Parution : 4 janvier 2011
LES EVEQUES JAPONAIS INTERPELLENT LE PAPE BENOàŽT XVI SUR LES DANGERS ET LES DERIVES DU CHEMIN NEOCATECHUMENAL
Par Golias

Le chemin néo-catéchuménal a déjà fait couler beaucoup d’encre et
susciter de nombreuses polémiques. En décembre, lors d’une audience
inhabituellement longue et tendue, Benoît XVI s’est expliqué avec les
évêque japonais au sujet du chemin néo-catéchuménal. Une réalité
ecclésiale controversée dont la présence en terre nippone ne semble pas
convaincre les évêques du pays.

8 commentaires
En pied de l'article.

Pour les évêques japonais, en effet, le Chemin crée des problèmes en
particulier dans la mesure o๠il constitue une sorte d’à‰glise parallèle,
une église dans l’à‰glise, au détriment de la communion et de ses
exigences. Au point de " miner l’unité même du corps ecclésial ".
D’abord réticent au sujet du chemin néo-catéchuménal, Joseph Ratzinger,
sur le conseil et l’influence de son ami le cardinal Paul Josef
Cordes,
a revu son opinion sur le chemin. Mais surtout, face à la
sécularisation et au relativisme, il importe de ne pas se diviser mais
plutôt de former un front commun.

On doit doit rappeler que le Japon est connu pour son grand esprit de
tolérance aussi bien en matière de moeurs que de religion. Le Chemin
bénéficie de ce contexte favorable. Quant à la conférence épiscopale du
pays, elle vise surtout à un témoignage évangélique, tel que le donna
son représentant le plus remarquable ces dernières années, le Cardinal
Stephen Hamao. Cette pastorale de dialogue, d’ouverture et proximité est
aujourd’hui mise à mal par l’intransigeantisme agressif et l’esprit de
chapelle attribués au chemin.

Connu pour sa douceur, sa courtoisie et sa modération, Mgr Peter Takeo
Okada, archevêque de Tokyo, est intervenu en 2008 pour demander la
fermeture du Séminaire Redemptoris Mater dans le diocèse de Takamatsu,
présentant le Chemin comme secte. Certains à Rome disent que ce
malheureux en a aujourd’hui payé le prix fort. En ne recevant pas il y a
quelques semaines la barrette cardinalice qui lui semblait destinée à 
l’origine.

En tout cas cette accusation portée par les évêques japonais à l’endroit
du chemin a eu un grand impact à Rome. Qui regrette cette position et se
félicite du nombre proportionnellement important de recrues du séminaire
concerné.

Toutefois, à la différence de Jean-Paul II, Benoît XVI ne
balaie pas du revers de la main le point de vue de Mgr Okada.

Il cherche une improbable voie médiane.

8 commentaires

Un jour, l’Eglise Catholique romaine se résumera à .... Rome. On peut souhaiter que chaque diocèse ou pays puisse prendre son indépendance vis à vis de la dictature romaine...

repondre message

Un communiqué de Rome , confirmé par SS Benoît XVI en personne, vient de démentir les évêques japonais, qui unanimement demandaient la mise en sommeil pour cinq années du Chemin Néocatéchuménal : ils ne pouvaient quand même pas réclamer plus, puisque les statuts du Camino venaientt très récemment d’être approuvés définitivement, même avec quelques corrections (en particulier sur sa Liturgie Eucharistique aussi archéologisante que novatrice). En exigeant que les deux camps se remettent en dialogue pour arriver à un accord, le pape manifeste qu’il n’est pas impressioné par l’unanimité d’un épiscopat national contre une décision romaine longuement élaborée ( ’le statut "ad experimentum" avait été déjà prolongé plus que de raison avant la mouture définitive). C’est mauvais signe pour les épiscopats les plus hostiles à , comme ceux d’Angleterre et Galles, et surtout ceux d’Allemagne et d’Autriche. Ils pourront de moins en moins bloquer les projets d’ implantations de "communautés et congrégations nouvelles", tout juste freiner ceux des plus "tradies".

repondre message

Voici un témoignage édifiant, livré par un ancien séminariste du "Chemin". L’hérésie se rajoute aux dérives sectaires..... Effrayant !!! http://qoudouss.blogspot.com/2009/06/chemin-neocatechumenal-chemin-de.html

repondre message

Rome a laissé entrer le loup dans la bergerie. Après les Légionnaires du Christ, Communion et Libération, les Béatitudes, le Chemin Neuf, le Renouveau charismatique, les Petits Gris, etc..... les mouvements ecclésiaux de "la nouvelle évangélisation", "le chemin" (de perdition), véritable calvaire, va continuer à dégoà »ter les chrétiens de Rome. L’Etat du Vatican veut renforcer son pouvoir. Qu’importe, Rome n’est pas la seule église "catholique"...

repondre message

Le chemin néocatéchuménal - une fois de plus - succite la controverse dans l’église de Rome. Ayant été amené à fréquenter ces adeptes dans l’est de la France, je peux témoigner de leur esprit et de leur fonctionnement sectaire et intensigeant. Le fait d’avoir eu ses statuts approuvés définitivement par Rome, leur donne un légitimité trompeuse. Cela n’enlève rien à ce qu’ils sont : un mouvment sectaire, catholique romain pur et dur, en plein accord avec la politique monarchiste et dictatoriale du Vatican. Manipulation mentale et progressive, demandes financières considérables, intrusion dans la vie privée, "clientèle" principalement ciblée sur des personnalités vulnérables ou "des gens à problèmes" (comme je l’ai entendu dire par l’un des responsables), embrigadement dès l’enfance, attitudes exclusives et élitistes, tout le cocktail y est !
Je vous invite à consulter les sites suivants : http://www.psychologue-clinicien.com/chemin.htm http://forum.doctissimo.fr/psychologie/sectes/connait-chemin-neocathecumenal-sujet_388_1.htm
Bonne lecture.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune