Parution : 14 août 2012
Quand la Gauche est
au pouvoir, l’épiscopat prie
pour la France...

Président de la conférence des évêques de France, le cardinal André Vingt-Trois entend
se garder sur sa gauche comme sur sa droite, donner des gages aux uns et aux autres. C’est pourquoi il vient de transmettre à l’ensemble des diocèses français une proposition de prière nationale pour le 15 août.

156 commentaires
En pied de l'article.

Une initiative qui pourrait déchaîner des critiques d’autant qu’elle se réfère forcément au Vœu de Louis XIII, en 1638, qui confia notre pays à la Vierge pour remercier Dieu d’avoir reçu un fils en la personne du futur Louis XIV. Cela sent très fort la naphtaline. Personne ne peut nier que la tradition de prier pour la France est tombée en désuétude. Seuls des milieux intégristes à forte coloration nationaliste en perpétuent encore l’usage. L’invitation du cardinal de Paris a donc comme un relent très rance. D’autant plus qu’il montre déjà les crocs face au projet gouvernemental de procéder à des réformes sociétales dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles n’enchantent guère l’épiscopat. En particulier le débat autour de la fin de vie et l’adoption du mariage gay. Il est évident pour tous que cette invitation à la prière est une forme de pression déguisée contre les évolutions sociétales, et surtout la pleine reconnaissance du couple homosexuel impliquant l’adoption : il faut que les jeunes "cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère". L’allusion est transparente. Mais manque de franchise. De plus, comme toujours, quand il s’agit de sujets aussi sensibles, nos seigneurs les évêques se replient sur un jargon prétendument anthropologique aussi vague que biaisé. A l’évidence, pressés d’ailleurs par leur droite, mais indisposés, exaspérés et terrifiés par des évolutions sociétales qui leur font peur, une majorité d’évêques entend sonner le tocsin et mobiliser comme si les Turcs étaient aux portes de la ville.

Déjà, lors de son premier entretien avec le président de la république, le 17 juillet, le cardinal Vingt-Trois avait rappelé à François Hollande que « le mariage n’est pas une façon de reconnaître l’authenticité des liens entre deux personnes qui s’aiment ». Sans s’en rendre compte, il prouve bien en disant cela à quel point nos lamentables évêques n’ont rien compris de la trajectoire anthropologique et morale vécue par notre société et des évolutions de la famille, sur lesquelles ils ont l’arrogance de trancher. Toute l’évolution culturelle de nos sociétés se résume à l’émergence et à l’affirmation du désir de chacun comme incontournable et au refus de contraintes extérieures qui auraient perdu leur sens humain. Ce qui ne veut pas dire pour autant négliger les devoirs envers les autres. Simplement ces devoirs s’inscrivent dans un relationnel de la sincérité et non dans un cadre abstrait qu’il faudrait à tout prix préserver et plonger dans le formol.

Sur ces questions, les contributions du sociologue François de Singly nous semblent incontournables.

156 commentaires
Avec du retard mais mieux vaut tard que jamais 3 septembre 2012 14:40, par Pierre Gouet

COLERE DE CITOYEN
face à l’intrusion des religions
dans la gestion de la République Françaises

N’eut-ce été Monsieur VINGT-TROIS ou son acolyte PODVIN tout eut été pantin minois, mais là on nous jette le barbare BARBARIN qui, en bon inquisiteur digne de TORQUEMADA, brandie la bible en son premier chapitre.
Premier chapitre d’une B.D arrivée d’avant « mémoire » où l’on essaie de faire croire à la création du monde en 7 jours par un être invisible nommé « père dieu » ! Il avait de sacré talent dit-on en relisant des pages écrites en alphabet araméen qui ressemblerait plutôt à des cases d’un jeu primable par TV Vatican « prime time ». Hélas, mille fois hellas la théorie de l’évolution n’est plus théorique, elle est académiquement et scientifiquement prouvée et renvoie la dite bible dans la bibliothèque des rats papivores ;

Mais là l’impitoyable papabile dépasse les limites bien qu’il soit un primat(e) des Gaules français désigné par une structure digne des « monty python » en pleine décadence (Le Vatican en pleine bataille de son vaticaleaks) car il est ex abrupto, citoyen de la République Française. C’est sans nul doute pour cacher les cabales comme d’autres souverains-maitres de théocraties ingouvernables le font au travers la Kabale ou le Coran pour se battre, conquérir et s’entretuer.
C’est aussi dissimuler tout le mal dont se sont rendus coupables des clercs, prêtres et prélats vis-à-vis d’enfants des deux sexes. Cela mériterait un peu d’humilité de la part de MONSIEUR BARBARIN quand il parle des enfants. (D’autres font le dos rond !) . Certains de ces « prédateurs » n’ont jamais été condamnés. Il est vrai que quelques responsables diocésains de haut niveau fréquentent les salons des préfets, des Procureurs, des élus de Droite : cela pourrait expliquer ce silence lourd qui pesait et pèse parfois encore sur ce sujet à l’instar de ce qui s’est passé en Irlande, Belgique, Allemagne, Etats-Unis….

Mais revenons à des choses plus brulantes ! Car même si l’attaque est tous azimuts et frontales notre Histoire (avec un grand H) d’identité et de genre dure depuis la nuit des temps.

OUI, Monsieur BARBARIN, nous sommes sous la tyrannie Judéo-chrétienne and C°. Votre religion d’AMOUR, soit –disant, a forcé des millions et des millions de gens appartenant à des ethnies et des peuples qui avaient d’autres croyances, à les renier sous peine de massacre ! J’en conviens, la réciproque est arrivée avec l’invasion des terres méditerranéennes par les padischahs de naguère. Les enfants des petits enfants que vous aviez si malignement convertis se sont parfois vengés en détruisant les fruits de vos usures et de votre appétit manifeste du pouvoir et de la manigance.

OUI, Messieurs, quels que soient votre place dans les hiérarchies religieuses, vous devez croire que le « Dieu unique « que vous mettez en avant a créé et doté, dans sa grande mansuétude -et pour narguer votre ignorance de la sexualité vécue,- la FEMME et l’HOMME dans le fondement de leurs psychismes et de leurs « gènes » et dans les besoins les plus intimes de chaque organe du corps, de milliards de solutions et d’hypothèses. Les raccourcir au seul couple Homme-femme est un déni, un blasphème de votre petitesse d’esprit devant l’immense générosité du dit-créateur. Et que cela vous gène nous en convenons. Mais votre conservatisme bigot au sujet de l’interdiction de choix du mariage pour les prêtres n’empêche nullement certains d’entre eux de mener une vie d’adulte avec des adultes dans des relations aimantes hétérosexuelles et/ou (oui ! j’en connais) homosexuelles…

OUI, Pères stériles – fruit d’une castration violente et structurée, un tropisme perfide vous a poussés à créer le péché (au travers la faute d’Adam et d’Eve) dans les esprits malléables pour mieux capter leur volonté à discerner ce qui était le bien et le mal et les diriger ad vitam aeternam ! Le monde a évolué ; la République naissante et le « Lumières » ont élaboré un tout autre mode morale. Je remarque que, seule la Maçonnerie, dans sa grande sagesse évite de raconter des histoires d’Adam, d’Eve, de Caïn, d’Abel, de pomme, de « choses sales », de meurtres….Les enfants n’y croient plus à moins qu’ils ne fassent partie de familles caramélisées… à l’eau bénite.

OUI, Messieurs les Evêques et cardinaux de France, cessez de tripoter le pompon de vos barrettes par nervosité : Quand on lit votre dossier sur les réflexions du groupe « Spirituel et psychologie » présidé par Monsieur Michel SANTIER , ex-berger général de « Communauté, Réjouis-toi » et évêque de Créteil, on est pris d’une profonde stupeur et d’une géante envie de rire. Avec la rigidité, l’engagement et la sagesse que l’on sait ce groupe de penseurs (Evêques, jésuites, psychiatre, religieuse) étudiait la validité des conseils donnés par les animateurs de certains groupes « charismatiques » après de personnes « blessées par la vie » dans le besoin. Ils reconnaissent la méconnaissance et la défaillance de ces structures, parlent du secret de la confession et du sacrement de la réconciliation… entre autres choses. Plus de 34 pages pour rappeler que « la Faute » doit être gardée dans le secret… Un Psychiatre du Mans, membre du groupe de réflexion, évoque le trop connu Tony ANATRELLA et qui ferait bien de se faire soigner. Sur le sujet de la vie Psychique et de la vie spirituelle Ce dernier dit « qu’elles sont confondues alors qu’elles représentent deux réalités distinctes » ! Et on peut lire encore bien d’autres « tirlipotages » obsessionnels tournant autour de la »Faute », de la « Blessure », de la rédemption, de la réconciliation. Bref, comme toujours le péché vient du fait que nous sommes pêcheurs… et que ceux qui nous poussent au péché peuvent être absous… Selon que vous soyez riche ou puissant ! Cela ne vous remémore rien ?

MAIS, si vous êtes autant utilisateurs de tels termes, c’est à cause de la faiblesse de votre hiérarchie vaticane qui perdait pied. Autant le concile convoqué par JEAN XXIII et qui, avec un élan immense de contributions démocratiques des prélats et experts de tout le monde, avait apporté espoir et plus de jeunesse, autant la désignation de deux papes notoirement conservateurs et intégristes ont provoqué un exode des catholiques échaudés par des politiques hautement sournoises. Ainsi sous couvert de contributions constructives et pacifiques au développement et au bien-être des peuples la diplomatie Vaticane s’est rapprochée des religions qu’elle combattait : les juifs, les Musulmans, les anglicans, les traditionnalistes, les sectes bibliques. Car le HOBBY UNIVERSEL contre le droit des femmes ,contre le droit à l’avortement, contre le Divorce, contre la reconnaissance des droits homosexuels, contre l’aide assistée pour les personnes très souffrantes en fin de vie prend le chemin de structures d’Etat. En France ce sont les groupes de pressions auprès des Sénateurs et des députés ; Au niveau international ce sont les prises de position du Petit Etat ( en déroute financière) du Vatican, se faisant le porte parole des Juifs intégristes, des anglicans conservateurs, des musulmans fondamentalistes, etc.… auprès des NATIONS-UNIES, de l’UNESCO, de l’OMS, de l’Union Européenne , du Conseil de l’Europe, des cours de justice Européennes.
Le Père BARBARIN est un émule de ce « entriste » pernicieux qui fait souvent plus de mal que de bien quand il rappelle qu’en 2007 un texte sur le mariage a été signé par le Grand Rabin WERTENSCHLAG, le Pasteur Marcel MANOEL, l’imam Azzedine GACCI. On connaît ses rapports avec les députés, sénateurs, élu-es de la Droite populaire Notamment un de ses ouailles Hervé Mariton.

Allons plus loin dans l’Hypocrisie des Religions vis-à-vis des Femmes, de l’évolution de la société notamment.
(Source : Site Zenit.org)

5 Le 9 janvier 2012 Pierre –Olivier Arduin (Fondation Jérôme Lejeune) dénonce le raisonnement utilitariste qui voudrait que l’on juge du droit à la vie d’un « enfant » fœtus en fonction de sa qualité de vie future… (On doit pouvoir vivre génétiquement idiot pendant 40 ans sans doute ?!)
6 Le 4 juin 2012 la Congrégation pour la Doctrine de la foi, sous la signature du Cardinal Levada, a condamné un livre d’éthique sexuelle et familiale de Sœur Margaret Farley, religieuse américaine, qui abordait La masturbation des Hommes comme des femmes, les actes homosexuels, les unions homosexuelles, l’indissolubilité du mariage, le divorce et le remariage… (cette religieuse avait une vision humaine et adaptée à la vie de notre temps. Elle a été condamnée… elle était Femme ! Minable !)
7 Le 6 juillet 2012 Monsignore Silvano M.Tomasi, observateur permanent du « Saint-Siège » aux nations-Unies à Genève est intervenu au cours de la 20e session du Conseil des droits de l’Homme , portant « sur la violence contre les femmes » rappelle que » là où la femme est discriminée et sous-évaluée pour le seul fait d’être femme », les chrétiens doivent « se faire les promoteurs d’une culture qui reconnaisse la femme, dans le droit et dans la réalité des faits, la dignité qui lui revient » … ( Une mère séparée ne serait pas un bon socle d’épanouissement selon l’Eglise… On- t’il consulté
ces femmes, ces Hommes sans cœur !)
8 Le 29 juillet plus tard, le cardinal Giovanni Battista Re, Préfet de la congrégation des évêques, a justifié l’excommunication de la mère d’une Brésilienne de 9 ans ayant avorté après avoir été violée par son beau-père car les jumeaux qu’elle portait « avaient le droit de vivre » ainsi qu’à toute médicale qui avait pratiqué l’avortement… (C’est l’exemple le plus odieux dont ce vieillard est coutumier !)
9 Et tant d’autres articles aussi révoltants… Voici de beaux exemples de la lâcheté de cette Religion
10
Ainsi l’EGLISE RESPECTE LA DIGNITE DES FEMMES. Tout comme l’Episcopat Français qui sous la pression de la nonciature accepte sans révolte ni réaction le choix et la nomination d’évêques la nomination de
Pasteurs et responsables de Diocésains obéissant à la dialectique de la « communauté de l’Emmanuel » et de l’opus Dei, très restrictives sur l’évolution de la présence et du droit des femmes.

Mais je constate que j’ai été long tant on pouvait s’insurger contre cette appel à la désobéissance civique.

« DAVID & JONATHAN », association à laquelle j’appartiens s’est élevée contre l’homophobie rampante que va accentuer cette prise de position de l’Episcopat, tout comme les associations LGBT et les différents partis qui défendent la laïcité, la séparation des Eglises et de l’Etat, la Prééminence du Pouvoir civil sur la légitime existence de la pratique religieuse, si on y adhère.

Lisez le blog de Thierry Jaillet, essayiste catholique qui dit « Le mariage homosexuel libère l’Eglise »
La contribution de l’anthropologue Maurice Godelier qui argumente sur le thème :
« L’homoparentalité et le mariage gay s’inscrivent dans un long processus historique ».
Sa certitude : « J’estime, contrairement à l’anthropologie dominante, que la famille et les rapports
de parenté ne président pas aux fondements de la société… Qu’est-ce qui fait la société ? Ce n’est
pas la famille c’est quelque chose qui déborde et traverse la parenté. A partir du moment où vous
vous rendez compte de ça, il est logique d’en conclure que l’évolution de la famille et de la parenté
ne vont pas faire s’écrouler la Société »

C’est également la mienne ! Et je conclue : Si les Religions n’évoluent pas dans le respect des différences et des évolutions incontournables elles perdront leur sens et leur utilité.
ET en complément :
Philosophie de bon matin ! ce 31 août 2012

Interrogé ce matin sur France Inter par Patrick Cohen, à l’occasion de la sortie de son livre "Les désorientés", Amin Maalouf, de l’Académie Française, dit :

"Les gens aujourd’hui proclament leur appartenance religieuse et s’imaginent que cela dispensent d’avoir des valeurs morales. Je pense que ce qui est important c’est la manière dont les gens se comportent.

Pour moi toutes les religions produisent des saints et des assassins, et le fait qu’une personne dise "je suis adepte d’une telle ou telle foi" ne me dit rien sur cette personne.
Ce qui me dit quelque chose sur cette personne, c’est son comportement, son attitude à l’égard des autres."

La question sera alors réglée pour une morale laïque et dEtat.

repondre message

Ce qui est dingue, c’est d’instrumentaliser le 15 août et Marie pour un combat intégriste contre le mariage civil homosexuel (qui ne regarde en rien l’Eglise puisqu’il n’y a pas de demande de mariage religieux) et contre l’adoption d’enfants pour les homosexuels.
Une Marie qui était exempte de tout jugement étant donné son vécu, sa formation au Temple et qui n’a pas fait une scène à son fils quand il a choisi Marie-Madeleine mais aussi une vie nomade...

Mais au moins cette instrumentalisation idéologique et politique du 15 août montre une chose : la radicalisation intégriste qui s’est opérée dans l’Eglise institutionnelle ces dernières années à travers différentes nominations d’évêques réactionnaires en France. Et leur volonté toujours vive d’imposer leurs idéologies mortifères au plan politique. On connait la chanson via différents lobbys religieux faisant pression à l’Assemblée Nationale depuis des décennies et qui ont peur, de par le changement politique de l’Assemblée, moins favorable à leurs projets que la précédente, d’être moins en cour, moins écoutés, ayant moins les mains libres et peut-être quelques redressements fiscaux ou enquêtes de situations un peu trop facilement accordées (genre utilité publique pour certaines fondations on ne peut plus controversées).

Et cette instrumentalisation du 15 août montre par là même l’état dramatique de l’Eglise de France et le divorce consommé entre la population et les instances religieuses. Divorce qui n’ira qu’en accentuant étant donné la posture intégriste des portes-paroles religieux catholiques. Sur lesquels s’alignent les autres mouvances intégristes des autres religions monothéistes. A ce jeu de toujours plus de radicalité, les mouvances intégristes des religions du Livre sont ex-aequo. Comme dans la bêtise et le contresens.

Le mariage religieux, c’est la bénédiction de Dieu de deux individus qui la sollicitent pour aider leur relation à deux et à mieux faire ensemble leur vie commune.
Dieu ne tient pas des comptes comme un épicier et ne juge pas le couple comme un marchand de bestiaux le ferait avec des juments poulinières.
Heureusement.

Le plus pathétique dans l’histoire, c’est que la volonté de ségrégation, de restriction vient d’une institution radicalisée qui compte dans ses rangs cléricaux un grand nombre d’homosexuels, d’hommes qui vivent maritalement dans le secret et sans être mariés avec ou conjoint ou conjointe, ont parfois des enfants toujours officieusement, d’autres accumulent les crimes sexuels, sont malgré tout aimés de Dieu et bénis par lui mais prétendent imposer à tous les non-religieux un cadre strict et des conditions pour obtenir une bénédiction divine...
On marche sur la tête...
Pourtant ces situations internes qui constituent l’essentiel de la vie des clercs devraient amener l’Eglise institutionnelle à réfléchir sur l’absurdité de leur posture réactionnaire et à comprendre que Dieu n’est pas un margoulin et que ce qui compte c’est l’amour et la volonté de vie commune dans le partage, la sérénité et la joie.

repondre message

Je suis rassuré, le test est concluant, la validation des messages montre une absence de courage devant l’évidence : ce camp des "progressistes" est voué à la disparition.
J’espère vous retrouver dans l’Eglise lorsque vous aurez réfléchi.
A bientôt

repondre message

l’Eglise a deux problèmes :
un problème théologique. L’Eglise reconnait que le monde n’a pas été crée en 6 jours. Elle refuse de rentrer dans une démarche d’interprétation pour les textes qui fondent son anthropologie.
Un problème d’homosexualité dans son clergé (occidental). Il n’y a pas d’études très officielles, mais qui a fréquenté un jour un séminaire d’assez pres sait très bien que 30 à 60 des jeunes prêtres sont homo (tradi ou pas)

Alors ?
a-t-on le bon angle de combat du conservatisme de l’Eglise en lui déniant le droit de prier ou de parler sur ce sujet ?
Je ne crois pas... Travaillons les deux points faibles de l’Eglise...
son décalage vis à vois de la modernité, et sa duplicité sur ce sujet !

repondre message

Ouest France de ce jeudi 16 août ,extrait de l’intervention de Mgr Centène ,évêque de Vannes : " le mariage est avant tout une institution .On ne se marie pas parce qu’on s’aime. Avant tout ,on se marie dans le but de transmettre la vie et de construire une famille " ..............
J’en suis restée BABA ... Je crois avoir rarement lu plus IDIOT sur le sujet du mariage . Il nous ramène au rang de simples animaux cet évêque .Et vive les mariages " arrangés" pour perpétuer la " lignée " . C’est un représentant de l’église ce gars ? . Les animaux qui vivent toute une vie en couple devraient pouvoir se " marier " à l’église . Cela ferait remonter le nombre de " croyants",mais Pb , trouverait on de ces animaux qui accepteraient d’être " prêtres" ? ...

repondre message

Une question en passant : est-ce qu’à Golias on prie ?

repondre message

Mgr Vingt-Trois, vous n’êtes pas l’Eglise tout seul 16 août 2012 08:24, par Richard Lavigne (Périgueux)

Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence épiscopale catholique, a en effet proposé le jour de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie une insolite « prière universelle » pour la France et pour la famille à lire dans les églises de notre pays. Après tout, c’est son droit de vouloir restaurer une prière pour la France tombée en désuétude, et aujourd’hui signe de ralliement du catholicisme traditionaliste et conservateur. Comme c’est son droit de partir en guère masquée contre le projet de légalisation du mariage homosexuel et l’adoption qui lui est corollaire, et contre une éventuelle nouvelle législation sur la fin de vie.

J’ai vu ainsi ses prédécesseurs essayer d’endiguer et de combattre depuis ma jeunesse étudiante, successivement :
-  les relations hors et avant le mariage dont, jeunes catholiques, nous abusions je l’avoue mais ne nous confessions guère ;
-  la pilule (paraît-il trop peu naturelle) ;
-  le préservatif masculin et la position scandaleuse (pour ne pas dire pire) de l’autorité ;
-  la procréation assistée et in vitro à l’intérieur d’un couple stable et même marié à l’Eglise (pas assez naturelle non plus) ;
-  le PACS.

J’en oublie sans doute dans cette triste litanie de combats conservateurs et d’arrière-garde abusivement menés au nom de l’Evangile. Car l’Evangile, tel que je le comprends, est non une Parole de condamnation mais de libération, non d’écrasement mais de relèvement, non d’exclusion mais de réconciliation et d’unité, non de division mais de paix…

Et si Mgr Vingt-Trois, et Mgr Barbarin qui s’est largement exprimé dans les médias, sont l’Eglise, moi et tous les catholiques de France le sont aussi. Et je ne les autorisent pas à parler en mon nom et à dire à ma place ce qui est évangélique ou pas. Il y a sur ces sujets d’autres paroles dans l’Eglise que la leur.

Et je n’aborderai pas ici les nombreux sujets plus internes à l’Eglise, à sa discipline et à son fonctionnement, sur lesquels je ne suis pas non plus d’accord avec ces messieurs !

repondre message

Bonsoir,
A toutes fins utiles, voici la réaction du Parti de Gauche de Villeurbanne aux dérapages du cardinal Barbarin, dans son interview au Progrès le 13 août, avec notamment cette phrase d’anthologie : "Un Parlement n’est pas Dieu le Père"...

Ici : http://partidegauche-villeurbanne.over-blog.net

repondre message

Avez-vous titré il y a deux ans jour pour jour : "Quand la Droite est au pouvoir, l’épiscopat prend la défense des Roms" ?
Car aujourd’hui comme hier, annonçant le Royaume de Dieu, les évêques invitent notre société à défendre LES DROITS des plus petits et des plus faibles : hier il s’agissait de Roms, aujourd’hui il s’agit d’enfants qui eux aussi dont des DROITS et notamment celui de ne pas être instrumentalisés, et d’avoir un père ET une mère conformément à la loi naturelle que même l’homme sans Dieu peut reconnaître.

repondre message

Bonjour,
petit rappel, dans le dogme catholique, ce n’est PAS le prêtre qui pratique le sacrement du mariage, mais les 2 futurs époux ! C’est une relation directe entre les 2 futurs époux et Dieu. Le prêtre n’est là que pour l’enregistrer.
Il ne me semble donc pas y avoir de problème si 2 époux de même sexe choississent de pratiquer le sacrement du mariage ! c’est entre eux et Dieu ! après, si l’eglise catholique ne souhaite pas l’enregistrer, c’est autre chose.

repondre message

....
On peut aussi lire
..
2. « Pour celles et ceux qui ont été récemment élus pour légiférer et gouverner, que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur LES REQUETES PARTICULIERES et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience. ».
Les évêques, Christine Boutin et son PCD semblent en effet faire …. une requête particulière vous en conviendrez . 65% des Français sont favorables au mariage homosexuel et 53% à l’adoption. A moins que l’Eglise et Mme Boutin ne remettent en cause la liberté de penser du peuple la messe est dite et cette prière entendue et exaucée !
......
4. Pour les enfants et les jeunes… qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère.
C’est fort !!! …cesser d’être l’objet du désir de ses parents et de sa famille pour bénéficier de leur amour et… pleinement !!!! C’est vrai que l’Eglise adore les confusions : mon père, ma mère, ma sœur, mon frère…Mélanger désirs, conflits…. J’y perds mon latin même en essayant de m’appuyer sur mes compétences professionnelles validées par un diplôme et l’expérience ce qui devrait tout de même éclairer ma lanterne.
…………Ah oui !..... Seul les initiés peuvent comprendre !

repondre message

Bonjour. Il est commun de prier pour ceux qui ont la responsabilité des affaires publiques afin qu’ils agissent pour le bien de tous. Parce que la prière universelle proposée aujourd’hui par le cardinal Vingt-Trois est médiatisée, beaucoup découvrent ou font semblant de découvrir cette réalité. Il suffit de lire les propositions de prières universelles que font régulièrement les revues liturgiques (Fiches dominicales, Dimanche en paroisse, Signes d’aujourd’hui, Prions en Eglise, etc.) pour vérifier que les communautés chrétiennes sont souvent inviter à prier pour les élus, les responsables économiques et tous ceux dont la responsabilité peut par exemple influer sur le partage des richesses, le démantèlement ou la délocalisation d’industries qui plongent dans le chômage et la précarité nombre de travailleurs. Les chrétiens ont le droit de prier pour les riches comme pour les pauvres, pour ceux qui ont le pouvoir et ceux qui n’ont rien, pour ceux qui n’ont plus de travail ou les enfants qu’une société envisage sans père et mère... Déjà dans l’Antiquité chrétienne, les prières d’intercession priaient ainsi pour les dirigeants. La liturgie l’impose d’ailleurs chaque Vendredi-Saint dans la "grande prière universelle". Il est donc déplacé de votre part d’invoquer le Front National ou les intégristes dont la liturgie ignore au contraire la prière universelle dominicale en usage dans l’Eglise primitive et restaurée par la réforme liturgique issue de Vatican II !

repondre message

Le problème c’est que la sincérité et l’affirmation du désir ne sont pas des critères de vérité. La sincérité peut cacher des erreurs qui se révèlent redoutables de conséquence ; quant au désir on connait ses fluctuations ; peut-on véritablement construire quelque chose de sérieux sur ces deux critères ? Nous savons au quotidien ce que le désir et la sincérité produisent comme drame chez les couples qui se déchirent.
Notre société est marquée par la violence et l’agressivité dans les relations les plus banales, n’est-ce pas là aussi la conséquence de son désir que l’on considère comme incontournable ?
Une fois de plus il est plus facile de dire que l’Eglise doit s’adapter aux meurs de son époque qu’accepter de remettre en cause les moeurs de son époque en les passant au crible de l’Evangile.
Je crois que l’anthropologie chrétienne, même si elle est malmenée actuellement, a un avenir prometteur. Quand on aura fait table rase de tout, laissant à chacun la liberté de se construire à l’aune de sa sincérité et de son désir, elle restera la seule colonne vertébrale qui permettra à l’homme de recoller les morceaux, de se reconstruire.

Par contre, j’aurai préféré un affrontement franc dans un débat public que cette prière universelle inaudible qui n’ose pas affirmer clairement ce qu’elle semble vouloir dire.

repondre message

Quand la Gauche est
au pouvoir, l’épiscopat prie
pour la France...
15 août 2012 08:16, par bernard, qui s'essaie à être disciple de Jésus.

J’eus aimé que Golias nous en dise en peu plus sur ce sociologue dont il nous révèle le nom à la fin de cet article... Où pouvons-nous lire les résultats de sa recherche ?

repondre message

ce n’est pas l’épiscopat qui prie, ce sont les fidèles !!!

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune