Parution : 5 novembre 2013
Câlin

Tout le monde a besoin de caresses, et au premier chef les enfants. Elles calment. Qui n’a éprouvé, même adulte, comme dit Depardieu à Michel Blanc dans Tenue de soirée, l’envie de « se blottir » ? Eh bien, rendons grâce à la technique moderne, qui a inventé un gilet à câlins, « télécommandable ». On en trouvera une description, avec une inénarrable vidéo, en tapant mytjacket.com [1], sur Internet. Le gilet, une fois gonflé, est traversé d’un mécanisme vibrant et massant connecté à une application activée sur smartphone. Lorsque l’enfant est angoissé, le parent le rassure à distance en pianotant sur son appareil, et le voilà, à l’image du gilet qu’il porte, tout regonflé.

26 commentaires
En pied de l'article.

On connaissait déjà la télévision-nourrice. Les parents pendant ce temps-là peuvent vaquer tranquillement à leurs occupations. Il y a aussi la localisation constante de l’enfant par GPS, lien virtuel permanent du parent à sa progéniture. On inventera sans doute encore d’autres dispositifs rassurants, permettant de sous-traiter les tâches éducatives, et de dispenser les parents d’un contact réel et effectif : pourquoi l’enfant ne pourrait-il voir aussi, par un dispositif approprié (lunettes type webcam), sa maman qui le câline de loin ? Qu’il est beau ce nouveau monde, ce meilleur des mondes ! Enfin l’utopie se réalise d’un univers facile, où les inconvénients d’une présence active sont remplacés par les avantages d’une ubiquité sans risque aucun procurés par l’informatique.
Mais j’ai bien peur que cette utopie soit dystopie, et vrai cauchemar. Au gilet à câlins je fais deux objections. D’abord les peurs et les angoisses n’ont pas toujours à être niées, car elles peuvent faire mûrir une personnalité, et pour plus tard la structurer. Ensuite, rien ne remplace le contact et la chaleur d’une vraie peau, les vibrations qu’elle suscite. Dans notre culture des écrans, qui font écran entre la vraie vie et nous, nous avons perdu le sens du toucher humain. L’optique a remplacé l’haptique. La tendresse à distance, externalisée, est évidemment une imposture, qui nous exonère à peu de frais de notre tâche affective. Pygmalion a animé Galatée sous ses caresses, et Cupidon Psyché, et ce n’était pas à distance, avec un gilet à câlins ! Cela n’avait rien à voir avec cette prétendue « réalité augmentée » d’aujourd’hui, qui est en vérité une totale déréalisation.

[1N.D.L.R. site en anglais mais les images sont explicites

26 commentaires
Câlin 8 novembre 2013 12:53, par Françoise

Pour aller dans le sens de Pierre, il y a aussi depuis les années 60 des matelas vibrants dans certains hôtels, censés pimenter les ébats sensuels de la clientèle.
Vous avez aussi les combinaisons en latex, les plugs anaux, les gels, le bois bandé, le petit canard, l’oeuf, le papillon vibrants, la pompe de développement mais surtout de stimulation sexuelle masculine, les cockrings et tant d’autres articles censés améliorer les câlins 4 étoiles des humains.
Et c’est pas nouveau. Quand vous savez, cher Michel que les premiers à avoir fabriqué ce genre d’articles, sont aussi bien des chamanes, des sorciers, des grands prêtres dans l’Antiquité, que plus tard dans notre catholicisme romain des moines, des moniales doués en chimie dans des monastères et des couvents (cf les écrits de Restif de la Bretonne, de Sade, de Crébillon fils, de Diderot et de quelques autres), vous pouvez vous dire que cette nouvelle invention n’est qu’un article de plus dans la longue liste d’articles du même genre fabriqués depuis que le monde est monde.

Par contre, ce qui peut inquiéter beaucoup plus, c’est plus l’aspect virtuel de la sexualité que réel qui a été développé ces dernières années avec l’apparition de supports numériques et d’internet. La pratique réelle avec ou sans objets de plaisir se trouve peu à peu remplacée par une mise en scène distancée de la sexualité entre des partenaires non plus réels mais eux aussi dans une certaine mesure virtuels. Avec ces supports virtuels, on retourne sur une forme de puritanisme qui ne dit pas son nom, et qui ne peut que cultiver plus de violences, d’abus et de frustrations. Et là c’est évident qu’il y a danger puisqu’il n’y a plus de contact direct, ni réalité tangible ni d’altérité. Ce qui autorise toutes les dérives et crimes possibles.

Personnellement, je suis choquée par des parents qui mettent en ligne des vidéos pédopornos qu’ils font de leurs enfants ou d’enfants, de préados, d’ados qu’ils connaissent pour alimenter les désirs pédophiles d’adultes un peu partout dans le monde. Là on est véritablement dans l’abject. Un abject qui se développe énormément ces dernières années et qui augmente significativement sans être vraiment combattu. Nous avions eu une affaire de ce genre il y a quelques mois dans l’est de la France où une mère avait pris et mis en ligne sur internet des vidéos de son conjoint en prison en train de violer leur fils durant un parloir. Ca c’est quelque chose qui me heurte bien plus que le gilet à câlins. Parce que les personnes qui organisent ces horreurs se sentent impunies du fait de l’aspect virtuel. C’est pareil pour les snuff movies (meurtres en direct diffusés sur internet précédés ou non de violences sexuelles ou de tortures) ou les harcèlements psychologiques et sexuels entre ados mineurs dans différents collèges et lycées via des téléphones portables mais aussi des réseaux sociaux avec vidéos humiliantes à l’appui.
La virtualité fait croire à l’impunité de ces crimes aux auteurs et enferme encore plus les victimes dans l’humiliation, l’écrasement et la fatalité, augmentant la morbidité et la durabilité des traumatismes.
Les enfants, préados et ados mais aussi des personnes vulnérables étant particulièrement concernés en tant que victimes par ces crimes, il y a urgence à agir pour enrayer ces phénomènes tout en maintenant une démarche répressive internationale sur les réseaux mafieux qui opèrent ce genre de crime en réel et sans être non plus vraiment poursuivis.
En ce sens, l’initiative récente de l’ONG Terre des Hommes est intéressante mais il ne faudrait pas non plus qu’elle cantonne les poursuites policières à l’encontre de la criminalité sexuelle à l’espace virtuel. Car la criminalité sexuelle n’a pas besoin du virtuel pour s’exercer et faire d’énormes dégâts chaque jour et depuis des siècles et des siècles. Que ce soit au plan intrafamilial (inceste) comme via des réseaux mafieux (prostitution de femmes, d’enfants, d’ados) ou des criminels sexuels tous pays confondus et toutes classes sociales confondues.

repondre message

Prothèses @ Michel Théron 7 novembre 2013 20:34, par pierre mabire

Michel,

Mais oui, Michel, les prothèses sensuelles, ça existe aussi !!! Donc pourquoi par la « machine à calins » lorsqu’une main humaine fait défaut ? Je plaisante à peine. Mais pensez vous réellement que ce genre de machine sera appelé à se généraliser et à devenir le substitut à la tendresse et aux caresses « peau sur peau » ?
Sans chercher à verser dans la grivoiserie ou dans une dérive pornographique, je vous rappelle que certains n’ont pas attendu le gilet à caresses pour se jeter dans les bras en latex des poupées gonflables. Je ne crois pas que cet ersatz corporel fasse fureur en tête de gondole des hypermarchés.
Feuilletez vous les catalogues de vente par correspondance de la Redoute ou des 3 Suisses ? Dans certaines pages qui ne sont même pas signées « X », on y trouve divers modèles de vibromasseurs dont je ne décrirai pas ici l’usage car je ne connais pas l’âge de nos lecteurs et lectrices. Mais il s’agit bien de stimulateurs d’organes sexuels pour âme solitaire. Grand bien fasse à celles qui en font usage, seules ou en présence de leur compagnon de vie ou du moment.
D’autres stimuli à caractère sexuel peuvent se trouver encore dans des domaines inattendus. La conduite automobile par exemple qui peut devenir non seulement un moyen d’affichage de la volonté de séduction et de sa « mâle attitude », mais encore un vecteur de jouissance érectile lorsque la vitesse devient vertigineuse en compagnie d’une belle créature, ou seul au volant.
En tout cas, je ne connaissais pas ce gilet d’un genre particulier. L’une de mes lacunes est maintenant comblée. Votre billet promotionnel fonctionne parfaitement.
Bien cordialement, Pierre

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 15 novembre 2017
Parution : 8 novembre 2017
Parution : 24 octobre 2017
Parution : 18 octobre 2017
Parution : 11 octobre 2017
Parution : 6 octobre 2017
Parution : 2 octobre 2017
Parution : 27 septembre 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune