Parution : 13 avril 2012
Andres Torrés Queiruga :
la condamnation d’un grand théologien
Par Golias

La situation de l’Eglise catholique en Espagne, ou du moins de sa hiérarchie, semble de plus en plus désolante. Un nouveau théologien vient de subir les foudres de la hiérarchie, le Galicien Andrès Torrès Queiruga. C’est la commission épiscopale en charge des questions doctrinales qui a prononcé la sentence d’excommunication frappant ce prêtre et théologien pourtant largement estimé. La condamnation a été portée sans écouter l’intéressé et sans lui donner la moindre possibilité de se défendre.

43 commentaires
En pied de l'article.

Jusqu’où iront-ils ? C’est la question qui est aujourd’hui sur toutes les lèvres en Espagne tandis que beaucoup de catholiques sont encore sous le choc de la toute récente condamnation d’un théologien de renom, fort estimé, le Père Andres Torres Queiruga, un Galicien de 72 ans, à l’œuvre abondante et très estimée.

Le comité épiscopal en charge des questions doctrinales vient en effet de publier une note, à savoir un infâme brouet multipliant les critiques suspicieuses et les jugements abstraits. A l’évidence, le comité en question est à des années-lumière d’une réflexion théologique mesurée, ouverte et réfléchie. On se croit revenu à la pire époque de la théologie des manuels. Derrière cette affaire particulière, il ne fait aucun doute que Rome, par l’intermédiaire des évêques espagnols les plus intransigeants, souhaite pousser jusqu’au bout son œuvre d’intimidation des forces vives du catholicisme d’ouverture. Derrière chacune des dispositions disciplinaires ou doctrinales, se cache un message subliminal : la page de l’ouverture conciliaire est terminée, la parenthèse close, l’heure n’est plus au dialogue mais à l’intransigeance retrouvée.

Il s’agit ni plus ni moins d’une nouvelle étape dans un processus global de restauration, avec une posture réactionnaire de plus en plus largement partagée, hélas, au sein des divers épiscopats, même si le cardinal Rouco Varela en décline une variante particulièrement arrogante et cassante. Ce n’est pas un hasard si le cardinal Timothy Dolan, l’archevêque de New York, vient de s’en prendre à l’attitude pastorale des évêques de l’après-Concile, voulant, selon lui, jouer à « copain-copain » avec le monde. La faute impardonnable du Père Queiruga est de ne pas accepter de transformer la fontaine du village dont parlait le bon pape Jean en une forteresse assiégée hérissée de piquants.

Pour en savoir plus : http://golias-editions.fr/article5050.html

43 commentaires

C’est curieux !

dans mes cours de théologie, je n’ai jamais rencontré ce théologien en référence
Je pense que pour Golias : grand théologien = quelqu’un en bisbille avec Rome.

Mais n’oubliez jamais que l’Église a toujours plusieurs fers au feu et que St Thomas d’Aquin fut à deux doigts d’être condamné pour hérésie

so keep kool

repondre message

Andres Torrés Queiruga :
la condamnation d’un grand théologien
17 avril 2012 09:15, par GOLIAS - modérateur

Tancrède,

Nous vous remercions de bien vouloir écrire en des termes plus sympathiques, voire plus respectueux des personnes, lecteurs ou journalistes, si vous désirez voir vos commentaires publiés sur notre site !

repondre message

N’est ce pas la suite logique et progressive de la reprise en main par la Curie et le Pape, préparant ainsi le retour au "bercail" des intégristes de l’ex Mgr Lefévre. Je crois qu’on va vite le savoir si j’en crois l’ambiguité du dernier article de la Croix sur la réponse tant attendue à un document romain proposé,mais que Rome a gardé secret (pourquoi ?)

repondre message

Golias n’exagère-t-il pas pour aller dans le sens de sa démonstration ? Aucune "sentence d’excommunication" n’a jusqu’ici été prononcée par la commission épiscopale à l’encontre d’Andres Torrés Queiruga, seulement un avertissement et une invitation à préciser ou à revoir "certains aspects de sa théologie".

repondre message

La conférence épiscopale espagnole s’illustre depuis longtemps pour son inféodation à une théologie romaine à l’allure de l’antimodernisme de Pie X, très en vogue à l’Opus dei. Même Rome n’arrive plus aujourd’hui à prendre les mesures que sont prises à Madrid !

repondre message

En ce moment c’est la censure de ceux qui sont écoutés, la dernière victime est le père Tony Flannery. Le pape Benoit XVI a montré son dédain envers le mouvement d’opinion qui se dessine depuis longtemps au sein de l’Eglise lors du jeudi saint en rappelant à l’obéissance les prêtres, montrant qu’il n’avait rien compris. En Irlande et en Espagne, on coupe des voix qui pourrait modifier la vision qu’ont les gens de l’Eglise. En France, avec le documentaire "La guerre perdue du Vatican", l’épiscopat français aurait mieux fait de ne rien dire, car ce documentaire montre une vérité qu’ici en France les prêtres de base n’écartent plus, celle qu’on ne doit pas combattre le monde moderne, on doit l’accepter. Le sommet de l’Eglise peut faire n’importe quoi pour faire revenir les gens à la messe : nouvelle évangélisation, pousser les fidèles à convertir, tout cela ne marchera pas. Le message du Christ a été bradé par la foi spectacle : JMJ, mouvements de masse, elle est bien finie la simplicité des premiers chrétiens. Revenons en aux 1er chrétiens : vivre dans le monde, y participer, faire ce qu’il y a de mieux pour les autres, annoncer l’Evangile sans forcer car on ne doit pas obliger à les gens à croire mais le futur baptisé doit venir de lui-même. Les chrétiens sont là pour que le monde change et ne doivent pas attendre qu’il change de lui-même. Et enfin, l’Eglise doit être pauvre et pour les pauvres.
Un message que l’Eglise a oublié et que nous fidèles nous devront lui rappeler toujours quand elle oublie l’essentiel.
Merci !

http://paroissiens-progressiste.over-blog.com/

repondre message

Preuve nouvelle de l’irréformabilité de l’église romaine.

Quelle est la théologie du père Queiruga ?

repondre message

Votre article pourrait être intéressant si vous nous disiez ce que ce prêtre enseigne ou ce qui lui est reproché
sinon, c’est un peu de la bouillie pour les chats

repondre message

Andres Torrés Queiruga :
la condamnation d’un grand théologien
13 avril 2012 17:28, par françois (ni papiste, ni romain...)

BON jour Golias,

"...il s’agit ni plus ni moins d’une nouvelle étape dans un processus global de restauration...", écrivez-vous.
Pour ma part, j’ai la très nette impression que nous assistons à une politique de dégradation programmée, consciente, aveugle et sourde.
Nous voici donc revenus au bon vieux temps de l’Inquisition, à ses dérives, à ses abominations...

Cette condamnation sera sans aucun doute un sujet supplémentaire de re-jouissance pour certains intervenants de ce lieu d’échanges...

En ce qui me concerne et je sais ne pas être le seul à avoir ce point de vue, je constate une fois de plus et avec effarement que cette Eglise-Institution
n’a plus rien à voir avec le message qu’elle serait supposée apporter à l’humanité. Où est-donc l’Evangile dans tout cela ;..???

Cela m’attriste profondément, cela me dégoûte et me fait au contraire apprécier d’autant plus les distances que j’ai prises avec cette " hiérarchie " et ses doctrines imbéciles !

en toute fraternité

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune