Parution : 2 juillet 2013
Ecritures saintes, vérité et violence :
(1/3 Entre dialogue humanisant et régression fondamentaliste : la Torah)
146 commentaires
En pied de l'article.

La Commission Biblique Pontificale s’est réunie récemment en assemblée
plénière pour réfléchir sur les liens entre l’inspiration des Ecritures
et la vérité. Cette question rejoint un problème fondamental des
religions et notamment des monothéismes : la violence.

Si une communauté religieuse possède une vérité révélée, comment ne pourrait-elle pas tout faire pour l’imposer ? C’est le sujet du dialogue passionnant entre juifs, chrétiens et musulmans que nous offre Lumen Vitae (« Monothéisme et violence », Trajectoires 24, 2012). Les trois religions doivent en effet assumer, non seulement la violence de leur histoire que l’on pourrait attribuer à des déviances, mais aussi celle qui se trouve inscrite dans les textes que les croyants estiment révélés. Comment considérer comme révélés, par exemple, les passages de la Bible ou du Coran qui invitent les fidèles à exterminer les ennemis de Dieu ? Quelle vérité disent ces textes ? Comment les interpréter, puisqu’il est évident que les croyants ne peuvent les supprimer de leurs Ecritures ? Commençons par la Torah. Pour les Juifs, ce sont les cinq premiers livres de la Bible, l’ensemble de cette bibliothèque étant constitué par la Torah, les Prophètes et les autres Ecrits. D’autres livres, les Juges ou les Rois, dits historiques, contiennent aussi des épisodes de grande violence, mais les lectures de la Torah peuvent servir de paradigmes pour le reste du Premier Testament. [...]

[Découvrez l’ensemble de cet article en téléchargeant Golias Hebdo n°291]

146 commentaires
Lapidation 26 novembre 2013 09:25, par pierre mabire

« Bien sûr, il fallait aller en Afganistan pour combattre le terrorisme international... », nous a-t-on dit alors que l’Occident tremblait de peur sous la menace d’El Qaïda.
Il reste que la sécurité reste loin d’être rétablie et que d’autres formes de terrorisme se remettent en place.
Voici les paroles que vient de tenir un dignitaire de ce pays pour lequel nos soldats sont allés se battre au risque de leur vie : "Nous travaillons sur un projet de code pénal de la charia prévoyant que la lapidation serait la sanction de l’adultère, s’il est confirmé par quatre témoins oculaires", a précisé Rohullah Qarizada, membre de la Commission sur la loi coranique.
La semaine dernière dans la province de Baghlan au nord de Kaboul, deux amants ont échappé de justesse à la lapidation après la découverte de leur liaison. Un conseil d’anciens s’est opposé à l’exécution de la sentence réclamée sur-le-champ par la foule, mais a ordonné que le couple illégitime soit fusillé en public le lendemain.
Ouf, on est rassuré car ce même dignitaire annonçait que la lapidation ne serait que rarement utilisée. Parole tenue ! En joue... feu !

Lire également "Le Figaro" ici (le Monde a publié la même dépêche de l’agence Reuters.) :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/11/25/97001-20131125FILWWW00416-l-afghanistan-retablit-la-lapidation.php

repondre message

Ecritures saintes, vérité et violence : 11 octobre 2013 16:50, par Nathalie

Petite publicité…

Hier soir, dans le 28’ d’Elisabeth Quin sur Arte, était présentée « l’Histoire des relations entre juifs et musulmans, des origines à nos jours » (Albin Michel, 2013)

http://www.arte.tv/guide/fr/049880-018/28-minutes

Sous format encyclopédique, cet ouvrage est dirigé par Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora et couvre quatorze siècles d’histoire commune entre juifs et musulmans. Les auteurs n’hésitent pas à remettre en question ce qui apparaît parfois comme des évidences culturelles qui n’ont, fondamentalement, rien d’aussi évident que cela, précisément.
Le comité scientifique ayant encadré la rédaction se compose en outre de Mohammad Ali Amir-Moezzi, Jean Baumgarten, Denis Charbit, Mark R. Cohen, Jocelyne Dakhlia, Gad Freudenthal, Sylvie Anne Goldberg, Mohammed Kenbib, Elias Sambar et Gilles Veinstein ; auxquels s’ajoutent de nombreuses plumes, dont John Tolan, Mercedes Garcia-Arenal, , Marina Rustow, Elias Sanbar, Gabriel Bergounioux…

L’ouvrage coûtant 59,00 € (ce qui est loin d’être excessif en soi si j’en juge par le peu que j’ai pu en lire en diagonale chez le libraire et, comparativement, le prix de certaines publications parfaitement indigentes, mais n’est pas non plus à la portée de toutes les bourses évidemment), j’espère que vous pourrez le trouver dans vos médiathèques, ne serait-ce que pour vous en faire votre propre idée. Et je formule les mêmes vœux concernant ma propre médiathèque…

En attendant… http://www.juifsetmusulmans.fr/
J’ignore combien de temps ce lien restera valide en revanche.

repondre message

Violence : une autre vérité 10 septembre 2013 09:22, par pierre mabire

Je ne trouve pas dans les rubriques de Golias la place pour glisser cet article écrit par un ami paralysé à 100%, incapable de soulever la moindre feuille de papier, respirant par trachéo, mais d’une foi à soulever les montagnes. Pas besoin de soldats du Christ, d’opus Dei, de serviteurs zélés du pape, de "Croisés". Lui-même, frappé d’une myopathie depuis l’enfance, est un crucifié, qui appelle les valides à ouvrir les yeux sur cette autre forme de violence, sournoise, et tue par les médias. Malgré la paralysie totale, il exerce des fonctions préfectorales. Il fut consacré diacre du diocèse d’Amiens par Jacques Noyer, évêque.
Ce court texte vaut mille fois plus que les discours lénifiants sur le service de l’Eglise, mille fois plus encore que les JMJ du Brésil et d’ailleurs. C’est une voix qui parle sur la montagne...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune