Parution : 5 mai 2013
« Mariage pour tous » :
Le catholicisme français à l’épreuve de l’intransigeantisme

Le Parlement vient enfin d’adopter la loi sur le « Mariage pour tous », réparant une discrimination à l’endroit des couples du même sexe. Il s’agit d’une avancée. Que saluent tous de même 40 % des catholiques. Qui sont irrités sinon exaspérés que l’outrance homophobe de quelques-uns finissent par jeter le soupçon sur leur foi et leur engagement, au service de l’homme et de sa liberté.

451 commentaires
En pied de l'article.

En Grande-Bretagne, il a suffi d’une demi-journée pour qu’une telle loi soit adoptée. En France, elle a suscité une incroyable polémique et s’est heurtée à une stratégie d’opposition conduite en particulier par le cardinal André Vingt-Trois, l’archevêque de Paris. Réveillant les démons de la division et du sectarisme fanatique. De sorte que l’on a pu assister à ce que l’historien Emile Poulat nomme avec sagacité « la guerre des deux France ». D’une certaine façon, on pouvait s’inquiéter d’une sorte de constitution d’un front des religions pour faire face à une loi Taubira honnie. Est-ce étonnant d’ailleurs ? Pour condamner Jésus, Hérode Antipas et Pilate devinrent amis, d’ennemis qu’ils étaient auparavant. Il est vrai qu’en France la laïcité, naguère, a été de combat plus que de dépassement. Et il en résulte forcément un durcissement réel ou potentiel du camp adverse, qui se sent exclu et rejeté, d’autant plus que la Révolution française a certainement creusé un clivage. Ainsi, la situation française est-elle un hapax pas toujours très heureux, un cocktail virtuellement explosif.
Comment ne pas citer l’affrontement violent autour des inventaires dans les Eglises en 1906, alors que la loi de séparation entre l’Eglise et l’Etat de l’année précédente, grâce à l’entregent et à la clairvoyance d’Aristide Briand, n’avait rien d’un couperet anticlérical mais constituait un bon équilibre, dont se félicitent aujourd’hui in petto les évêques. En même temps, les aléas des guerres et des appartenances nationales font qu’il existe toujours en France une exception alsacienne et mosellane, caractérisée par la survie d’un concordat qui prévoit la rémunération des cultes et de leurs ministres.

Le plus désolant est cependant la permanence et la reviviscence périodique d’un catholicisme intransigeant, qui fleure bon « l’illusion libérale » de Louis Veuillot au XIXe siècle, qui se caractérise par un alliage sulfureux et dangereux de religion et de politique, et trouve son expression la plus forte et la plus ravageuse dans l’intégrisme catholique (en particulier de Mgr Marcel Lefebvre). 

En même temps, de façon paradoxale, la France est un pays très sécularisé. Où le crédit de l’épiscopat est de plus en plus faible et où le nombre des vocations se réduit comme une peau de chagrin. Et paradoxalement toujours, c’est dans ce pays que l’on trouve les opposants les plus violents au mariage homosexuel. Jusqu’à des jeunes qui n’hésitent pas à détourner les références les plus héroïques pour prétendre incarner l’esprit de résistance d’un Gandhi. Ils s’autoproclament des
« veilleurs ». Encadrés dans des bivouacs de fortune aux contours indécis par des prêtres en soutane, et bénis furtivement par des prélats très conservateurs, comme NN SS Dominique Rey (Toulon), Marc Aillet (Bayonne) ou Eric Aumônier (Versailles). A notre avis, il s’agit de groupes composites, même s’il faut les prendre très au sérieux, qui mélangent des jeunes en mal d’identité à des héritiers de famille au catholicisme « rance » pour reprendre un qualificatif bien trouvé de Philippe Sollers.
A l’évidence, le combat qu’ils mènent est d’une certaine manière perdu d’avance. Le mariage homosexuel constitue une avancée de nos sociétés occidentales, certes moins populaire dans le grave contexte de crise économique qui est le nôtre mais d’une certaine façon irrévocable que l’on s’en réjouisse ou non. Au-delà cependant d’un objectif limité, cette mobilisation traduit une volonté de s’affirmer, à partir de valeurs fortes et de principes solides. Dans une France qui bat le record de chômage de 1997, ce n’est pas vraiment surprenant et il ne faudrait pas accorder à ce phénomène une importance excessive. Ce qui ne veut pas dire, encore une fois, que l’heure ne soit pas grave.

[découvrez l’ensemble de notre dossier dans Golias Hebdo n° 286]

451 commentaires
une autre verité de michel benoit une parole percutante 11 juin 2013 01:55, par anne marie

Biographie et informations
Nationalité : France
Né(e) : 1940
Biographie :

Moine bénédictin pendant 20 ans, Michel Benoît est théologien et docteur en biologie.

Il a quitté les Ordres en 1984, l’Église désapprouvant ses recherches sur la vie et la personnalité du Christ. Il s’y est depuis consacré.

Spécialiste des origines de l’Église, il a notamment publié Dieu malgré lui et Nouvelle enquête sur Jésus. Il est l’auteur d’un thriller religieux : Le Secret du Treizième apôtre.

Il a aussi publié Prisonnier de Dieu (Fixot, 1992), dans lequel il raconte ses années dans un ordre monastique et Qu’avez-vous fait de Dieu ? (Fixot, 1993), un essai sur le rôle des Églises.

le blog de l’auteur :
http://michelbenoit17.over-blog.com/

repondre message

@nathalie 11 juin 2013 01:21, par anne marie

votre message personnel et un parcours humain terrible
voici un poeme d’Eluard
http://www.youtube.com/watch?v=bktcB5QpNp0 liberté
j’ai fait ma demande d’apostasie,le prêtre m’a écris pour les conséquences,lesquelles, je vais lui parler de franco et de Pinochet
quand j’étais gosse le prêtre m’a dit textuellement tu écris de la main gauche c’est celle du diable,feu mon papa,m’a dit tu n’iras plus au caté c’est un âne ce prêtre
je ne pardonnerai jamais a Barbarin pour ces immondes paroles et a legrez eveque dominicain
je n’aime pas le racisme et ni l’homophobie
quand aux sauves de l’église qu’ils restent ensemble,j’ai vu le coté sombre et affairiste de l’église, qui as besoin de brebis qui ne pensent pas beaucoup
le seul théologien c’est Theilhard de Chardin dont j’aime les ecrits

repondre message

Il faut que Sodome soit détruite @ M. Ribault 4 juin 2013 20:52, par Nathalie

Cela pourrait être une conclusion définitive s’il n’y avait deux autres faits à retenir.

Le premier d’entre eux est que le destin de Sodome est pratiquement scellé bien avant l’arrivée des anges devant Lot.
En effet, Dieu décide d’aviser Abraham de ce qu’il a décidé de s’occuper du sort de Sodome et Gomorrhe contre lesquelles « la plainte […] la plainte est si forte, leur péché est si lourd, que je dois descendre pour voir s’ils ont agi en tout comme la plainte en est venue jusqu’à moi. Oui ou non, je le saurai » (Gen.18.20-21)
Suit toute une série de tractations de la part d’Abraham qui tente de sauver ce qui peut l’être, sans grand succès si l’on tient compte de la chute de l’histoire. On remarquera aussi que Dieu, pour omniscient qu’il est, doit quand même venir voir de plus près, ou plutôt, il dépêche deux anges pour ce faire.
Ce qui nous ramène déjà ici au fait que pour un monothéisme, le judaïsme, comme d’ailleurs le christianisme puis l’islam, a tout de même cette capacité assez singulière à trouver des puissances célestes (puisque les anges en sont), susceptibles de servir d’intercesseurs entre les hommes et Dieu. Ce qui nous ramène à des panthéons tout à fait classiques des diverses religions païennes, dotés de dieux supérieurs, de dieux subalternes, etc. D’ailleurs les anges ont été identifiés très souvent aux puissances élémentaires. Le polythéisme est donc encore très présent dans la Genèse et les anges ne sont qu’une adaptation de figures mésopotamiennes à la nouvelle religion que devait constituer le judaïsme. L’ensemble des puissances célestes se constituant par ailleurs en hiérarchie, Dieu dominant le tout, et délégant ainsi aux anges (divinités secondaires) une partie de son pouvoir. Construction que l’on peut d’ailleurs voir se mettre en place progressivement dans le Livre des Rois, quand bien même un effort de neutralisation de la déité de ces anges est progressivement fait. Le sort même dévolu à la femme de Lot est assez symbolique de l’emprise encore très forte des anciennes religions, puisqu’elle est ainsi présentée comme y étant encore attachée (elle se retourne).

Bref, voilà nos deux anges qui arrivent à Sodome, mais personne ne sait qu’ils sont des anges et c’est là le deuxième fait. En tout cas, personne dans la Genèse telle que je l’ai sous les yeux. Evidemment, cela dépend sans doute des traductions probablement, mais celle là, je ne l’ai pas. Les habitants de la ville demandent à voir des hommes, non des anges. Ce qui disqualifie la transgression. Une transgression pour être effective, doit être consciente. Ce n’est pas le cas. Sinon, Dieu serait très mauvais joueur, or, il veut juste vérifier.

Bref, Sodome disparaît, de même que Gomorrhe et Abraham lui-même décrit le spectacle auquel il assiste « il vit monter de la terre une fumée, semblable à la fumée d’une fournaise », tandis qu’un peu plus haut, il est précisé que Dieu fait pleuvoir du souffre et du feu et bouleverse villes, district, habitants et végétation. Ce qu’on appelle un peu plus simplement aujourd’hui, un phénomène tectonique doublé d’une projection de bitume enflammé (d’où le souffre).

Reste à savoir quel était le crime de ces villes. Ezéchiel, qui avait une véritable passion semble-t-il pour Jérusalem, qu’il n’hésitait pas à qualifier de prostituée, propose cette hypothèse, qui évidemment vaut ce qu’elle vaut (Ezéchiel 16.49-50) :
« Par ma vie, oracle du Seigneur Yahvé, Sodome, ta sœur, et ses filles n’ont pas agi comme vous avez agi, toi et tes filles. Voici quelle fut la faute de Sodome ta sœur : orgueil, voracité, insouciance tranquille, telles furent ses fautes et celles de ses filles ; elles n’ont pas secouru le pauvre et le malheureux, elles se sont enorgueillies et ont commis l’abomination devant moi, aussi les ai-je fait disparaître, comme tu l’as vu. » Et là, pas d’histoire d’anges qui se feraient tripoter les fesses. Parce que parti comme il était, Ezéchiel aurait certainement mentionné ce fait dans sa diatribe.

Tout comme l’Atlantide disparaîtra, pour les mêmes raisons, qui sont une forme de décadence aux yeux de Zeus. La vie facile, cigarettes et p’tites pépés, bref, la vie de riches cités de la vallée du Jourdain..

Dans les destructions de Sodome, Gomorrhe, l’Atlantide, l’orgueilleuse Troie, Ys, et combien d’autres villes ou régions, mais aussi comme Haïti assez récemment finalement la colère divine avait été évoquée à cette occasion), la colère ou vengeance de-s Dieu-x est systématiquement mise en avant pour expliquer un phénomène naturel qui dépasse l’entendement ou permet de donner une cause qui se veut rationnelle (à quoi la rationalité peut-elle tenir parfois…) à un évènement impossible à maîtriser par nature.
Aujourd’hui, Sodome et Gomorrhe gisent quelque part dans une faille du côté de la mer Morte, Ys dans la Baie de Douarnenez, l’Atlantide quelque part du côté des colonnes d’Hercule, Troie a été fouillée et Haïti peine à se relever du tremblement de terre.
Et systématiquement, ce qui est rappelé aux hommes, en fait, c’est qu’ils doivent ne pas dépasser leur condition humaine sans quoi, pan sur les doigts. La Némésis, tout simplement. Ce qui me ramène à votre conclusion, mais sans transgression sur la personne des anges.

repondre message

voici un prêtre de l’action française,je croyais que ce mouvement était perdu dans les confessionnaux de grenouille de bénitier
il vaut mieux révoquer un prêtre franc maçon,un prêtre qui défend les homo
le pape François sait choisir ses amis,le Vatican et les ors du palais ne reflète pas le vrai peuple de dieu
voici edifiant et plein de haine,la theologie de la haine,l’arbre est pourri
La chronique de l’abbé de Tanoüarn : Voter ? - Pour la France

Ce que j’écris ici n’engage évidemment que moi-même : nous allons être confrontés à des échéances électorales. Nous ne croyons pas aux urnes. Le suffrage universel est le plus souvent un mauvais indicateur, un indicateur abstrait, de la volonté du peuple. Pourtant, la tradition de l’Action Française n’a jamais été de s’abstenir…

Avec raison me semble-t-il : cela manifeste son souci permanent de l’indépendance nationale, qu’il faut réaliser « par tous le moyens… même légaux ». La politique de la chaise vide, ou bien on a les moyens de la mener, parce que l’on représente une force dont l’absence serait sensible, et alors on n’y a pas intérêt parce que cette force se trouve sacrifiée par l’abstention, ou bien on n’en a pas les moyens parce que l’on ne parvient pas à représenter une taille critique et alors s’abstenir n’a aucun sens : cela resterait imperceptible. Mieux vaut, avec d’autres petits ruisseaux, essayer de devenir une grande rivière. Les émigrés de l’intérieur n’ont jamais servi à rien, qu’à s’autoreproduire en silence au fond de leurs manoirs.

Quel est l’enjeu d’une élection ? Ultimement, c’est toujours l’intérêt national. Il faut donc se prononcer en fonction de l’intérêt national. On ne vote pas pour une personne, car le jeu électoral est devenu un concours de beauté, qui admet toutes les tricheries. On ne vote pas pour ses propres idées : prétendre que seules les idées sauvent, ce serait entretenir une démarche démocratiste, révolutionnaire (ou contre-révolutionnaire si la contre-révolution n’est que le symétrique de la Révolution). En tant que nationaliste, on vote pour une Patrie, pour préserver ce qui peut l’être, pour gagner du temps, en attendant les divines surprises que le temps ne manque pas de nous ménager si nous savons les saisir.

Ecoutant les deux grands meetings des candidats du Deuxième tour, le président Sarkozy à la Concorde, le candidat Hollande à Vincennes, j’ai été frappé du retour de la nation dans les discours électoraux : quand on a essayé tous les mensonges, quand on est au temps des illusions perdues, il reste cette réalité commune à tous les Français, qui les intéresse encore, envers et contre tout, parce que quand on y regarde de près, il n’y a pas de différence entre la France et les Français. François Hollande évoquait « le drapeau » et « ses plis » ; Nicolas Sarkozy s’est fendu de quelques envolées lyriques (signées sans doute Patrick Buisson) sur Péguy et Victor Hugo. Tout se passe comme si, alors que la crise économique manifeste la fragilité relative du pôle économique de notre existence et la folie que représenterait un idéal « tout-économie » mondialisé, tandis que l’homo religiosus en chacun de nous agonise en silence, il reste cet enjeu fondamental, à la fois spirituel et charnel : la nation.

Oh ! Elle est en piteux état. La culture de mort dont parle Jean-Paul II y a fait des ravages. La déculturation se généralise. L’un de mes amis enseignant à Henri IV depuis 20 ans, me disait combien les « grands lycées parisiens » eux-mêmes n’étaient pas épargnés. Mais la nation c’est ce que l’on emporte à la semelle de ses souliers, c’est ce qui reste quand on a tout oublié… La France a la vie dure dans le cœur des Français. Cette France nous ne la rêvons pas. Nous la défendons telle qu’elle est, parce que c’est en elle que se trouvent les germes de la Renaissance. Si l’élection présidentielle, contre toute attente malgré la médiocrité des prestations des différents candidats, malgré l’ennui que dégage le circus politicus, retient si profondément l’attention des Français, c’est sans doute qu’obscurément chacun sent bien que c’est la France qui est en jeu, qu’il faut voter pour la France.

Les catholiques évoquent souvent les points non-négociables que sont le respect de la vie, le respect de la famille fondée sur un couple hétérosexuel, le respect du libre choix de l’éducation par les parents. Mais cette appellation de « points non-négociables » est pour le moins malheureuse. Aucun candidat ne retient ces trois points comme non négociables. Alors ? Faut-il se désintéresser de l’échéance ? Faut-il quitter la table des négociations ? Faut-il arrêter de faire de la politique ? Laisser la chaise vide ? Ce serait insignifiant. Il importe, malgré la médiocrité des politiques, malgré leur désintérêt pour les enjeux civilisationnels, malgré leur aveuglement, de participer au rite collectif de l’élection, non pas pour un politique ou pour un autre, mais pour la France, cette France, j’ajoute ceci en tant que prêtre, qui reste chrétienne quand les Français ne le sont plus.

Mais ceci est une autre histoire : c’est le mystère grandiose des nations et de leur supériorité morale sur les peuples !…

Abbé G. de Tanoüarn - L’AF n° 2838

repondre message

Il ne faut pas se leurrer. Le pape François pourra laver autant de pieds de pauvres qu’il veut, pourra payer de sa poche ses notes d’hôtel, préférer vivre dans un appartement modeste que sous les dorures du palais du Vatican, cela ne fera pas avancer d’un pouce la doctrine de l’Eglise romaine. Même en appliquant toutes les ordonnances de Vatican 2, ou en revenant sur les bases du concile de Trente, rien n’y fera.

Le problème de l’Eglise contemporaine, qui se délite dans les pays occidentaux où les vocations s’assèchent et les églises se vident, puis s’essoufflera dans les actuels continents émergents économiquement avant de connaître un même recul, ne saurait se résumer « au refus de la hiérarchie de l’Eglise d’être dans la marche du temps », même si c’est une réalité.
Pareillement, nous pourrions obtenir de Rome toutes les repentances possibles pour ses crimes historiques (guerres « saintes », Inquisition, antisémitisme, etc.), cela ne constituerait pas pour autant une avancée radicale.

Pas plus d’ailleurs que le mariage des prêtres ou l’ordination des femmes, en l’état actuel de l’Eglise, ne" sauraient être « l’évolution majeure ».
Le blocage théologique est bien trop profond encore pour que la transmission du message évangélique puisse de nouveau s’opérer.

Les débats sur les dogmes qui animent ce forum, témoignent d’une fracture au coeur du catholicisme dont les sources sont très lointaines. Dans le pays ancien, lorsque le peuple était illettré dans sa grande majorité, la dogmatique réglait tous les problèmes dans la mesure où elle était (et reste) annoncée comme « la vérité révélée ». Le peuple, qui n’avait aucun moyen d’étudier et de lire les textes sacrésn ne pouvait que se référer qu’à la parole des prêtres et des évêques. Le « prêt-à-croire » porté par les dogmes mettait fin à tout débat. Ceux qui ne les soutenaient pas étaient excommuniés. Ainsi, l’Eglise des prélats avait toujours raison.

La fracture entre l’Eglise institutionnelle et son peuple, qui, n’a cessé de s’accentuer, remonte aux quatrième et cinquième siècles à propos de la notion de « péché originel ». Ce débat opposa non seulement le moine théologien Pélage à Augustin d’Hippone, mais encore à l’empereur romain Honorius.
Pélage soutenait que Dieu avait fait de l’homme un être libre, capable de choisir lui-même entre le bien et le mal, disposant de son libre-arbitre pour s’engager de sa propre volonté sur la voie de la sainteté.

Cet enseignement ne pouvait pas convenir à l’empereur qui préférait la version de la théologie d’Augustin, celle définissant l’homme comme un être soumis, dans la main de Dieu, n’ayant pas d’autre choix qu’obéir à sa loi . Comme l’empereur contrôlait les hommes d’Eglise, il avait la paix de ce côté-là. Le lien entre politique et religion solidement établi depuis Constantin 1er était maintenu et renforcé.

Dans les siècles qui suivirent, l’empire franc (Charlemagne) ne fit rien d’autre que mettre les papes à sa botte, d’en faire ses "vassaux".
La loi de Dieu devait s’imposer à tous les hommes "du Saint Empire d’Occident". De libre-arbitre, point. Ce fut l’intronisation du primat du pape sur l’ensemble de la chrétienté, à coup de décrets bâtis sur de faux documents, de fausses traductions... Un primat entièrement fabriqué sur du faux et usage de faux.

Les conciles de Carthage (415-418) et d’Antioche (424) qui enterrèrent la pensée de Pélage ne suffirent pas à mettre un point final au débat de fond sur le rapport de l’homme à Dieu.
Au 20è siècle, le théologien jésuite Henri de Lubac, professeur de théologie à la faculté catholique de Lyon, ancien soldat de la Grande guerre 1914-18, Résistant durant la Seconde guerre mondiale et participant à la fondation des Cahiers de Témoignage Chrétien durant l’Occupation, soupçonné pendant un temps de modernisme par le Saint Office, et interdit d’enseignement par le général des Jésuites (le pape noir), réhabilité et nommé par Jean XXIII en qualité de conseiller auprès de la commission préparatoire au concile Vatican II, jugea utile de revenir sur les textes conciliaires en exhumant, pour les condamner, les écrits du moine Pélage, vieux de 1600 ans. Il déclara « qu’à trop exalter le libre-arbitre, on produit une « religion humaniste », croyante ou athée ». Cela lui valut l’exaltation à la cardinalice par Jean-Paul 2.

"Le libre-arbitre" : c’est-là que se situe le point de rupture du christianisme augustinien avec le « pélagianisme ».

On l’entend bien dans le discours des derniers papes, Jean-Paul 2, Benoit 16 et François. Sous les mots de « relativisme », c’est bien le « libre arbitre » auquel ils font la guerre, comme au temps du conflit entre Augustin et Pélage. Récemment encore, le pape François déclarait que "l’Eglise catholique ne saurait être confondue avec une organisation humanitaire".

Comme si les valeurs d’amour pour leur prochain des acteurs d’ONG engagés sur les fronts de la souffrance humaine, au péril de leur vie, n’avaient aucune valeur, ne comptaient pas... Comme si la parole de Jésus : "Ce que vous faite au plus petit, c’est à moi que vous le faites", n’avait jamais été prononcée.

Sous le voile du discours de François vantant les mérites de la pauvreté (que les pauvres restent pauvres pour obtenir le salut ?), il s’agit de maintenir en l’état l’ensemble de la construction de l’Eglise catholique et de ses dogmes qui la soutiennent, comme les arcs-boutant soutiennent les murs des cathédrales. Que l’un de ces arcs s’effondre, et c’est tout l’édifice qui tombe. Le dogme doit rester le ciment, mais encore le glacis qui maintient la pensée augustinienne au sommet de la hiérarchie romaine.

Donc le ciment d’un pouvoir spirituel et temporel construit à coup de schismes, de condamnations et d’excommunication, doit encore servir. Voilà qui devrait rassurer les intégristes de tout poil puisque les bases ayant servi à l’édification du Concile de Trente sont âprement défendues par le Saint Office, la Curie et les papes depuis Constantin 1er, puis saint Augustin. Rien, mais rien n’a changé ! Sauf le latin remplacé par une liturgie employant les langages vernaculaires.

Alors, voici cette question : l’heure n’est-elle pas à la réhabilitation de Pélage, tant l’effort déployé par la papauté, ancienne et contemporaine, pour combattre le "libre arbitre" repeint en "relativisme" est constant ?

On vient de le voir dernièrement avec la mise à l’écart d’un prêtre membre d’un obédience maçonnique, accusé d’avoir fait usage de son "libre arbitre".
On en est encore au combat d’Augustin contre Pélage. La hiérarchie de l’Eglise catholique romaine vit encore à l’heure des 4è et 5è siècles. Elle a beaucoup de temps à rattraper pour être dans l’époque de son peuple qui vit au temps présent et prépare l’avenir de ses enfants.

Hello les évêques et les cardinaux, c’est quand vous avancez ? Le peuple, y compris celui des baptisés, continue d’avancer.

repondre message

Je regrette les mots blessants de certains responsables religieux. Dire que le mariage des homosexuels pourrait conduire à faire admettre ensuite des mariages incestueux me heurte beaucoup. L’inceste est un crime, passible des tribunaux, alors que l’homosexualité est une orientation sexuelle banale. Faire le lien entre les deux tend insidieusement à assimiler l’homosexuel à un criminel, une manipulation qui pour le moins manque de charité.

repondre message

Défilé des cavalcades !! à Paris ! 28 mai 2013 07:46, par emmanuel.E

Chère Dame Boutin,

150 000 selon la police, 800 000 selon vous !
donc si on rapporte votre misérable chiffre à la France cela représente disons : Moins d’un français sur dix !
Si on replace ce misérable chiffre sur l’ensemble de l’Europe cela représente une misère et sur l’ensemble du monde.....rien !
Votre attitude Mme Boutin qui consiste à fustiger les personnes homosexuelles ne vous grandit pas, en effet dernièrement vous étiez invitée aux grandes gueules et vous disiez ceci : "j’en ai marre que l’on parle toujours des "gays" ! à la télé, au cinéma..y en a partout" "arrêtons"
Mme Boutin, vous nous représentez comme des insectes ! vous nous méprisez, vous êtes terriblement homophobe !
Mais Mme Boutin c’est bien vous qui menaciez il y a si peu de temps encore : rappelez vous : "le gouvernement veut la guerre...il y aura du sang.."
Vous avez enclenché une "guerre", contre nous,contre les enfants de la République, alors permettez que les enfants se défendent ou soient défendus !

Vous savez Mme Boutin, on est pas si dangereux que ça, on ne mord pas ! Et nous on est plein d’Amour. En revanche si vous avez décidé d’être contre nous, soyez le complètement ! enlevez vos habits, ils sont faits par des gays ou des lesbiennes, ne vous coiffez plus, votre coiffeur est homo, ne vous parfumez plus, il est en parti conçu par une homosexuelle, n’allez plus au restaurant il y a des gays partout, ne faites plus vos courses chez votre primeur ! elle est transexuelle et a des enfants ! N’ allez plus au travail en taxi, le chauffeur est lui aussi homo !! N’allez plus au travail à votre bureau, votre secrétaire est gay !
N’allez plus à Rome vous en serez entourée ! n’allez plus à la messe votre curé est homo mais ne s’assume pas !
pauvre Dame Boutin !
Je vous plains sérieusement, vous n’êtes pas faites pour vivre dans le même siècle que nous ! Vous n’auriez même pas pu rentrer dans les ordres ! on aurait pas voulu de vous !
La charité vous ne connaissez pas ! En fait vous ne connaissez rien à la nature humaine ! l’Amour du prochain cà ne vous parle même pas ! Vous vous faites mal !

J’oubliais, et puis arrêtez de vous faire passer pour une victime tout le temps ! on ne vous a jamais cru et nous vous croirons jamais.
Arrêtez de nous mentir sur vos prétendus menaces, parce qu’à ce jeu là, je crois pouvoir dire que c’est bel et bien vous qui menacez tout le temps !
Allez pour vous faire pardonner vous réciterez 1 AVE et 3 PATER !
Et moi je prie Dieu de vous éclairer et de vous pardonner tout le mal que vous faites et que vous avez fait ! sa miséricorde est infinie !

emmanuel.E

repondre message

Selon Bernard Carayon, "à la Libération il y aura beaucoup de tondu(e)s !"
LaDépêche.fr ‎- il y a 8 heures
Bernard Carayon a créé la polémique dimanche à la suite des défilés anti-mariage pour tous à Paris. L’ancien député du Tarn a estimé que les ...

repondre message

les extremismes se retrouvent,
entre l’intolérance propre au catholicisme, voici le nationalisme de certaines factions.....le pire des années coloniales nous revient !

quand au catholicisme, il ne represente plus guère, n’a plus quasi d’inffluence (et on peut s’en réjouir) , mais fait preuve d’extrémisme pervers, car il vaut mieux défiler dans les rues, que de regarder et eradiquer, les moeurs perverses du clergé catholique !
que l’Eglise nettoie déjà ses écuries ....elle a bien à faire !
et qu’elle laisse la liberté de penser et de vivre aux citoyens !

repondre message

o SCANDALE ABSOLU !!! qui a failli passer inapercu !!! par emmanuel.eltretat
Chers tous et toutes, je vous fais la copie immédiatement de la contribution de monsieur Ribault du 21 mais que tout le monde peut aller vérifier.
Voici ce qu’il écrit.!
21 mai 20:13, par gaetan ribault
Ayez une pensée pour Dominique Venner, que connaissais comme écrivain sur la guerre de Sécession ( cote sudiste) . Il vient de se suicider dans Notre Dame de Paris et dans son dernier blog il développe des idées semblables vaux miennes. Rassurez vous je n’envisage pas de me suicider
Mais Gaetan, vous n’ignorez donc pas que votre illustre personnage faisait parti de l’OAS ?
Qu’il était fachiste, extrémiste, homophobe, non croyant, et je rajouterais, dangereux pour avoir dissimulé une arme dans un lieu Saint, qui pour moi Chrétien Catholique pratiquant et une abomination, un sacrilège punissable, de plus en se suicidant. Un faute très grave !
En revanche il aurait pu blesser voir tuer quelqu’un dans la cathédrale !
Je vous rappelle qu’il y avait environ 1500 visiteurs, des enfants, des prêtres....ect... non Gaetan, si pour vous ce genre d’individu dangereux et minable est un exemple, il n’en sera jamais pour moi.

Petit résumé des faits de L’OAS :
L’historien français Rémi Kauffer estime que l’OAS a assassiné entre 1 700 et 2 000 personnes. Le journaliste américain Paul Hénissart cite lui une source officieuse selon laquelle le nombre de victimes assassinées en Algérie s’élève à 2 200. L’historien français Guy Pervillé, s’appuyant sur deux rapports des forces de l’ordre (l’un de la Sûreté nationale, l’autre du général Fourquet, commandant supérieur des troupes françaises), et considérant l’« escalade de la violence » entre le printemps et l’été 1962, estime que ce chiffre est peut-être inférieur à la réalité58. Son collègue américain Rudolph J. Rummel considère lui que le nombre de victimes s’élève à au moins 12 500 (12 000 civils et 500 membres des forces de l’ordre), estimation comparable à celle de Charles de Gaulle dans ses Mémoires d’espoir.

Au fur et à mesure que le temps passe, on comprend beaucoup mieux sur la toile de Golias et surtout sur votre blog d’où est née votre infatigable charité envers votre prochain Gaetan !
On a vraiment pas les mêmes amis et surtout pas les mêmes références Gaetan !
Emmanuel.eltretat

repondre message

l’inquisition revient 26 mai 2013 15:58, par anne marie

un prêtre demis de ses fonctions par le Vatican parce qu’il est franc maçon
pape François un jésuite sectaire
relations humaine en berne
qui avait dit
un seul peuple une seule nation
le gateau le jesuite est bon même tres bon
ah peché de gourmandise
vais je etre exclue.................

repondre message

Un homme aux engagements ineptes, s’est donné la mort devant l’autel de ND. Le suicide est un mystère, mais une vie à être anti tout, c’est pas une vie, c’est un naufrage. Si tout les ...ismes, pouvaient déposer les armes de la peur et ouvrir leurs esprits à l’amour, notre monde serait un autre monde. Parce qu’il est d’ un ostracisme désespoir, ce geste est d’une orgueilleuse tristesse, d’une mesquine vanité.

repondre message

L’adoption plénière hétérosexuelle ou bientôt homosexuelle pose question sur l’affiliation et ce en dehors du débat concernant le mariage pour tous agitée par les opposants. Pourquoi ne pas avoir généralisé l’adoption simple comme la règle pour tous (Et envisageons le baptême simple également). L’ adoption plénière ne pourrait ’être demandée’ ’ou pas’ par l’enfant et ses parents, en conscience et à à sa majorité ou plus tard. Les raisons de renoncer à cette demande seraient respectables. On peut vivre dans un pays étranger depuis des années, adopter ses règles et ses coutumes, sa langue, l’aimer, aimer sa population et même y reposer à jamais, sans en demander la naturalisation. A l’inverse, la demande conjointe de l’adoption plénière donnerait une dimension unique et totale à cette parentalité de coeur. Ce cheminement de vérité et de respect du choix, me semblerait riche et plein de promesses pour l’avenir.

repondre message

La loi du "mariage pour tous" a été acceptée par le conseil constitutionnel. Que les évêques appellent maintenant au calme et au respect de la démocratie serait une bonne chose et le signe d’une Eglise qui prend ses responsabilités

Dans l’espérance

Obelam

repondre message

La terre entière est en mouvement pour légaliser le mariage Gay, tous les continents se rendent enfin compte du temps perdu !
Dans quelques années il ne restera que des pays comme l’Iran ou le continent africain qui prônent l’intolérence maximale vis à vis des homosexuels mais aussi des droits élémentaires des femmes et des enfants !

Désormais, une nouvelle voie et un nouveau souffle se profilent à l’horizon si bleu, sentez vous ces doux parfums d’Amour et de Paix qui enchantent progressivement la terre toute entière ?
emmanuel.E

repondre message

Félicitations à toutes celles et à tous ceux qui vont bénéficier de cette nouvelle loi.
Je pensais que le Conseil allait refouler l’adoption mais il a préféré le consensus. Néanmoins que celles ou ceux qui veulent adopter ne se fassent pas trop d’illusions, sa recommandation/ restriction n’est pas si anodine qu’il n’y parait car maintenant les conditions et critères vont s’alourdir pour tout le monde, y compris bien sûr pour les hétéros.

repondre message

Soyez heureux, les ami(e)s ! 18 mai 2013 09:42, par pierre mabire

Voilà encore une avancée qui ne doit rien à hiérarchie de l’Eglise catholique. Laquelle hiérarchie n’est pas "l’Eglise", mais uniquement une partie du troupeau.
Pape, prélats, évêques seraient-ils les gardiens et les guides du troupeau ? Non. Tout juste des chiens bon à aboyer. Mais ils ne sont pas "les maîtres". Les voilà renvoyés à leur niche !
Tout cela pour dire à tous les mariés de l’an 1 de la loi du mariage pour tous : soyez heureux !

repondre message

« Mariage pour tous » : bonsoir les filles ! 18 mai 2013 00:05, par Nathalie

Petit mot pour vous Françoise et Efté, mais aussi pour toutes les femmes... et les hommes (je ne les oublie pas) qui partagent cette lutte, puisque la loi Taubira va recevoir ses décrets d’application demain, je pense qu’il faut aussi se réjouir de l’avancée qu’elle représente en matière de droit des femmes. Ce qui est un peu masqué par l’ensemble du débat.

Alors pour ces droits, pour celles et aussi ceux qui ont lutté et luttent encore pour qu’enfin nous accédions en la matière à l’égalité femmes/hommes, je souhaitais partager avec vous ce moment de double joie qui m’est aujourd’hui offert.

repondre message

VIVE LES MARIE/ES ! 17 mai 2013 18:44, par emmanuel.eltretat

Bonsoir,

Quelques jours après le Brésil, la France par le conseil constitutionnel valide la loi sur le mariage pour tous !!! merci Mme Taubira et Mr le Président.

BARJOT et ses sbires ont la défaite amère, comme leur salive !
Les vipères (prêtres intégristes et prêtres de cette église catholique fachiste et malade) et autres grenouilles de bénitier n’ont pas du se faire comprendre de leur divinités.
Allez brave gens...passez votre chemin et basta !
Mes prières ont été exaucées...et je rend grâce à Dieu pour cette bonne et heureuse nouvelle et le remercie du fond du cœur.

Emmanuel.eltretat

Nathalie je vous envoie tous mes vœux de bonheur !

repondre message

H O U R R A !!! Le Conseil Constitutionnel valide la loi Taubira...

repondre message

Bonjour à vous tous,
Je remercie tout d’abord nos amis/es de GOLIAS qui me permettent de mettre ce lien ci dessous sans y voir une quelconque publicité.
Depuis le temps que j’affirme haut et fort à certains/es homophobes ici, qui prétendent que l’Eglise ne l’est pas ! eh bien ils vont être servis.
Il me parait d’une importance capitale en ces moments si difficiles en France.
Cordialement
Emmanuel.Eltretat

http://www.sos-homophobie.org/rapport-annuel-2013

repondre message

Deux "Ils" Deux "Elles", Comme inséparables sont racines et immenses arbres, Deux Âmes liées presque éternelles, Âmes jumelles, immortelles, bien au-delà D’ il ou Elle. Âme jumelle guide mes pas, Emmène-moi. L’autre et l’être en soi... Dieu c’est Toi et Moi...

"Le secret". Merci à Lara Fabian pour cette respiration

repondre message

Comme un pied @ Gaëtan Ribault... 16 mai 2013 09:55, par pierre mabire

Gaëtan,
Votre démonstration « couple » et « paire » ne tient pas.
Prenons l’exemple de ma paire de mocassins. Sont-il « mêmes » ? Non, il y a celui fait pour le pied droit et celui fait pour le pied gauche. Je ne peux pas les inverser. Donc il ne sont pas « mêmes », et pourtant, c’est bien une paire de mocassins.
Prenons maintenant un couple homosexuel. L’un(e) à les cheveux bruns, l’autre les cheveux roux. Ils possèdent un patrimoine génétique différent, ont leur ADN respectif, des caractères bien tranchés. Ils sont différents, et non « mêmes », et pourtant c’est bien un couple.
A vouloir mettre sur le même plan des chaussures et des être humains, cher Gaëtan, c’est réfléchir comme un pied. A trop vouloir démontrer, on ne démontre rien. Vous connaissez certainement cette maxime qui vous va si bien.

repondre message

L’archaïsme et l’intransigeantisme de l’église catholique pour le mariage pour tous n’a d’égal que l’archaïsme et l’intransigeantisme de certains syndicats pour le travail des salariés le dimanche qui se pratique avec succès et bonheur dans des régions depuis une quarantaine d’année sur la base du volontariat avec des compensations et avantages.
S’agit-il pour l’un et l’autre cas d’une étroitesse de vue ou une volonté farouche de conserver des dogmes, de conserver des prérogatives, et donc d’assurer envers et contre tout une main mise sur les consciences ?

repondre message

Bonjour Deroëc et François,

Réponse groupée pour tous deux.
Tout d’abord merci à Deroëc pour ces compliments, cependant d’après ce que j’ai lu sur ce site, je crois que d’autres, plus discrets mais dont la profonde culture transparaît sans peine, méritent au premier chef de se voir attribuer ceux-ci.
Aujourd’hui la bonté est une notion très souvent employée de manière péjorative, ramenant à une forme de bêtise de l’être qui en fait preuve. Ce mot est donc tombé en désuétude alors qu’il avait une charge significative très forte. Il en va de même pour méchanceté. C’est pourquoi je vais me permettre envers et contre tous les vents d’une terminologie plus contemporaine dont nous pourrions user, de maintenir ce mot. Je crois qu’il recouvre bien la réalité psychique de M. Ribault.
Plus largement, et pour répondre aussi à François, je crois qu’il est nécessaire de prendre le temps de répondre, d’argumenter, de développer même, face à des discours tels que ceux que peuvent proférer des êtres tels que M. Ribault, Amaury, Catholicussum, Ventadour et quelques autres. Je comprends bien la fatigue qui peut envahir chacun-e de celles et ceux qui peuvent s’opposer à eux, parce qu’il y a quelque chose d’apparemment totalement inutile à leur apporter la contradiction. Cependant, en même temps que nous répondons, avec force argument, nous offrons aussi à celles et ceux qui, silencieux/ses lisent ce forum, la possibilité de réfléchir autrement. Il me semble que souvent, plus que des affirmations, nous avons proposé des pistes de recherche et ouvert des portes que chacun-e est libre de dépasser ou pas, au gré de sa curiosité.
Ne pas ou ne plus répondre à ces personnes, c’est aussi, petit à petit, leur laisser le dernier mot. Ce que l’un des modérateurs (ou l’une ?) de ce site trouvait un peu – et sans doute à juste raison dans l’absolu – fatiguant. Or, face à de tels systèmes de pensée, il est important de ne pas céder un pouce de terrain. J’ai pu observer, sur d’autres sites, des manières de procéder qui sont celles que tous ces gens ont conspuées, à savoir la prise de monopole de la parole et de la pensée. Car qui monopolise la parole, monopolise aussi, à moment donné la pensée. On voit débarquer sur un site une ou deux personnes, puis trois et quatre, qui portent une parole fortement excluante, dénuée de toute empathie (ce qui est, ici, tout de même, le propre du christianisme), une parole très teintée politiquement et tout à fait sans nuances, qui assène, ordonne de suivre une voie et de surtout ne pas regarder ailleurs, puisqu’ailleurs, c’est le chaos, l’infamie, et, bien évidemment le fascisme et la dictature.
Au bout de quelques posts, ces gens sont les seuls à s’exprimer parce que les autres ont cessé de tenter de leur apporter la réplique. Autant parler à un mur, certes – encore qu’il y ait des murs fort intéressants – alors, on rompt le fil du dialogue, on laisse la place par lassitude et seule cette voix détestable est désormais audible. Les lecteurs les moins assidus, les moins curieux, vont considérer que celles et ceux qui se sont tu-e-s l’ont fait faute d’arguments valables et le seul argument qui va demeurer et se diffuser est donc celui de ces gens si étriqués, si fermés à tout autre, si précisément, méchants, rongés de rancoeurs diverses et envieux, d’on se demande quoi, mais envieux par principe. Car il y a beaucoup de jalousie dans certains propos (je vous rappelle les propos sur les homos désignés comme étant pleins aux as, par exemple).
Si donc seul leur propos demeure, certain-e-s vont considérer que là est la voix de la raison, et insidieusement, la radicalité morbide envahit les esprits et d’une toute petite minorité que ces êtres étaient au départ, ils deviennent peu à peu, une majorité parce que nous nous taisons, convaincu-e-s qu’il y a mieux à faire que de perdre son temps avec de tels individus.
Voilà pourquoi, je n’ai pas voulu céder de terrain. Aidée en cela par d’autres évidemment, qui sont venu-e-s abonder mon propos et ont continué à tenir tête également à ces intervenants. Parce qu’il y a ici un espace de liberté et de respect qu’il faut ménager et entretenir soigneusement. J’ai vu d’autres forum littéralement sapés par des individus du type de ceux que nous avons contredit ici.
En espérant aussi que tout ceci aura permis à des personnes dans le doute, d’explorer plus largement l’humanité, de voir au-delà de l’horizon bleu et rose infantilisant qui a dominé toute l’actualité jusqu’ici.
Merci donc à tous ces intervenants, au nombre desquels, Deroëc et François, vous comptez pour une grande part aussi.
Et merci aux modérateurs pour leurs patientes lectures.

repondre message

et bien je vais me faire débaptiser,et c’est tant mieux je laisse l’Église a ces haines a ces peurs,il leur faut des brebis qui payent pour entendre des mots de haine
sur son blog le curé de ma paroisse a écris les gay sont une menace pour l’humanité il devrait avoir un mur des cons
il serait en première ligne
je suis libre et je conserve mon libre arbitre

repondre message

L’heure n’est pas grave ni intransigeant contrairement à ce que dit M Terras. Il est en effet heureux que les catholiques se réveillent pour défendre ce en quoi ils croient. C’est vraiment un beau mouvement qui s’est développé et qui bien sûr va se poursuivre. Ce n’est pas grave, c’est formidable. Les chrétiens veulent défendre la famille telle que le comprend des milliards de chrétiens juifs et musulmans dans le monde. Ils sont une fabuleuse force de progrès qui croient en des valeurs éternelles et non d’un lobby passager qui vit dans l’aigre et la rancoeur.

Certains prétendent que la civilisation occidentale est plus évoluée que d’autres ... sous prétexte du pseudo-mariage gay. Des civilisations supérieures ? Bigre ! Ce n’est qu’une parodie de mariage, une usurpation d’un mot par la tyrannie d’habiles manipulateurs. Ce contre sens est bien sûr dénoncé par les quatre évêques cités auxquels vous pouvez ajouter le pape et tous les évêques du monde + les prêtres + les fidèles à l’exception de ceux qui sont toujours prêts à suivre l’air du temps. Il ne faudrait pas confondre la lutte contre les dérives et l’abandon des femmes transformées en esclaves-gestatrices. Si Rome a été malheureusement maladroit dans l’expression de la condamnation du liberalisme des Lamenais, Montalembert et Cie elle a a en revanche condamné, l’américanisme , le nazisme, le communisme . Rome a lutté contre le néo-paganisme et de nombreux évêques allemands ont agi dans les années 30 jusqu’ils soient muselés par le pouvoir nazi. Aujourd’hui ces évêques que vous blâmez doivent encore lutter contre ces dérives des pouvoirs envers des gouvernements qui jouent aux apprentis sorciers sous prétexte de laïcité.

Heureusement que Rome est là pour dénoncer ce qui rabaisse l’homme . Rome doit continuer à lutter contre ce néo-paganisme qui aboutit à la destruction de l’homme. Rome agit parce que c’est sa mission d’agir et expliquer. Rome doit éclairer les consciences. Rome doit continuer à enseigner en indépendance des états pour rappeler le bien commun . Nous sommes trop aveuglés par les manipulateurs d’idées néfastes à l’humanité. Si Rome dérange et est muselée par les médias, peu importe , elle doit continuer à enseigner la sagesse humaine. Plus que jamais je comprends l’expression "experte en humanité".

Créer la confusion des mots, c’est organiser la guerre des idées . C’est mentir, c’est haïr. Le gouvernement Français a fait ressurgir "la guerre des deux Frances" et d’autres pays sont arrivés à créer aussi cette confusion. Ils sont responsables des troubles créés alors que d’autres solutions apaisantes étaient possibles. L’idéologie du genre a pris le pas sur le bon sens séculaire ; c’est passager, il y a d’autres idéologies totalitaires qui n’ont vécu qu’un temps. L’Eglise en a vu d’autres dans son histoire ... Le sujet est grave , mais ce qui n’est pas grave c’est que le bon sens reviendra ; le bon sens n’a rien de rance ni de réactionnaire. Bien au contraire, le bon sens est une voie de développement, d’équilibre et de marche en avant de l’humanité. C’est croire en l’Homme. Le bon sens c’est savoir accepter ses différences, c’est respecter la liberté de chacun. Là, il y a un effort à faire , par tous. Mais vouloir que tout le monde ait le même droit est une absurdité. Le droit est lié aux situations identiques. Un couple hétérosexuel , ce n’est pas la même chose qu’un couple homosexuel. Les mots et les concepts ne sont pas les mêmes (sinon on mélange tout et tout est n’importe quoi ). Le droit ne peut donc pas être le même. Il ne faut pas faire de faux syllogismes ou des tautologies hasardeuses.

Chacun doit apprendre à se respecter dans ses différences. Cette loi mensongère et incohérente crée le conflit et non le respect réciproque. Il va de soi que cette loi sera réécrite pour respecter le droit de chacun et plus particulièrement celui de l’enfant . Lui a des droits que l’on a soigneusement et complètement oublié dans un débat volontairement muselé. Or c’est pour lui que la famille existe, et l’enfant a le droit de connaître son père et sa mère. Cette connaissance et reconnaissance biologique est majeure pour lui et pour son développement.
Quelle que soit la décision de la cour de Cassation, la prochaine législature remettra de l’ordre dans les aberrations d’une idéologie qui marche sur la tête et qui ,avec démagogie électoraliste, manipule les journalistes et ceux qui font l’opinion au grès du temps ( sans la moindre conscience morale). Les marchands de ventre sont embusqués et prêts à empocher le fric. Il faut dire non à l’exploitation de la misère des femmes par le lobby mené par Bergé qui n’hésite jamais dès qu’il y a du fric à faire : "Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ?" Ses propos scandaleux doivent être dénoncés. Ils sont une honte pour notre pays. Je refuse que mon pays aille sur la pente savonneuse des déviances du "Meilleur des Mondes"ou des "Lebensborn" Elles sont engendrés par les sectaires de l’idéologie du genre qui nie les différences au sein de l’humanité. J’aime nos différences, c’est notre richesse , j’aime l’humanité.

repondre message

La rupture avec les pèlerins homophobes de ’la manip pour tous’, et envers la hiérarchie catholique, est définitive, permanente et totale. On peut se tromper de combat de bonne foi, mais les circonstances atténuantes ne seront pas retenues pour ces pêcheurs contre l’esprit d’amour. Ils ont abusivement chargés la barque de l’égalité des droits en utilisant des mensonges aussi gros que ceux du rabbin Gilles Berheim, le pseudo philosophe plagieur, encensé par B16.
La hiérarchie des sexualités que tous ces gens manient avec emphase est un des exemples de leur balourdise : Concernant la PMA, l’argument entendu par les opposants, selon lequel un couple de lesbienne n’a qu’à se faire faire un enfant par un homme, doit être transposé à un couple hétérosexuel infertile pour en comprendre l’immonde intention : ’ Madame votre mari est infertile, faites vous donc faire un enfant par un homme à la semence vaillante...’
Il est de la plus grande stupidité que d’opposer le droit de l’enfant, au droit à l’enfant. Je retiens de tous ces débats, que la plus grande imposture, la pire injustice pour un enfant est de lui mentir, lui cacher ses origines biologiques. Et ça, seules l’adoption plénière et la PMA hétérosexuelle le permet et l’organise.

repondre message

Les catholiques se son trompes de procès. La question n’est pas le mariage homo car le PACS et le mariage sont déjà très proches ni même l’adoption puisqu’un célibataire peut déjà adopter mais la question de la filiation.
Or qui dit filiation biologique pour un couple homosexuel dit PMA voir GPA ce qui effectivement pose les questions éthiques, anthropologiques, sociales.
Mais la PMA ( pour ne parler que d’elle) qui est actuellement une indication médicale pour couple ( normal ?) concernerait également des femmes (qui
voudraient faire un bébé toute seule, comme dit la chanson),voire des couples hétérosexuel si elle devait être étendue....c’est à dire que le débat sur la PMA dépasse largement la question du mariage pour tous mais cette question ne figure pas dans la loi actuelle.
L’église n’a pas compris que le mariage pour tous est une façon de " normaliser " le fait homosexuel.
En fait les religions ont toujours été conservatrices et n’ont jamais accepté les évolutions de la société. Avec l’église on en serait toujours au soleil qui tourne autour de la terre....!

repondre message

Bonjour....

Je suis plutot fier de mon pays. "Le mariage pour tous" était au programme de l’actuel président. La proposition de loi a été discutée à l’assemblée. Les mécontents sont descendus dans la rue. Le pouvoir les ayant entendus a retiré certains volets au texte proposé. Il est vrai que l’évaluation du nombre des manifestants a été vraiment revue à la baisse par les autorités de façon à la fois comique et honteuse...Nous rappelant les meilleurs passage d’Ubu roi...On attend maintenant la décision du conseil constitutionnel...De façon curieuse, l’idée d’une "union civile" est revenue hier sur le tapis, amenée par ceux là même qui étaient contre le "mariage"...Tout cela ne serait-il qu’une question apparente de vocabulaire ? ( où sont alors les arguments concernants les enfants etc...?) L’alternance politique se fera bien un jour, nous verrons alors si la loi sera retirée...Ce dont je doute fort. Comment l’Eglise se sort de cette histoire ? Très divisée mais heureusement que l’image actuelle du pape nous sauve ( je ne pensais pas écrire ça un jour !) ...Vraiment Benoit XVI a bien fait de démissionner..."Aime et fais ce qu’il te plait" Magnifique trouvaille et difficile programme A bientot tous

repondre message

La question du mariage pour tous n’est pas la seule où l’Eglise catholique romaine se soit montrée très en retard sur les évolution, de société ou scientifiques. Voici un bref rappel l’Histoire.

CONTRE LA TERRE RONDE ET L’HELIOCENTRISME
Epoque de la Renaissance : l’Eglise romaine condamne la théorie de l’héliocentrisme. Il faudra attendre 1992 (!) pour qu’elle se repente de la condamnation de Copernic et Galilée, et reconnaisse que la Terre est ronde, et non plate !

CONTRE LES JUIFS « DEICIDES »
En 1411, dans la très catholique Espagne, des lois contre les Juifs sont adoptées sous l’impulsion du dominicain Vincent Ferrer. Ce dernier mène une campagne de conversion des Juifs « par la persuasion » : il fait irruption dans les synagogues, une croix dans une main, un rouleau de la Torah dans l’autre ; Il propose de choisir. Choix difficile puisqu’il était talonné par une foule armée qui ne laissait pas beaucoup de choix aux Juifs.
Plus proche de nous, encore après la Seconde guerre mondiale, en France, des prêtres continuent d’enseigner aux enfants du catéchisme que « les Juifs constituaient un peuple déicide ». Il fallu Vatican 2 pour abandonner cette doctrine.

CONTRE LA CAPOTE
Selon la version papale, le moyen de contrôler les naissances au sein d’une même famille doit être « naturels ». Soit le coït interrompu. Soit la méthode Ogino. Pourvu que ça marche, et Dieu fera le reste.
Mais catastrophe, il y eut mieux que le condom (la fameuse capote anglaise) : la pilule qu’adopta la grande majorité des femmes, mariées ou non, voulant se libérer du risque de la grossesse pour faire l’amour sans paniquer.
Les papes successifs, de Paul VI à Benoît XVI, sans oublier le très vénéré ultra réactionnaire Jean-Paul 2, n’eurent pas assez de mots pour condamner l’usage de moyens mécaniques ou médicamenteux pour éviter des grossesses non désirées. Des femmes libres de leur corps ? Pas possible...

CONTRE CERTAINES RECHERCHES MEDICALES
Les oppositions de l’Eglise romaine touchent la fécondation in vitro, l’élimination d’embryons congelés surnuméraires, la recherche sur le cellules embryonnaires. Elle est favorable cependant à la recherche médicale sur les cellules souches adultes ou provenance du placenta, ou du sang de cordon.
Un évêque français (de Fréjus), s’est cru autorisé à recommander aux fidèles de son diocèse de ne pas participer ou verser d’argent au Téléthon au motif que les sommes récoltées pouvaient servir à financer les recherches scientifiques proscrites par Rome.
Les personnes concernées, lourdement paralysées, en grande souffrance physique et morale, crucifiés vivants, et leurs familles, reçurent ce message comme un coup de lance en plein coeur.

CONTRE L’ECOLE POUR TOUS
L’histoire de l’école publique, gratuite, obligatoire et laïque restera un très grand moment du 19è siècle. Les lois de Jules Ferry et René Goblet instaurant « l’école pour tous » furent condamnées sans réserve par le clergé et les évêques auxquels la République ne reconnaissait plus le droit d’avoir la main et le monopole sur les programmes, la formation et la nomination des maîtres. Les batailles de l’Eglise catholique contre l’école laïque furent d’une rudesse et d’une violence incroyables.

CONTRE LE MARIAGE POUR TOUS
Eu égard à la vitesse d’évolution de l’Eglise catholique, les homosexuels devront attendre certainement encore quelques siècles pour qu’il y ait changement de doctrine en ce domaine.
Ils doivent faire leur cette sentence de bon sens : « Il n’y a que la foi qui sauve ».

repondre message

Vous oubliez de remarquer que le gouvernement et les bobos médiatiques dont vous faites partie sont effarés et exaspérés par ce mouvement dont ils n’ont pas anticipé l’ampleur et qui dure et ne se laisse pas tétaniser par les caricatures et les mensonges servis par les médias. Quand on a vu l’audition des religieux à l’Assemblée nationale, quand on lit les commentaires des ministres ou que l’on voit la morgue narquoise des pontes des médias, on s’imagine aux Etats-Unis après guerre, quand l’hystérie maccarthyste faisait perdre la raison au Congrès américain, aux médias et au gouverment lui-même. Et, comble de l’exaspération, l’Eglise rassemble très largement dans ce combat, protestants évangélistes (j’étais aujourd’hui à la manif de Lyon avec des protestants évangélistes heureux d’être là avec nous), des musulmans (là encore il y en avait de très déterminés à la manif à Lyon aujourd’hui, j’ai parlé avec eux) ; alors vos commentaires haineux et sans réalité sur l’Eglise intransigeante et repliée sur elle-même vous font peut-être du bien, mais sachez, si vous pouvez encore supporter le témoignage des participants sur place, qu’ils sont hors du réel de ce mouvement. Et que dire de la présence courageuse de personnes homosexuelles qui contestent la prise du pouvoir du lobby gay parisien qui prétend parler en leur nom. Nous somme svraiment à un tournant dans cette histoire : c’est la fin du magistère progressiste sur la France, l’éventuelle victoire législative formelle si la loi est promulguée ne sera qu’une victoire à la Pyhrrus. Et de toute façon ce mouvement ne prendra pas fin le 26 Mai ou le jour de la promulgation de la loi ; il est trop puissant, trop fondamental, la jeunesse y est tellement impliquée qu’il a les clés de l’avenir.

repondre message

Cela s’appelle se parler à soi même ou être content de soi.
Bonne nuit et heureux que vous existiez.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune