Parution : 4 avril 2013
Communauté Saint Jean : l’envers du décor

Les lecteurs de Golias suivent depuis longtemps les aventures rocambolesques de la « Famille St Jean », ensemble de communautés fondées à partir de 1975 par le père Marie-Dominique Philippe et qui comprend, outre la communauté des Frères de St Jean, la communauté des Sœurs Contemplatives de St Jean, la communauté des Sœurs Apostoliques de St Jean. La famille St Jean comportait également une quatrième communauté, celle des Soeurs Mariales d’Israël et de St Jean, dissoute en 2005 par Mgr Barbarin.

De toutes ces communautés, celle qui défraie le plus la chronique depuis quatre ans est sans conteste celle des Sœurs Contemplatives de St Jean. Golias Hebdo leur avait d’ailleurs consacré un article dans son n° 266 en décembre 2012, indiquant les raisons (dérives sectaires et abus sexuels de la part de frères de St Jean) qui poussent depuis 2009 le Vatican à agir pour en corriger les dérives les plus flagrantes.

35 commentaires
En pied de l'article.

L’Association des « Sœurs de St Jean et St Dominique » dissoute par le Vatican en Janvier 2013

Aveuglées par leur soumission à leurs anciennes responsables, les sœurs contemplatives, dans leur grande majorité, n’ont ni compris les raisons, ni accepté le limogeage par le Vatican de leurs responsables en 2009.

Manipulées et aidées par ces mêmes responsables, principalement la soeur Alix, « prieure générale » sans interruption depuis la fondation de la communauté en 1982 mais aussi la sœur Marthe qui cumulait, là aussi sans interruption depuis une vingtaine d’années les fonctions de maitresse des novices et de maitresse des études, l’essentiel de ces religieuses ont multiplié les manœuvres depuis 2009 afin de fonder une nouvelle communauté en tout point semblable, de manière à échapper aux réformes voulues par le Vatican.

En 2010, une première tentative au Mexique , dans le diocèse de Saltillo a échoué suite déjà à une intervention du Vatican auprès de l’évêque de Saltillo.
En Juin 2012, l’évêque de Cordoue avait à son tour cédé à leurs manœuvres en acceptant de les reconnaître sous le vocable d’ « Association des Sœurs de St Jean et St Dominique ». Cette association publique de fidèles était constituée d’environ cent cinquante jeunes femmes, anciennes novices et anciennes professes simples de la communauté des Sœurs Contemplatives de St Jean arrivées au terme de leurs vœux. Le but ultime de ce grossier tour de passe-passe était d’accueillir dans un deuxième temps les professes perpétuelles des Sœurs Contemplatives de St Jean afin de reconstituer sous des cieux moins regardants la même communauté qu’avant 2009, avec les mêmes personnages à leur tête, les mêmes dérives et le même habit !
Cette fois-ci, le Vatican tape du poing sur la table en prononçant la dissolution pure et simple de cette nouvelle communauté de Cordoue.

Le bras de fer se poursuit.

On aurait pu penser que la dissolution par le Vatican de la communauté des Sœurs de St Jean et St Dominique, aurait amené toutes ces religieuses dissidentes à un minimum d’autocritique. Ceux qui connaissent bien leur aveuglement ne sont pas surpris qu’un tel désaveu venant du Vatican n’entame en rien leur conviction.
Malheureusement pour elles, ces religieuses sont soutenues financièrement et entretenues dans leur jusqu’au-boutisme par les parents de certaines d’entre elles tout aussi dénués d’esprit critique. Plus grave et significatif encore, ces religieuses bénéficient également du soutien actif de nombreux frères de St Jean, tout aussi incapables d’analyser les raisons qui ont conduit le Vatican à tenter de remettre de l’ordre chez les Sœurs Contemplatives.

Ces parents et ces frères de St Jean sont intimement persuadés que Mgrs Barbarin, Bonfils, Brincard, Bertone sont dans l’erreur. Quant à Benoit XVI, s’il a pris un certain nombre de décisions y compris la dissolution de la communauté de Cordoue, c’est que le dossier lui a été présenté de manière inexacte.

Quelle sera la position de François, notre nouveau Pape ?

Le changement de Souverain Pontife risque d’inciter les soutiens de ces religieuses en dissidence à redoubler dans leurs actions de lobbying. Néanmoins, François a pour l’instant bien d’autres priorités dans son début de pontificat et il y a fort à parier qu’aucune décision importante dans ce dossier ne soit prise dans les mois qui viennent.

Néanmoins, à terme, il sera particulièrement intéressant de juger le nouveau Pape sur les positions qu’il sera amené à prendre vis-à-vis de tous ces groupes dits « communautés nouvelles » qui ont fleuri, prospéré dans les dernières décennies dans l’imprudence ecclésiale la plus totale, sous la coupe de fondateurs aussi charismatiques que critiquables tels que Marie-Dominique Philippe pour la « Famille St Jean », Ephraïm pour les Béatitudes et Marcial Maciel pour les Légionnaires du Christ. François, en tant qu’ancien membre et provincial de la Compagnie de Jésus, communauté dont la robustesse et le sérieux ont traversé les siècles, a certainement son opinion sur la question.

La « Famille St Jean » prend l’eau.

En attendant de nouveaux rebondissements les différentes composantes de la « Famille St Jean » sont plus ou moins mal en point.

Les Sœurs Contemplatives de St Jean sont en pleine déroute. Sur les 380 religieuses que comptait en 2009 cette communauté, il ne resterait plus que « environ 215 » selon le site internet de la communauté St Jean, mais peut-on vraiment avoir confiance dans ce chiffre ? En effet, la communauté a perdu l’essentiel de ses novices, une grande partie de ses professes simples. Quant aux professes perpétuelles qui étaient au nombre de 130 en 2009, une partie de celles qui soutenaient l’action du Vatican ont finalement demandé et obtenu de quitter la communauté devenue invivable du fait des tensions. La grande majorité de celles qui restent sont en opposition ouverte avec Mgr Brincard, leur supérieur actuel en tant qu’Émissaire Pontifical et 70 d’entre elles ont clairement fait savoir qu’elles voulaient quitter la communauté, mais elles y sont actuellement retenues de par leurs vœux. Accessoirement, la communauté se débat dans de grandes difficultés financières. Il faut dire que ces religieuses ne travaillent pas et sont habituées à vivre aux crochets de leurs familles et que l’argent de ces généreux donateurs fait actuellement défaut.
Les Frères de St Jean dont les effectifs se dégradent depuis quelques années du fait d’un nombre de sorties supérieur aux entrées sont également en fâcheuse posture. Ils sont très divisés avec une équipe dirigeante qui soutien les réformes voulues par le Vatican et une base dont beaucoup ne les comprennent pas. Après la dissolution des Sœurs de St Jean et St Dominique, un certain nombre de frères de St Jean a d’ailleurs demandé cette année à quitter la communauté, pour pouvoir continuer à « soutenir » leurs sœurs. Parmi eux se trouvent, sans surprise, des frères parmi les plus anciens, ceux à qui convenait le mieux ce fonctionnement sur un mode affectif (le fameux « amour d’amitié ») entre les frères et les sœurs qui avait, en son temps, contribué en partie au nombre impressionnant de « vocations » de cette communauté. Si ces départs se concrétisent, la communauté St Jean devra fermer un certain nombre de ses prieurés. Les frères de St Jean ont déjà du fermer récemment et dans la discrétion leur maison de formation de Valdedios en Espagne , faute de novices. Parmi les départs, on parle de celui du frère Marie-Dominique G, personnage majeur de la communauté à ses débuts (cf. Golias Hebdo numéro 259 d’Octobre 2012).

La communauté des Sœurs Apostoliques de St Jean, quant à elle, ne fait pas trop parler d’elle et constitue ainsi le seul havre de paix par les temps qui courent au sein de la « Famille St Jean ».

35 commentaires

Le 11 janvier 2013, le cardinal Bertone rendait un rescrit interdisant la cté des soeurs de St jean St Dominique, soit exactement 30 jours avant la démission de Benoit XVI... Tout le monde sait que le pape était fatigué et que Bertone l’avait isolé depuis longtemps afin de prendre nombre de décisions à sa place. Il s’agissait donc bien d’un rescrit de ce cardinal manipulateur, obsédé par le pouvoir qui a fait un tort terrible à l’Eglise catholique ses dernières années.
Qui donc a influencé cet usurpateur pour l’inciter à prendre ce rescrit ? Barbarin évidemment qui est à la manoeuvre depuis tant d’années concernant la Cté St jean : il a décidé de reprendre en main une Cté St Jean qui lui a longtemps résisté. Les évêques français le savent : la Cté St Jean est la chasse gardée de Barbarin. Qui s’y aventure s’y casse les dents.
Barbarin aime le pouvoir, a une certaine idée de lui même et ne souffre pas l’opposition, comme son ami Brincard. L’un comme l’autre ont répété à l’envie aux familles, amis et aux 200 soeurs ces 2 mots : "obéissez" et "chut ! silence".
Aujourd’hui, le pape François a parlé et brisé ce trop long silence. Il permet enfin à 200 femmes de vivre librement leur vie contemplative, n’en déplaise à ces 2 prélats.

repondre message

Voici ce que l’on peut lire sur le site de soutien aux soeurs contemplatives de st jean dissidentes "Une goutte d’eau au bord d’un seau" :

"18 mois après le rescrit, les sœurs de Saint Jean et Saint Dominique sont autorisées à refonder une association publique de fidèles.
Suite à sa visite de novembre, le Cardinal Braz de Aviz a rencontré en Espagne le 17 juin 2014 les sœurs, avec tous les évêques qui les accueillent dans divers pays du monde. Neuf ont pu se rendre disponibles.
Les modalités de cette nouvelle fondation vont être définies prochainement"

Si l’info est exacte, cela signifie que le pape François est sur le point de céder aux pressions du petit lobby qui soutien depuis 2009 les dissidentes de la communauté des soeurs contemplatives de st jean ; celles-là même qui depuis 5 ans se sont placées en désobéissance ouverte avec les décisions de Benoit 16.

François prend là un risque énorme en prenant le contre pied de son prédécesseur dans le dossier pourri de cette communauté sectaire.
La volonté affichée par la hiérarchie catholique de lutter contre les déviances sectaires dans certaines communautés religieuses est donc du vent.

repondre message

Communauté Saint Jean : l’envers du décor 6 mai 2014 15:48, par Carbonell

Il me serait judicieux que vous lisiez l’article suivant, pour nuancer un jugement qui me paraît trop péremptoire

http://unegoutte.wordpress.com/2013/04/12/information-sur-les-soeurs-contemplatives-une-autre-perspective/

repondre message

Communauté Saint Jean : l’envers du décor 28 décembre 2013 10:53, par L'air éthique

Merci pour votre article ainsi que celui qui a précédé sur le même thème.
Pour renvoyer un religieux de son institut (et non le réduire à l’état laïc, ce qui ne se dit que des clercs, ordonnés) il faut vraiment qu’il en ait fait pis que pendre. J’ai croisé dans ma vie des "cas" digne de renvoi, de sécularisation, pour lesquels on préférait laisser courir les choses.
Je ne connais pas ces sœurs, mais c’est exactement le même schéma que j’ai vu se mettre en place dans une autre affaire qui n’a pas attiré l’attention des journaux (encore que ...) parce qu’elle se déroulait à une bien plus petite échelle et sur une échéance bien plus longue.
Non pas une congrégation, mais un seul couvent d’un ordre où les monastères sont autonomes. Même topo : une personne manipulatrice parvient à se faire élire supérieur et est considérée comme la re-fondatrice d’une communauté mourante. Cumul des charges de prieure et de maîtresse des novices, accueil d’une multitude de novices parfois déséquilibrées, souvent sans réelle vocation, manipulation des consciences, culte larvé de la personne de la supérieure, etc.
Quand l’ordinaire du lieu intervient après dix-huit ans de dérives, la supérieure qui a si bien prêché l’obéissance (envers elle-même) ne se prive pas de semer un esprit de révolte parmi ses ouailles, tout en restant bien en retrait en adoptant une figure de pauvre malheureuse persécutée.
Priée de se retirer dans un autre couvent de son choix, elle emmène deux autres soeurs avec elle. Elles se font sécularisés et fondent autre chose ailleurs, à l’étranger, sous un nom inspiré de l’ordre d’origine, avec la bénédiction d’un vieil évêque qui en a d’autres à son actif. Curieusement, elles recevront dans leur démarche l’appui ... des Frères de St Jean ! Elles finiront, une dizaine d’années plus tard, avec l’aide d’un autre prélat qu’elles ont embobiné, à réintégrer leur ordre via une branche conservatrice, grâce à une entourloupe, très boiteuse au point de vue canonique.
La différence avec les soeurs de St Jean, c’est le nombre de personnes concernées —ça se passe à une plus petite échelle— le temps écoulé avant de pouvoir fonder un couvent du même ordre et le fait que là, cela ait réussi.
Alors rien que de lire les manoeuvres pour re-fonder une congrégation dissidente, je peux dire que les accusations de dérives sectaires sont fondées. Je suis même tombée sur un site où elles se "défendent" vis à vis du public en disant qu’elles prient pour leur "bourreaux." En employant un tel vocabulaire, elles se tirent une balle dans le pied.

repondre message

Allo Mgr Brincard ? Allo quoi ? 16 avril 2013 10:07, par Soeur Nabila

Combien de soeurs contemplatives encore en 2013 dans cette communauté de 380 étranges moniales en 2009 ???

215 selon le site internet de la communauté St Jean.

160 selon les informations du comité de soutien des soeurs "déchues" de Cordoue (les ex soeurs de St Jean et St Dominique). Sur ces 160, toujours selon la même source, seules 80 obéissent à Mgr Brincard et donc au Vatican. Les 80 autres suivent envers et contre tout Alix, Marthe et cie dans ce qui s’apparente à une véritable dérive sectaire.

Dans cette guerre des chiffres, où se situe la Vérité ? Allo Mgr Brincard !

repondre message

Communauté Saint Jean : l’envers du décor 15 avril 2013 20:55, par Claire

Tout d’abord un grand MERCI à Golias pour son objectivité et sa détermination, concernant "l’actualité" de la communauté St Jean.
Ensuite, je voudrais juste informer Golias et ses lecteurs, que du côté des sœurs apostoliques de St Jean, ce n’est pas du tout "blanc-blanc" comme on pourrait le croire parce qu’elles ne font pas parler d’elles : le culte du secret est très bien enseigné dès le noviciat ... Il y a des graves problèmes de mœurs et de formations. Elles ne se remettent absolument pas en question ; d’ailleurs, la communauté des sœurs apostoliques de St Jean ne veut rien recevoir (en matière de conseils) venant de l’Eglise. C’est une communauté qui se suffit à elle-même et qui se cache pour se donner bonne conscience, derrière les problèmes des sœurs contemplatives et des frères de St Jean.
Monseigneur Rivière doit absolument ne pas se laisser séduire par la prieure générale et agir avec prudence. C’est une communauté d’une intelligence subtile, qui manipule "merveilleusement" bien.

repondre message

Communauté Saint Jean : l’envers du décor 11 avril 2013 17:43, par Frère Alethos

Merci à Golias pour sa vigilance tenace. Déjà en 2005 (http://golias-news.fr/article620.html), vous alertiez sur Points-Coeur dont les abus de pouvoir et abus sexuels du fondateur, Thierry de Roucy, viennent d’être révélés : http://pncds72.free.fr/316_thierry_roucy.php

repondre message

Les autruches c’est pour moi catholicussum, amaury…. Je vous invite, ce soir, à regarder
“Le Silence des églises” sur France 2 à 20 h 45 film suivit d’un débat.
..
Solweig Ely ,qui est directement concerné par ce carnage via « les béates-itudes » sera à 18H30 sur RTL avec Marc-Olivier Fogiel puis sur le plateau de France2
..
Pour savoir qui est Solveig
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FSq53G0r_Og&noredirect=1#!
...
Vous pourrez aussi lire :
http://www.rfi.fr/emission/20130422-1-le-livre-noir-violences-sexuelles

repondre message

C’est l’hôpital qui se moque de l’hospice 6 avril 2013 00:35, par Anselme

"La Compagnie de Jésus, communauté dont la robustesse et le sérieux ont traversé les siècles"
En France dans les cinquante dernières années, on n’a pas vu trop de signes de cette robustesse, mais plutôt un comportement désolant à bien des égards.
On n’a pas non plus été frappé par le déferlement de vocations qu’ils ont suscité.

repondre message

En 2005, après la dissolution des soeurs mariales par le cardinal Barbarin, 30 à 40 jeunes femmes sont parties dans la nature toujours regroupées autour de leur gourou-fondatrice, une déséquilibrée nommée Tunde Szentes. Leurs familles sont pour beaucoup sans nouvelles d’elles 8 ans après.

En 2013, le même scénario se répète, cette fois-ci avec 150 femmes dont beaucoup de très jeunes avec la dissolution des Soeurs de St Jean et St Dominique.

Le point commun entre ces deux affaires, l’allégeance à un vieillard, le père Marie-Dominique qui a crée autour de lui des communautés à sa dévotion et qui prétendait leur enseigner ni plus ni moins que le chemin de la Vérité et des 3 Sagesses (philosophiques, mystiques et théologique). Beaucoup d’ados ou de personnes fragilisées et réceptives se sont laissées prendre au piège avec la complicité tacite des autorités de l’Eglise sous le pontificat de JP2.

Le résultat est calamiteux, mais tout cela ne semble pas beaucoup émouvoir Mgr Brincard qui reste totalement silencieux sur les causes de ce désastre.

repondre message

Communauté Saint Jean : le syndrome du Titanic 4 avril 2013 20:31, par confutatis maledictis

A force d’avoir toléré et caché toutes sortes de comportements de la part de ses membres, la communauté st jean voit se profiler à l’horizon l’heure des comptes. L’addition risque d’être difficile à digérer.

Comme sur le Titanic, l’orchestre essaie encore de jouer pour donner le change et couvrir les difficultés. La propagande officielle de la communauté relayée par son site internet et sa revue prétendra comme d’habitude que le chapitre général qui se tiendra dans quelques jours aura été un "grand moment de joie et de charité fraternelle".

Dans la réalité, la communauté traverse la crise la plus grave de sa courte existence et les dissensions en son sein sont majeures. Le navire St Jean n’est pas en train de couler à pic mais le marasme ambiant de ces dix dernières années et en train de sérieusement s’accentuer.

Il est bien loin le temps des années 80 et 90 où tout semblait leur réussir et où le navire filait à toute vapeur dans la nuit...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune