Parution : 8 janvier 2014
Orgasme

Comme tous les ans depuis 2006, à l’initiative d’une organisation pacifiste anglo-saxonne, le 21 décembre dernier, jour du solstice d’hiver et donc le plus court de l’année, a été décrété « Journée mondiale de l’orgasme ». Selon les fondateurs de cette association, Global Orgasm for Peace, si nous faisions tous l’amour en même temps, « une vague d’ondes positives envahirait le monde » (source : Francetvinfo, 21/12/2013).

1 commentaire
En pied de l'article.

Bien sûr, les mauvais plaisants pourraient dire que cela épuiserait les sommiers aussi, et ferait le bonheur des fabricants de literie. Mais je crois qu’une telle initiative présente beaucoup d’intérêt. En effet, éprouver un orgasme ne donne pas envie, ensuite, d’aller étriper son voisin. Ne vaut-il pas mieux ressentir en soi la « petite mort », plutôt que de vouloir à tout prix infliger la grande aux autres ? On sait le cas de Lysistrata d’Aristophane : pour faire cesser la guerre, les femmes font la « grève de l’amour », se refusent à leurs partenaires, et cela est efficace puisque finalement ils renoncent au combat. Il y a là, 25 siècles avant, une anticipation vraiment prémonitoire du slogan hippy : Peace and Love – Make love, not war !
On sait aussi depuis Wilhelm Reich et sa Fonction de l’orgasme que ce dernier est bon pour la santé. Je ne sais si comme il le pensait il peut protéger du cancer, mais en tout cas certains cardiologues en ont souligné les effets bénéfiques pour l’organisme – même si les esprits chagrins pourront relever ici la fin orgasmique du président Félix Faure, mort en épectase entre les bras de Mme Steinheil. La même mésaventure arriva au Cardinal Daniélou, qu’on retrouva mort chez une prostituée, au grand embarras de l’Église romaine.
Mais enfin l’Église oublie que cette épectase est aussi une notion théologique, épektasis, « tension vers Dieu », attestée dans l’épître aux Philippiens, et à laquelle ce même Cardinal a consacré un livre essentiel en l’étudiant chez les Pères grecs ! Ne condamnons donc pas cette tension, quels qu’en soient le contenu et les manifestations. Parfois l’extase mystique même est extase charnelle : que penser de la Transverbération de Sainte Thérèse, dans le groupe sculpté du Bernin ? Ne peut-on aller vers Dieu par une commotion de tout son corps ? Le tantrisme le sait de tout temps. Vive donc l’orgasme, et vivement le prochain 21 décembre !

1 commentaire
Orgasme 16 janvier 2014 03:24, par Françoise

Bonjour Michel

Tous les mystiques, de quelque religion ou culte se réclament-ils, font l’expérience généralement de cette transe orgasmique. Et cela concerne les deux sexes effectivement. Beaucoup parlent d’étreinte charnelle avec Dieu. Dans le catholicisme, on va retrouver les récits de ces expériences intimes si mes souvenirs de lecture sont bons chez Marguerite-Marie, Catherine de Sienne, Catherine Labouré, St Jean de la Croix, Charles de Foucault, Thérèse de l’Enfant Jésus comme Thérèse d’Avila, François d’Assise aussi...pour ne citer que ceux-là.
Dans d’autres religions, l’accès à Dieu passe par l’extase orgasmique via des exercices de respiration, des privations alimentaires ou carrément un rapport sexuel avec un partenaire ou plusieurs dont la visée est l’orgasme continu pour communier avec le divin.
Nous en sommes loin dans notre catholicisme (au moins depuis le 19ème siècle qui a posé une enclume de puritanisme exacerbé dont notre clergé n’est jamais sorti) et ça rejaillit au plan culturel sur l’ensemble de nos populations, populations humaines qui ont toujours du mal avec l’idée d’orgasme, de plaisir hors d’une certaine clandestinité ou pratiques libertines. Même s’il y a eu "libération sexuelle" fin des années 60, entre la théorie, ce qui s’affiche médiatiquement sur ce sujet et la réalité objective des sexualités des personnes dans leur quotidien, il y a un fossé immense qui montre bien sociologiquement qu’il y a de sacrés progrès à faire en ce domaine de la sexualité, du désir et du plaisir.
Les clergés catholiques, juifs, musulmans ont contribué grandement à maintenir les croyants et non-croyants sur ces sujets dans la peur, les complexes, la honte, la clandestinité mais aussi à les maintenir dans l’idée qu’y compris dans la sexualité, il faut dominer l’autre. Considérations qui ne cessent de faire du dégât chez les gens aussi bien dans leur comportement physique, que leur psychisme et leur affectivité.
L’orgasme, le plaisir quand il est partagé dans le respect de la personne, apporte du bien-être et un équilibre, une sécurité intérieure.
Peu importe que la sexualité des personnes adultes soit homo ou hétéro lorsque le respect, l’amour sont au rendez-vous.
Là où les religions pourraient trouver à redire, c’est lorsque la sexualité (homo ou hétéro) sert à dominer, à humilier, à contrôler les personnes contre leur gré aussi bien physiquement que psychiquement et affectivement. Mais curieusement, ce n’est pas du tout ce qui pose problème aux religions. On voit au contraire nombre de religieux utiliser la sexualité comme d’ailleurs la peur de la sexualité comme un moyen de dominer autrui. Exactement comme ils utilisent les dogmes et les écrits religieux.
On peut dès lors s’interroger sur leur véritable rapport à Dieu, qui ne leur sert finalement que d’outil de domination d’autrui mais qui n’existe pas autrement dans leur façon de l’envisager. L’instrumentalisation de Dieu leur permet d’exercer un contrôle total des individus et c’est finalement la seule chose qui les intéresse.
Un Dieu qui vous étreint, vous enveloppe d’amour, vous fait vivre des extases, vous aide à mieux rencontrer, écouter, dialoguer et aimer l’autre, ne les intéresse pas du tout. Parce qu’il n’y a pas de pouvoir, de domination à retirer de cette expérience...
Alors comment ces religieux peuvent-ils faire l’expérience de l’orgasme puisque celui-ci suppose d’abandonner le contrôle, la domination ?

Ce qui est quand même assez lamentable...

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 novembre 2017
Parution : 15 novembre 2017
Parution : 8 novembre 2017
Parution : 24 octobre 2017
Parution : 18 octobre 2017
Parution : 11 octobre 2017
Parution : 6 octobre 2017
Parution : 2 octobre 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune