’est refuser de lui mentir. En ce qui concerne l’avortement, l’à‰glise répète depuis toujours qu’il constitue une offense à la vie même s’il est légalisé par la loi et promu par certains courants d’opinion publique. Depuis la conception jusqu’à la mort naturelle, toute vie est sacrée. Elle mérite d’être respectée d’autant plus qu’elle est fragile. Une humanité qui nie ce respect inaltérable de la vie court à sa propre perte.

En parlant d’excommunication, l’à‰glise souligne ce principe non négociable. Inscrite dans le droit de ll’à‰glise, l’excommunication a une double fonction. Elle rappelle à l’humanité une limite à ne pas franchir, un interdit à ne pas transgresser. Faute de quoi, elle n’est plus digne de ce pour quoi elle existe. De plus, l’excommunication a toujours été présentée dans une perspective thérapeutique et médicinale. Elle invite à une prise de conscience, à une conversion, elle ouvre à la Miséricorde du Seigneur.

En effet, la Charité s’accomplit toujours dans la Miséricorde. C’est là son deuxième volet. Comme l’enseigne le Christ, tout légalisme enferme dans la peur. Tout au long de Son ministère public Jésus a fait grâce à ceux qui s’écartaient des commandements de Dieu.

Dans cette très-douloureuse affaire de cette petite fille brésilienne nous avons pu recevoir de multiples témoignages de cette Miséricorde vécue par les communautés chrétiennes qui l’entouraient et l’accompagnaient face à la pression de certains lobbies qui s’exerçait sur elle et sur sa mère. Le Père Rodrigues, curé de leur paroisse, s’est dépensé sans compter pour cette famille en mobilisant toutes ses ressources pour la soutenir dans l’épreuve. Il dénonce « la manipulation de conscience et le manque de respect pour la vie humaine » dont toute la famille a été l’objet (cf. le texte joint).

Cette tragédie nous place sur la ligne de crête de la Charité. Celle-ci doit rappeler à temps et à contretemps le respect dà » à la vie (qui sommes-nous pour décréter qu’un être fà »t-il au stade embryonnaire de son développement mérite d’être éliminé ?) et d’autre part manifester notre compassion vis-à -vis des plus faibles et des plus fragiles comme cette petite fille victime des pulsions criminelles de son beau-père violeur.

Contrairement à ce qui a été diffusé par de nombreux médias, ni la petite fille ni la mère n’ont fait l’objet d’une excommunication. La conférence des évêques du Brésil en reprécisant les premières déclarations faites par l’archevêque de Recife invite la communauté internationale qui s’est saisie de cette affaire, mais aussi chacun d’entre nous, à tenir ensemble les deux versants de la Charité.

«  Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent », chante le psalmiste.

Aimer c’est rappeler la vérité de ce qu’est la vie, et oeuvrer de toutes ses forces pour la rendre possible.

Toulon, le 14 mars 2009

+ Dominique Rey - Evêque de Fréjus-Toulon

12 commentaires

Jésus aurait pleuré...
Au cours de son homélie prononcée lors de la messe télévisée du 22 mars, le Père Christian Delorme a cité les propos d’un confrère brésilien selon lesquels Jésus aurait pleuré s’il avait entendu les informations concernant la petite brésilienne de 9 ans, enceinte de jumeaux après avoir été violée par son beau-père de 23 ans.
J’attendais impatiemment une suite o๠le prédicateur aurait par exemple imaginé une parabole du Christ ou, pourquoi pas, une intervention miraculeuse de sa part puisqu’ après avoir pleuré devant la sépulture de son ami Lazare, il l’a ressuscité !
Il n’en a rien été.
Jésus aurait-il condamné le chirurgien qui a sauvé la fillette d’une mort probable en sacrifiant les
deux foetus ?
Aurait-il encouragé la fillette à garder ses jumeaux au risque de perdre elle-même la vie ?
Aurait-il promis la vie sauve à la fillette et à ses jumeaux ?
Aurait-il laissé Pierre bannir la mère de cette enfant et la clique chirurgicale ?
Sa recommandation : « Laissez venir à moi les petits enfants¦ » ne se serait-elle pas à cette gamine de 9 ans plutôt qu’à ses deux foetus, conçus malgré elle ?
Se serait-il montré plus indulgent envers le violeur qu’envers le praticien ?
Evidemment, le Père Delorme ne s’est pas risqué à poser ses questions, encore moins à y répondre.
L’archevêque de Recife, lui, a tranché au nom du droit à la vie pour les jumeaux mais pas pour la fillette, sans doute coupable d’avoir cédé aux pulsions de son violeur de beau-père.

repondre message

3ème tentative

Le Vatican prévoit-il des degrés de culpabilité pour le viol, compte tenu de la personnalité du violeur et de celle de la victine ?

repondre message

encore un "magnifique" exemplaire de la rhétorique mielleuse et sournoise de ceux qui sont censés représenter les catholiques : sur ce sujet comme à propos du sida on a toujours le sentiments que toutes les malheureuses victimes sont pain béni pour exercer leur miséricorde condescendante mais bien sur pas un mot et au contraire pour les tirer pratiquement de leurs difficultés. On veut bien prier pour eux mais surtout pas les aider réellement.
Exemple : votre mère vous a filé le sida, c’est bien triste mais désormais jusqu’à votre mort,abstinence ! Di Falco prétend que c’est un idéal catholique et on se demande vraiment o๠il a été cherché ça !!! L’abstinence est tout au plus un idéal pour les prêtres et on sait que trop comme il est difficile à atteindre !!! Mais pour les laïcs quelle que soit leurs problèmes et encore plus leur maladie ?
Tout cela est hallucinant et vient s’ajouter au malaise(euphémisme) des catholiques qui ne se reconnaissent plus du tout dans LEUR Eglise

repondre message

explications alambiquées , langage ampoulé
que les éveques continuent comme cà et les quelques catholiques qui leur restent finiront par partir ailleurs et comme dit l’adage " dieu reconnaitra les siens "

Golias , svp , continuez le combat

merci

repondre message

On demande à des personnes prises dans un piège, d’agir avec raison, elles ont fait un choix terrible, tant la maman pour sa fille que les médecins et autres pour qui l’enfant était condamné en tentant de porter la grossesse à son terme.

Moi, je lis l’à‰vangile et pas des tas de lois auxquelles même les spécialistes ne s’y retrouvent plus ; Jésus dit " Que votre Oui soit Oui votre Non, Non ! Le reste vient du démon " Hé bien là  ! On a répondu " Non Seigneur c’est trop me demander que de laisser porter ce crime a des fruits si dangereux et de toutes manière horrible car sans amour ". Mais voila on fait de l’Amour une loi et non La Grâce,ainsi tu seras aimé si t’es conforme, tu seras miens si t’as le gabarit et la réussite !

A croire que le gars au côté du Christ sur la Croix y était pour la même raison que Jésus (un type qui a tout réussi dans sa vie et qui meurt les mains propres ! ?). C’est toujours la même chose on prêche l’Amour, la Grâce, le pardon gratuit, mais faut le mériter !

Ces personnes là tombent (des simples des pauvres qui voient le malheur chaque jours fleurir a leurs portes et même dans leurs maisons, bref des incarnés au pleins tarif. ) Et quoi ? Des messieurs, bardés de science, de diplômes qui vivent dans des palais épiscopaux (comme leur Seigneur qui n’avait pas pierre ou poser sa tête) décident comme les pharisiens qui sera mis dehors s’ils leurs est contraire. Car voyez-vous être faible et chuter est un crime sans rémission au pays de la Grâce ! ! Hé bien d’accord !

Mais alors il faut aller jusqu’au bout et dire bien haut ce que cela veut dire ! Ces personnes étaient catholique conscientes de ce qu’elles faisaient, donc excommuniés ! D’accord c’est Pierre qui annonce cela ? !

Si c’est oui, alors virez tous les curés pédophiles ou en concubinage, n’en cachez pas un, ne faîtes grâce a aucun car vous en rendrez compte à Dieu devant cette famille et ces médecins,¦

De même tous les évêques qui ont été au courant de leurs curés déviants ou autres, et qui les ont protégés (par compassion ou pas !) doivent être aussi excommuniés. Ils en partagent le crime comme les médecins.

De même tous les évêques, bergers du troupeau, qui ont une relation conjugale alors qu’ils ont fait des voeux, sont en rupture avec la foi et la transparence à l’Esprit et leur parole, ce qui, au niveau dégât spirituel, est encore pire que l’avortement.

Mais il faut aussi sanctionné tous leurs collègues évêques qui savent ces relations et qui pourtant acceptent de se réunir en tant qu’évêque, et invoquer l’Espri-Saint tout en sachant qu’ils mentent tous au reste de l’à‰glise, (bravo les Apôtres du 21eme siècle) , oui alors je croirais a la validité de leurs actes ; mais à mon avis il ne va pas rester grand monde dans les rangs.

Alors si vous n’excommuniez pas vos évêques parjures et vos curés déviants, pourquoi frappez- vous d’exemple ces hommes, là  ? La Grâce, le pardon, la compréhension ne s’appliquent-t-ils qu’entre vous ?

Votre incarnation est devenue aussi étroite que les couloirs du Vatican ! L’à‰glise s’écroule et vous dormez sur vos confortables piles de dossiers de lois inapplicables car désincarnées !

Une Mère Théresa ou un Abbé Pierre en lève 1 Million quand vous n’en levez pas 20 car eux sont dans la vraie vie, et pas dans des palais ! Eux vivent dans le réel de l’incarnation et non dans des théologies abstraites qui portent vos fruits sans coeur. Ces hommes là , Jésus serait allez les voir, ils les auraient admonestés certainement, mais LUI, l’incarnation, IL sait de quoi Il parle, eux on reçu une missive administrative un truc de fonctionnaire de Dieu, vous mourrez par procuration certainement !

Pendant ce temps les autres se débrouillent avec l’incarnation : quittez vos richesses, vos palais, vos grades, allez comme votre Maître vivre parmi la misère des pauvres alors vous serez crédibles, comme Mère Thérésa ou Soeur Emmanuelle.

Là , condamnez le désespoir parce que vous seriez l’espérance.

Croire que l’on impose l’Amour et l’espérance à coup de Loi, revoyez la Mort de Votre Seigneur, elle dit toute autre chose !

repondre message

citation du "mitré"

Contrairement à ce qui a été diffusé par de nombreux médias, ni la petite fille ni la mère n’ont fait l’objet d’une excommunication.

Bon dans ce cas là , il reste donc l’autre versant de la charité ( à la sauce D.R) c’est à dire l’accompagnement humain , sans condamnation ....

Et donc pourquoi , un long épitre sur les valeurs de l’excommunication ...? Pourquoi les élucubrations de l’archevéque de Récif , désavoué par ses collegues ?

repondre message

Merci à Golias de nous donner ce texte de Mgr Rey qui apporte un éclairage nouveau sur la dramatique affaire de Recife. Mgr Rey, finalement, dénonce la manipulation médiatique qui s’opère autour de cette petite fille, en vue de libéraliser l’avortement au Brésil. Je suis pleinement d’accord avec lui. Par contre je ne comprends pas très bien le titre que Golias a mis. De quelle justification parlez-vous ?

repondre message

Il ne sera jamais possible de s’entendre et de se comprendre !!!

Je ne comprendrai jamais comment on peut se cacher derrière l’Evangile pour parvenir à justifier de tels propos, pour justifier la Loi de l’église...

Pourquoi la conférence des évêques du Bresil a t’elle eu à repréciser les déclarations faites par l’évêque de Recife ? Est-ce pour mieux faire passer "la pilule", pour tenter de faire croire que les propos sont plus "miséricordieux" qu’il n’y paraît ? Fallait-il vraiment aux yeux de ces évêques laisser mourir cette enfant de neuf ans et les jumeaux qu’elle portait, Qu’est-ce qui aurait été gagné ? Quelle vie ?.... Aucune !

"Si"¦ ni la mère, ni l’enfant n’ont été excommuniées, fallait-il excommunier les médecins qui ont choisi de laisser la vie à cette petite fille, sachant bien qu’autrement elle en serait morte mais aussi qu’aucune vie serait sauvées par ailleurs ?

Depuis quand privilégier la Vie d’un enfant serait-il à l’origine d’une excommunication ?
Je crois que les médecins ont appliqués à la lettre les propos de Dominique Rey "Aimer c’est rappeler la vérité de ce qu’est la vie, et oeuvrer de toutes ses forces pour la rendre possible." Ils ont oeuvré pour rendre possible la vie de cette petite fille !

Quand à ce que dit Mgr Rey de l’excommunication... ça ne serait pas si triste, j’en rirai presque ! Nous avons tous pu constater récemment à quel point l’aspect " thérapeutique et médicinal " de l’excommunication a porté ses fruits dans l’Eglise... !

Nous avons vu " la prise de conscience et la conversion " que l’ excommunication à entraînée chez Mgr Williamson et compagnie...

Par contre je suis totalement d’accord avec Dominique Rey quand il dit que " la charité s’accomplit toujours dans la miséricorde"... sauf que là il n’y a pas de miséricorde !

NI LUI, NI CEUX QUI TIENNENT LES MàŠMES PROPOS NE MONTRENT DE MISERICORDE !

QUELLE CONNAISSANCE DE L’ABàŽME DE LA SOUFFRANCE HUMAINE ONT-ILS POUR AVOIR DES ARTTITUDES SI PEU HUMAINES ? DES ATTITUDES SANS TENDRESSE AUCUNE ?

Ce soir, comme bien souvent depuis plusieurs mois, j’ai un goà »t amer dans le coeur.

Je suis triste et en colère.

repondre message

je m’interroge : les évêques de France ne publient pas des excommunications 200000 fois par an. Mgr REY à l’évidence connaît mieux le contexte que nous tous. Il nous dit que le curé local s’est dépensé sans compter pour la famille et que l’excommunication n’a pas été prononcée. O๠comprend-on qu’il justifie l’injustifiable ? Quid du dossier médical ? Si la mère et l’enfant (des jumeaux en l’occurence) ont toute certitude de mourir, l’avortement n’est pas interdit : que l’on pense aux grossesses extra-utérines. Mes conclusions :
- il faut parler modestement faute d’informations précises : excommunication ou pas ? soutien à la famille ou pas ? Mort certaine de la mère et des enfants ou pas ?
- il ne faut pas se tromper sur l’enseignement de l’Eglise dans des dossiers aussi sensibles et en dire n’importe quoi
- il n’est sà »rement pas opportun, quelle qu’en soit la cause, de parler d’excommunications là o๠il y a des souffrances si concrètes
- s’il fallait à tout prix excommunier quelqu’un, c’est le beau père

repondre message

Je pense que Mgr Rey a fait assez de montagne pour savoir que le propre d’une ligne de crête est de n’être sur aucun versant !
Si tu glisses sur un versant tu n’es plus sur la ligne de crête...

Cette tragédie de Recife ne nous place pas sur une ligne de crête d’o๠éventuellement à coup de sémantique et de distinction on survolerait les problèmes, sauvegarderait les apparences et garderait les mains propres en choisissant selon les moments et du haut de sa ligne de crête de jeter son regard sur un versant ou sur l’autre !

Cette tragédie nous plonge au coeur de la Charité qui n’a qu’un seul versant : l’Amour de Dieu qui crée la Vie et la recrée sans cesse pour la faire vivre en plénitude en chacun de nous.

Pris isolément, comme lorsqu’on met un sujet d’expérience sur une table de laboratoire , il est clair que l’avortement est un acte contre la vie et donc totalement inacceptable...et il faut le dire...

Mais dans le contexte de la vie de cette jeune brésilienne et de la Charité qui lui est due et dans laquelle elle est appelée à vivre, l’acte d’avortement est un acte pour la Vie ...peut être même un acte de courage...Il faut le dire aussi pour être honnête !

voir aussi : Carmen, nous sommes avec toi !

Voir en ligne : Vivre, Faire Vivre

repondre message

Comment l’évêque de Fréjus-Toulon justifie l’injustifiable ! 16 mars 2009 17:34, par Beltrà¡n Marà­a Fos

C´est la vrai voix d´un eveque Catholique et non la cacophonie pleine de l´esprit du monde de Golias.
Beltrà¡n Marà­a Fos
Avocat
Buenos Aires
Argentine

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune