Parution : 4 juin 2013
Sabotage culturel

Ces dernières années, 57 librairies indépendantes dont certaines vendaient des livres depuis le XIXe, siècle sont tombées dans l’escarcelle du groupe Actissia contrôlé par le fond d’investissement américain Najafi, le tout sous la bannière « Chapitre ». Douze enseignes sont aujourd’hui menacées de fermetures par la direction soit 300 postes sur 1200 qui pourraient être supprimés.

14 commentaires
En pied de l'article.

Comble de l’ironie, le groupe prévoit également de généraliser dans les librairies des espace de vente de... cosmétiques et compléments alimentaires ! Les services de comptabilité seraient eux délocalisés au Cambodge. Les salariés se mobilisent et dénoncent une stratégie de sabotage des librairies pour faire place nette au commerce électronique et à un fourre-tout commercial qui a comme effet que de détruire la culture. Le prochain chapitre de l’histoire n’annonce rien de très réjouissant.

14 commentaires
Exception culturelle 18 juin 2013 07:46, par pierre mabire

José Manuel Barroso est le président de la Commission européenne. Mais il n’est pas président élu d’un Etat européen. Les gouvernement français le lui a ouvertement rappelé à propos de « l’exception culturelle » qu’il défend, en portant son veto sur le projet d’intégration de la culture dans le paquet de négociation sur le libre-échange avec les Etats-Unis. Barroso s’est ramassé une volée de bois vert en se faisant le Cheval de Troie des USA et de la pensée anglo-saxonne.
Comme on défend la diversité des espèces vivantes, la diversité culturelle des peuples doit être défendue avec la même force, et plus encore. L’envahissement de nos écrans (télé, cinéma, web, etc.) par la production américaine doit avoir des limites. La création, française comme de tous les pays, doit être privilégiée par rapport à une uniformisation et une normalisation globalisée à l’échelle mondiale.
Nos rayons de bibliothèque ne sont pas destinées à devenir des annexes de la littératures anglo-américaine, même s’il y a dedans de grands chefs d’oeuvre. Priorité à nos propres créateurs, grands et petits.
Sur ce terrain, je pense que tous les courants politiques devraient se retrouver. Il est bon de savoir qu’aujourd’hui, l’un des meilleur défenseur de l’édition de création et de la librairie indépendante est le député UMP Hervé Gaymard, qui tient dur comme fer au maintien et au renforcement de la loi Lang sur le prix unique du livre.

repondre message

Sabotage culturel 7 juin 2013 17:59, par gaetan ribault

Mais enfin que m’apporte une librairie classique ?
- 
En général je sais qu’ acheter , pourquoi alors aller en ville alors que la Poste ou DHL ou UBS , m’apporteront l’objet de mon choix dans les 48 heures.
- 
Restent les livres anciens , mais là encore un coup d’oeil au site de la Bibliothèque Nationale ’ et hop une recherche et je trouverais quelque part dans le monde , l’ouvrage recherché .
- 
Ce qui a tue les libraires c’est le prix unique du livre d’une part et souvent l’inculture des employés.
- 
Jadis je fréquentais avec plaisir le Furet du Nord , mais il est devenu une super FNAC , alors/autant si besoin est aller à celle près de chez moi

repondre message

Sabotage culturel 5 juin 2013 13:24, par Françoise

Il semble que le ministère de la Culture ait mesuré le danger...Aurélie Filipetti a annoncé un plan d’aides financières aux librairies indépendantes. Est-ce que ça suffira ? L’avenir nous le dira. Il faut aussi éduquer les gens à acheter des livres en librairie, échanger, partager dans les librairies. Et non pas juste consommer du livre.

http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/livres/article/le-ministere-de-la-culture-lance-un-plan-pour-sauver-les-librairies-independantes-7761977379

Mais je rejoins votre approche sur l’orchestration du sabotage culturel par les grands groupes mais aussi bien des lobbys internationaux. La culture permet de penser par soi-même, de se révolter, de contester et c’est toujours dangereux pour des groupes qui n’ont besoin que de consommateurs et d’esclaves. La volonté de promouvoir le divertissement en lieu et place de culture n’a pas seulement des objectifs financiers mais aussi idéologiques. Celle d’abrutir les gens, les endormir suffisamment, de détourner leur attention pour qu’ils ne puissent pas protester contre les pires politiques. Il faut toujours rappeler cela pour permettre aux gens de ne pas accepter tout et n’importe quoi. C’est primordial à toutes les époques.

repondre message

- Dans la rubrique: SOCIÉTÉ
Alexandre Ballario
Parution : 2 septembre 2016
Parution : 5 décembre 2014
Parution : 4 septembre 2014
Parution : 17 juillet 2014
Parution : 19 mai 2014
Parution : 19 mai 2014
Parution : 14 février 2014
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune