Parution : 16 juillet 2013
Baccalauréat

Les résultats en ont été récemment publiés, et nous avons eu droit à l’habituel psychodrame, complaisamment relayé par les medias : des cris de joie démesurée, des pleurs aussi. Mais ces derniers ont été plus rares, car le taux de réussite a dépassé les 85%. Je laisse à penser ce que vaut un examen avec un pareil taux.
Ce qui me scandalise est qu’un très grand nombre de ces mêmes candidats, qui n’ont guère brillé par leur travail pendant leur scolarité antérieure, et qui ne s’y sont mis que quelques semaines avant l’examen, aient pu faire état de leur « angoisse » dans la perspective d’un éventuel échec à celui-ci. Inversement, ils sont au comble du bonheur s’ils réussissent. Nous voilà au sommet de l’hyperbole, dont il faudrait bien atterrir.

3 commentaires
En pied de l'article.

Qui dira que ce baccalauréat qui fascine encore élèves et parents est un examen totalement dévalué ? Qu’il ne donne aucune garantie, au moins dans sa filière générale (la plus prisée pourtant !) d’obtenir un quelconque travail pour l’avenir ? Que la moitié des impétrants sont éliminés après la première année d’études dans l’enseignement supérieur, auquel manifestement il ne les prépare pas ? Pourquoi se faire une fête de ce qui n’est qu’un cadeau donné à l’énorme majorité, empoisonné de surcroît car ne débouchant en lui-même sur rien ?
Le baccalauréat d’aujourd’hui n’a guère plus de valeur que le certificat d’études d’autrefois. Et peut-être une valeur moindre, car au moins à l’issue du certificat d’études on avait une bonne orthographe : faire plus de cinq fautes était éliminatoire. Au lieu que maintenant on ne peut enlever plus de deux points à une copie de bac truffée de fautes, donc illisible. On se demande quel sort attend plus tard le bachelier qui devra candidater pour un emploi au moyen d’une lettre manuscrite.
La vérité est que les considérations politiques l’emportent sur les pédagogiques. Les jurys reçoivent des instructions pour que le nombre des admis soit le plus important possible, pour faire croire fallacieusement à l’excellence de notre système d’enseignement, et ne pas mécontenter l’opinion publique. La démagogie n’a pas de limites : la presse a parlé d’une académie où l’on a noté sur 25, au lieu de 20. Mais ce n’est là que reculer pour mieux sauter. Plaignons donc les pauvres lauréats : heureux aujourd’hui, bien malheureux demain !

3 commentaires
Baccalauréat@ à l’auteur 18 juillet 2013 00:14, par Emanuel

".../... candidater à un emploi.../..." Comme vous y allez !!!

Mon certif et mon CAP de formation initiale (pour le reste je suis un pur produit de la formation permanente) ... m’ont enseigné les verbes... "postuler", "solliciter" et quelques autres...

Comme il m’est arrivé de recruter... je vous place en réserve...

Et je vous pardonne parce que je suppose que vous étiez certainement dans l’urgence ?

repondre message

Baccalauréat 17 juillet 2013 12:02, par Françoise

Hello Michel

Je vous envoie une conférence de Franck Lepage sur le sujet. Elle est très longue mais très intéressante et instructive. Et je pense que l’enseignant que vous avez été sera très intéressé par cette conférence et fera sens pour vous rapport à votre article.

http://www.youtube.com/watch?v=ACxRSSkYR_k

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 novembre 2017
Parution : 15 novembre 2017
Parution : 8 novembre 2017
Parution : 24 octobre 2017
Parution : 18 octobre 2017
Parution : 11 octobre 2017
Parution : 6 octobre 2017
Parution : 2 octobre 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune