Parution : 6 janvier 2012
Exclusif ! Le document confidentiel de l’épiscopat sur les dérives du psycho-spirituel
Par Golias

Notre Eglise a encore le culte du secret. Ainsi les évêques ont-ils reçu lors de leur dernière assemblée à Lourdes un « document, rigoureusement confidentiel à ne diffuser sous aucun prétexte ».

13 commentaires
En pied de l'article.

Jésus avait pourtant prévenu : « Avant tout, gardez-vous du levain des pharisiens, l’hypocrisie. Rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est secret qui ne sera connu. Parce que tout ce vous aurez dit dans l’ombre sera entendu au grand jour… » (Luc 12, 1-3)… surtout à notre époque, où les médias, non sans quelque excès parfois, font leur travail. Le seul « prétexte » pour lequel nous avons décidé de publier ce texte, conclusion du groupe de travail « Spirituel et psychologie », est le point de vue des victimes !
Vous trouverez ci-dessous le document de l’épiscopat sur le psycho-spirituel :

PDF - 514.4 ko
13 commentaires

La question du secret me paraît sans importance. L’épiscopat a tout à fait le droit de faire circuler ce texte en diffusion restreinte. Sur le fond, il est révélateur que l’institution catholique tient à son magistère auto proclamé et à sa mainmise sur les âmes. Elle considère que les thérapies psychanalitiques ne sont licites que labélisées "catho". Elle met en garde, avec raison, me semble-t-il, contre les éventuelles dérives sectaires et contre le charlatanisme de beaucoup de psy, mais ça, on n’avait pas besoin des évêques pour le savoir. Pour le reste, le visage qui est proposé de l’amour de Dieu est plutôt intimidant, peu séduisant. Il s’agit d’un texte d’un conservatisme étouffant peu propice à drainer les foules vers nos églises clairsemée. C’est peut-être là, la vraie raison du secret...

repondre message

En tant qu’une des familles victimes auxquelles il est fait allusion dans ce document, je trouve qu’il est plutôt encourageant mais tardif et qu’il doit maintenant être suivi d’effets concrets.
A cause de ces sessions soit disant psycho spirituelles, tous les évêques ayant accepté ou acceptant qu’elles se tiennent dans leurs diocèses risquent des poursuites judiciaires à divers titres.
Bien qu’elles soient édulcorées, parées de références bibliques et adaptées à la chose religieuse pour certaines, et affublées de considérations et références médicales savantes pour d’autres, elles sont issues de 2 méthodes :
- l’une, de celle du docteur allemand Hammer déjà condamné par divers tribunaux français et européens ainsi que plusieurs de ses disciples.
- l’autre, des travaux d’étude d’une ancienne professeure de l’Université de Nice, dont j’ai présentement oublié le nom, mais qui dès le début, et souvent, mettait en garde sur le fait qu’il ne s’agissait que de travaux inachevés, simplement de pistes d’études, et qu’il ne fallait pas en tirer des conclusions pour établir un diagnostic ou soigner des malades.
Il était trop tard, le mal était fait, et bien des aigrefins se sont engoufrés dans la brèche pour exploiter le filon religieux, quitte à déformer et à interpréter à leur façon certains passages de la Bible et d’autres pour exploiter le filon médical avec des titres pompeux de psy... ou de docteur en relationnel .

Le législateur a depuis durci la pratique de ces professions mais des brèches demeurent. Néanmoins il a adopté une loi dans laquelle on peut ranger ces sessions psycho spirituelles comme étant des ’’ méthodes paramédicales ou pseudo médicales non conventionnelles à visées thérapeutiques dangereuses basées sur le volontariat forcé de personnes majeures vulnérables en état de sujétion avec lucidité et discernement altéré conduisant à l’altération de l’intégrité humaine.’’
Bien des nuages noirs s’amoncellent sur l’Eglise et ses évêques. Ils feraient bien d’en terminer une bonne fois pour toutes avec ces pratiques en aidant à réparer le mal qui a été fait en son nom.
Des vies sont brisées, des familles détruites... Est ce comme celà qu’elle veut gagner des fidèles ?

repondre message

Je voudrais simplement dire deux choses :
La première, c’est que tout groupe (religieux ou pas) a le droit d’avoir des documents qui leur sont propres et qu’ils considèrent comme confidentiels. Les publier pose une question morale. Peut-on espérer un échange vrai si l’on n’est pas certain que la condition de confidentialité sera respectée ?
La deuxième est que ce texte traite d’une question extrêment difficile, à savoir l’interaction du spirituel et du psychologique. En faire un document de 35 pages ne pouvaient qu’aboutir à un texte caricatural. Il y a des choses trés justes et d’autres qui par une trop grande simplification deviennent erronées. Reprendre chacun des points notamment dans la distinction du spirituel et du thérapeutique serait beaucoup trop long ici. Certaines affirmations et condamnations me paraissent plus idéologiques que le fruit d’une authentique réflexion qui, si elle avait eu lieu, aurait abouti à des conclusions plus nuancées.
On peut certes en retenir que l’on ne s’improvise pas accompagnateur spirituel ou psychothérapeute ; que l’organisation de telles sessions exigent de sérieuses références...
Si ce texte est réellement un texte confidentiel, j’ai tendance à penser que cela ne relève pas du goût du secret mais que tout simplement ce texte est trés contestable intellectuellement et qu’il n’a pas dû être reçu sans de sérieux débats. J’espère que les évêques qui ne sont pas trés avertis dans ce domaine si complexe le recevront avec beaucoup de prudence.

repondre message

Bonsoir Golias. 7 janvier 2012 20:46, par Agnès Gouinguenet

Bien.
- 
Ce texte commence super chouette, précisant que le Salut est espérance, à attendre avec persévérance.
- 
Déjà, on ne se fait pas trop d’illusions.
- 
Après, cela dérape, forcément et on finit par lâcher. Je n’ai pas tout lu, désolée, mais ce travail part d’un bon sentiment (dont l’enfer est pavé, c’est bien connu).
- 
Le Docteur Guiouillier, médecin psychiatre faisant partie de ce groupe de réflexion, est-il catholique pratiquant ?
- 
Car l’avis d’un-e athée / agnostique (de tout genre, homme ET femme) serait de bon aloi, pour éviter de sombrer dans les excès de l’Esprit Saint et de l’auto-suffisance de l’Eglise catholique (qui ose affirmer qu’elle a acquis de la sagesse ; merci pour les victimes actuelles des pédophiles, entre autres méfaits gravissimes de cette Eglise catholique obsédée d’Omerta et de Secret).
- 
Ah le Secrétariat de la CEF ! Misère ... ;-)
- 
A bientôt.
- 
Agnès Gouinguenet.
- 
http://gouinguenetagnes.blogspot.com

repondre message

Et pourquoi tout ceci doit-il être tenu secret ? la question pourrait elle être posée aux membres de cette commission de réflexion ?

repondre message

ENORME !!!!
Bravo à l’équipe de Golias. Qu’on en finisse de cette Eglise paranoïaque qui passe son temps à calculer ses petits intérêts plutôt que de défendre la justice et la vérité !
" Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu." Jean 3, 20-21

repondre message

Exclusif ! Le document confidentiel 6 janvier 2012 17:02, par Dekoijmemèle

Quelle "taupe" épiscopale vous a-t-elle donc permis d’accéder à ce ce document top secret ?
Merci d’avoir trouvé un prétexte parmi aucun de nous le diffuser largement...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune