Parution : 9 juillet 2013
Drone

C’est un engin volant télécommandé, donc sans pilote physique, capable d’effectuer des missions de détection et de surveillance, y compris dans le monde civil, mais aussi, dans le cadre strictement militaire, de bombardement. Son invention me semble changer radicalement modes d’être et usages jusqu’ici en vigueur, et constituer un énorme danger potentiel.

1 commentaire
En pied de l'article.

Le drone fait courir un énorme péril à la vie privée, en ce qu’il s’immisce impunément dans l’intimité des citoyens. Ce n’est plus maintenant, comme naguère, le regard de Dieu qui est posé sur eux, mais celui d’une caméra, tout aussi omnisciente. On connaissait le Panoptique de Bentham, le Big Brother d’Orwell : plus rien désormais n’échappera à l’indiscrétion de la caméra. Où faudra-t-il se cacher pour y échapper ?
Ensuite, si l’on s’en tient au domaine militaire, on voit que les données de la guerre sont totalement changées. Traditionnellement, pour tuer son ennemi, on risquait sa vie, on s’exposait à une riposte. Mais plus rien de tel avec le drone. D’un bureau lointain, le manipulateur tirera sur des cibles estimées dangereuses et hostiles, sans courir lui-même aucun risque. L’ensemble sera une sorte de jeu vidéo. Évidemment les « estimations » seront faillibles, et des civils innocents pourront être compris dans les cibles.
Le fond de l’affaire est que seuls les pays à fort potentiel technique peuvent avoir des drones : leur opinion publique en fait les y pousse, puisqu’elle admet de moins en moins la mise en péril de ses soldats. Deux poids, deux mesures, donc : une guerre sans aucun risque pour les uns, la réduction à des cibles vivantes et sans aucune défense possible pour les autres. Tel va être l’affrontement des pays riches et des pays pauvres.
Il semble qu’un génie démoniaque anime l’espèce humaine. Déjà Diderot, dans sa Lettre sur les aveugles, pour montrer que nos jugements moraux dépendent de l’état de nos organes, dénonçait l’invention des armes à feu, qui rendait plus facile l’homicide, par rapport au combat corps à corps. Il est plus facile de tirer sur quelqu’un qu’on voit tout petit, donc déshumanisé, que de l’affronter physiquement de très près. Mais encore ici le tireur pouvait s’exposer à une réplique, et mettait en jeu sa propre vie. Qu’eût dit notre philosophe, si on lui avait parlé de ce risque totalement supprimé, dans le cas des drones ?

1 commentaire
Robotisation sociétale 14 juillet 2013 22:38, par Françoise

Hello Michel

Ce drone n’est qu’une étape dans les projets de robotisation de différentes actions.

Je vous mets un article sur le Rapport Kingsey qui vous montrera quel avenir se prépare pour l’humanité via la folle passion technologique :

http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/06/20/12-technologies-changeront-monde-mettront-beaucoup-gens-chomage-243522

Bonne lecture.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune