Parution : 20 août 2009
La cité de la peur
Par Golias

Le film est aujourd-hui oublié malgré un bon casting (Bourvil, Francis Blanche, Jean-Louis Barrault, Raymond Rouleau, Jacques Dufilho...) et une réalisation brillante, autant qu’originale, sinon décalée de Jean-Pierre Mocky. Il avait deux titres : la Cité de l’invincible peur et la Grande frousse.

2 commentaires
En pied de l'article.

Malgré le charme patrimonial et la beauté du ciel, la cité du Vatican nous semble bien atteinte aujourd’hui par ce mal, « passion triste » par excellence selon Spinoza. Peur de la vie et du désir ; peur des évolutions inéluctables mais qui menacent sans doute un édifice désormais trop vermoulu pour être ravalé en douceur et sans douleur.

Parmi les motifs de peur qui étreignent Benoît XVI, c’est sans doute le risque d’une sorte de déconfiture générale, de crise doctrinale et morale, malgré la restauration entreprise, qui l’inquiète de plus en plus. Il réagit d’ailleurs, mais sans le vouloir, de telle façon qu’il contribue, par son intransigeance obstinée, à intensifier et à aggraver le mal qu’il veut combattre.

Cette peur du monde et de son histoire, des avancées de la pensée et des moeurs, se double à présent d’une inquiétude plus circonstantielle concernant l’avenir de l’Eglise. Les fils clandestins de prêtres, tout comme les victimes de pédophiles et autres maniaques sexuels, exigent à présent réparation. En espéces sonnantes et trébuchantes. Alors que la situation financière du Vatican et des diocèses est au rouge, cela va faire très mal. Les chiens eux-mêmes mordent souvent ceux qui ont peur d’eux.

2 commentaires
La cité de la peur 21 août 2009 17:30, par gruffydd

c’est surement d’un autre niveau que "la cite de la peur" de 1994...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune