Parution : 4 juin 2013
Frères de Saint-Jean : la loi du silence toujours en vigueur

Depuis dix ans, Golias dénonce les dérives de la “Famille St Jean” : les phénomènes d’emprise , la théorie « d’amour d’amitié » qui a souvent dégénéré en abus sexuels, le culte de la personnalité envers le fondateur (cf. à ce sujet Golias Hebdo n° 287), la loi du silence à tous les niveaux y compris de l’épiscopat.

28 commentaires
En pied de l'article.

Golias dispose sur tous ces sujets des témoignages concordants de victimes ainsi que de leur entourage. Ce qui n’empêche pas les membres de la Famille St Jean de qualifier les accusations portées par Golias de calomnies sans fondements.

Les documents que nous produisons dans cet article émanent directement des dirigeants de la Communauté des Frères de St Jean confirment au-delà de ce que nous avons déjà publié les graves dérives de cette communauté et de leur fondateur en particulier. Leur diffusion devait rester confidentielle, mais la confusion extrême que produit dans la communauté les révélations sur les dérives sexuelles du fondateur a permis que nous puissions nous les procurer.

En concertation, et plus probablement sous la pression des plus hautes autorités de l’Église, Mgr Vingt-Trois, Mgr Herouard (porte parole de la CEF) ainsi que le Nonce Apostolique, le frère Thomas, prieur général des frères de St Jean a décidé que le Chapitre Général de sa communauté serait l’occasion de crever l’abcès des dérives d’ordre sexuelles du fondateur, le père Marie-Dominique Philippe.

C’est ainsi que le chapitre a accepté, dans un vote toutefois non unanime, d’appliquer le « plan com » décidé en haut lieu, à savoir des révélations à minima réservées aux seuls profès perpétuels de la communauté.

Le 2 Mai, le frère Thomas a donc écrit une lettre de quatre pages, magnifique exercice de langue de bois, dans laquelle seul un paragraphe de quatre lignes évoquait très pudiquement que « le père Philippe a parfois posé des gestes contraires à la chasteté à l’égard de femmes adultes qu’il accompagnait ».

Cette lettre était confiée au frère prieur responsable de chaque prieuré. A charge donc pour lui de la montrer aux seuls frères profès perpétuels. Était jointe à la lettre du frère Thomas une liste de réponses imposées aux éventuelles questions des profès perpétuels. C’est ce document stupéfiant et fort instructif que reproduit Golias et que nous allons commenter.

La stratégie de communication devait en rester là. Sauf que, patatras, Golias dans son hebdo n° 287 du 9 Mai a mis les pieds dans le plat en sortant l’information.

La communauté a du en urgence revoir son « plan com » en étant à son tour obligée de communiquer dans les médias. La Vie puis La Croix ont ainsi relayé l’information. Le document que Golias révèle aujourd’hui bat en brèche un certain nombre de déclarations du Prieur Général publiées dans l’article du 15 mai de La Croix. Le Prieur Général a été également obligé d’écrire une lettre aux oblats laïcs de la communauté, lettre également très édulcorée.

Que révèlent les documents que nous publions ?

1) Le Vatican est au courant des dérives sexuelles du fondateur (question/réponse 4 et 15). C’est la raison pour laquelle le Vatican s’oppose à toute béatification de Marie-Dominique Philippe.

2) Des évêques disposent de témoignages écrits et signés de victimes de Marie-Dominique Philippe (question/réponse 6). Les communautés composant la famille St Jean dépendant canoniquement des évêchés d’Autun et de Lyon, ce sont vraisemblablement ces deux évêchés dont il est question.

3) Qui sont ces “femmes adultes” victimes des agissements du père Marie-Dominique Philippe  ? (question/réponse 9), des religieuses ou des laïques ?
La non réponse imposée à cette question assortie de la remarque “ de toute façon, cela ne nous apporterait rien de le savoir ” est un modèle de langue de bois et d’hypocrisie. Elle sonne comme un aveu implicite que parmi les victimes figurent bien des religieuses. Il est important de savoir, non pas bien sûr les noms de ces victimes qui ont toutes choisies manifestement de ne pas porter l’affaire en justice et donc sur la place publique mais de savoir si le père Marie-Dominique Philippe a ou non abusé sexuellement de religieuses, ce qui serait encore plus grave. Golias dispose notamment de témoignages incroyables de religieuses en situation de détresse personnelle que le père Marie-Dominique, en guise de réconfort, enlaçait, embrassait (sur les joues) voire pour certaines prenait sur ses genoux !!! Est-ce vraiment là la place d’une religieuse ?

4) S’agit-il, au sens juridique, de faits d’abus sexuels (question/réponse 7). La réponse type “ on peut se poser la question de l’abus ” est là encore un doux euphémisme. La réponse est évidente : oui dans la mesure où il est clair que toutes les victimes étaient dans un lien de sujétion au père Marie-Dominique Philippe.

5) Quels liens entre les dérives sexuelles dans la communauté et l’enseignement par le père Marie-Dominique Philippe de l’amour d’amitié (question/réponse 16) ? La réponse imposée à cette question est un aveu du bout des lèvres des liens entre cette théorie et les agissements de nombreux frères. En fait ce point capital a été longuement débattu en chapitre. Golias aura l’occasion d’y revenir ultérieurement, en particulier sur le cas du frère MDG dont Golias Hebdo avait déjà parlé dans son n° 259. Ce qu’a pu faire ce frère et la manière dont il a été et est toujours protégé à tous les niveaux, est particulièrement grave. Son cas a été évoqué dans les débats du Chapitre général.

6) La loi du silence est toujours de mise dans la communauté St Jean . Pour ceux qui en douteraient encore, il suffit de relire la question/réponse 18 ainsi que la lettre de consignes du frère Renaud-Marie.

“Etre un vrai fils de St Jean, cela veut dire aussi accepter de marcher dans la lumière”.

Voici les fières paroles du frère Thomas, dans l’entretien qu’il a accordé à la journaliste de La Croix le 15 Mai 2013. Les documents que Golias publient aujourd’hui démontrent le caractère décalé de tels propos par rapport à la réalité. En publiant les propos du frère Thomas, La Croix participe ainsi, à son insu, à au « plan com » de la communauté St Jean . Puissent les documents que publie aujourd’hui Golias inciter les médias à davantage de clairvoyance à l’égard de cette communauté. En réalité, le frère Thomas est face à une situation impossible. Comment arriver à remettre à flot une communauté dont les dérives graves ont été occultées depuis toujours et dont les frères les plus compromis sont toujours présents.

“Occulter la connaissance de délits graves est une faute.”

Voilà ce que déclare dans «  La Croix  » le 15 mai 2013, à la suite de l’entretien avec le frère Thomas, Mgr Rivière, évêque d’Autun. On ne peut que souscrire à une telle évidence. La communauté des frères de St Jean est depuis sa fondation une communauté de droit diocésain dépendant de l’évêché d’Autun. Les délits graves dont se sont rendus coupables certains représentants de la communauté des frères de St Jean ne seraient ainsi jamais remontés aux oreilles des évêques d’Autun ? Il est temps, pour la crédibilité de l’épiscopat français, que Mgr Rivière adapte pour son usage les mots du prieur général des frères de St Jean : « Être évêque, cela veut dire aussi accepter de marcher dans la lumière ».

Documents

PDF - 89.2 ko
PDF - 62.5 ko
28 commentaires
silence ? oui silence... 1er septembre 2013 16:14, par omar

voici un link ou on voit clairement que on ne peut pas parler en public
on a efface tout ce que les freres exprimaient a son prieur tout le monde a droit de pouvoir s’exprimer mais voila...
http://lespierrescrieront.wordpress.com/2013/06/25/a-dieu/

repondre message

Il n’y a pas que chez les frères de St Jean que se passent de telles choses . Dans ma congrégation,depuis 15 ans,c’est la même équipe qui dirige,qui trafique,qui méprise les frères .Pour ma part,j’ai été 10 ans économe général,puis écarté car je n’étais pas d’accord avec la politique et l’esprit de la congrégation,complètement différents de l’esprit du fondateur .
le nouvel économe a été assistant général et entièrement dévoué à ce groupe qui dirige .

repondre message

Bonjour,

Pour avoir une information plus complète n’hésitez pas à visionner l’émission de KTO :
http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/editions-speciales-ou-en-sont-les-freres-de-saint-jean-/00077235

Ensuite sur la base de cette émission et d’autres informations, vous pourrez vous faire votre propre opinion.

Cordialement

repondre message

Au Québec, une association des victimes de prêtres 13 juin 2013 09:41, par pierre mabire

Au Québec, les faits d’agression sexuelle et de viols sont si nombreux de la part d’hommes d’Eglise, prêtres ou religieux, qu’une association a vu le jour pour rassembler et défendre les victimes. Je ne sais pas s’il en existe de pareille en France. Mais l’initiative d’Outre-Atlantique mérite d’être connue et partagée.
Pour en savoir plus, il faut se rendre sur ce site : http://www.victimesdepretres.org/pages/archives.html

repondre message

Tout ceci est très bien : un abcès crevé, c’est toujours bon à prendre.

Mais c’est l’arbre qui cache la forêt. Les attitudes "contraires à la chasteté" ont blessé quelques personnes (je les plains du fond du coeur), mais les milliers de personnes qui ont été choquées (ou pire qui les ont aimées), par les sermons réactionnaires des petits gris ne sont pas reconnues comme victimes "de mauvais conseils à propos de l’Evangile".

Il y a encore des gens qui me disent que c’est formidable !, une paroisse a été confiée à St Jean dans leur ville : le dernier endroit où il faut être vu, dont on parle dans les bridges, où on se donne du courage pour aller aux manifs braver les gaz des CRS nazis, etc, et j’en passe. Beurk...

Un mauvais arbre donne de mauvais fruits. Il faut en prendre acte.

repondre message

J’espère que certains novices et profès simples de cette communauté décidemment incorrigible en ce qui concerne la manipulation de ses membres auront l’opportunité de lire les textes révélés par Golias.
Ils verront, s’il leur reste encore un peu d’esprit critrique après plusieurs années de bourrage de crâne en quelle estime les tiennent le trio de dirigeants de la communauté (Prieur Général, Vicaire Général et maître des études). Qu’ils réfléchissent à deux fois avant de s’engager de manière irréversible en prononcant des voeux perpétuels.
Qu’ils soient les bienvenus sur ce forum. La vérité se construit par la confrontation des idées et des témoignages.

repondre message

Avez-vous écouté l’émission spéciale sur KTO-TV du 1er juin 2013 où le Prieur général était interviewé suite au Chapitre général récent des frères de Saint-Jean ?

repondre message

Frères de Saint-Jean : la loi du silence toujours en vigueur 6 juin 2013 00:49, par ex ami de st jean

La désinvolture que vous manifestez me sidère. Avez vous vraiment lu l’article de Golias et surtout les documents officiels et incontestables qui y sont joints ?

repondre message

Conseil aux novices et profès simples des frères de St Jean 6 juin 2013 00:15, par Confutatis maledictis

Il faut conseiller aux jeunes novices et profès simples de cette étrange communauté des frères de St Jean de lire attentivement les textes que Golias a dénichés.

Ils verront ainsi, sous la plume de leurs supérieurs en quelle estime ils sont véritablement tenus par le prieur général (Thomas Joachim) et sa garde rapprochée (le vicaire général frère Renaud-Marie et le maître des études frère Martin). Manifestement ce trio de moines ne les juge pas digne de connaitre la vérité sur les moeurs de leur fondateur. En fait, rien n’a vraiment changé dans le gouvernement de cette communauté. Comme c’est le cas depuis les origines de la communauté, on laisse des jeunes s’engager dans des voeux perpétuels (après 4 ou 5 ans de vie religieuse) avant de commencer à leur révéler, une fois qu’il est trop tard pour eux, les dessous de la communauté dans laquelle ils se sont engagés de manière irréversible. Même chose pour les oblats consacrés qui sont considérés comme une sous catégorie de religieux. Et l’épiscopat ferme bien sur les yeux sur de telles pratiques.

Quant aux nombreux oblats laïcs, ils réaliseront qu’ils n’ont reçu le courrier du frère Thomas que suite aux révélations de Golias. Sans Golias, les supérieurs, les prieurs et les profès perpétuels auraient continué à leur raconter des salades sur le saint homme qu’est le père Marie-Dominique Philippe. Puissent quelques uns de ces laïcs commencer à remettre en question des années de bourrage de crane.

repondre message

Frères de Saint-Jean : la loi du silence toujours en vigueur 5 juin 2013 21:06, par un ami de st jean

"Golias dispose notamment de témoignages incroyables de religieuses en situation de détresse personnelle que le père Marie-Dominique, en guise de réconfort, enlaçait, embrassait (sur les joues) voire pour certaines prenait sur ses genoux !" J’avoue que j’aimerais bien lire ce genre de temoignage. Mais supporterais-je l’intenable erotisme de la situation ? Des vies brisees a jamais par un baiser sur les joues digne de Judas. J’ose a peine imaginer l’une de ces femmes essuyant de ses cheveux les pieds du Pere Philippe.

repondre message

Raymond Seguy, évêque d’Autun à l’époque, écrivait en 2001, là aussi dans une lettre confidentielle, qu’il avait eu connaissance d’une trentaine de "cas lourds voire très difficiles" chez les frères de St Jean.

Benoit Rivière, son successeur, ose déclarer dans La Croix qu’occulter la connaissance de délits graves est une faute. C’est faire preuve d’un cynisme à toute épreuve car forcément il connait les "cas lourds" évoqués par son prédécesseur et depuis 2001, d’autres s’y sont ajoutés.

Benoit Rivière, responsable canonique des frères de St Jean en tant qu’évêque d’Autun, est fautif en occultant les délits graves commis par certains frères de St Jean. Il doit en tirer les conclusions en remettant sa démission.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune