Parution : 25 septembre 2013
Besoin

En principe, chacun sait ce dont il a besoin. Mais apparemment nos publicitaires le savent mieux que nous, eux dont c’est la charge d’en créer de nouveaux, pour provoquer un acte d’achat. Ainsi je viens de lire dans la presse informatique qu’Apple travaille à créer une montre révolutionnaire, qui ne se contenterait pas de donner l’heure, mais qui, remplaçant le mobile, permettrait d’accéder d’un regard à tous nos rendez-vous, d’identifier la personne qui nous appelle, de lire nos messages, etc. On pourra voir dans mon billet Gadget (Golias Hebdo, n°138) à quels sommets surréalistes mène cette hypertrophie de la fonctionnalité.

1 commentaire
En pied de l'article.

Voici comment s’exprime le responsable du projet : « Apple a cette capacité de créer des besoins. Lancer une montre, c’est aussi nous dire : ‘Si vous ne portez pas ça, vous êtes ringard’. » Je pense ici au mot de Socrate, arpentant les rues d’un marché d’Athènes : « Que de choses dont je n’ai pas besoin ! » On sait que les philosophes épicuriens divisaient les plaisirs en trois catégories : les naturels et nécessaires (boire, manger, etc.) ; les non nécessaires mais tout de même naturels (se reposer à l’ombre, se promener entre amis, etc.) ; et ceux qui ne sont ni les uns ni les autres : par exemple vouloir épater son voisin par le dernier objet à la mode. Tel est en effet le sort de beaucoup de nos contemporains, pris dans la frénésie de la consommation : travailler durement pour acheter des choses dont on n’a pas besoin, pour épater des gens qu’on ne connaît pas ou qu’on méprise. C’est ainsi que, selon le mot connu, on perd sa vie à la gagner.
Les vraies valeurs, les « vraies richesses » selon le mot de Giono, sont ignorées : les remplacent des valeurs dégradées et inauthentiques, les valeurs de représentation. Et comme la mode change toujours, survient une convoitise sans fin, un éréthisme que les Anciens avaient figuré dans leurs supplices infernaux : la soif inextinguible de Tantale, le tonneau sans fond des Danaïdes, le foie dévoré de Prométhée, le rocher toujours retombant de Sisyphe. En fait, au fond de soi, suivre ce mouvement c’est être mort : suivre le vent, c’est le lot de la feuille morte. L’ensemble ne repose que sur le crédit qu’on fait aux publicitaires, qui nous font croire que là est le bonheur. Ils doivent bien en rire eux-mêmes, car grâce à cela ils s’emplissent les poches.

1 commentaire
Besoin 25 septembre 2013 22:46, par Françoise

C’est l’éternel affrontement entre être et avoir.
Aujourd’hui on confond désir avec besoin pour mieux vendre du superflu en le prétendant utile et nécessaire.
Pour sortir de cette aliénation, il faut prendre un peu de recul et faire preuve de discernement, ce qui n’a jamais été forcément l’apanage humain.
C’est d’ailleurs sur le manque de discernement d’une majorité de gens que jouent tant les industriels que les publicitaires.
La société contemporaine tente toujours de faire une sorte de chantage-culpabilisation pour éviter que les gens réfléchissent et se posent quelques questions sur la réelle utilité de tel ou tel produit nouveau, principalement ce qui comporte de la technologie de pointe. L’ère du numérique est suffisamment récente pour que le grand public soit immédiatement fasciné dès qu’un nouvel article voit le jour.
Chez Apple, ce qui a toujours compté, c’est de passer devant Microsoft, le vieil ennemi de toujours. Apple qui s’était fait voler la technologie informatique qui a servi par la suite à enrichir Gates et ses amis, a repris l’avantage au moment du I-Phone (ce petit baladeur numérique devenu vite téléphone et appareil photo, caméra) qui a connu un succès mondial. Il est donc logique dans la foulée, qu’Apple tente de maintenir l’avantage en créant une montre multifonctions. Est-ce que la sauce prendra aussi bien ? Rien n’est sûr d’avance. Parfois, les campagnes de pub si bien montées soient-elles, ne font pas pour autant vendre.
Beaucoup de gadgets finissent dans les oubliettes malgré des stratégies marketing et des dépenses se comptant en milliards.

Il y a eu un film très sympa en partie sur ce sujet il y a quelques années (en 2005), l’histoire d’un jeune designer de chaussures révolutionnaires, de très haute technologie mais qui malgré une campagne de pub et des investissements importants, voit tous ses efforts tourner au fiasco et ses magnifiques chaussures invendues. Il perd son job dans une boîte prestigieuse, doit avant de partir assumer à la place de l’entreprise la responsabilité devant les médias du fiasco des invendus et du lancement, il voit que toutes les années qu’il a passées uniquement au service de ce projet, en se privant de toutes les rencontres familiales et vacances, ces années sont perdues à jamais. Et en plus, au moment où il vit ces épreuves, il apprend que son père vient de mourir. C’est vraiment pour lui toucher le fond. Il envisage le suicide très sérieusement mais sa mère et sa soeur lui demandent d’aller représenter la famille aux funérailles dans le Kentucky et de ramener l’urne funéraire de son père dans leur demeure familiale située dans l’Oregon. Ce grand périple à travers les USA, son séjour chez des personnes de la famille qu’il ne connaissait pas vraiment, va être l’occasion pour lui de voir où est l’essentiel de la vie. Et l’occasion de pouvoir retrouver son être profond qu’il avait totalement balayé simplement par ambition...
Le film s’appelle "Rencontres à Elizabethtown" de Cameron Crowe. Je ne sais pas si vous l’avez vu, mais je vous le conseille, Michel. Vous le trouverez facilement en DVD dans les boutiques multimédias, en location, même d’occasion en vide grenier.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 novembre 2017
Parution : 15 novembre 2017
Parution : 8 novembre 2017
Parution : 24 octobre 2017
Parution : 18 octobre 2017
Parution : 11 octobre 2017
Parution : 6 octobre 2017
Parution : 2 octobre 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune