Parution : 3 décembre 2012
Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise..
Par Golias

Alors qu’il manque des milliers de lits d’hébergement d’urgence et que le logement social n’est pas à la hauteur des attentes, il existe des milliers d’immeubles vides ou sous-occupés. Parmi ces espaces vacants, des bâtiments souvent aux trois-quarts vides des couvents, abbayes et monastères. Difficile d’entendre ceux qui sont à la porte ?

27 commentaires
En pied de l'article.

Un « city-tour » pas tout à fait comme les autres avait lieu le 31 octobre à Paris, la veille de la trêve hivernale qui interdit les expulsions jusqu’au 15 mars. Seuls les squatteurs , qui n’ont pas de contrat de location, échappent à la règle. Organisé par l’association Droit au logement et le collectif Jeudi noir, le circuit ciblait une quinzaine de bâtiments vides : immeubles appartenant à des sociétés foncières, des compagnies d’assurance, des banques, des propriétaires privés ou à l’État. Un somptueux hôtel particulier de 1500 mètres carrés place des Vosges, inhabité depuis 1965, 5000 mètres carrés de bureaux vides depuis 2010... Choix symboliques qui interpellent une société sourde à la détresse et à la mal-vie qui touchent des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. 

Des chiffres révélateurs d’une irresponsabilité sociale

Dans cette opération médiatique, le Dal et le collectif Jeudi noir prenaient au mot la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement Cécile Duflot. Laquelle avait affirmé quelques jours auparavant, le samedi 27 octobre, que la réquisition de logements vacants pouvait « faire partie des dispositions à mettre en œuvre » pour accueillir les sans-abri et les mal-logés. Mais le projet de loi dit « de mobilisation pour le logement social » faisait bientôt machine arrière après le vice de forme dénoncé début octobre par le Conseil constitutionnel. Présenté aux députés le 14 novembre, le nouveau texte fait disparaître l’amendement levant les obstacles aux réquisitions. Les propriétaires ont un délai de vingt-quatre mois pour faire des travaux et louer leur bien. Et si on ajoute les délais de procédure, au minimum trois mois, l’efficacité du dispositif est reportée au mieux à avril 2015. Tandis que l’hiver s’annonce, des milliers de personnes sans domicile fixe survivent entre la rue et les hébergements d’urgence, et des milliers d’autres doivent restreindre leurs frais de chauffage. Des morts seront encore à déplorer, et des bonnes âmes ne manqueront pas de s’apitoyer sur leur triste sort... Dans un pays considéré comme le neuvième plus riche du monde, les chiffres donnent la mesure de ce qu’il convient d’appeler une irresponsabilité sociale : 150 000 personnes sans domicile fixe en France, selon un rapport de 2011 de la Cour des comptes. Et toujours en 2011, l’Insee dénombrait 2,39 millions de logements vacants sur l’ensemble du territoire... alors que 900 000 logements sociaux manquent à l’appel. A Paris, où 130 000 personnes sont en attente de logements financièrement accessibles, il existerait, selon le Dal et Jeudi noir, pas moins de 120 000 logements vacants et plus du double en immeubles de bureaux. Dans cette belle capitale qui fait la joie des touristes, près de la moitié des appels reçus par le Samu social restent sans solution.
Et pendant que certains frappent vainement à la porte, la spéculation va bon train. Car pour nombre de propriétaires, il est plus intéressant de garder des logements vides pour mieux les vendre au moment le plus favorable. Et que dire des ensembles immobiliers des communautés religieuses, plus d’une centaine à Paris et pour la plupart sous-occupés ? Si certaines de ces communautés ont fait le choix de vivre à l’étroit dans des quartiers populaires, la plupart résident dans des bâtiments qui dépassent parfois 1 hectare. Rien qu’à Paris la liste est révélatrice. Avenue Denfert-Rochereau, les Visitandines vivent dans une immense bâtisse devenue bien trop grande, au cœur d’une propriété de 2,2 hectares. Non loin de là, les quinze capucins de la rue Boissonade et les dix-huit franciscains de la rue Marie-Rose se « contentent » d’immeubles dont l’importance et la superficie sont un défi à la raison même. Toujours dans les quartiers haut de gamme, près du Panthéon, les sœurs de l’Adoration ne sont plus que quatre et pas franchement à l’étroit dans une vaste bâtisse qui ferait le bonheur de nombreuses familles, comme les locaux de l’ancien séminaire Saint-Sulpice, entre le jardin du Luxembourg et Saint-Germain-des-Prés, qui hébergent une vingtaine d’étudiants, des curés et des prélats de passage. Les quelques sœurs du Bon Secours de la rue Notre-Dame-des-Champs, dans le VIe arrondissement, ne sont pas non plus mal loties avec un demi-hectare à leur disposition. Le monastère des sœurs de Saint-Joseph de la rue Méchain dans le XIVe arrondissement, 1,6 hectare « seulement » et des milliers de mètres carrés disponibles, accueille trente religieuses. Dans le XIIe arrondissement, à la limite de Vincennes, quelques sœurs et pères des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration se retrouvent dans un espace de 2,3 hectares avec sept religieuses de l’Enfant-Jésus du Puy. Et au sein de la propriété, les imposants bâtiments qui bordent la rue Picpus sont inemployés. Rive droite, après une petite traversée de la Seine, encore 1,1 hectare pour la dizaine de religieuses de l’Assomption... 

Des privilèges d’un autre âge

Ne serait-il pas plus judicieux de négocier la transformation d’une partie de ces bâtiments disponibles en logements sociaux ou en hébergements d’accueil ? Simple charité chrétienne qui pourrait s’ouvrir sur une vision à plus long terme. Et exprimer de façon concrète la préférence donnée aux pauvres, proclamée urbi et orbi. Mais l’Église, ses monastères et congrégations s’accrochent à des privilèges d’un autre âge, et la proximité des plus modestes ne soulève pas toujours l’enthousiasme. Les Petites Sœurs des pauvres possèdent une propriété de 1 hectare boulevard Murat, à proximité du Parc des Princes, et souhaitent s’en défaire depuis une dizaine d’années. Il y a six ans, la vente avait failli se faire avec le promoteur Cogedim et la Mairie de Paris qui voulait construire des HLM, une maison de retraite, quelques appartements privés et ouvrir un jardin public. Du logement social ! Hérésie dans le très chic XVIe arrondissement de la capitale. Les paroissiens ont mis le holà en multipliant les recours en justice. Comme quoi, et ce n’est pas une nouveauté, les catholiques aisés ont tendance à ignorer les catholiques plus démunis. Il ne manque pourtant pas de catholiques dans les HLM, et il y a fort à parier que nombre de SDF sont baptisés.

Mais les pauvres, les plus modestes ne risquent-ils pas de faire baisser le standing d’un quartier ou d’une ville ? Rester entre soi c’est tellement mieux, et la valeur des immeubles et appartements reste à bonne hauteur. Les bons placements n’ont pas de religion. Vincent Bolloré, le milliardaire de la Françafrique qui se dit très croyant, a voulu jouer les bons samaritains. Il est vrai qu’il habite dans la toute proche villa Montmorency, résidence privée réservée aux très gros portefeuilles... Il propose actuellement aux Petites Sœurs des pauvres de reprendre leur propriété de 1 hectare, mais en location. Ce qui éviterait le dépôt d’un permis de construire et l’obligation de prévoir une tranche de HLM. On ne lui demande pas de transformer son yatch en centre d’accueil flottant, mais un peu de décence de sa part ne serait pas superflu.

Les ventes se poursuivent dans tout l’Hexagone. Face à des charges de fonctionnement de plus en plus lourdes, l’Église se sépare d’une partie de son patrimoine. Couvents, bâtiments consacrés, mais aussi appartements et immeubles. (Golias Hebdo n° 180). Les courtiers spécialisés se précipitent, et la Caisse des dépôts et consignations elle-même a ouvert un département des affaires religieuses baptisé Solidarité Patrimoine. Avec les commissions juteuses qui accompagnent ces transactions et leur inévitable part d’ombre. Trop souvent, des biens d’Église sont destinés à des maisons de retraite haut-de-gamme, ou à des logements de standing comme le grand séminaire de Francheville (diocèse de Lyon) construit dans un parc de 3 hectares, le grand séminaire de Montpellier et bien d’autres. Et le marché n’est pas prêt de s’éteindre, avec les 3 millions de mètres carrés dont disposent les congrégations.

Là encore, on peut regretter qu’une partie de ces ventes n’ait pas été réservée à des logements sociaux, et pourquoi pas à des centres d’accueil. En privilégiant les promoteurs privés, c’est toute la mission première de l’Église, d’accueil et d’aide au plus démunis, qui est détournée. La remarque est d’autant plus pertinente, que l’opacité règne sur le montant des réinvestissements et les placements sur le marché boursier, soi-disant éthiques et néanmoins risqués. Mieux encore, pour chaque vente, un versement obligatoire, dont le montant n’est jamais révélé, est fait au Vatican, lui-même à la tête d’une grande richesse foncière et pas seulement en Italie. Les biens d’Église sont le fruit des dons des fidèles à travers les siècles, et aujourd’hui ils n’auraient pas leur mot à dire sur la destination des sommes considérables qui résultent des ventes ? Eux aussi devraient frapper à la porte et se faire entendre... Une fois de plus, l’hiver sera doux pour les uns et impitoyable pour les autres.

Pour en savoir plus : téléchargez Golias Hebdo n° 180

27 commentaires
Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 10 décembre 2012 01:26, par lannig al louarn

Pour la 2ième fois en 2 semaines le Canard Enchaîné a fait un long article sur les immeubles de l’Eglise à Paris . Les récents palais de l’archevêché et de la conférence des évêques ne sont en rien excusables du fait que bien des bénévoles catholiques s’occupent des pauvres . 38 Millions d’ € pour les locaux de la conférence des évêques soit au mini l’équivalent de 120 logements HLM ( 500 personnes ) .
Pour les congrégations , si elles vendent leurs locaux et terrains disponibles ,elles doivent reverser une partie des recettes au Vatican , sinon elles risquent d’être mal vues ! ! ! ! ! .

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 8 décembre 2012 11:48, par lannig al louarn

A Brest ( Finistère ) des familles de sans papiers ont occupé des locaux annexes à une église construite il y a une cinquantaine d’années . Cette église est inutilisée depuis 3 ans et de plus elle est séparée de ses annexes par une dizaine de mètres et reliée à ceux ci par un simple couloir .Mais l’évêché a eu le culot, par 2 fois, de dire à la presse que c’était l’église qui était occupée . Il est certain que de dire cela peut plus facilement choquer un certain public . C’est beau le mensonge .

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 5 décembre 2012 23:54, par Emanuel

Un épiscope à la manoeuvre

Un épiscope de l’archidiocèse de Paris s’est fendu d’un communiqué pour dénoncer la lettre que Mme Duflot, Ministre du Logement, a adressée à tous les grands propriétaires immobiliers de la métropole parisienne. Particulièrement inspiré cet épiscope communicant qui souligne que l’église romaine n’a pas attendu la ministre pour s’occuper des mal-logés (pensez donc 120 familles...) a conclu sa diatribe par ces mots :

"Elle (madame Duflot) n’a même pas la reconnaissance du ventre...".

Bigre !!! Monseigneur de Paris aurait-il invité notre édile nationale à souper ou l’a-t-il entendu en confesse sous la ligne de flottaison ???

Les milieux autorisés s’interrogent de savoir si la cuillère de bois était assez longue (pensez donc une femme et une écolo... autant dire le diable en personne) et si .... la grille du con-fessional était assez étanche ?

Décidément la langue (de buis) ecclésiastique s’égare et la com épiscopale n’est plus ce qu’elle était.

Rions-en plutôt que de pleurer sur ces milliers de mètres carrés gelés par des propriétaires spéculateurs ignorants des milliers de mal-logés de la région parisienne et d’ailleurs.

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 5 décembre 2012 22:07, par Sisinio Orsin

Au sein des médias,en ce moment, il y a comme un silence assourdissant concernant ce sujet (y compris sur France Inter pourtant pertinent dans ce genre de débat...), un malaise.
Madame la Ministre a tout de même bien répondu,sous la pression,à la question de Bruno Lemaire,hier à l’Assemblée.
J’espère que prochainement des réfexions concrètes seront posées pour la bonne cause.
Rappel:quelques membres du clergé qui tiennent d’une main de fer la direction de l’église catholique,ne sont ni bénévoles et encore moins représentatifs de l’ensembles des chrétiens ;de nombreux bénévoles sans étiquettes travaillent aussi ;
svp:pas d’appropriation déplacées de la part de ces gens-là pour détourner le sujet.
Affaire à suivre...

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 4 décembre 2012 23:28, par URFE

la déclaration sur FR 3 de la personne qui se dit représentante de GOLIAS
en réponse à la ministre du logement
est totalement irresponsable car participer à la curie contre l’Eglise alors
que c’est la seule institution de ce pauvre pays qui agit réellement
que l’Etat en fasse autant y compris par ses sociétés HLM qui refusent
l’accès de ses appartement, par l’Armée dont les casernes sont vides etc.etc.

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 4 décembre 2012 17:34, par grimm

il il y a aussi beaucoup de places dans les chateaux que possèdent les syndicats et comités d’entreprise de nos grandes entreprises nationales (’EDF par exemple))

mais chut !....

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 4 décembre 2012 14:28, par Joël

Votre article est édifiant et relativise l’esprit d’humilité et de pauvreté de cette institution et devrait temporiser ses réactions outragées de nantis qui auront aussi bien du mal à passer par le ’chas’ de l’aiguille...
L’église catholique romaine a besoin de la pauvreté comme de la sexualité pour faire son oeuvre de culpabilité. La reconquête intransigeante de Ratzinger semble faire son effet chez ceux qui veulent en découdre avec l’esprit de ce monde pas assez ’travail, pas assez famille, pas assez patrie’. La ’sur réaction’ outrée du personnel politique inféodé aux idées’ Buissonnière décomplexées’ et d’une certaine presse de propagande, est révélateur de l’esprit manœuvrier de la hiérarchie catholique qui étend ses réseaux d’influences qui malheureusement s’avéreront comme toujours aussi nocifs dans les esprits que le sont les mérules dans les maisons.
En dehors de toutes polémiques, le travail d’entraide et de solidarité des femmes et des hommes qui oeuvrent pour les mal logés est formidable.

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 4 décembre 2012 10:05, par Galo

Mise en perspective : « Si notre religion qui commença par ne point connaître les Moines , & qui sitôt qu’ils parurent leur défendit toute propriété, qui leur fit une loi de la charité & de l’indigence ; si cette religion qui ne crie de nos jours que dans le ciel en faveur des opprimés, se tait dans les montagnes & dans les abîmes du Mont - Jura, ô Justice sainte ! ô sœur de cette religion ! faites entendre vôtre ;voix souveraine, dictez vos arrêts quand l’Évangile est oublié, quand on foule aux pieds la nature ! » Voltaire ’’La voix du curé sur le procès des serfs du Mont Jura’’ (1772) (dernier paragraphe)
http://books.google.fr/books?id=1mYPAAAAQAAJ&pg=PA16&lpg=PA16&dq=serf+du+mont+jura&source=bl&ots=jg2fUH_BJT&sig=h1E4evf1YrZyaVmsfzfVn9GYtws&hl=fr&sa=X&ei=y669UKbaLI-HhQfE2oCADw&ved=0CGQQ6AEwCQ

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 3 décembre 2012 21:32, par Sisinio Orsin

Remuer comme-ça ce qui ne sent pas bon...je viens de jeter un oeil sur 5 sites d’infos cathos(y compris le Figaro),ça démarre au quart de tour,diatribe, bottage en touche..."nous on est propre, c’est eux ,c’est pas nous...""NOUS,ON oeuvre par-ci et par-là..." et tatati et tatata.
Madame la Ministre ferait même dans le mélange des genres si l’on décripte certains journalistes de renom !
C’est vraiment triste en ce moment,l’Abbé Pierre est parti ;il n’avait pas attentu de miracle de la part de la hiérarchie de l’église catholique.
Il y aurait pourtant tant de bonnes choses à faire,les moyens et les énergies ne manqueraient pas mais ça bloque quelques part..., je pense que c’est grave sur le plan moral.J’entends encore hurler les loups.

repondre message

Hébergement : SDF et immeubles vacants d’Eglise.. 3 décembre 2012 21:08, par Anne

Et dans les locaux parisiens du CCFD, y a pas un peu de place ?

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune