Parution : 6 décembre 2013
L’exhortation « Evangelii Gaudium » : le programme du pontificat de François

« Gaudium Evangelii » : un très beau titre pour une exhortation apostolique qui se veut le programme d’un pontificat, avec ses limites et les espoirs qu’il suscite.

80 commentaires
En pied de l'article.

Avouons-le : la lecture de la nouvelle exhortation apostolique du pape
nous a plongés dans un double sentiment : de contentement intérieur et de perplexité insurmontée.

« Evangelii Gaudium » est à bien des égards un très beau texte, moins structuré que ceux du pape précédent, mais de facture mieux articulée que ceux de Jean Paul II. Le pape délivre un message positif et dynamique. Il invite les bonnes volontés au chantier des grandes réformes.

Pourquoi alors cette dernière réticence ? Faut-il être à ce point maladivement soupçonneux ou négatif que de subodorer quelque mauvais coup réactionnaire dans des initiatives qui ont touché le monde entier ? Le large sourire du pape Bergoglio, proche de tous, et pape des pauvres, ne suffit-il pas à clouer le bec aux esprits chagrins dont nous serions ? Bien entendu, et cela devient de plus en plus clair, il est impossible de réduire l’adroite stratégie de cet excellent communicant à n’être qu’une imposture destinée à endormir la révolte des franges progressistes de l’Eglise, ainsi bernées.

En même temps, comme le disait Leibniz, « toute philosophie est vraie en ce qu’elle affirme et fausse en ce qu’elle nie ». François est admirable par sa sagesse spirituelle et cet art d’une prédication vivante et évangélique. Mais, par ailleurs, il ne nous convainc guère lorsqu’il se cramponne à des interdits moins fondés qu’on le croit, comme le refus d’ordonner des femmes ou son blocage sur les questions éthiques (avortement). Il ne suffit pas d’être sur la bonne voie, il faut encore s’avancer plus loin sur ce chemin.

80 commentaires

cher editorialiste de golias,

comment, frère , peux-tu dire des choses pareilles : as-tu bien lu l’évangile ? des femmes prêtres ou bien l’avortement à tout crin...non, non & non je ne veux pas croire qu’un chrétien puisse dire des choses pareilles , pleines de contre sens !!! c’est ce que l’on appelle se faire prendre par le RELATIVISME....

repondre message

Je n’ai pas lu, mais j’ai juste entendu des commentaires positifs. Ce qui me conduirait à lire attentivement un texte du Chef de l’Eglise, ce sont des décisions. Des décisions par rapport au droit canon, au catéchismes qui traduirait concrètement des évolutions significatives. Alors j’espère que ce texte a été diffusé pour préparer les esprits à l’annonce de changements. Des changements qui ne toucheraient pas au cœur de la foi bien sûr, mais à tout ce qu’il y a autour, c’est à dire les règles de fonctionnements de l’institution et les interprétations de ce cœur de foi devenues obsolètes.

repondre message

Nous avons lu avec beaucoup d’intérêt l’exhortation du pape mais je reste prudente : attendre et voir sa mise en oeuvre. Tant que certains verrous n’auront pas sauté, entre autres, par exemple, celui qui concerne la place non reconnue des femmes dans l’Eglise, alors les portes ne s’ouvriront pas ! Ne reste qu’à espérer...

repondre message

Coucou Golias. 7 décembre 2013 20:09, par Agnès Gouinguenet

Pardon de n’avoir pas lu cet ouvrage papal.
- 
François affirme-t-il qu’il est contre le mariage des prêtres avec une femme, et contre la pilule contraceptive (prévention au lieu de triste traitement) ?
- 
Petit à petit, pour éviter la guerre entre tradis et progressistes, car l’essentiel est ailleurs ? ... S’il n’est pas contre le mariage des prêtres et la contraception, le reste viendra après lui ; question de temps ... Rappelons-nous l’esclavage négrier ... Quel catholique tradi songerait un instant à rétablir le sombre Code noir ? C’est de circonstance, avec le décès de Nelson M.
- 
Bon dimanche.
- 
Agnès G.

N.B. Décidément, en soutenant François Hollande et le pape François, je n’ai pas "la cote" avec les "à gauche". En plus, Méluche est FM ! Madoué ... (il paraît que Jean-Luc M est un excellent golfeur ; il va falloir que nous prévoyons une partie ensemble ; comment faire pour le joindre ? Essayer de contacter l’excellent Henri-Pena Ruiz ?).

Voir en ligne : http://blogs.mediapart.fr/blog/agne...

repondre message

Dans le passé, les révolutions ne se sont pas faite brutalement, mais par à coup, avec des tâtonnements et l’emprunt de mauvais chemins ou choix.
La France en 1789 et plus près de nous, la chute de l’URSS nous montrent qu’il y faut aussi des hommes, des acteurs différents, avec des charismes successifs et de plus en plus de plus en plus importants.
S’il est sincère, le pape François est peut être comme l’ancien dirigeant russe Gorbatchev. Suffisamment lucide et volontaire pour enclencher le mécanisme, mais encore trop imprégné par l’ancienne idéologie pour carrément franchir le pas et donc être et rester des hommes de transition.
Mais s’il n’est pas sincère, il sera effectivement assez retors pour ’’endormir’’ les velléités des brebis et éviter le grand chamboulement. Dans ce sens, le discours de Mgr Pontier sur les victimes semble aussi porteur d’un piège car depuis le temps que cela dure, on s’aperçoit qu’après les belles déclarations des uns et des autres pour condamner telles ou telles pratiques ou changer tel ou tel statut, ou instituer telle commission, ou faire pondre tel autre rapport, ... tout continue comme avant sous d’autres formes et procédés, sous d’autres noms,... et avec les mêmes individus qu’on réemploi avec d’autres qualificatifs pompeux !
Pas étonnant que l’on soit sceptiques et que l’on adhère spontanément !

repondre message

L’autre nuit, sur mon ordinateur, Golias, son éditorial, "espoir et limites" ? J’ai lu aussi la fin du premier article. J’en suis doublement meurtri.

Du côté du pape d’abord. "Du pape, on n’attend rien de concret ; dans son cas, c’est la confiance qui se consolide sans contenu précis." Un mot se bloque dans ma gorge "Hypocrite !". La phrase citée, détournée, est de Poulat (in le Monde). J’aimerai la commenter.

Du coup, je n’ai pas lu l’article. J’ai rêvé, trop longtemps, du petit Jésus : "Tu as décidé d’être mon petit frère à quelle douce parole !" chante J.S. Bach (BMW 133)… J’ai trop donné. Nous avions la quarantaine bien sonnée quand, avec un ami qui avait souhaité lui aussi "être prêtre", nous méditions sur les entreprises. L’école sacerdotale dévirilise et détruit le sens de l’action et du risque. (Je rappelle que c’est à cela qu’on reconnaissait un séminariste pendant la guerre d’Algérie).

Mais j’étais en colère aussi contre Golias qui concède trop à ceux qui le dise "maladivement soupçonneux et négatif". Contraception, divorcé, ordination de femmes, avortement devient un tic. Je sais la profondeur du propos. Ces indicateurs sociologiques concrets "indiquent" bien autre chose. Je sais que si le pape lâchait sur tous ces points, Golias ne serait pas satisfait. Ce que je sens de cette revue et ses courriers, c’est qu’il faut en finir avec les "vertus couronnées de pavots". Il faut débusquer "l’Eglise des Prélats" de la "Cité du Vatican", qui dresse les classes peureuses contre les classes dites dangereuses, en gardant le "minotaure" qui dévore son tribut de gens. Je connais bien l’histoire du 19ème s.

La primitive église a connu la création d’une église non juive, non soumises aux règles des ainés judéo-chrétiens. Nous soupçonnons mal l’ampleur de cette tragédie. Pierre n’est Pierre que parce qu’il impose cela, par impuissance( !) au nom de l’Esprit. Naît un évangile de liberté. Et Pierre, (le nôtre, Mabire, cette fois) a beau protester, cet évangile porté par Paul qui refuse publiquement ces "faux frères", qui "ils épient notre liberté pour nous ramener à la servitude !". Certains détracteurs de Golias pourraient s’y reconnaitre, et je voudrais que Golias ait l’audace de Paul ! Un ami, jeune exégète, peu avant sa mort, m’avait montré une traduction qui lui semblait timorée. Paul dirait quelque part à ses recrues harcelées par les faux frères : si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à vous les faire couper. Des deux églises, Pierre était garant.

Vatican ignore toujours ce mouvement de société qui me touche chez Golias. Monde qui appelle une modernité, une fraternité, une démocratie humaines, sans féodalisme ni oligarchie. C’est d’église. Jean XXIII demandait d’enlever la poussière accumulée depuis Constantin ? Mgr Martini en appelait à un nouveau Paul, et donnait un retard de deux siècles. Deux siècles ? La révolution française. Pour moi, depuis ma scolarité je suis resté ulcéré de la condamnation des libertés qualifiées de délires par Grégoire XVI et son successeur Pie IX. Ulcéré aussi par l’inhumanité papale qui n’a même pas reçu ces hommes venus le voir après avoir fondé "l’avenir" qui avait pour devise "Dieu est Liberté". Je ne veux plus des formes violentes de personnalités mystico-gélatineuses dont Pie IX, ou JP II et son sniper Ratzinger. J’aime mieux ce que ici, avec les goliassiens : une église qui développe le sens des responsabilités, les vertus d’implantation dite viriles, vertus humaines tout autant que les vertus dites féminines. J’aimerai qu’on parle plus de cela. J’en parlerai, cela gronde en moi.

PS. J’ai eu envie d’aller me réconforter sur le parvis que m’est Golias. Je ne sais pourquoi, je n’ai pas accès aux réactions de ces lecteurs avec qui je me sens l’envie de vivre.

repondre message

Inviter les bonnes volontés au grand chantier d’accord, à condition de ne pas oublier le chantier le plus proche de soi. J’aime beaucoup le Pape François mais il s’adresse plus au bas de la pyramide qu’à ses hauteurs engoncées dans leurs persuasions et pas près d’en découdre avec les inepties de l’église catholique. Tant que le catéchisme de l’Eglise catholique ne changera pas, restera inutile d’appeler à l’évangélisation, cela tout le monde le sait pertinemment.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune