Parution : 17 novembre 2012
" Mariage Gay" - La croix et la bannière
Par Golias

Au mois de juin et au début du mois de juillet, nous avons vu les hérauts de l’intégrisme catholique défiler sur tous les plateaux et devant tous les micros qui se tendaient pour rappeler leur farouche opposition au projet de loi sur le mariage ouvert aux homosexuel et l’homoparentalité. Certains n’y voient que folklore. Mais l’on au-rait tort de sous-estimer leur influence à moyen terme : l’on se rappelle que durant le PaCS, ils étaient par-venus à mettre à sac les rues de Paris à coups de slogan d’une violence sans précédent et que la pétition initiée par Michel Pinton avait contraint le gouvernement Jospin à faire machine arrière sur la signature en mairie.Et nul doute qu’en 2013, la Droite Populaire, qui va désormais afficher sans complexe ses positions, leur prête-ra main forte au sein de l’Assemblée Nationale, ses membres partageant des accointances incontestables.

68 commentaires
En pied de l'article.

C’est aussi parce que ces derniers mois, du Printemps 2011 à Avignon, en passant par l’affaire du Théâtre de la Ville à l’automne dernier, ont vu l’émergence médiatique d’Alain Escada, dont la rhétorique et l’argumentation sont suffisamment habiles pour être appréhendées avec méthode, qu’il faut se préparer. L’homme est devenu l’interlocuteur privilégié dès qu’il faut mettre en place un débat contradictoire et ce "passeport médiatique" risque, à coups surs, fait de lui "LE" représentant des opposant au projet de loi, quand l’homme est surtout à la tête d’un Institut Intégriste, se revendiquant de la Fraternité St Pie X, dans la droite lignée de St
Nicolas Du Chardonnet .

C’est dans ce contexte que l’auteur s’est plongé dans toutes les interviews et autres émissions où ont été invités Christine Boutin, la pasionaria du PaCS, qui prolonge le rôle qu’elle avait déjà joué 1999 et Alain Escada. De la même manière, je suis allé sur leurs sites respectifs afin de produire un contre-argumentaire pédagogique face à leur rhétorique et afin, aussi, de débusquer le double discours de ceux qui prétendent, en outre, réfuter l’accusation d’homophobie.

La rhétorique d’Alain Escada et de Christine Boutin est déjà parfaitement rodée et peut s’avérer d’une redoutable efficacité dans le feu d’un débat ou à l’égard de citoyens sans opinion ou indécis. Ainsi ai-je tenté de désamorcer quelques arguments comme la question de la polygamie que se plait à agiter Alain Escada en expliquant que si l’on remet en cause une des deux conditions du mariage, rien n’empêche d’en faire autant avec la seconde, comme celle sur la différence entre « les droits à l’enfant » et « les droits de l’enfant », ou encore la fameuse étude du Texas qui serait LA réponse scientifique qui donnerait raison au clan des opposants…
Chacun des douze arguments est cité, avec référence à la clef, puis analysé pour enfin se terminer par la contre-argumentation qui permet de leur répondre.
Mon essai commence aussi par retracer l’itinéraire de Civitas et de son président, Alain Escada et des douze derniers moins de la plus connue du grand public Christine Boutin pour contextualiser le débat.

Puis il dissèque tous les arguments utilisés par les hérauts de la cause intégriste, qui loin de se réduire à la caricature que l’on avait vue en 1999, ont vocation à contaminer le débat public. Certains se garderont bien de montrer quelconque accointances avec eux, mais ils ne se priveront pas d’utiliser leurs arguments pour se les approprier. De la même manière que le FN n’a pas eu besoin de siéger à l’Assemblée Nationale pour voir son pro-gramme et ses idées reprises y compris par Nicolas Sarkozy, notamment dans l’entre deux tours de la présidentielle. Civitas , Alain Escada et Christine Boutin auront beau jeu de prétendre qu’ils auront alors “ fait avancer le débat ”. Et déjà, Civitas se félicite de la tribune d’Ivan Roufiol dans Le Figaro qui reprend l’argument selon lequel si on autorise aux homosexuels de se marier, rien n’empêchera les revendications en faveur de la polygamie ressurgir.
Il n’est nulle question de nier qu’il puisse y avoir un débat de société autour de ce projet de loi. Ni même de discréditer systématiquement ceux qui ne seraient pas en accord avec le projet de loi. Ce n’est pas parce que la proposition était dans le programme de François Hollande et dans ceux des députés issus de la majorité qui a été élue à l’Assemblée Nationale, qu’une telle modification n’invite pas à en parler. La légitimité du vote n’est pas contestée mais elle ne suffit pas à faire l’économie d’un véritable travail de pédagogie. Car tout passage en force sur un tel sujet de société n’aboutirait qu’à une incompréhension des Français. Un tel sujet nécessite que l’on prenne le temps.

Il ne s’agira donc pas de rester sourd aux véritables doutes et peurs de ceux qui seront peut-être réticents à l’idée de voir s’étendre le mariage avec tous les droits que cela entraine sur l’homoparentalité. Mais il s’agit d’éviter de voir l’exercice pédagogique qui est proposé à notre République se métamorphoser en tribunal caricatural, où les mensonges et les manipulations triompheraient sur le bûcher de la religion, ou plutôt de sa représentation telle que la voient ceux qui tentent de l’instrumentaliser.

La croix et la bannière. Symboles de la foi et du drapeau arc-en-ciel. Mais symbole aussi d’une lutte qui s’avèrera plus difficile que ne le laisse paraître une opinion favorable. Qu’en sera-t-il quand les opposants les plus caricaturaux auront distillé leur venin, au lieu tout simplement de reconnaître que le projet ne cherche qu’à faire respecter que le pilier central de notre République, l’égalité ? Mon essai vise donc à apporter de la raison dans l’attirail argumentatif de ceux qui seront prêts à tout, jusqu’à l’émotion, pour troubler un débat légitime dès qu’il s’agit de révolution sociétale.

Pour aller plus loin :
"Mariage Gay" - La croix et la bannière - 128 pages - 12 euros, éditions Golias - BP 3045 - 69605 Villeurbanne cx

68 commentaires
" Mariage Gay" - La croix et la bannière 14 mars 2013 11:36, par lannig al louarn

Le nouveau pape considère que l’homosexualité c’est " Le démon infiltré dans les âmes " . Avec une telle conception de la nature humaine il aura du boulot au Vatican pour chasser Satan . On peut d’ailleurs se demander si ce dernier n’a pas fait voter un peu pour lui ...

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 10 décembre 2012 01:15, par lannig al louarn

Très bon article sur Marianne de cette semaine sur l’homosexualité parmi les clercs de l’ Eglise . 8 pages avec des témoignages de clercs . On comprends mieux la riposte de la hiérarchie au projet de mariage pour tous .

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 7 décembre 2012 23:13, par Eric

Je regarde par hasard cet article, comme d’autres articles avant celui-ci. Je suis homosexuel et j’étais catholique.....jusqu’à ces derniers jours. J’ai fait une demande d’apostasie car je ne peux plus cautionner les propos régilèrement tenus par les Evêques de France me diabolisant, me caricaturant,m’insultant...... Le Christ m’a apporté tellement d’amour, le Christ m’a enseigné tellement tellement d’amour, de partage que je ne trouvent plus dans cette église qui déversé tellement de haine ces dernières semaines. Je suis triste ! Alors parce quand tant que citoyen français il est normal d’avoir des devoirs et de les accomplir, il est également normal (article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme dont la France est à l’initiative : les hommes naissent libres et égaux en droits) d’avoir les mêmes droits........

repondre message

Homosexualité... 29 novembre 2012 14:29, par Joël

Etre homosexuel(le), ce n’est pas une rupture mais une grâce qui amène différemment sur les chemins de la révélation. L’ amour homosexuel celui des corps et des sentiments, transcende, colore, intensifie, densifie aussi le beau mystère de l’ Amour qui révèle cette simple vérité : j’aime, je suis aimé, je suis sauvé. Sous couvert ’du droit de l’enfant’, les ’antis’ cachent mal leurs difficultés à conceptualiser à mentaliser, la tendresse, l’amour que deux personnes de mêmes sexes, par leurs pratiques sexuelles, peuvent se donner et pourront donc par extension donner à un enfant. Il s’agit bien en filigrane d’une ’homosexualitéphobie’ non assumée publiquement parce que non politiquement correct. La rupture sociale est bien là, une partie de l’humanité qui reçoit l’imprimatur des zélotes et des pharisiens, refuse l’expression de ’ces amours’. Les homosexuel(les) citoyens français, militants ou pas, assumant leur égalité des devoirs, aspirent à une légitime égalité des droits qui concerne aussi pour certains d’entre eux, celui à faire famille. Merci aux hétérosexuel(les) qui comprennent cette aspiration et peuvent même supporter cette simple et belle revendication. Merci aux politiques qui avec convictions soutiennent ce projet et témoignent à leur façon que la société sécularisée, laïcisée porte aussi les traces de la compassion, de la charité, de ce regard d’amour que Jésus porte sur notre humanité.

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 25 novembre 2012 09:11, par Sisinio Orsin

Votre article ,à juste titre, me semble-t-il, pointe du doigt toujours les mêmes qui cherchent, non seulement à s’approprier ce débat mais aussi à l’orienter selon leur mode:c’est là où ils excellent en voulant se placer dans une posture centrale,agitant les peurs.
Certains qui semblaient modérés et ouvert pour un débat loyal, se trouvent compromis avec les plus intransigeants:c’est en parti ce que je retiens du post en question.
Peu nombreux,ils font beaucoup de bruit.
Ils sont satisfait quand ils font parler d’eux sur la place publique et se sentent pousser des ailes ;le mieux serait peut-être d’en parler moins,cela tasserait sans doute leurs mégalomanies.

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 23 novembre 2012 12:08, par Benjamin

J’ai trouvé ce très beau texte de Michel Serres (Entretien accordé par Michel Serres à La Dépêche du Midi et paru le mercredi 24 octobre 2012)

"Cette question du mariage gay m’intéresse en raison de la réponse qu’y apporte la hiérarchie ecclésiale. Depuis le 1er siècle après Jésus-Christ, le modèle familial, c’est celui de l’Eglise, c’est la Sainte Famille. Mais, examinons la Sainte Famille. Dans la Sainte Famille, le père n’est pas le père : Joseph n’est pas le père de Jésus, le fils n’est pas le fils : Jésus est le fils de Dieu, pas de Joseph. Joseph, lui, n’a jamais fait l’amour avec sa femme. Quant à la mère, elle est bien la mère mais elle est vierge. La Sainte Famille, c’est ce que Levi-Strauss appellerait la structure élémentaire de la parenté. Une structure qui rompt complètement avec la généalogie antique, basée jusque-là sur la filiation : la filiation naturelle, la reconnaissance de paternité et l’adoption. Dans la Sainte Famille, on fait l’impasse tout à la fois sur la filiation naturelle et sur la reconnaissance pour ne garder que l’adoption. L’Eglise, donc, depuis l’Evangile selon Saint-Luc, pose comme modèle de la famille une structure élémentaire fondée sur l’adoption : il ne s’agit plus d’enfanter mais de se choisir. A tel point que nous ne sommes parents, vous ne serez jamais parents, père et mère, que si vous dites à votre enfant "je t’ai choisi", "je t’adopte car je t’aime", "c’est toi que j’ai voulu". Et réciproquement : l’enfant choisit aussi ses parents parce q’il les aime. De sorte que pour moi, la position de l’Eglise sur ce sujet du mariage homosexuel est parfaitement mystérieuse : ce problème est réglé depuis près de 2000 ans. Je conseille à toute la hiérarchie catholique de relire l’Evangile selon Saint-Luc, ou de se convertir."

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 21 novembre 2012 09:15, par Véronique p

Ceux qui ne sont pas d’accord avec la position de la Conférence des Évêques de France au sujet du "mariage pour tous", seront sans doute intéressés par cette pétition.
En voici le lien et le texte :
http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N31600

"Pétition Sur le mariage, l’Église aussi est diverse
Aux responsables ecclésiaux

Nous ne sommes personne, juste des hommes et des femmes interpellés par le Christ. C’est ce qui nous réunit. Nous sommes chrétiens, nous sommes chrétiennes, chacune et chacun à notre niveau d’engagement, avec nos doutes, nos joies et notre espérance. Notre foi n’a peut-être pas la taille d’une graine de moutarde mais elle est bien là.

Cette foi, cette culture, ces valeurs forgent notre relation au monde et c’est bien parce que nous cherchons à vivre l’Évangile que nous sommes favorables au « mariage pour tous ». Les chrétiens sont dans leur rôle quand ils participent aux débats qui animent la société française et nous y prenons part.

Nous sommes peinés de voir que la seule parole chrétienne audible soit celle du refus du « mariage pour tous ». Tout en comprenant et respectant les arguments des opposants, nous ne les partageons pas. Il n’y a là rien de dramatique ni d’exceptionnel.

Nous sommes peinés de constater que nombre de nos frères et sœurs chrétiens, à commencer par les responsables religieux, dépensent démesurément plus d’énergie pour peser médiatiquement sur cette question du « mariage pour tous » que sur d’autres sujets où la parole chrétienne est tout aussi légitime, comme l’accueil des étrangers, le culture de la paix, le refus de la misère et de la marchandisation du monde …

Nous sommes peinés de voir que la diversité des opinions chrétiennes n’est pas honorée par ces prises de position, que la richesse des désaccords n’est pas célébrée. Chers responsables religieux, dans votre enthousiasme militant, n’oubliez pas que les chrétiens sont divers. Ne peignez pas une Église d’une seule couleur : non, il n’y a pas qu’une seule façon de suivre le Christ.

Nous ne sommes personne mais nous sommes multitude : nous sommes aussi l’Église."

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 19 novembre 2012 16:19, par Pierre Gouet

Je n’écris pas aussi bien que vous et avec votre autorité de directeur de conscience. Laissez moi toutefois vous dire que :
1/ nous ne sommes plus à l’époque de la Gaule. Le Cardinal Barbarin semble l’oublier. Dans ma province profonde un patois utilise "gauler" comme équivalant de "Fouetter, punir" ; Cela lui và très bien avec son air tourmenté d’Ignace de Loyola, de Torquemada... mais il ne reflète aucune bonté , aucune compassion. Si c’est un "souffrant pour le Christ" il tient son rôle à merveille.
2/ Monseigneur Barbarin a eut tort de mélanger les "Genres".... Vous me direz, c’est un comble. Mais se planter à ce point entre son rôle de pasteur des brebis de son diocèse et de garde-chiourne de la bonne ville de Lyon dans toute sa diversité citoyenne, cela relève d’une agressivité qu’il faut soigner. Il est en manque !
3/ Il n’aurait pas du se mêler à la "clownerie" de défilé à Lyon, en soutane. C’était une manifestation de citoyennes et de citoyens et n’oublions pas que l’on fait beaucoup la chasse en ce moment aux port d’un signe distinctif de religion.... Tous ces bons coeurs catholiques m’ont attendri avec leur soudaine ouverture à l’homosexualité. Ce faisant , ils ont fait sûrement mieux que toutes les campagnes d’informations sexuelles en évoquant l’existence de l’homosexualité aux joyeuses meutes de petits scouts et aux petites filles à ruban ! ( Là je me rends compte que la mode à évolué !).

Je ne pourrais pas mieux parler du sujet en sortant ce texte du blog de mon Ami Loquito qui sort ce texte d’un membre éminent de "David et Jonathan".

Texte de Jacques Fraissignes, prêtre-ouvrier, membre de David et Jonathan

Source : texte transmis par l’association David et Jonathan, membre de la Fédération Réseaux du Parvis. Pris sur le Site Protestants dans la ville.

D’où parlent-ils ?

Jésus n’a pas fondé de famille et sa propre famille est hors norme. Le mariage de ses parents n’a pas été consommé, selon la tradition chrétienne. Sa filiation demeure symbolique.

Jésus a toujours eu une grande liberté devant les mœurs de son époque. A part le rappel dans l’évangile de Matthieu de l’indissolubilité du mariage, son approche de la sexualité est très libre. Il accueille favorablement les femmes qui semblaient mettre en danger les institutions de l’époque. Il fait un rempart de son corps entre la femme adultère et ceux qui voulaient la lapider. Il ne la condamne pas. Il accueille la Samaritaine au puits de Jacob. Il note au passage que son cinquième mari n’est pas vraiment son mari et parle aussitôt d’autre chose. Il partage avec elle des sommets de spiritualité et lui donne ainsi une dignité étonnante.

Jésus est souvent accompagné d’hétaïres, ces femmes héritées de la tradition grecque qui vont cheveux au vent et discutent d’égal à égal avec les hommes. Elles se nomment Marie de Magdala, Marie de Béthanie… Pécheresses, elles le sont, aux yeux des juifs, moins par leur liberté sexuelle que parce qu’elles contestent l’ordre patriarcal établi qui veut des femmes voilées, soumises et muettes.

C’est l’une d’elles qui vient chez Simon le pharisien, tandis qu’il est à table. Sans un mot, elle lave ses pieds avec ses larmes, les sèche de ses cheveux, les embrasse et verse sur eux un parfum de grand prix. Simon, goguenard regarde la scène et se dit que le prophète qu’il a invité n’est guère clairvoyant. Jésus retourne la situation, reproche à Simon la froideur de son accueil et cite en exemple la foi de cette femme qui n’a pas dit un mot et s’est exprimée par ses seules techniques de courtisane.

Jésus n’est pas obsédé par le sexe. L’Esprit de l’Evangile peut accueillir toute personne sans acception de son mode de vie.

Quand Jésus parle de la famille, il marque sa distance. Pour entrer dans son Royaume, il demande qu’on renonce à sa famille. Il dit que cette famille sera divisée à cause de lui. « Qui sont mes frères ? Qui est ma mère ? Ceux qui font la volonté de mon père, voilà qui est pour moi frère, sœurs, mère. » Jésus n’est pas obsédé par la famille et il paiera de sa vie cette liberté de ton, le pragmatisme avec lequel il rejoint les personnes dans la réalité de leur vie sans être esclave des principes. Je n’ai pas entendu parler ce Jésus à Lourdes.

J’ai par contre entendu l’institution qui, au 13e siècle, s’est donné pour mission de moraliser le comportement de ses fidèles. Dans un même temps, elle a fait du mariage le 7è sacrement, imposé définitivement le célibat aux prêtres et préparé les bûchers destinés aux sodomites et aux sorcières. Faute de références évangéliques, elle a construit ce qu’elle nomme la morale naturelle qui emprunte plus à Aristote qu’à la Bible. Cette morale naturelle est incompréhensible à nos contemporains.

Les modes de conjugalité évoluent en même temps qu’évoluent les modes de vie. Concrètement, la contraception, vilipendée par Rome, a permis la création de couples de jeunes hommes et de jeunes femmes qui vivent ensemble, s’aiment et construisent leur stature d’adulte. Ils ne demandent pas la reconnaissance du mariage, n’ont pas de projet d’enfants à court terme, et se veulent provisoires. Vers la trentaine, ils décident de devenir une famille et de faire des enfants et, éventuellement de se marier pour officialiser cette famille. Dans le même temps, des couples de même sexe sont devenus visibles et reconnus par le Pacs, fruit de leur revendication. Ce Pacs a été dénoncé par Rome qui a tout fait pour qu’il ne voie pas le jour. Aujourd’hui, certains évêques le trouvent très utile et proposent qu’on améliore son contenu. Curieusement, ce Pacs a été adopté à 95% par des couples hétérosexuels. Ils y trouvent un cadre juridique protecteur et peu contraignant. Aujourd’hui, un enfant sur deux naît hors mariage. Les évêques qui se veulent défenseur de l’anthropologie ont-ils pris la mesure de cette évolution des mœurs ?

Actuellement, de nombreux couples de même sexe sont devenu famille ou désirent le devenir en accueillant des enfants. Les techniques modernes proposent la PMA pour les couples de lesbiennes. Les couples d’hommes ont des enfants venus de mariages précédents. Ils adoptent, utilisent la maternité pour autrui ou la coparentalité. Ils demandent pour ces familles d’un type nouveau qu’on leur accorde la possibilité d’être mariés et de recevoir la reconnaissance sociale et la protection juridique qui en découlent. Demandent-ils seulement les droits ? Demandent-il le statut marital ? Il faut y réfléchir. En quoi la reconnaissance de ces droits enlèvera-t-elle quoique ce soit aux familles telles que nous les connaissons ? Où se trouve la supercherie ?

Les enfants ont le droit de connaître quelle est leur filiation réelle et qui les a appelés à la vie. Il faudra sans doute aménager les registres d’état civil pour qu’apparaisse le conjoint qui n’est pas géniteur et que lui soit reconnu l’autorité parentale. Ce ne serait pas le seul cas où la parentalité ne recouvrirait pas la filiation biologique.

A vouloir dire non à toute évolution comme elle le fait depuis trois siècles, quitte à prendre le train en marche par la suite, l’église de Rome se disqualifie. Certes elle a droit d’interroger la conscience de ses fidèles. Quelle le fasse dans le domaine de sa compétence qui est l’Evangile ! Elle se trouvera alors dans la perspective du concile Vatican II qui voulait cette réconciliation de l’Eglise avec le monde.

(Source : Chêne de Mamré)

MERCI.

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 18 novembre 2012 20:57, par André

Bonjour
A propos du mariage pour tous, je constate que Golias a choisi à nouveau le camp du mensonge, de la destruction et de l’ abomination.
Je ne comprends pas votre volonté d’être souvent du côté du mal, accélérant ainsi la destruction de l’ humanité et donc le retour du Christ qui sera impitoyable pour vous qui avez passé votre temps à cracher sur l’amour et la vérité.
Vivement L’ Amour.

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 18 novembre 2012 20:25, par Maurice Pommier

Je vous remercie d’avoir publié mes deux commentaires précédents et vous adresse celui-ci suite à votre nouvel article sur le mariage gay.
Notons tout d’abord que la deuxième moitié de votre article laisse transparaitre un début de moindre certitude sur l’acceptation par la nation du projet socialiste de mariage gay. J’ai participé hier à Lyon à la manifestation place Bellecour et j’ai été frappé par son ampleur et sa bonne tenue, il me semble en effet que la population commence vraiment à réaliser l’importance d’une ferme mobilisation en face de ce projet insensé. Le 23 octobre, nous étions environ cinq cents, hier plus de vingt mille.
Espérons que la raison prévaudra. Si le pouvoir veut passer en force, qu’il aille directement jusqu’à instituer le mariage à trois, ou plus, qui en serait la suite logique car on ne voit pas en vertu de quel principe on pourrait alors refuser un mariage à trois personnes désirant vivre ensemble, quel que soit leur sexe, mariage qui serait présenté comme très sécurisant pour les enfants adoptés en les mettant à l’abri du risque de se retrouver avec un seul parent en cas de défaillance de l’un d’eux. Il suffirait de prévoir le parent numéro 3 dans le livret de famille. Il faudrait vraiment être ringard pour s’y opposer !
Revenons à l’essentiel en nous mettant à la place des enfants qui devraient affronter une telle situation, artificiellement créée, avec deux parents mais sans père ni mère.
C’est bien d’être écolo, pour suivre les lois naturelles, quand il s’agit du maïs o.g.m. mais c’est encore mieux quand il s’agit de l’Homme, de sa conception à son épanouissement dans sa famille..
Maurice Pommier

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 18 novembre 2012 12:51, par Iconoclaste

Je crois qu’avec cet article, on risque encore de lire des commentaires outranciers et fondamentalistes de nos camarades anti-projet... Tous aux abris !

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 18 novembre 2012 11:01, par Alain

Vous êtes allé, dites-vous, explorer les proses passées de Civitas and Co, genre Boutin.

Je vous félicite de votre courage, et veux vous dire mon admiration : pour moi, j’en ai des haut-le-coeur rien que de penser à eux. Ils sont de religion intégriste, mais ils sont politiquement FN, n’oubliez pas. Sauf le PCD qui est entre le FN et l’UMP tendance Copé.

Oui, le discours est bien rodé, et ils sont désarmants. "Homophobe ?? Moi jamais !"

Je propose de dire bêtement, partout où on peut les rencontrer, cette simple phrase : "et la charité, dans tout ça ?", et de le répéter ad nauseam.

repondre message

" Mariage Gay" - La croix et la bannière 17 novembre 2012 21:52, par Ketboga

Bourgeois,
Profiteurs qui avez pour la plupart bénéficié d’un cadre de vie familiale pluraliste, vous voulez en priver les enfants qui seraient adoptés par des identiques, et faire donner en plus des avantages légaux à cette injstice radicale.
Qui scandalise un enfant ?
Qui a le droit de faire ça à un enfant qui y croit vraiment ... ?

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune