Parution : 4 juin 2013
Hongrie : la droite nationaliste se durcit toujours plus

En Hongrie, une loi pensée par l’extrême droite et reprise par la droite nationaliste au pouvoir, visant à mettre au travail les allocataires de prestations sociales, entrera en vigueur au 1er septembre 2013.

5 commentaires
En pied de l'article.

Les bénéficiaires se verront proposer des tâches d’intérêt général sur de gros chantiers publics, le nettoyage des rues, l’entretien des parcs et forêts. S’ils refusent, les allocations leur seront supprimées. Une mesure qui touche principalement les Roms (50 % de taux de chômage) et qui prévoit également des camps de logement surveillés par des policiers à la retraite ! Une loi qui ne doit pas laisser insensible en France Laurent Wauquiez (UMP) qui avait proposé la mise au travail des allocataires du RSA

5 commentaires

Poser la question de la légitimité de la remise au travail des prestataires du Revenu de Solidarité Activé (RSA) classe-t-il à l’extrême-droite, ou à sa franche sur l’échiquier politique, celui qui la formule ? Telle que la question est posée sur le forum n’incite évidemment pas à dire « mais oui, il faut tout faire pour remettre les allocataires du RSA sur le marché du travail » car rares son ceux qui ont envie de se faire traité de facho. Donc, voilà qui clôt le débat.
Il ne suffit pas de citer l’UMPiste Laurent Wauquiez pour trouver des personnes qui, en France, voudraient voir les bénéficiaires de cette prestation sortir du régime d’allocation. Lorsque Michel Rocard, qu’on ne peut soupçonner de flirter avec l’extrême-droite, avait créé le RMI, le « I » voulait bien dire « Insertion », c’est-à-dire « retour à l’emploi ».
Martin Hirsh, qui eut le courage de participer à un gouvernement Fillon avant de s’en faire éjecter pour cause de virage à droite pré-électoral, en créant RSA en remplacement du RMI, avait mis en place une expérimentation de retour à l’emploi des allocataires dans 34 départements (7 heures de travail par semaine), qui fut ensuite étendue à 40 départements.
Il semble que les résultats de ces expériences soient peu probantes car rares seraient ceux qui remettent le pied à l’étrier. Mais l’intention, ou le principe, ne sont-ils pas louables ? Hirsh est tout sauf un facho...
Je pense qu’il est totalement légitime de penser et de trouver des solutions pour que le système « à la française » ne soit pas le support d’un mode de vie marginalisée institutionnalisé, un encouragement à vivre d’une part sur la solidarité nationale, et d’autre part à occuper ses journées dans l’économie souterraine.
Bien entendu, cela ne veut pas dire que la méthode employée en Hongrie doit être imitée. Rocard et Hirsh n’imaginaient pas qu’on puisse convoquer tous les matins les allocataires du RMI puis du RSA pour leur distribuer des pelles, des râteaux, des balais et des brouettes pour qu’ils aillent nettoyer les rues ou faire les manoeuvres sur les chantiers municipaux.
Mais il faut prendre garde aussi aux effets politico-pervers de la solidarité nationale dans l’opinion publique. Beaucoup d’électeurs, à droite comme à gauche, ne désavoueraient pas les gouvernants hongrois. Beaucoup encore, las de voir des allocataires refuser toutes les solutions de retour à l’emploi et additionner allocations sur allocations, se disent que, finalement, un bon coup de balai dans tout ça ferait le plus grand bien. Et aux élections suivantes traduisent cela par un bulletin de vote FN.
Je le répète, cela ne veut pas dire dans mon esprit qu’il faille aller vers un système de travail obligatoire à la hongroise. Mais il est exact encore que bien des emplois de service n’exigeant pas de haute qualification ont du mal à être pourvu. Il y a probablement des pistes à explorer avant que l’extrême-droite s’empare du pouvoir dans les départements, les régions, les communes, voire au niveau de l’Etat et emploie la méthode forte pour recréer un STO nouvelle manière.

repondre message

- Dans la rubrique: INTERNATIONAL
Alexandre Ballario
Parution : 2 septembre 2016
Parution : 5 décembre 2014
Parution : 4 septembre 2014
Parution : 17 juillet 2014
Parution : 19 mai 2014
Parution : 19 mai 2014
Parution : 14 février 2014
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune