Parution : 14 janvier 2014
Pape François : entre succès médiatique et esprit de réforme, le difficile exercice
Par Golias

Ce n’est pas un hasard si le « Time » a fait du pape François son homme de l’année. Le classement très américain qui préside à ce choix vérifie certainement des critères très précis qui ne sont pas forcément ceux de France. En tout cas, un peu comme lorsque Barack Obama reçut le Prix Nobel de la Paix, il s’agit peut-être davantage d’encourager une action à venir que de récompenser des entreprises déjà advenues.

117 commentaires
En pied de l'article.

C’est un constat souvent établi aussi bien en politique qu’en religion. Dans l’Hexagone, et dans le vaste monde. L’enthousiasme naît des positions tranchées mais pour gouverner il faut rassurer et donc placer le curseur au centre. Le pape François, pour éveiller la sympathie et susciter le buzz, doit miser sur des effets d’annonce et aussi sans doute sur des rumeurs. En revanche, pour rassurer sa
Curie et pour ne pas susciter des tempêtes qui, a terme, pourrait déstabiliser le navire, il doit jouer la carte d’une certaine continuité, d’une indéniable constance et sans doute aussi d’une prudence souriante.

Il excelle dans ce double exercice. Qui est pourtant à très haut risque. Et ainsi il parvient à remporter l’adhésion et à susciter l’espérance, sans trop inquiéter sa droite ecclésiale qu’il ne peut ni ne veut se payer le luxe de perdre. Sans doute doit-il également se soucier d’adversaires qui pourraient guetter chacun de ses moindres faux pas. La gouvernance de l’Eglise catholique, en ces temps difficiles, pour elle requiert de solides qualités et non de simples compétences ordinaires. En particulier, il faut allier un vrai pragmatisme au sens de la conviction et du témoignage qui fait choc. Savoir conquérir les médias sans en devenir leur jouet. A l’évidence, François semble avoir jusqu’à présent bien mené sa barque. Mais les récifs sont nombreux et parfois très cachés. Il ne fait guère de doute que Jorge Mario Bergoglio a définitivement marqué cette année 2013. L’Eglise catholique n’est plus exactement la même qu’au temps de Benoît XVI. Mais il lui faut certainement encore transformer l’essai. 2014 sera une année décisive...

téléchargez ou commandez Golias Hebdo numéro 318

117 commentaires
Les limites de la réforme. 19 janvier 2014 10:56, par Exocet

Une information dont on a peu parlé : le soutien du pape François à la Marche pour le vie. Les spéculations sur une possible évolution de l’Eglise catholique sur l’avortement et l’euthanasie semblent donc vaines.
http://tempsreel.nouvelobs.com/vatican/20140118.OBS2950/le-pape-francois-soutient-une-manifestation-anti-ivg-en-france.html

repondre message

F1 va devoir faire très attention.
Je lisais l’autre jour sur le site du Centre Contre les Manipulations Mentales ces deux articles qui montrent tout de même que les dossiers à traiter de ce début d’année sont lourds :

http://www.ccmm.asso.fr/spip.php?article5062

http://www.ccmm.asso.fr/spip.php?article5082

Que ce soit sur le sujet pédophilie comme collusion mafieuse, F1 sera attendu au tournant et pas seulement par les US...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune