Parution : 1er mars 2012
Dans Golias Hebdo de cette semaine
Vatican Leaks : les coulisses mouvementées des Palais Apostoliques
Par Golias

En ce temps de Carême, les salons feutrés des Sacrés Palais
Apostoliques bruissent de rumeurs comme autant d’oiseaux de mauvaise augure. Depuis plusieurs semaines, le Vatican se trouve confronté à une avalanche de publications qui jettent un regard,
pour le moins dérangeant, sur la vie interne de la Curie romaine
avec ses luttes de pouvoir en vue du prochain Conclave. Créant en
référence aux révélations du Pentagone, des secrets politiques les plus cachés, une sorte de Vatican Leaks. (découvrez l’ensemble de notre dossier dans Golias Hebdo n°226)

1 commentaire
En pied de l'article.

Depuis le développement exponentiel et accéléré des nouveaux moyens de communication et des nouveaux réseaux sociaux, c’est un autre type de société qui se développe au niveau international. A commencer par l’abolition de la discrétion dans la sphère privée, pour une large part. Dans ce contexte, le Vatican et son fonctionnement obsolète, héritier d’un humanisme non sans grandeur, se trouve aussi aspiré dans la tourmente. D’où le désarroi de plus en plus visible d’un vieux pontife à la voix qui s’éteint et au regard inquiet.

Cette évolution fut en bonne part à l’origine, déjà, d’une série de révélations sulfureuses sur les mœurs privées du clergé mais aussi, en beaucoup plus grave, sur les abus sexuels qui se sont multipliés et qui ont été recouverts par des autorités complaisantes et jalouses de leur bonne réputation. Elle atteint aujourd’hui un certain paroxysme dans la mesure où les secrets les plus délicats, enfouis, il n’y a pas si longtemps encore derrière les murs épais des palais apostoliques s’étalent désormais sur la toile.

On imagine volontiers le désarroi d’une institution séculaire qui ne sait comment faire face, faire front, quoi opposer à une vague déferlante. Cette situation nouvelle présente en outre l’inconvénient de lever cruellement le voile sur les dysfonctionnements d’un système qui se présente souvent comme supérieur et qui n’échappe pas, au contraire, aux dérives « trop humaines ».

Désorienté, Benoît XVI lève aujourd’hui les yeux vers le ciel, vers ce Dieu qui est son seul espoir. Cette attitude est noble et respectable. En même temps cela est-il vraiment suffisant ? Ne faudrait-il pas plutôt cultiver l’audace des réformes qui s’imposent en amont comme en aval pour que l’assemblée du Christ soit un peu plus transparente à elle-même, y compris dans les inévitables organismes qui en assurent la perpétuité.

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune