Parution : 28 février 2013
Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?

La prospective est toujours un exercice difficile et délicat. Incertain aussi. Car ce qui est annoncé pour le lendemain se réalise rarement tel que. C’est bien connu. Des impondérables ne manquent jamais de survenir. Et, selon un vieux proverbe portugais cher à Paul Claudel, "Dieu écrit droit avec des lignes courbes". Par ailleurs, comme on pouvait s’y attendre, tandis que la lecture falsifiée de la prophétie des mayas n’a pas tenu ses inquiétantes promesses, l’attention se fixe sur Saint Malachie (en fait il s’agirait d’un texte postérieur de plusieurs siècles à la mort de cet évêque irlandais) qui présenterait le pape à venir comme le dernier, Pierre le Romain, martyr dans une ville dévastée.

68 commentaires
En pied de l'article.

Soyons sérieux : les enjeux sont autres. Si le prochain Pape risque en un certain sens d’être le dernier - mais est-ce un risque ou un chance - c’est avant tout parce que le papauté doit changer radicalement de visage et rompre avec cette idéologie désuète et désormais incomprise du Pape absolu . Sorte de dernière idole dont le charme esthétique des différentes expressions (par exemple les costumes ô combien prisés de Benoît XVI) ne suffit pas à réhabiliter une pertinence non seulement obsolète mais désormais entachée de scandales (pédophilie du clergé, Vatileaks)
.
Dit plus simplement, la papauté ne peut plus fonctionner comme elle a fonctionné. Sans quoi elle sera engloutie et deviendra un simple souvenir grandiose mais mort ! Au fond, malgré sa nostalgie, l’intellectuel lucide qu’est Benoît XVI en était conscient. Sans cependant vouloir ou pouvoir en tirer les conséquences, sinon par ce geste ultime de renoncer à sa charge.

A l’exemple du cardinal Carlo Maria Martini, ancien archevêque de Milan, un jésuite polyglotte et remarquable théologien, grand lecteur de la bible mais très attentif aussi à l’actualité qui eut l’audace de suggérer des réformes à faire et raconta son rêve d’une église changée. Nous aussi, nous ne cessons de rêver et nous osons espérer que ce rêve puisse un jour prendre corps. En fait, il ne s’agit pas tant d’un rêve que d’une réponse aux provocations de l’Évangile.

Golias reviendra en détail sur l’ensemble des enjeux, complexes et parfois contradictoires, que le nouveau Pape devra relever. Au moment voulu, il sera intéressant d’évaluer les différentes candidatures au regard de ces défis. Contentons-nous pour l’heure de formuler trois remarques.

-a. Le ministère du pape devra réellement se présenter comme un service et non une domination. Dans notre esprit, il n’a jamais fait le moindre doute que ce soit ainsi que le Pape ait compris sa tâche. Et sa sortie de scène en donne une très belle confirmation. On pourrait parler d’un témoignage, aussi noble qu’éloquent. Mais l’inflation du magistère ecclésiastique qui en définitive comble trop d’attentes vaniteuses à la Curie, sur laquelle rejaillit le prestige du Pape, pour être efficacement combattue. C’est d’ailleurs le risque en cas d’élection d’un Pape étranger, comme le charmant Luis Tagle, archevêque de Manille de 55 ans, qui ne dompterait pas cette Curie qui reste tandis que les Papes se succèdent. Le pouvoir doit être rendue aux évêques. Non pour substituer au cléricalisme romain du Vatican une épiscopalolâtrie de mauvais aloi elle aussi mais tout simplement pour que l’Église repose sur sa base et non plus sur son sommet, l’inverse la rendant forcément prisonnière d’intrigues et de jeux d’influences. Dans cette perspective, des mandats à durée limitée pour le Pape comme pour les évêques, seraient opportuns.

-b. Le ministère du pape devra être centré sur le témoignage de la foi. A cet égard - reconnaissons-le - Benoît XVI a voulu aller plus loin qu’un Jean-Paul II trop hanté sans doute par l’aspect politique de la guerre froide et par des démonstrations de masse. Mais l’effort du Pape Ratzinger a été rendu en partie stérile par la répression des théologiens et aussi par une crispation face à une approche moins absolutiste et moins rigide dénoncée un peu hâtivement sous le nom trop vague de relativisme .

-c. Le ministère du pape devra être prophétique dans le contexte de la grave crise économique et financière, mais aussi au cœur des tensions géopolitiques. Comme le dit plaisamment le Père Thierry-Marie Humbrecht dans Le Figaro du 13 février, le Pape n’est pas un "Sardanapale". Ce dont personne ne doute. Mais il n’en demeure pas moins que se présenter comme un "expert en humanité", sinon le seul expert, semble relever d’une arrogance inaudible, surtout lorsque le moraliste s’érige en censeur de l’intime. A cet égard, selon le vœu du défunt cardinal Martini, il serait urgent d’aborder sous un autre angle les questions d’éthique sexuelle et les questions relatives à la fin de vie et à ses débuts.

En résumé, il est temps que se concrétise le souhait déjà formulé par Paul VI en 1975 que soient donnés au monde davantage de témoins que de maîtres. Au soir de sa mission, le très professoral Joseph Ratzinger nous fait la surprise d’un témoignage d’humilité et donc de vraie grandeur. Ainsi, il nous laisse un espérer un autre visage de la papauté pour demain. On songe à ce mot de Novalis, grand poète : "Dieu a créé le monde comme la mer les continents, en se retirant".

Nous vous invitons à prendre connaissance de ce projet de lettre aux cardinaux sur le blog d’une lectrice de GOLIAS.

68 commentaires
Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
14 mars 2013 08:20, par Agnès Gouinguenet

Bonjour Golias !
- 
Rien n’est jamais parfait en ce bas monde.
- 
Il me semble que les cardinaux du conclave ont répondu favorablement aux questions 2 - 3 et 5 de mon petit Appel. Beaucoup moins concernant les questions 1 et 4.
- 
François, le premier de ce prénom, tel un "renaissant", saura-t-il se souvenir de l’existence de Claire ?
- 
Une ombre de taille : Videla. Mais le communisme athée anti-religion compulsif, paniquait autant la hiérarchie catholique que notre guillotine ; d’autant qu’il eut sa Terreur (Goulag, Pol Pot, Brigades rouges ...). Il est temps de dépasser "la guerre froide".
- 
Quant à la contraception non Ogino, l’IVG, l’euthanasie, le mariage homo, ce sont des questions sociétales qui dépendent des lois des états laïques, et non de celles des religions. Si la Médecine avait écouté la papauté, elle n’aurait pas encore lutté efficacement contre la rage, ni contre la poliomyélite, ni contre le tétanos ...

Car n’oublions pas cette déclaration du pape Léon XIII : "Quiconque procède à la vaccination cesse d’être un fils de Dieu : la variole est un châtiment voulu par Dieu, la vaccination est un défi contre le ciel".
- 
Une religion chrétienne qui empêche à ses clercs (clairs comme Claire ?) de rendre une femme heureuse (et eux avec), manque le coche christique. Pas sûr que Jésus de Nazareth fasse l’éloge des eunuques en Mt 19, 10-12. D’ailleurs, dans cette péricope humoristique, vieille de 2000 ans, nous retrouvons tout : L’inné génétique, l’acquis culturel et l’auto-suggestion. Etonnant.
- 
La fonction fait l’homme (et la femme !), dit-on. Alors à suivre ...
- 
La messe choisie le 19 mars serait-elle une concession faite à l’Opus Dei de Balaguer ? Si cela s’arrête à cela, c’est plutôt cool ...
- 
Belle journée.
- 
Agnès G.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
6 mars 2013 10:39, par Véronique p

"Stay home, card Mahony !"
Il est encore temps de signer la pétition des associations de victimes américaines de prêtres pédophiles contre la présence du Card Mahony au conclave
http://www.catholics-united.org/

Pour davantage de renseignements , voir Golias hebdo 274 : "Los Angeles : comment l’Eglise a protégé des criminels sexuels", voir aussi la "mise en ligne" des archives de ce diocèse, " mise en ligne" obligée par la justice américaine… http://clergyfiles.la-archdiocese.org/listing.html

Aux noms des victimes d’Amérique, de France ou d’ailleurs, merci !

repondre message

Une Eglise à rénover 5 mars 2013 18:01, par Pierre Desbruyères

Bonjour à toutes et tous,

Je vous adresse ci-joint le communiqué de presse que le conseil
d’administration de Nous Sommes Aussi l’Eglise ( NSAE) vient d’adopter
à propos de la démission de Benoît XVI.

Il est en cours d’envoi aux évêques et aux cardinaux électeurs français.

Pierre Desbruyères (membre du conseil d’administration de
NSAE)
Le document est visible depuis l’icone ci-jointe.

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
4 mars 2013 18:40, par Agnès Gouinguenet

Bonjour et merci Golias !
- 
Il y a une pétition à signer sur avaaz :

http://www.avaaz.org/fr/petition/UN_NOUVEAU_PAPE/?fkceddb&pv=0
- 
A bientôt !
- 
Agnès G.

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
4 mars 2013 14:30, par Nathalie

Bonjour Golias,

Je me suis arrêtée un peu bêtement, sans doute, sur la notion de "pape étranger". Je crois comprendre que sont "étrangers" les papes non européens. N’est-ce pas une réduction de votre pensée, par ailleurs plutôt très ouverte ? Après tout, du point de vue des Italiens, tout pape non originaire de la péninsule est étranger. Et du point de vue des idées et débats qui s’expriment sur ce forum, je crains qu’il y ait potentiellement un nombre record de papabile parfaitement étrangers (au moins par la doctrine) à beaucoup d’entre nous.
Permettez-moi également de vous poser une question, dénuée de la moindre arrière pensée je vous l’assure, et à laquelle vous devriez pouvoir apporter quelque lumière : n’y a-t-il pas eu, tout au moins jusqu’à très récemment, une forme de "racisme" plus ou moins exprimée, au sein de la curie romaine ? Et ce malgré le renforcement par Jean-Paul II, de la part de l’Afrique dans l’Eglise.

Quoi qu’il en soit, Le Courrier International se faisait l’écho de l’opinion de Mgr Desmond Tutu au sujet de l’élection d’un pape noir, même si son opinion semble peu partagée quant à l’avènement d’une telle possibilité. En tout cas, le débat va bon train également sur divers sites, au nombre desquels celui de la communauté noire francophone.

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
4 mars 2013 11:26, par thomas

avec la démission du pape, nous avons droit à des informations intéressantes sur la manière dont l’Eglise est représentée dans le monde et ce qui me frappe, c’est la répartition géopolitique des cardinaux électeurs, inversément proportionnelle à peu de choses près aux nombre des baptisés, du moins en comparant l’hémisphère nord et l’hémishpère sud ! et alors ce qui est surprenant du moins pour le béotien que je suis, c’est le nombre de cardinaux italiens ( 28 sur 115 plus ou moins ! ) . l’Eglise doit donc se restructurer aussi un peu plus pour qu’elle montre son universalité sur le plan de la représentativité, me semble t il.
mais certains me répondront que l’Eglise n’est pas une institution comme une autre et patat et patata. il n’en reste pas moins que ce sont des hommes et des femmes qui la composent.
mais ce qui est insupportable pour moi en tout cas, ce sont ces réunions de cardinaux avec tout le tralala et évidemment pas une femme ! nada. j’espère qu’on m’expliquera un jour pourquoi les femmes restent écartées de toutes les grandes décisions qui engagent l’Eglise dans le monde.

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
3 mars 2013 22:23, par Patrick de Metz

"C’est d’ailleurs le risque en cas d’élection d’un Pape étranger, comme le charmant Luis Tagle, archevêque de Manille de 55 ans, qui ne dompterait pas cette Curie qui reste tandis que les Papes se succèdent (...)" :
Mais justement, un Pape étranger de 55 ans n’arriverait-il pas à dompter cette curie du fait de cet âge alors que ceux qui la composent ont des âges qui ne leur garantissent pas vraiment de rester aussi longtemps qu’un Pape de cet âge ? Quel fabuleux pari ce serait alors pour l’avenir de l’Église !!!

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
1er mars 2013 23:07, par etoile

un pape qui suit le vrai évangile celui de la paix et de la justice
qu’il reforme la curie romaine,ces élites enracines dans leur palais,au point qu’il sont coupes du peuple,comme des princes cela suffit
que les prêtres ouvriers soit reconnus
que les femmes ait de la place dans cette Eglise,et non pour passer l’aspirateur
mais de cela nous verrons
qui vivra verra !!

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
1er mars 2013 09:36, par Savajol edmond

Avant l’élection d’un nouveau pape : indispensable serait un

Réflexion dans l’Église Catholique Romaine pour faire fleurir la vie.

Nous sommes tous des enfants de Dieu, du peuple, tous des laïcs, (Jésus n’était ni prêtre, ni de la race de Levi ni d’Aaron.)

- Pour l’égalité homme , femme, aux postes de services : clercs, prêtres, évêques.
et liberté de choix de l’état de vie, célibat ou mariage. Élection de clercs,serviteurs-responsables.

- Pour un pape et des évêques pauvres....suppression de l’habitat des évêques-"serviteurs" dans des palais.
Suppression des vêtements de parade (chasubles, mitres, et c..)

- Pour que l’Eucharistie redevienne un vrai repas de partage : pain, vin, parole. (petites communautés)
afin que la vie remplace le symbole, la sclérose et le rite.

- Pour l’accueil de tous au repas du Seigneur : (œcuménisme concret) protestants divers, divorcés remariés et c...

- Suppression du code de droit canonique catholique romain et mise en avant du Nouveau testament.

- Suppression de la Curie et organisation de l’Église en région humaine avec responsables-"serviteurs" à proximité. (patriarches). Ce qui existait avant que l’empereur Constantin n’établisse le Pouvoir de l’évêque de Rome vers 315 .

Pour un "pape" élu par toutes les confessions chrétiennes . Un représentant du Christ.

Qu’en pensez-vous ?

L’utopie ne creuserait-telle pas les chemins de l’avenir ?.....! ?

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
28 février 2013 20:26, par Iconoclaste

Encore que Rome - et l’Italie - sont dévastée, quelque part.

Dévastée par les scandales en nombres (gays, pédophiles, mafia qui blanchit son argent grâce à la banque vaticane...) et l’Italie est dévastée par une crise politique qui ne fait que commencer.

Au fond, Pierre le Romain arrivera peut-être à donner un grand coup de pied dans la fourmilière. Non ?

repondre message

Bientôt le Conclave :
quel pape pour demain ?
28 février 2013 16:30, par jacques

Finalement, Golias mériterait d’être nommé à la Congrégation pour la Doctrine de la Fois, vu son immense savoir et sa grande sagesse. Merci mon Dieu de nous avoir donné Golias.

repondre message

Bientôt le Conclave :
quelle pape pour demain ?
28 février 2013 15:12, par sebastien

Des mandats provisoires ?
L’épiscopat est un sacrement et le service d’un diocèse comporte une dimension nuptiale, indéniablement fondée dans le mystère de l’Incarnation.
J’imagine difficilement Jésus cessant son "mandat" de Verbe incarné. C’est métaphysiquement impossible.
Par analogie, l’évêque reste évêque, et normalement il devrait demeurer l’évêque d’un seul diocèse.
Per se, il n’est pas un député ni principalement le membre d’une association, même si per accidens, il y aussi un peu de cela en lui.
Donc le mandat peut être interrompu pour de bonnes raisons, quand c’est nécessaire, comme vient de le faire Benoît XVI.
L’Eglise n’est pas d’abord une institution...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune