Parution : 17 février 2012
Dans Golias Hebdo de cette semaine
L’enjeu présidentielle2012 : Quelle démocratie ?
Par Golias

Sommes-nous représentés, comment avoir aujourd’hui son mot à dire ?
Le politologue Loïc Blondiaux exprime les manques et les limites de la démocratie traditionnelle, invite à la réflexion et explore les nouvelles pistes de la participation citoyenne. (découvrez l’intégralité de cet entretien dans Golias Hebdo n°224)

4 commentaires
En pied de l'article.

La distance entre élus et citoyens, gouvernants et gouvernés, n’a jamais semble-t-il été aussi grande. Avons-nous la moindre prise sur la conduite du monde, sommes-nous en position de l’infléchir ? demande l’universitaire Eric Blondiaux dans l’interview qu’il nous a accordée. Nous croyons vivre la démocratie, mais aujourd’hui l’évidence n’est plus la même. Les marchés, les agences de notation, les multinationales prennent le pas sur les gouvernements, et l’Etat gendarme prospère sur les ruines de l’Etat social.
Si le vote apparaît comme l’horizon incontournable, il s’agit bien, dans une démocratie réelle, d’aller au-delà et de développer un débat le plus large possible en amont et en aval des périodes électorales. « Résister c’est créer », aimait à dire le philosophe Gilles Deleuze, disparu en 1995. Face au recul et aux limites de la démocratie participative, un mouvement s’engage dans les quartiers, dans les villes, comme le Pacte civique lancé en mai 2011 à Issy-les-Moulineau dans les Hauts-de-Seine (voir page 23).

La volonté d’interpeller les élus, d’exercer un contrôle et de peser sur les décisions, se fraie un chemin et en appelle à la créativité, à des alternatives pour un monde plus vivable et le maintien d’un équilibre écologique. Des nouvelles formes d’action s’annoncent face aux dérives de la démocratie, renaissance d’un mouvement internationaliste. Pour un juste équilibre entre le local et le global, pour préserver les équilibres indispensables à la survie des sociétés humaines.
Lorsque le sommet de la pyramide ignore les attentes et le bien-être de la majorité, il est urgent d’occuper l’espace public et d’engager le débat. Lorsque l’organisation de la cité est une condition de la liberté et de l’épanouissement individuel, il appartient à chacun d’entre nous de mener des actions collectives entre citoyens libres et égaux. Au-delà des déclarations lancées à grandes envolées, la démocratie est bien une idée neuve.

4 commentaires
L’enjeu présidentielle2012 : Quelle démocratie ? 16 mars 2012 14:40, par Philippe Muléro

Je voterais blanc où nul parce que le système politico-cultuel Français ne veut pas reconnaître l’article 9 des Droits de l’homme ( Européens) qui déclare que les hommes ont droit de changer de religion,(sans pour autant être une secte,)
et de ce fait on m’empêche de travailler et de créer des emplois pour protéger la planète, depuis 15 ans je suis l’objet de discrimination
voir projets sur : http://emploi-solidaire.voila.net

repondre message

Bonjour Golias. 19 février 2012 06:32, par Agnès Gouinguenet

Silhouette peu féminine pour LE futur Président ...
- 
Ah l’inconscient collectif franchouillard !
- 
Amitiés quand même.
- 
Agnès Gouinguenet.
- 
http://gouinguenetagnes.blogspot.com

Ou bien

http://blogs.mediapart.fr/blog/agnes-gouinguenet

repondre message

- Dans la rubrique: L’info du jour de GOLIAS
Golias
Parution : 25 septembre 2013
Parution : 12 septembre 2013
Parution : 12 septembre 2013
Parution : 23 août 2013
Parution : 21 août 2013
Parution : 25 juillet 2013
Parution : 3 juillet 2013
Parution : 19 juin 2013
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune