Parution : 5 mars 2013
Psychospirituel : Mgr Raffin met en cause La Croix et son confrère Mgr Brincard

Mgr Raffin, fidèle à la devise de son Ordre : Veritas, vient de faire paraître un communiqué du 17 janvier 2013 (1), qui en surprendra plus d’un. Dans le bulletin religieux du diocèse de Metz du mois de mars, en effet, on peut lire une mise au point sur l’approbation de l’Agapè par la Conférence des évêques de France, lors de l’assemblée de novembre 2012.

37 commentaires
En pied de l'article.

Mgr Raffin écrit : «  L’information donnée le 11 décembre 2012, selon laquelle la Conférence des Evêques de France lors de son assemblée de novembre aurait officiellement reconnu les retraites Agapè du Puy-en-Velay est inexacte. En réponse à une question posée, tous les évêques ont reçu de la part de l’évêque du Puy une documentation, comportant notamment le rapport d’audit diligenté par le frère Thierry-Dominique HUMBRECHT, mais cela n’a donné lieu à aucune discussion et aucune approbation. D’ailleurs, le temps manquait pour cela. » Il poursuit : « Maintenant les plus vives réserves à l’égard d’Agapè, j’ai saisi le Conseil permanent de janvier 2013, pour que cette inexactitude soit corrigée. »

La question porte sur une fausse information répandue par le journal La Croix , donc de façon publique. Il faut dire ici, que ce fait n’est pas anodin, et bien des chrétiens ont été scandalisés par l’annonce d’une telle reconnaissance, arrivant comme un défi. Défi lancé aux pouvoirs publics, puisque suivant de près l’audition de l’ancien et du nouveau président de la Miviludes devant le Sénat, où ils ont mis en cause les pratiques psycho-spirituelles des Béatitudes et l’Agapè, dans le cadre de l’enquête des dérives sectaires du domaine de la santé ; mais aussi défi aux victimes du psycho-spirituel dont le Livre noir a révélé la détresse.

Or, toujours dans le même communiqué, nous apprenons que, pour toute correction, le président de la C.E.F. a écrit à l’évêque du Puy pour « lui dire que les commentaires faits par Agapè de l’appréciation de l’assemblée plénière sont très exagérés ; lui demander que les documents diffusés par Agapè soient corrigés en ce sens ; lui rappeler que la reconnaissance de l’Association privée de fidèles ne concerne que le diocèse du Puy-en-Velay. » Le cardinal Vingt-Trois remplace donc les affirmations publiques de l’article de La Croix par des « documents diffusés par l’Agapè » et demande ainsi une mise au point privée.

Il fait ici allusion à une lettre envoyée par Philippe Coumau à tous les retraitants Agapè le 11 décembre 2012, le jour même où paraissait l’article de La Croix mis en cause. On pouvait y lire : « Le 15 novembre 2012, Monseigneur Brincard qui revient de Lourdes nous a annoncé plusieurs bonnes nouvelles : - Il a pris la parole devant l’assemblée des évêques de France lors de l’Assemblée de Lourdes pour leur parler de l’Agapè ; il a reçu alors un accueil très favorable par l’ensemble de ses pairs : l’Agapè est très bien accueillie et reconnue comme une structure d’évangélisation dans l’Eglise. - Mgr Brincard nous a annoncé qu’il acceptait d’agréer nos statuts canonique qui nous relient de façon officielle à l’Église diocésaine du Puy ; l’Agapè est donc reconnue comme ‟Association privée de fidèlesˮ depuis le 8 décembre, en la fête de l’Immaculée Conception. »

Par contre, ce même 11 décembre 2012, on lisait dans La Croix : « Mgr Brincard a présenté à l’Assemblée plénière des évêques en novembre à Lourdes les résultats de l’audit. ‟Aucune objectionˮ n’a été soulevée. »

Les deux versions d’un même évènement diffèrent notablement mais laissent entendre une approbation de l’Agapè par l’assemblée des évêques de France. Ce qui ne peut que surprendre lorsque l’on sait que, dans une interview avec Stéphane Longin sur les sessions Anne-Peggy Agapè, le 17 janvier 2012 (2), Mgr Brincard s’était expliqué sur le fonctionnement de la C.E.F. On se souvient qu’à cette date, le rapport du groupe de travail Spirituel et Psychologie venait d’être divulgué par Golias . Mgr Brincard précise : « C’est un dossier de travail. Il n’exprime pas les conclusions de l’assemblée. Ils sont à la disposition des évêques pour réfléchir et discerner. Ce n’est pas un rapport définitif. Il ne deviendrait définitif que si l’assemblée l’avalisait. Ce qu’elle n’a pas fait. Elle n’avait pas à le faire. Ce n’était pas présenté sous ce jour. C’est pour pouvoir travailler sérieusement et profondément que ce document, qui doit être ensuite enrichi d’autres documents, était réservé aux évêques. »
C’est donc exactement le cas de figure de la « documentation, comportant notamment le rapport d’audit diligenté par le frère Thierry-Dominique HUMBRECHT », qui a été remise aux évêques à l’assemblée de novembre 2012. Alors comment en conclure que « l’Agapè est très bien accueillie [par les évêques] et reconnue comme une structure d’évangélisation dans l’Eglise » puisque aucun vote n’a avalisé cette reconnaissance ?

On peut aussi se demander pourquoi, dans ces conditions, le président de la C.E.F n’a pas demandé à Mgr Brincard un démenti officiel, puisque La Croix avait donné une information publique ? D’ailleurs jusqu’à ce jour, les retraitants Agapè n’ont toujours pas reçu de correction aux fausses informations véhiculées par la lettre du 11 décembre 2012. Il semble que la Conférence des évêques de France soit utilisée à son gré par l’Agapè.

La réponse du président de la C.E.F. pose une autre question. Il a écrit : « la reconnaissance de l’Association privée de fidèles ne concerne que le diocèse du Puy-en-Velay. » Or par le post-Agapè, l’Association Anne-Peggy Agapè est présente dans quatorze diocèses dont deux à l’étranger. Comment sa reconnaissance ne concernerait-elle que l’évêque du Puy ? Des retraites Agapè ont d’ailleurs lieu aussi en dehors du diocèse, comme cela a été le cas au foyer de Charité de Lacépède près d’Agen, en novembre 2012.

Il est vrai que le P. Humbrecht avait écrit dans son rapport d’audit : « Si l’Église estime suffisante la maturité de l’œuvre de l’Agapè, l’évêque du Puy sera amené à reconnaître canoniquement l’Association. » Mais que veut dire « l’Église » ? Mgr Brincard ? La C.E.F.? Le Saint-Siège ? Sans se soucier de clarifier ce point fondamental, l’Agapè, mettant à profit cette confusion, a promulgué de son propre chef l’approbation désirée. Ce qui permet à Philippe Coumau de terminer sa lettre par ces mots : « Cette reconnaissance de l’Agapè par l’Église nous réconforte, donne du poids à la validité de notre action et nous encourage à aller toujours plus loin dans le service du Seigneur et de son Église. » Il s’agit d’une auto-reconnaissance. Ce qui est bien dans la ligne de l’auto-guérison, de l’auto-délivrance, qui se pratiquent à l’Agapè. Le subjectivisme a atteint son paroxysme. Et voilà comment des catholiques se font prendre dans les filets des dérives sectaires.

1. Mgr Raffin, « A propos de l’Agapè du Puy-en-Velay », Église de Metz, mars 2013.
2. http://podcast.rcf.fr/emission/135746/269732

Word - 125.1 ko
Communiqué de Mgr Raffin : A propos de l’AGAPE du Puy-en-Velay
37 commentaires
Psychospirituel 3 avril 2013 16:27, par Emanuel

À Saint-Étienne, l’Église se soucie de développement personnel
Une formation à l’ennéagramme, organisée ce week-end des 6 et 7 avril, illustre l’approche singulière de la délégation au développement personnel du diocèse de Saint-Étienne. Trouvé sur La Croix de ce jour (rubrique "religions").
http://www.la-croix.com/Religion/Spiritualite/A-Saint-Etienne-l-Eglise-se-soucie-de-developpement-
Quand on sait à quelles manip l’énnéagramme peut conduire !!!???

repondre message

Où est-il possible de lire le fameux "audit Humbrecht" ? On ne manquera pas de s’étonner de la confiance qui est faite dans le jugement de ce dominicain parisien, réfugié dans l’idée qu’il se fait de la province de Toulouse comme une petite fille joue à chat perché, pour éviter de se confronter à la réalité.

J’éprouve la plus grande méfiance à l’égard de cet esprit faux et donneur de leçons, d’autant plus dangereux qu’il est intelligent et convaincu, inquisiteur des temps modernes, incompétent en psychologie et en spiritualité comme beaucoup de "jeunes" dominicains qui confondent l’expérience intérieure avec le fait d’en parler, grand pâtissier du Verbe, romancier spécialisé dans la "Charlotte" aux bonnes poires ’Guides et scouts d’Europe’, plumitif prolixe mais vraiment brillant, tombé amoureux de sa propre image au détour de quelque portrait de Dorian Gray dessiné par lui-même, dont la thèse de théologie est un blougiblouga illisible qui, tout en ayant la prétention de paraphraser les écrits de Thomas d’Aquin - panacée pour notre temps - refuse explicitement toute perspective historique (voir son Introduction) et fait honte au jury universitaire qui l’a approuvée, honneur aussi, il est vrai, à ceux qui ont refusé de le publier.

Comment faire crédit à ce soit-disant audit ? Pour en juger, je voudrais le lire. Il est vrai que son auteur est un très proche d’Henry Donneaud à qui fut confié le dossier des Béatitudes. Mais quand on pense aux situations que l’incompétence de cette équipe a laissé dégénérer dans certains couvents cloîtrés féminins de France, on ne peut que trembler. Que nos seigneurs les évêques prennent garde : le conservatisme doctrinal et liturgique, la fidélité au magistère sont une chose ; l’équilibre, l’expérience des âmes et le jugement psychologique en sont une autre. A trop vouloir s’enfermer dans un cocon, on finit par y pourrir. Le P. Humbrecht est un excellent ver à soie.

Mgr Raffin, dominicain lui aussi, ne semble pas tout-à-fait dupe.

repondre message

Comme beaucoup de prêtres et de laïcs que je côtoie dans mes engagement d’Eglise, aujourd’hui, je ne comprends plus. Que se passe t-il ?! Les dégâts dénoncés sont inadmissibles, Les témoignages humainement insoutenables. Il fallait au minimum appliquer le principe de précaution et arrêter ces guérisons dites psycho-spirituelles. Et passer au crible les théories de cette doctrine qui apparait comme la source de nombreuses dérives. Au lieu de cela, dans une obstination provocante, sur la seule "justification" de l’audit du P.Humbrecht, Mgr Brincard fait de l’Agapè une association de laïcs. Pourquoi ?
Même attitude de Mgr Aillet qui récupère le couple Fourchaud ,des Béatitudes, responsable de Communion Marie Reine de la Paix fondée par Ephraïm, pour des sessions à la maison diocésaine de Bayonne. Lorsqu’on a vu ce couple épinglé à l’hôtellerie du Carmel de Lisieux, en pleine activité d’exorcismes sauvages hurlants, dans le reportage de Canal + de Sophie Bonnet, on se pose la même question. A noter au passage que Mgr Lagoutte, recteur des sanctuaires, y confessait . On aimerait savoir ce qu’en pense Mgr Boulanger, l’évêque de Lisieux ? Et Mgr Scherrer, l’évêque de Laval, proche de la Communion Marie Reine de la Paix ?
Il est vrai que le couple Fourchaud, prudent se présente maintenant comme "missionnaire laïc" à la "Fraternité missionnaire Jean-Paul II" de Toulon. Il oublie de préciser que le fondateur de cette Fraternité n’est autre que le Père Aguila , frère de Myriam Fourchaud, ex des Béatitudes, qui était actif aux sessions de psychogénéalogie, à Communion Marie Reine de la Paix… Toutes ces activités devenues sulfureuses, le bisness en a souffert : recyclage à Toulon, chez Mgr Rey.
Mgr Le Gall assisté par le Père Donneaud, fait aussi fort puisqu’il "gomme" les dérives sectaires des Béatitudes en promulguant leur reconnaissance diocésaine. Sa Tout Puissance déclare : tout va bien. Mais silence sur la reconnaissance romaine promise à grand bruit médiatique… (Anne ma sœur ne vois-tu rien venir ?...) Et exit des victimes : "ce sont des faits anciens". Même réponse de l’Agapè, normal le fondateur fait partie des Béatitudes. Un comportement très révélateur à noter : Les Béatitudes, comme l’Agapè répondent à leurs victimes "ce sont des faits anciens" . Et les personnes, qu’en font-ils ? Ce déni des personnes, ne démontre t-il pas , dans les deux cas, l’incapacité de prendre en compte la réalité humaine de leurs dérives ? Serait-ce une conséquence du "ribirth" Nouvel-Âge de leur religiosité psycho-spirituelle cadenassée dans le narcissisme ? Question : que vaut une communauté qui se refonde en piétinant ses victimes ? Et pourquoi ?
Catholiques pratiquants et engagés, nous sommes interpellés par nos frères chrétiens et des incroyants sur ces scandales qui défigurent l’Eglise. Que répondre lorsque l’Institution laisse faire ?
Alors merci à Mgr Raffin pour sa clarté et sa démarche de vérité. Nous serions rassurés et réconfortés si les évêques suivaient son exemple. Aujourd’hui, le silence n’est plus de mise.

repondre message

Moi, je constate une chose : c’est que toutes ces dérives étranges du Psychospirituel que l’on retrouve dans toutes ces communautés charismatico-séances de guérison intérieure, c’est du flan ; Tant que vous voulez y croire et verser de dedans, ils vous manipuleront ; Qaund vous commencez à ouvrir les yeux sur la fragilité de leurs discours, les contradictions étranges entre ce qu’ils disent, ce qu’ils promettent en terme de guérison et puis ce que vous constatez ET chez vous ET chez les autres, il y a plusieurs solutions ; La première, fermer les yeux et vous flétrir dans une complaisance dangereuse ; La deuxième, claquez la porte. Mais gare aux retombées psychiatriques,car ces séances de guérison DESTABILISENT LA STRUCTURE PSYCHIQUE DES INDIVIDUS ; Vous n’en ressortez que plus fragile et plus instable ; La troisième, on vous flanque à la porte parce que vous déranger en fait ; Et là, c’est la même chose. ou vous êtes assez fort et vous vous remettez debout, ou bine vous descendez en enfer... Ces gens-là sont DANGEREUX et je ne comprend pas vraiment comment encore aujourd’hui les diocèses peuvent encore leur accorder leur confiance. il faut dire que dès que l’on s’occupe de leurs affaires, cela provoque chez eux des réactions épidermique, alors.. Et comme il y a de moins en moins de monde dans l’Eglise... pas touche...

repondre message

Il y a sur le site de KTO une interview de Mgr Brincard, qui a eu lieu justement le premier mars, donc quand le bulletin religieux du diocèse de Metz de mars est sorti. A la question que le journaliste lui a posée sur l’Agapè, il a répondu qu’ils étaient d’une obéissance exemplaire. Or on lit dans l’article de Mgr Raffin : "D’ailleurs jusqu’à ce jour, les retraitants Agapè n’ont toujours pas reçu de correction aux fausses informations véhiculées par la lettre du 11 décembre 2012. Il semble que la Conférence des évêques de France soit utilisée à son gré par l’Agapè."
Où est leur obéissance exemplaire ? Si vraiment l’Agapè vient du Saint-Esprit, il faudrait le montrer par de la clarté.
Pour ceux qui écoutent les conférences de Carême, ils ont dû avoir la surprise d’entendre un prédicateur qui est certainement disciple de Bernard Dubois : il manie le vocabulaire agapéen avec dextérité : la part d’innocence, la culpabilité, l’ange qui fait découvrir à Isaïe sa fragilité.... et le reste. C’est beaucoup d’honneur pour une doctrine déviante.

repondre message

Cela ne me surprend pas et confirme mon opinion sur une manipulation concernant cet épisode.
Il s’est passé beaucoup de choses en ce mois de décembre 2012, dont le 7 la réception par Mgr Brincard d’une lettre recommandée avec accusé de réception le mettant directement en cause dans le système Agapè et Béatitudes.
Il a sans doute voulu rattraper les choses en faisant paraître le communiqué du 11 dans le journal La Croix.
Mais il s’est trop précipité, et a manifestement forcé la reconnaissance pour se couvrir. De plus, cette manœuvre est manifestement maladroite car elle montre la duplicité et la tromperie voulant faire apparaître la toute première session d’Agapè comme étant représentative de l’ensemble par l’intermédiaire de l’audit du frère Humbrecht.
Alors que cette première session est ’’grand public’’ et est destinée au ratissage puis à l’écrémage et sélection des proies par la déposition par écrit de leurs ’’souffrances’’ ou questionnements. Ce n’est que dans les autres sessions que les proies sélectionnées et incitées adroitement (le service après vente pour ceux qui veulent aller plus loin ou approfondir) seront peu à peu embrigadées et déstabilisées contre leurs familles ou amis.
Ces futures victimes sont, comme l’indique le rapport d’audit, en majorité proposées par les communautés (dont les Béatitudes, Emmanuel ou d’autres).
C’est ce qui c’était passé pour mon fils bien des années avant dans d’autres lieux et avec d’autres mots. Les années passent, le système s’affine, les mots changent, mais le système reste le même... alors que les victimes ne sont jamais relâchées et libérées.

En ce qui me concerne, la Conférence des évêques de France était directement au courant des problèmes depuis longtemps (décembre 2006).
Les dernières communications lui ont été faite en août 2012 par l’évêque de Nice, Mgr Sankalé, et sans doute (?) début novembre 2012 par le Nonce Apostolique en France Mgr Luigi Ventura qui avait été mis en demeure par lettre recommandée << de mettre directement au courant le pape Benoît XVI que des personnes ou une organisation dans son entourage, apprentis sorciers du Vatican, des diocèses, et des communautés, qui, par leur cupidité à vouloir embrigader, à endoctriner, puis à conserver des victimes font tout pour saper et détruire son pontificat et le mettre dans une situation judiciaire et diplomatique très délicate (risque de situation mafieuse) >>
Il semble que la Nouvelle Evangélisation, dont l’évêque de Toulon Mgr Dominique Rey peut aussi être cité aux cotés de Mgr Brincard pour l’ensemble de son œuvre, met en concurence plusieurs courants.
Le nouveau pape saura-t-il , ou pourra-t-il imposer le sien ?
En espérant que cela soit plutôt un Nouveau Souffle de l’Esprit Sain(t) pour cette Eglise de Rome à bout de souffle.

repondre message

Ce que je sais ,aujourd’hui,le temps était doux, je me suis même découvert au boulot(les prémices du printemps) ;
pour me détendre avant de terminer ma journée, je me cale sur France-Inter...La "marche de l’histoire"(j’aime), puis grève Service Public !?,
pas de "Tête au carré" ni de "là-bas si j’y suis"... déçu !
Sinon c’est quoi le sujet en ce jour...cela fait 18 mois que ma télé a été recyclée.
La presse ? Presque tous au pas ! Mais "ils" protègent quoi au juste ?Une Babel branlante ?

,ah oui j’oubliait,
ces mitrés qui bottent en touche mais ...vont-ils se faire coincer un de ces quatre matins, parce qu’au bout d’un moment, ... c’est le rapport entre le "Jésus"dont ils se réclament et la réalité qui sortira comme quotient...à cause des pots cassés.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune