Parution : 14 mars 2014
Renouveau charismatique : le Père Cantalamessa de retour en France

Le Père Raniero Cantalamessa, nommé prédicateur de la maison pontificale en 1980 par Jean-Paul II et confirmé dans cette charge par Benoît XVI, est connu par les sessions et les retraites qu’il anime dans le monde entier. Il sera à Saint-Joseph de Mont-Rouge, Puimisson (34) le 16 mars prochain pour un grand rassemblement du Renouveau charismatique, à l’occasion d’une formation pour les prêtres de la région qui aura lieu à Perpignan, sur l’initiative et en collaboration avec Mgr Carré.

68 commentaires
En pied de l'article.

Le chef d’orchestre du Renouveau Charismatique mondial , le P. Cantalamessa est de retour en France. Il vient pour une formation de prêtres sur l’invitation de Mgr Carré… en responsabilité de la nouvelle évangélisation… par le Saint-Esprit ? Cela mérite une rétrospective sur ce type d’activité exercé par le Prédicateur de la Maison Pontificale.

Dans ses retraites aux prêtres et aux évêques, le P. Cantalamessa, fidèle à sa mission d’oint du Saint-Esprit, cherche à faire tomber les réticences à l’égard du Renouveau qu’il assimile au Saint-Esprit : « Je considère mon petit service au sein de l’Église comme une manière d’aider mes confrères du clergé, les évêques, à ne pas avoir peur du Saint-Esprit et du Renouveau. Je ne les exhorte évidemment pas à devenir membre du Renouveau charismatique mais je leur présente ce magnifique cadeau du Seigneur pour l’Église d’aujourd’hui. Souvent ces retraites que je prêche partout dans le monde se terminent par une messe, véritable effusion de l’Esprit, sans en avoir les signes extérieurs. »

Habilement, le P. Cantalamessa ne demande pas d’adhérer au Renouveau, mais de recevoir l’effusion de l’Esprit : mission du RCC et fondement de l’Église mondiale unifiée. En 1992, on trouve le P. Cantalamessa à Monterrey au Mexique. Le cinq centième anniversaire de la découverte de l’Amérique avait été l’occasion de rassembler mille sept cents prêtres et soixante-dix évêques de toute l’Amérique latine. Tous prièrent à la fin de la messe pour recevoir une nouvelle onction de l’Esprit Saint. Évêques et prêtres reçurent l’imposition des mains des laïcs présents : une véritable Pentecôte... En 1997, il prêcha une retraite sacerdotale aux Indes pour trente-cinq évêques et trois cents prêtres. De nouveau, baptême dans l’Esprit le dernier jour. En 1998, la même chose se répéta au Canada. L’invitation venait de Henri Lemay, président du Renouveau Charismatique Canadien .

En juillet 2007, une rencontre internationale de prêtres devait se dérouler à Medjugorje sur le thème : « Avec Marie, dans l’attente de l’Esprit saint ». Mais la retraite dut être annulée, faute d’avoir demandé l’autorisation nécessaire. Le prédicateur de la Maison Pontifical a dû s’incliner devant la décision de l’évêque du lieu : « L’annonce d’une retraite spirituelle pour prêtres organisée à Medjugorje et qui se tiendrait au début de juillet 2007, a été publiée depuis plusieurs mois sur Internet. Cette retraite serait prêchée par le Père Raniero Cantalamessa, OFM Cap., Prêcheur de la Maison Pontificale. Cependant, les organisateurs de cette retraite spirituelle n’ont pas informé au préalable la Chancellerie diocésaine de Mostar, conformément aux normes en vigueur. De plus, l’annonce publicitaire indique également que durant cette retraite, le sacrement de la Réconciliation sera célébré avec la présence, aux côtés du Père Cantalamessa, du Père Jozo Zovko. Cependant, ce dernier est suspendu de l’exercice des facultés sacerdotales sur le territoire des diocèses de l’Herzégovine depuis 2004 (Vrhbosna, 3/2004, pp.293-298) (1). » Il faut savoir que l’organisateur de ces retraites sont des membres de la Communauté des Béatitudes ou des proches.

En 2010, c’est à Milan que le P. Cantalamessa prêcha une retraite pour des prêtres. La France n’est pas en reste. On peut même dire que la présence du P. Cantalamessa est plus fréquente depuis quelque temps : avril 2012, retraite des prêtres du diocèse d’Aix et Arles ; novembre 2012, retraite sacerdotale pour une centaine de prêtres au Foyer de Charité de Tressaint. Comme d’habitude le P. Cantalamessa exhorta les prêtres à ne pas avoir peur du Saint-Esprit, sous entendu du baptême dans l’Esprit : « Je vous encourage à ouvrir vos cœurs, à ne pas avoir peur du Saint-Esprit, à ne pas avoir peur qu’Il puisse changer quelque chose dans votre vie. S’il change quelque chose, ce sera pour notre bonheur, ce sera pour résoudre les difficultés que nous ne réussissons pas à résoudre. Rien n’est impossible à l’Esprit Saint ! » En 2013, deux retraites sacerdotales : une à Châteauneuf-de-Galaure et une autre à Lisieux pour les diocèses d’Amiens, Beauvais et Soissons.

Et en 2014, à Perpignan, à quoi va-t-il former les prêtres ? en vue de quelle nouvelle évangélisation ? La nouvelle évangélisation de l’Église du Saint-Esprit ou l’évangélisation promue par le Pape François ? Toute cette activité du Père Cantalamessa auprès des pasteurs de l’Église a un unique but : transformer l’Église de l’intérieur pour en faire une Église trans-confessionnelle du Saint-Esprit. Faire passer l’Église catholique sous la coupe de l’Église de l’ICCRS, organe central du Renouveau Charismatique mondial , qui a son siège au Vatican. Il sort comme carte de visite lors de ses passages en France, celle de Prédicateur de la Maison Pontificale — titre en apparence pompeux qui recouvre une très modeste fonction —, mais elle cache sa réelle identité : envoyé de l’ICCRS à travers le monde. Le P. Cantalamessa joue un double jeu.

Le P. Cantalamessa étant réputé être très bon théologien, personne ne se méfie. Il ne craint pourtant pas de prendre quelques libertés à l’égard de la foi catholique pour promouvoir l’ Église du Saint-Esprit du Renouveau Charismatique . Il a écrit par exemple dans son commentaire du Veni Creator : « Le jubilé de l’an 2000 sera une PENTECÔTE ou il ne sera RIEN ! », ce qui laisse supposer qu’il y a plusieurs Pentecôte, or l’événement de la Pentecôte, comme celui de la Pâque est unique. De plus, si la Communauté de l’Alliance (Canada) a inventé la christo-thérapie, le P. Cantalamessa promeut la pneumo-thérapie. Toujours dans le même commentaire, il écrivait : « De même que nous nous exposons au soleil ou à des eaux thermales, il y aurait lieu de nous exposer régulièrement, longuement à l’action de l’Esprit de Dieu, de nous offrir une pneumo-thérapie qui nous restaure en notre état originel. »
La publication du livre Le Renouveau charismatique, une Église dans l’Église, vous permettra de mieux cerner la personnalité ambiguë du capucin charmeur qui avait donné sa bénédiction à une secte qui a été jugée en Italie en 2010 : le Sentier sacré . Il avait pourtant reçu des lettres qui ne laissaient aucun doute sur la nocivité de ce qui s’y pratiquait : une incitation à la haine contre les parents(2). Cela ressemble étrangement à la rupture des liens familiaux produite dans des groupes charismatiques qui ont un label catholique. Nombre de familles en ont fait les frais.

1. http://www.cafarus.ch/cantalamessa.fra.html
2. http://www.liberation.fr/monde/2010/05/29/apostoliquement-incorrect_655152

68 commentaires

Effusion de l’Esprit ou confusion des Esprits ?
Exemple de sorcellerie charismatique pentecôtiste en Afrique :
Séance de délivrance du 4 décembre 2013 (scènes difficiles pour personnes sensibles ) :
http://vidoz.com.ua/video/rvIED-nR1L9.html
Ceci est à comparer avec certaines séances de délivrance et de guérison proposées par les Béatitudes et consorts qui s’inspirent des églises pentecôtistes, ‘’réveils’’ protestants du début du XX ème siècle aux Etats Unis et au Pays de Galle.
Les pentecôtistes pratiquent l’assemblée de prière, l’effusion de l’Esprit, la primauté donnée à l’expérience religieuse et à l’exercice des charismes.
Ce qu’on appelle d’une manière générale Renouveau charismatique a d’abord été l’activité propre des Eglises pentecôtistes avant d’être une activité pratiquée par des protestants d’autres dénominations (à partir de 1930 en Europe et de 1955 en Amérique). Le pentecôtisme a ainsi revitalisé le monde protestant puis les catholiques.
Devant le succès dû à la chaleur humaine, l’enthousiasme, le zèle, la générosité de leurs membres, les catholiques ont peu à peu voulu intégrer les pratiques pentecôtistes. Cela a commencé à partir de 1967 aux Etats-Unis, de 1972 en France :
1946 : Fondation, par des pasteurs protestants, de l’Union de prière de Charmes, au sein de laquelle naît le projet de la première
« Convention charismatique inter confessionnelle ».
1971 : Première « Convention charismatique inter confessionnelle » à la Porte ouverte, dirigée par Thomas Roberts :
y participe le père A.M. de Monléon, O.P., qui joua par la suite un rôle décisif dans le Renouveau charismatique catholique.
1972 : Seconde « Convention charismatique de la Porte ouverte » ; y participent plusieurs de ceux qui vont fonder des communautés nouvelles comme le Lion de Juda (devenu les Béatitudes après une condamnation), la Sainte Croix, le Chemin neuf … »
1973 : Naissance de la plupart des communautés charismatiques catholiques.
1982 : Rassemblement européen charismatique œcuménique de Strasbourg à l’initiative de Thomas Roberts, ce pasteur gallois qui est considéré comme le grand-père du Renouveau charismatique catholique en France.

le Renouveau charismatique catholique français s’enracine dans le pentecôtisme par une filière protestante galloise, mais plus particulièrement Nord Américaine.
Elle remonte au pentecôtisme américain par l’intermédiaire de charismatiques américains et canadien (Cénacle de Cacouna) ; c’est de cette filière qu’est issue la Communauté de l’Emmanuel.

Outre les différents problèmes liés au financement dont Golias et Françoise les expliquent en détail, il y a aussi les dangers de l’illuminisme qui résulte du sentiment d’être en liaison directe et permanente avec Dieu. On finit par croire que toute inspiration reçue émane du Saint-Esprit : << Dieu me dit que…J’ai reçu un signe pour… « Quand le messager s’adressa à nous, toute la communauté l’écouta en sachant que c’était le Seigneur qui parlait >>
Le développement de l’illuminisme et de la théophanie est favorisé par l’atmosphère des assemblées de prière où les fidèles sont invités à s’écouter les uns les autres et à exprimer tout haut ce qu’ils ressentent à l’instant même, de sorte que l’inspiration du moment est considérée comme étant une communication divine inspirée de la divinité appelée Esprit Saint et ils en appellent à cet Esprit Saint, comme si le divin était continuellement à leur disposition.
La part trop large faite à la sensibilité et à l’émotionnel, la recherche de l’expérience divine, les communications et discours sensibles font dévier la foi qui devient alors plus affaire de sentiment que d’intelligence et de raison. Ce n’est pas l’effusion de l’Esprit mais la confusion des Esprits : en attribuant systématiquement au Saint-Esprit des actions et des inspirations qui ne peuvent pas venir de lui

C’est ce qui ce passe aujourd’hui en France, de plus en plus à grande échelle et de manière pratiquement générale. Ce qui pose des problèmes sur le plan non seulement de l’éthique religieuse catholique, mais aussi républicaine française car cette idéologie politico- religieuse d’inspiration nord américaine et canadienne se heurte à notre conception française de laïcité et de séparation de l’église et de l’Etat. D’où le désir de cet ICCRS de : ‘’changer la société par l’évangélisation de la culture et des structures de la société’, en commençant par ‘’les forces armées, par la police et par les enseignants.’’
Le désir de F. Hollande de créer une journée de la laïcité est une très bonne idée mais qui ne résoudra pas l’emprise pentecôtiste/charismatique qui surfe sur la guérison non plus seulement de l’âme, mais aussi maintenant du corps. D’où le ‘’clash’’ inévitable entre la France et l’église catholique romaine malgré le désir de F. Hollande de ménager le Président de la Conférence des Evêques de France. La République est attaquée sur ses fondements comme elle l’a été il y a quelques années par le voile, le nikab et l’ouverture différente des piscines pour les hommes et pour les femmes.
De plus, il y a de graves défauts et des tendances dangereuses, voire dans certains cas, criminelles qui n’ont pas été correctement traitées et corrigées par l’Episcopat français : pédophilie, atteintes volontaires à l’intégrité des personnes humaines, exercice illégal de la médecine, contournement ou attaques contre la laïcité, voire même dans certains cas, tortures psychologiques et traite d’êtres humains, etc… Car toutes ces techniques ont drainées toute une faune de déséquilibrés ou d’opportunistes qui ont vu là l’occasion de donner libre cours à leurs talents de manipulateurs pour assouvir leurs fantasmes ou leur désir de richesses et de gloire céleste sur le dos des gogos prêts à gober tout ce qui se fait comme ‘’médecine douce’’ pour atténuer leurs désarrois ou interrogations existentielles
L’Episcopat français rejette ses responsabilités, à charge aux familles et victimes de déposer plainte alors que lui, qui pourrait faire barrage de manière efficace aux dérives pour sauvegarder son troupeau français de brebis laisse continuer les dérives contre les familles (exemple ici même du retraitant Agapè et les mamans, on ne peut pas dire que ce sont de vieilles affaires) . Il laisse aussi se dérouler les conférences/retraites/sessions du père Cantalamessa vantant les mérites de ce Renouveau Charismatique dit de Nouvelle Evangélisation avec tout son cortège de dérives.
Ce faisant, il se comporte comme le bistrotier du coin qui laisse entrer une personne ivre dans son bar, la laisse consommer encore et encore de l’alcool et quand cette personne a un malaise, crie qu’il n’y est pour rien et désigne les autres consommateurs comme étant ceux qui sont responsables d’avoir forcé cette personne à boire.

Face à la carence ou à la complicité de l’épiscopat français qui ne remplit pas son rôle de gardien du troupeau français en faisant passer avant tout les intérêts troubles d’un groupe de pression étranger, une clarification claire et nette s’impose pour l’Eglise de France. Il est absolument impossible de laisser se dérouler en France de telles méthodes qui n’ont plus rien à voir avec la saine pratique d’une religion et qui change complètement la donne pour la perception que les français ont de leur église catholique. Si cette clarification ne se fait pas, il faudra alerter la population française par une campagne médiatique sur ce qui se passe et les graves dangers encourus, car des familles envoient leurs enfants en toute confiance dans des écoles privées, l’une des cibles privilégiées de cette nouvelle évangélisation et tributaire de l’orientation des évêques de leur diocèse comme Fréjus/Toulon et quelques autres. Ecoles qui en plus perçoivent des aides de l’Etat et des communes alors que l’évêque du lieu joue contre les valeurs de cet Etat et de sa laïcité.

repondre message

GUIDE SPIRITUEL ET STAR DE LA TÉLÉ
Cette affaire embarrasse beaucoup le Saint-Siège. En effet, le père Cantalamessa - épaisse barbe grise, sourire éclatant - est, en Italie, une star du petit écran : de 1997 à novembre 2009, il a animé, chaque samedi après-midi, une émission de vulgarisation des Evangiles sur la première chaîne de la télévision publique. Et surtout, il occupe depuis trente ans la charge prestigieuse de prédicateur de la Maison pontificale. Il possède également un site internet fastueux doté d’une riche galerie de photos dans laquelle on peut le voir en compagnie de papes, de cardinaux, de bienheureux et de saints. On peut donc comprendre que le Vatican soit gêné par son soutien à une organisation dont la base psycho-religieuse s’appuie sur la « théorie du pédophile ». Petite précision : le rôle de « prédicateur de la Maison pontificale », également appelé « prédicateur apostolique », institué au milieu du XVIe siècle par le pape Paul IV, est toujours confié à un moine : c’est justement cette condition, liée à la pauvreté, qui lui confère l’autorité nécessaire pour « parler » au pape et aux cardinaux. Pour être leur guide spirituel dans la méditation sur les Evangiles.

La méthode Arkeon, il s’agit, selon Vito Moccia, son inventeur actuellement jugé, d’un « parcours de connaissance ». Pour les magistrats, c’est un moyen de soutirer un maximum d’argent à des sujets psychologiquement fragiles, totalement soumis à l’emprise du « maître ». Ce qui est sûr, c’est que chaque étape de ce « parcours de connaissance » - trois niveaux pour passer du statut de « disciple » à celui de « maître », entrecoupé de séminaires et de cours intensifs - avait un tarif. Les enquêteurs ont calculé que chaque adepte pouvait ainsi dépenser jusqu’à 20 000 euros, au total. Les adeptes du Sentier sacré étaient presque 20 000 : ce qui donne une idée du business représenté.

L’association a vu le jour en 1999, un an avant l’invention de la méthode Arkeon. Mais Vito Carlo Moccia, qui est âgé de 57 ans et se targue d’un certain nombre de diplômes inconnus en Italie, avait commencé à frayer, sous d’autres labels, avec le monde de la médecine naturelle et des thérapies psychocorporelles. Sa première société s’appelait Reiki Sir et affirmait s’inspirer du reiki, une ancienne discipline orientale visant à l’harmonie du corps et de l’esprit. Avec quelques variantes significatives par rapport à l’orthodoxie. Le code éthique du Centre international Reiki interdit toute relation de dépendance entre maîtres et disciples et impose le silence. Moccia, au contraire, parlait sans arrêt. La police a saisi des films sur les « séminaires intensifs » : on y voit les participants hurler comme des possédés et s’insulter copieusement. « Dans le jeu des chaises, des tambours faisaient un vacarme de tous les diables, et on brûlait d’étranges substances qui embrumaient l’esprit, raconte une ancienne adepte. Nous devions imaginer que la personne assise en face de nous était notre père ou notre mère, et nous lui hurlions tout ce qui nous passait par la tête. »

Cette incitation à la haine à l’égard des parents était une conséquence de la « théorie du pédophile ». « Selon la pensée de Moccia, 96 % des gens, dans leur enfance, ont été victimes d’abus sexuels de la part de membres de leur propre famille », confie un ancien maître devenu son accusateur. Et donc, à la fin du séminaire, le disciple rentrait à la maison et regardait avec des yeux neufs son père, sa mère, son grand-père et sa grand-mère. Il devait absolument se rappeler lequel des quatre l’avait violé, enfant. « J’ai été étiquetée comme "perverse"parce que je ne me souvenais pas avoir subi des abus, explique aussi l’ancienne disciple Emanuela Fontana, A en croire Moccia, je protégeais le pédophile de la famille. »

RAPPORT MIMÉ À LA PERFECTION
Il y avait aussi la transgression créative. En cas de crise entre des adeptes mariés ou fiancés, Vito Carlo Moccia « autorisait » l’un des deux, presque toujours l’homme, à coucher avec une autre adepte, habituellement plus jeune et plus belle que sa femme. A ce qu’il paraît, devant la menace d’une trahison publique, la femme insatisfaite surmontait en un clin d’œil ses doutes sur son compagnon, et l’aimait comme au premier jour.

Les séances « no limits » constituaient un moment de délassement. Des personnes des deux sexes se déplaçaient à l’intérieur d’un cercle, les yeux bandés. On se touchait, y compris au-dessous de la ceinture, on s’embrassait, et parfois, on mimait à la perfection le rapport sexuel. Un degré tel de perfection que l’un des maîtres du Sentier sacré est actuellement jugé pour viol.

SÉMINAIRES DE LA MORT
Pour expier ses péchés, il y avait les séminaires de la mort. Les disciples devaient rédiger leur testament et chercher un coin du jardin ou du parc (les séminaires se déroulaient dans des gîtes ruraux) pour leur sépulture. Dans certains cas, l’inhumation était simulée : le disciple était recouvert de terre, non sans avoir reçu, au préalable, par un individu qui lui était présenté comme un « prêtre catholique », l’extrême-onction, selon le rite de la sainte église romaine.

Durant les premières années de son existence, la méthode Arkeon se répand discrètement, grâce au bouche à oreille. Il faut attendre 2004 pour que la presse en parle, dans le numéro de mars-avril de Via, Verità e Vita, bimestriel des « Paoline riviste catechistiche ». On peut y lire un article intitulé « Arkeon, un parcours de croissance au nom du Père ». L’auteur est un prêtre et théologien, don Angelo de Simone ; il décrit Vito Carlo Moccia comme une espèce de saint moderne, qui aurait découvert « le chemin du retour au Père », et définit l’activité du Sentier sacré comme une « véritable action de pré-évangélisation ».

La bénédiction définitive arrive quelques mois plus tard, et c’est ici que le père Cantalamessa entre en scène, dans cette histoire. Le 11 septembre 2004, le prédicateur apostolique consacre son émission de télé à Vito Carlo Moccia : il pénètre, avec ses caméras, dans la maison du maître, l’interviewe aimablement en compagnie de femme et enfants. Il l’invite même à réaliser une émission sur le pape Jean-Paul II.

CONTRE-ATTAQUE JURIDIQUE
Le scandale éclate le 20 janvier 2006, quand l’un des plus célèbres animateurs de télévision italiens, Maurizio Costanzo, accueille dans son émission diffusée sur Canale 5, la chaîne privée la plus importante, la psychologue Lorita Tinelli, présidente du Centre d’études sur les abus psychologiques, et deux anciens disciples de Vito Carlo Moccia. La dénonciation de la méthode Arkeon est précise et circonstanciée : les accusations, sur lesquelles repose le procès en cours, sont rendues publiques pour la première fois. Mais le père Cantalamessa persiste et signe. Un mois après l’émission de Costanzo, il se rend à Milan et célèbre une messe à laquelle assistent Vito Carlo Moccia et des centaines de disciples. Ce qui n’est pas sans surprendre tous ceux qui nourrissent des doutes sur la vraie nature de la méthode Arkeon.

La vérité stupéfiante sur la relation entre le prédicateur apostolique et l’association de Moccia a explosé il y a un peu plus d’un mois. Paradoxalement, à cause du Sentier sacré qui, après les premières dénonciations rendues publiques, avait lancé une contre-attaque juridique en grand style. En exigeant, du Centre d’études sur les abus psychologiques, le versement de dommages et intérêts faramineux (4 millions d’euros) pour atteinte à l’image. Afin de soutenir cette requête et démontrer aux juges la considération dont jouissait la secte dans des milieux irréprochables, les avocats de Moccia ont versé au dossier des lettres du père Cantalamessa. Il ne s’agissait plus de simples déclarations de courtoisie, mais de la correspondance entre le prédicateur et des citoyens qui, « pleins de confiance en lui », lui avaient confié les inquiétantes bizarreries de la méthode Arkeon.

INQUIÉTUDE ET DÉSESPOIR
Après la gaffe sur l’antisémitisme et la pédophilie, cette correspondance a ressurgi des actes du procès. « Révérend père », disait la lettre écrite en mars 2006 par un musicien catholique (2). Elle signalait le cas d’une de ses connaissances, mère d’un jeune homme qui, « depuis quelque temps, fréquente le mouvement. »« Elle est inquiète », écrivait-il, parce que son fils « croit aveuglément aux pouvoirs de Moccia ; il est devenu agressif, il a abandonné sa foi et sa paroisse, conteste la divinité de Dieu et le compare à divers prophètes et gourous de l’histoire ». Puis, l’auteur en venait au point le plus embarrassant : ce malheureux jeune homme fourvoyé « soutient que le mouvement et Moccia ont votre bénédiction, père Cantalamessa ».

La réponse arrive le 24 mars 2006 : une défense émue de Moccia et de ses méthodes. Mais le plus déconcertant, c’est le contenu des dernières lignes, écrites de la main du prédicateur. Elles révèlent que le père Cantalamessa ne s’est pas contenté de rassurer le « musicien catholique » : il s’est aussi hâté de prévenir l’initiateur de la méthode Arkeon : « Cher Vito, je t’envoie une lettre que j’ai reçue, ainsi que ma réponse, car je pense qu’il est bon que tu sois informé. Je t’embrasse et te bénis affectueusement. P. Raniero. »

Dans les actes remis aux juges civils par les avocats du Sentier sacré, on a découvert une autre lettre de demande d’aide. Une habitante de Magenta, petite ville du nord de l’Italie, l’a envoyée, « désespérée » par le comportement des deux enfants d’une de ses meilleures amies : « Depuis longtemps, ils ont adhéré à une organisation qui a totalement bouleversé, dans un sens négatif, leur esprit, leur comportement et leur façon de vivre. Ils disent qu’ils doivent obéir à un certain maître, fondateur et chef, ils refusent tout contact avec leur mère et empêchent celle-ci de voir ses petits-enfants. Ils suivent des rites étranges et dangereux. L’organisation s’appelle Arkeon. » Les lettres démontrent que, au printemps 2006, le père Cantalamessa disposait de nombreuses informations qui auraient dû l’inciter à se méfier du Sentier sacré.

LUCA ÉTAIT GAY, IL EST « GUÉRI »
Cela jette un nouvel éclairage sur un épisode survenu à la fin de cette même année : dans son émission hebdomadaire, le prédicateur a diffusé l’interview d’un certain Luca. Ce dernier, tenant dans ses bras son enfant de 3 ans, a raconté « avoir été homosexuel » et « être guéri » grâce à la méthode Arkeon. Dans une émission consacrée à la vulgarisation des Evangiles, cette séquence n’était pas passée inaperçue : l’exhibition de l’enfant de Luca avait entraîné un avertissement du garant de la vie privée. Trois ans plus tard, en 2009, on se souviendra de cette interview quand, au festival de San Remo, l’auteur-compositeur-interprète Giuseppe Povia déchaîne la colère des défenseurs des droits des homosexuels en interprétant une chanson intitulée Luca era gay, l’histoire d’un homme « guéri » de son homosexualité. Les analogies entre le texte de la chanson et le récit du fameux Luca étaient frappantes.

Après la publication de ses lettres dans le quotidien l’Unità, le prédicateur a envoyé un communiqué. Il confirme avoir connu Vito Carlo Moccia (« il m’a toujours donné l’impression d’être quelqu’un d’honnête ») et son organisation (« j’ai eu l’impression qu’il accomplissait un très beau travail »). Il confirme aussi avoir lu les lettres dénonçant les méthodes du Sentier sacré (« Mais j’ai aussi reçu de nombreuses déclarations de personnes qui disent avoir été sauvées grâce à elles »). Enfin, il ajoute qu’il ne s’est jamais intéressé « à ce qui se passait dans et autour de l’association ».

Mais un dernier rebondissement est intervenu. On a découvert que le prédicateur apostolique avait menti, en affirmant qu’il n’éprouvait aucun intérêt pour les affaires internes à la secte. Une lecture attentive des lettres a suffi. Voilà ce qu’il dit au « musicien catholique » pour le rassurer sur le compte des arkéoniens : « Un prêtre qui les suit depuis longtemps, don Angelo de Simone, que vous pouvez contacter si vous le souhaitez [suit le numéro de téléphone portable dudit prêtre, ndlr], peut témoigner de tous les baptêmes, premières communions et confessions qu’il a personnellement célébrés, dans le cadre des séminaires conduits par Vito. »

« HUGH ! » RÉPOND LE MAÎTRE
Mais oui, don Angelo de Simone. Le théologien, l’auteur du premier article élogieux sur la méthode Arkeon. A la mi-avril, lui aussi est devenu une célébrité internationale. Les vidéos, tournées à usage interne par le Sentier sacré et saisies par les magistrats, ont atterri dans une émission de télévision, Chi l’ha visto ? (3). On y voyait Angelo de Simone. Il ne portait pas la soutane, mais un tee-shirt à rayures et un short. Voilà qui était le prêtre mystérieux qui administrait l’extrême-onction pendant les séminaires de la mort. Vito Carlo Moccia est à ses côtés. Autour d’eux, une vingtaine d’adeptes sont assis en cercle.

Don Angelo prend la parole : « J’ai eu aussi quelques expériences sexuelles avec des femmes, parce que j’ai essayé de résoudre mes problèmes par tous les moyens. Malgré toutes ces expériences sexuelles, ma vie a été un conflit permanent, un calvaire. » Moccia intervient. Il raconte comment lui et don Angelo se sont rencontrés : « J’ai dit, Seigneur, bordel, envoie-moi un prêtre qui soit un mec. Sauf qu’il était aussi un peu musulman [il rit]. Musulman dans le sens qu’il a été secouru par C. et par G. [il cite le nom de deux religieuses, elles aussi adeptes du Sentier sacré]. Mais son problème était si gros qu’il a fréquenté C. pendant trente ans et, en même temps, G., pendant vingt ans. »

Oui, une sacrée histoire. Don Angelo Simone se lève de sa chaise, rejoint le centre du cercle et s’agenouille devant Moccia : « Vito, je vous remercie, toi et tous les hommes d’Arkeon qui sont comme ceux-là, ou qui ont pris ce chemin, en mon nom personnel et au nom de Dieu. »« Hugh », répond le maître, comme un chef indien. Suivent des images enregistrées par erreur, sans doute destinées à être effacées. La caméra est pointée vers le sol. On voit des pieds en mouvement. Et on entend la voix de Vito Carlo Moccia : « J’ai vraiment eu une idée de génie, dit-il, pour m’inventer un tel boulot ! »

Giovanni Maria Bellu est né à Cagliari en 1957. Il vit à Rome. Journaliste, il a été grand reporter pour le quotidien la Repubblica et travaille actuellement à l’Unità. En 2004, il a publié une enquête remarquable, « I fantasmi du Portopalo » (prix Vittorini). Son roman, L’homme qui voulut être Perón, vient d’être traduit en français aux éditions Actes Sud.

Traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli

repondre message

Il est ordonné prêtre en 1958.
Professeur à l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, il est membre de la commission théologique internationale de 1975 à 1981. Au début de sa carrière, il a réalisé plusieurs études sur les origines chrétiennes.
Après avoir quitté l’enseignement en 1980, il entre à la maison pontificale et devient prédicateur. Il anime régulièrement une émission sur RAI Uno pendant la fin de semaine.
Le 16 décembre 2006, Raniero Cantalamessa suggère publiquement qu’un jour de jeûne et de pénitence soit établi spécifiquement en réparation des affaires d’abus sexuels sur mineurs dans l’Église catholique, pour exprimer "notre repentance devant Dieu et notre solidarité avec les victimes"1.
Lors de son homélie du Vendredi saint de 2010, il cite une "lettre reçue d’un ami juif" qui compare les attaques dont l’Église est victime au phénomène de l’antisémitisme : « L’utilisation du stéréotype, le passage de la responsabilité et faute personnelle à celle collective me rappellent les aspects les plus honteux de l’antisémitisme »2. Cette comparaison est ressentie comme d’autant plus « malvenue » qu’elle a lieu un Vendredi saint, jour difficile pour les relations entre judaïsme et christianisme3, et que, d’autre part, les critiques, même virulentes, contre le pape et l’Église sont sans commune mesure avec l’antisémitisme et la Shoah, comme le soulignent plusieurs organismes ou personnalités tels que l’American Jewish Committee ou le grand-rabbin de Rome Riccardo Di Segni4. Le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, prend aussitôt ses distances avec les propos du père Cantalamessa5,6. Ce dernier présente ses excuses le lendemain dans les colonnes du Corriere della Sera, réaffirmant sa solidarité tant envers les juifs qu’envers les victimes de la pédophile et expliquant par ailleurs que le pape ignorait le contenu de ce sermon7.
Le 11 avril, le Jerusalem Post revient sur la polémique. Regrettant le sensationnalisme et la précipitation manifestés dans la lecture, il relève plusieurs passages de l’homélie particulièrement significatifs de l’approfondissement des relations entre Juifs et Chrétiens. Il déplore enfin qu’il devienne « de plus en plus difficile pour les religieux d’envoyer un message pondéré, avec une certaine complexité, des nuances, une profondeur historique et théologique, sans devoir se préoccuper du fait qu’une partie en sera extrapolée pour faire des titres qui sont erronés »8.

repondre message

LES CHARLATAN SONT DE RETOUR PLUS PROCHE DE L ABUS DE FAIBLESSE SUR PERSONNE VULNERABLE

DES SECTES AU RELENT DE L ARGENT

repondre message

Renouveau charismatique : le Père Cantalamessa de retour en France 18 mars 2014 17:42, par Un retraitant agapè

Pourquoi critiquez-vous la pneumothérapie du P. Cantalamessa ? A l’Agapè, le Saint-Esprit m’a vraiment guéri à travers une parole de connaissance (tous les soirs le SE envoie un message pour les uns ou pour les autres) : "Marie part en hâte, s’élance, s’avance vers plusieurs personnes. Elle prend 2 personnes écroulées devant le refus de maman au 6° mois. Jésus pose sa main, apaise, guérit, demande de dire oui à la vie." Le SE est un vrai thérapeute ! La guérison a des hauts et des bas, mais il faut croire que le SE guérit ; c’est essentiel.

repondre message

Je pense que l’épiscopat français voit dans ces pratiques essentiellement un moyen de brasser beaucoup d’argent et de concurrencer les évangélistes.
L’appât du gain et peut-être en pensant que c’est un moyen d’attirer de potentiels nouveaux fidèles, tout cela doit guider l’épiscopat dans cette démarche. Maintenant, sachant l’intégrisme et la nocivité du Renouveau Charismatique dans son ensemble (avec déjà de sacrées casseroles criminelles et délictueuses pour différents responsables), renforcer cette mouvance intégriste ne va pas arranger l’état de l’Eglise. Pour moi, c’est comme donner un chèque en blanc à l’Opus Dei ou aux Légionnaires du Christ. C’est encore plus encourager le pire. Comment l’épiscopat peut-il autant être aussi obtus, alors qu’il y a des alertes de manipulations mentales, qu’un livre noir a été réalisé, que la MIVILUDES tire la sonnette d’alarme, qu’il y a eu des crimes pédophiles, des malversations financières...
Il y a vraiment des moments où je m’interroge sérieusement sur la capacité de discernement de notre clergé. D’autant qu’il me semblait que les pratiques psycho spirituelles étaient interdites par Rome depuis 2007. L’épiscopat français l’aurait-il oublié ?

repondre message

Mais enfin, voyons, vous n’avez pas compris !!! ... Il y a toujours qu’une Pentecôte... mais c’est à nous de continuer :
<< .../... l’œuvre de multiplication commencée à la Pentecôte par le Super agent de l’Évangélisation envoyé par le ressuscité. Les gens ont besoin de sentir que leur foi en Jésus Christ change quelque chose dans leur vie pour le mieux. Et leur corps est le lieu de cette expérimentation et vérification. Un accompagnement par un frère ou une sœur en Jésus-Christ peut aider quelqu’un à guérir avec l’Esprit Saint .../... >> C’est cela, la ’’christothérapie’’ :
<< .../... Fort de l’expérience de nombreux groupes de chrétiens, Henri Lemay, responsable du Renouveau Charismatique Canadien et ancien membre de l’International Catholic Charismatic Renewal Service, à la demande de l’ICCRS a colligé une collection de diverses approches de guérison pratiquées depuis des décennies, voir même des siècles, chez les chrétiens. Ayant expérimenté l’une ou l’autre de ces approches, qui n’excluent pas le recours au médecin ou au psychologue, ce que je trouve le plus thérapeutique, c’est le recours aux forces spirituelles afin de rendre les gens davantage actifs dans leur processus de guérison à tous les niveaux de leur personne .../... >>
<< .../... Afin de rendre des baptisés plus habiles à avoir un esprit sain dans un corps sain, quoi de mieux que de recourir à l’Esprit Saint avec des méthodes éprouvées par des générations de chrétiens. C’est bien de pouvoir recourir à une personne reconnue pour son charisme de guérison, voir même sa sainteté, comme celle du frère André. Ce qui est encore mieux, c’est d’habiliter des chrétiens à pratiquer des approches de guérison avec l’Esprit Saint .../... >>

Exemples de différents niveaux de guérison :
✦ Guérison intérieure ; Guérison physique, émotive et délivrance ;Guérison de la sexualité, occultisme, spiritisme ;
✦ Guérison de l’esprit humain et évangélisation ;
✦ Guérison par les charismes et les sacrements
... Plus maintenant évidemment, la pneumothérapie, et - au gré des circonstances : psychospiritualité, psychogénéalogie, agapèthérapie, Agapè, analyse transgénérationelle, thérapie systémique, exorcisme, guérison intérieure puis libération intérieure,
... Plus parfois aussi complicité avec des soi disant thérapeutes/coach privés indépendants ...

Au Canada : prochaine session ’’guérison physique et émotive’’ du 21 au 25 avril 2014 avec les pères Mario Doyle et Robert Savoie :
http://www.sainte-anne.org/fr/Guerison.html

En France : voir le père Cantalamessa ou l’un de ses sbires du diocèse de Fréjus/Toulon promoteur du ’’Christ médecin’’ : << Guérir, c’est être débarrassé de ce qui nous empêche d’être disciple >> ... exemple au hasard, bien sûr, .. les parents !
http://cellules-evangelisation.org/spip.php?article106

Les autorités françaises sont au courant des détails par ses services, par les associations anti sectes, ... et par les lettres des particuliers !

repondre message

Vous émettez quelques doutes sur le Saint-Esprit du P. Cantalamessa. Il faudrait peut-être s’interroger plus largement sur le Saint-Esprit du Renouveau charismatique dont le P. Cantalamessa est le porte-parole. J’ai trouvé un article qui soulève la question sur le web
http://fr.calameo.com/books/0000952775376e2329fd7
Le livre que vous annoncez nous apportera peut-être quelque lumière pour un discernement ? Mais il serait temps que les évêques clarifient publiquement la question en France ! Dans quelle Eglise est-ce que le Renouveau nous embarque ?

repondre message

alors françois que fais tu,,,

repondre message

Le P.Cantalamessa est dans tous les méga-rassemblements délirants de guérison du renouveau oecuménique avec les évangéliques. Il fait maintenant du prosélytisme chez les prêtres qui par chance ont échappé à l’effusion de l’esprit. . Espérons qu’ils aient assez de jugeote pour ne pas tomber dans cette marmite de l’effusion de l’esprit.

repondre message

Est-ce que la priorité des prêtres de paroisse serait de se former dans la mouvance des charismatiques dont nous constatons les brillants résultats ? On ne comprends plus. Quant à la nouvelle évangélisation à coup de rassemblements hystero-mystico, avec son effusion de l’esprit, elle tracte les foules vers l’illuminisme. La véritable évangélisation qui n’est pas nouvelle s’inscrit dans la Tradition, et prend le temps de l’humain. De la rencontre de l’autre, de la réflexion, de la prière, de la vie partagée, en un mot, elle se tricote avec nos frères au fil de notre marche humaine. Et tout comme l’amour, la tendresse et l’amitié, elle ne fait pas de bruit...

repondre message

Quand est-ce que le livre cité sera disponible ?

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune