Parution : 22 novembre 2013
« La vieillesse est un naufrage… »

Cette phrase de Chateaubriand, dans les Mémoires d’outre-tombe, reprise par le général de Gaulle (« La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s’identifier avec le naufrage de la France », Mémoires de guerre, L’Appel), est sans doute la phrase du jour !

1 commentaire
En pied de l'article.

Car, qu’a-t-on vu, aujourd’hui ? Un ancien président de la République, diminué, se servant de son successeur comme appui, lequel successeur rassemble à peine 20 % d’opinions favorables, selon les derniers sondages… Lequel des deux s’appuient sur l’autre ?...

On sait l’ancien maire de Paris aux prises avec une forme de maladie d’Alzheimer, marchant à petits pas, une canne dans la main droite, la main gauche appuyée sur l’épaule d’une bonne âme… Cela se passait aujourd’hui, au sein de la Fondation Jacques-Chirac au musée du Quai Branly, laquelle fondation remettait un prix au docteur Mukwedge, pour son travail contre les violences faites aux femmes en RDC. En présence de l’actuel chef de l’Etat.

Les deux hommes sont affaiblis, incontestablement. Les deux hommes ont pour terre d’élection la chère Corrèze, qui les a fait roi, qui les a portés sur les marches du palais de l’Elysée… Destins singuliers, destins communs ?

Par bonheur – à ce jour –, François Hollande n’a jamais usé d’emplois fictifs à la mairie de Tulle ou au Conseil général de la Corrèze. Par bonheur, François Hollande n’a jamais été condamné à deux ans de prisons avec sursis pour usage d’emplois fictifs, justement. Mais politiquement, les deux hommes, au pouvoir, ont des trajectoires parallèles : même immobilisme, même surdité vis-à-vis des demandes populaires, même « récupération » d’événements sportifs : en 1998, Jacques Chirac s’est servi politiquement, pour se refaire, de la victoire des Bleus lors de la Coupe du monde de football ; il y a deux jours François Hollande filait la métaphore avec la victoire – inespérée – des mêmes Bleus lors du match les qualifiant pour le prochain open à Rio l’an prochain… François Hollande, coatch de l’équipe France ?

Et ce soir, le même François Hollande remettra les insignes de Grand-Croix de la Légion d’honneur à… Line Renaud, fervente chiraquienne s’il en est… Le diable se niche, selon l’adage, dans les détails… Faut-il croire en une réélection de François Hollande en 2017 ? Si je croyais au hasard, je dirai oui !

La réforme fiscale, tant promise et jamais appliquée, se fera « sur toute la durée du quinquennat ». Réclamée à cor et à cri par tout à chacun, sera-t-elle la seule réforme d’envergure de l’actuel président de la République ? Il faut espérer que non. N’a-t-il pas été élu – lui comme ses prédécesseurs (quand ils ne prônaient pas la rupture) – pour « changer » les choses ?

Et pourtant, comme Jacques Chirac, François Hollande sera sans doute « empêché » d’être réélu (car Bernadette Chirac – selon certaines biographies et documentaires autorisés – espérait que son mari se représente en 2007…). Le porte-parole des députés PS, Thierry Mandon – selon L’Express – prétend qu’« il sera quasi impossible de reconquérir l’électorat qui avait voté pour François Hollande en 2012 mais s’en est détourné, ces derniers mois, en raison de mesures impopulaires : ‘L’ouvrier qui a perdu la défiscalisation de ses heures supplémentaires ou dont les aides au logement ne seront pas revalorisées en janvier, ce n’est pas seulement à la prochaine élection qu’il ne votera pas pour nous. On l’a perdu pour vingt ans, pour toute sa vie d’électeur !’ » (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/impopularite-de-francois-hollande-des-electeurs-perdus-pour-toujours_1301348.html#1vwjmTYYGURcKbEl.99)

C’est dire si même dans la majorité, plus personne n’y croit… Et pourtant, il faut tout de même y croire. Après tout, « si vous avez de la foi gros comme un grain de sénevé, vous direz à cette montagne : déplace-toi d’ici à là, et elle se déplacera, et rien ne vous sera impossible » (Mt 17, 20-21) ou encore : « Pour vous, impossible, mais non pour Dieu : car tout est possible pour Dieu » (Mc, 10, 27).

N’est-ce pas un peu de foi qu’il manque à nos politiques et à nos concitoyens ? Les Bleus, il y a deux jours, n’en avaient-ils pas un peu ? Sans doute. Et c’est cette foi qui les a sauvés. Et que dire de Jacques Chirac, apparaissant en public et faisant montre de ses faiblesses aux Français « qu’[il] aime » ? Ayons foi en nous et la France – tournant le dos au naufrage – sera sauvée.

1 commentaire
« La vieillesse est un naufrage… » 22 novembre 2013 15:46, par Françoise

Très bon article.
Pour l’appuyer, je voudrais laisser deux extraits du documentaire de Gilles Perret ("les Jours heureux") où François Hollande montre qu’il ne fera rien pour inverser la donne néo-libérale même en tant que président, il remplace d’ailleurs le mot changement par le mot pouvoir (lapsus révélateur s’il en est) :

http://www.dailymotion.com/video/x16q0ah_les-jours-heureux-f-hollande-1_news

http://www.dailymotion.com/video/x16q0an_les-jours-heureux-f-hollande-2_news

D’autres politiques de tous les bords idéologiques interrogés sur le même sujet de la nécessité de ne pas céder à la finance ni aux instances européennes pour laminer la souveraineté nationale, font état d’un même immobilisme, d’une même soumission à la loi du marché plus forte que tout...

Alors que faut-il faire en ce cas puisque les politiques ont démissionné ?
Stéphane Hessel nous le dit très bien, très peu de temps avant son décès :

http://www.dailymotion.com/video/x16q0ab_les-jours-heureux-stephane-hessel-1_news

A nous d’agir de façon citoyenne, donc.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune