Parution : 3 juin 2014
Autriche : l’excommunication de la présidente « Nous sommes église »
Par Golias

Le Vatican a donc annoncé que « le diocèse d’Innsbruck a confirmé l’excommunication de Martha Heizer et de son mari pour avoir célébré la messe sans prêtre. La célébration de l’Eucharistie par une personne n’ayant pas reçu l’ordination sacerdotale est une infraction particulièrement grave qui, selon le droit de l’Eglise, entraîne l’excommunication latae sententiae, autrement dit automatique » ! Le communiqué romain précise que, ni le pape ni le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne sont intervenus. C’est l’évêque d’Innsbruck qui a lu le décret aux époux Heizer… mais puisque la sentence relève d’une automaticité, il n’est sans doute pas responsable non plus. Il ne pouvait pas faire autrement, le pauvre !

37 commentaires
En pied de l'article.

Alors que le pape François préparait son voyage en Terre Sainte, peu de médias ont relevé l’excommunication de Martha Heizer, autrichienne, présidente du Mouvement
« Nous sommes Eglise », et de son mari, qui ont osé faire mémoire de la Cène sans prêtre. Le contraste est pourtant éclairant. Trop éclairant, éblouissant même
au point de rendre aveugle nombre de journalistes et de chrétiens ? D’un côté le pape donne l’image d’une Eglise du dialogue. De l’autre, c’est une Eglise de l’anti communication ! Comme s’il était plus facile de communiquer avec l’autre de l’Eglise qu’à l’intérieur de la communauté, peut-être parce que la première démarche ne nous oblige pas à une conversion radicale. Le Magistère cache la motivation de ses décisions sous l’autorité de ce qu’a dit le Christ, confondant sans vergogne la parole de Dieu et les traditions humaines. Le Christ n’a jamais créé de ministres ordonnés mais il a voulu une Eglise ordonnée à la fraternité.

Certes, il ne s’agit pas d’être fondamentaliste en refusant les inventions de la communauté chrétienne, nécessaires en fonction des besoins nouveaux, que ce soit au niveau des dogmes ou de l’organisation institutionnelle. La création des diacres et l’abandon des prescriptions mosaïques sont des exemples de la liberté que Jésus a laissée à son Eglise. Pourtant, deux questions sont posées avec urgence par cette excommunication. La première concerne l’autorité dans l’Eglise. Les anglicistes parleraient de leadership ou de management. La seconde est celle de l’ouverture
à une pensée plurielle dans une société démocratique marquée par le relativisme. On voit bien que les deux sont liées et le problème fondamental est celui de la probité. Or, trop souvent, les chrétiens qui rêvent d’une Eglise ancrée dans les Paroles de Son Seigneur et inculturée dans la postmodernité soupçonnent, non sans raison, une hypocrisie qui vise d’abord à défendre ceux qui détiennent le pouvoir.

La semaine dernière, nous évoquions le cas de l’évêque de Quimper, suspendu sans que ne soient données les vraies raisons de son départ. Aujourd’hui, comment imaginer que le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne puisse pas être à l’origine de l’excommunication des époux Heizer ? L’intraitable cardinal Müller est le
gardien d’une orthodoxie désuète. Que l’on se souvienne de sa réitération de la doctrine de l’indissolubilité du mariage ou de sa lutte contre les religieuses américaines jugées trop féministes et trop indépendantes. Nous venons d’apprendre que le jésuite Michael Amaladoss, un des plus grands théologiens indiens, vient d’être réduit au silence par celui que certains appellent déjà le « panzerkardinal » ! Et nul ne peut douter qu’il agit de concert avec le pape François. Les prêtres et les évêques sont des serviteurs, selon la pensée officielle. Leur agir montre, le plus souvent, qu’ils tiennent à leur pouvoir et que, ceux et celles qui dans l’Eglise leur désobéissent, subissent leur coup de crosse. Et ils agissent avec grande
subtilité prétextant le respect d’une règle qui leur a été donnée par le Christ et feignant une compassion qui n’est que le masque de leur hypocrisie. François est bien dans la ligne de ses deux prédécesseurs. Le changement, ce n’est pas pour maintenant !

37 commentaires

L’esprit souffle où il veut. Il n’est évidemment pas assigné à domicile dans l’Eglise Catholique. l’Eglise peut se définir. Ce n’est pas parce que le catholicisme a une vocation universelle qu’il ne peut pas s’assigner des limites. Ce n’est pas pour autant que je me sens appartenir à une clique.

repondre message

Gloire à Dieu ! 20 juin 2014 11:53, par Paul

Louez soit Notre Seigneur ! Enfin ces apostates hérétiques ont été formellement exclus de l’Église (puisqu’ils s’étaient déjà exclus dès le moment qu’ils se trouvaient assez bons pour s’en passer d’un prêtre) !! Félicitations au courage de cet évêque ! Vous le libéraux soyez humbles et acceptez que vous avez besoin d’un prêtre ! Il n’est pas par hasard que Jésus avait les 12 ET les 72. L’Église est oui une hiérarchie dès le début. Voyez quelle chose intéressante : les protestants ont embrassé toutes ces idéologies libérales et où sont ils aujourd’hui ? Les temples vides, un culte mort. Les diocèses dont on garde la tradition et le magistère (en plus de l’Écriture) sont pleines de vie, de vocations, de l’Esprit Saint ! Voulez-vous vous en passer des prêtres ? Allez dans un temple protestant et regardez ! Moi je reste avec la hiérarchie (il est vrai, pleine de vicissitudes), les prêtres, la beauté du culte catholique ! Vive l’Église Catholique Romaine ! Vive la Vierge Marie, notre Maman !!

repondre message

A la lecture de cet article,ce qui me viens à l’esprit c’est qu’un prêtre( presbytre ou ancien dans la foi) qui célèbre la messe tout seul est un non sens, voire une hérésie ; la fraction du pain semble être une conséquence automatique de la Pentecôte.
Le célébrant, il me semble que ce doit être l’ensemble des communiants ,avec bien entendu celui qui préside,ce qui pourrait amplement se faire à tour de rôle parmi les anciens(nes),sans discrimination de genre (reprendre les paroles de Jésus sur le sujet).
Avec le Christ,que l’on m’apporte la preuve...,il n’y a pas de sacerdoce individuel ou personnel ; la seule indication que je retiens du NT a ce titre c’est la célébration à tour de rôle du père de Jean Le Baptiseur (Zacharie) du sacrifice, bien que nous soyons(selon les textes rapportés et entrant dans le canon) encore sous l’ancienne alliance dépendant du temple qui a été détruit quelques décennies après...
Il y a bien des envoyés, des disciples et des témoins.
Ne seraient-ils pas hérésiarques ces excommunicateurs ?
Je ne connais cette femme qui a osé défier la romanité catholique mais ce qui est paradoxal c’est que pour retourner dans le giron catho, c’est elle qui devrait faire...pénitence !
Quel mal cette femme a-elle- commis !Le vol, l’escroquerie ,l’adultère,ou d’être née au féminin ?
A l’inverse,faudrait-il attendre des siècles et des siècles pour espérer un soupçon de pénitence ?

repondre message

JE SUIS CONTRE L’ACTION DU CARDINAL.. LE CONTINENT AFRICAIN DEVRAIT EXCOMMUE TOUT LE VATICAN POUR LEUR PARTICIPATION AUX CRIMES COMMIS AUX AFRICANS. COMBIEN DE PRETRES ET BISHOP LE CARDINAL A EXCOMUNIE POUR AVOIR MOLASTE TANT D’ENFANTS .L’HYPOCRISIE DE VATICAN EST SI TERRIBLE QU’ON SE DEMANDE PARFOIS SI VATICAN CROIT DANS CE QU’IL PRECHE. QEL CRIME LA FEMME A COMMIS ?

repondre message

Membre d’une communauté de base, en présence de prêtre (non-célébrant au sens strict) ou sans, nous avons souvent célébré en faisant mémoire du dernier repas de Jésus avec ses copains. Comme Lui, nous avons partagé le pain, conscients que ce partage nous engageait dans une vraie fraternité avec tous les hommes et dans la pratique de la justice, dans le don de notre vie à nos frères les plus pauvres : "Faites ceci en mémoire de moi !". Consécration, pas consécration...???? Je crois que Jésus s’invite volontiers dans ce genre de rassemblement mais cela reste à sa discrétion. Je crois de plus en plus que ce n’est pas le prêtre qui consacre l’hostie mais la communauté qui fait de l’hostie un SIGNE (et non une matérialité) de la présence du Christ au milieu de ses frères et que la phrase du Christ s’adresse à TOUS les disciples quelle que soit leur responsabilité dans la structure ecclésiale. Si la hiérarchie avait su...

repondre message

Alors, on s’y met quand ? 4 juin 2014 11:57, par pierre mabire

Il n’y a pas de quoi s’étonner, ou même s’indigner de la position prise par la hiérarchie ecclésiale catholique. Elle est logique. Pour elle, seul un prêtre peut consacrer le pain pour qui devienne « corps du Christ ». C’est la loi, toute la loi.
Avant qu’il soit admis à des laïcs de se substituer à un prêtre, faudrait-il que la loi ait été radicalement changée. A ce niveau, je pense que seul un concile pourrait ouvrir une voie nouvelle.
Il faut souligner encore que l’officiant visé par la déclaration d’excommunication automatique est une femme. Deuxième couleuvre que cette même hiérarchie ne peut avaler en l’état actuel de sa position sur la place des femmes au sein de l’Eglise. Cette hiérarchie ne badine pas avec le « genre ». No comment.
Cela signifie-t-il que tous les torts sont pour Martha Heizer (et son mari qui a également été acteur de cette consécration « sauvage » du pain ) ? Non bien sûr. Au reste, le droit de l’Eglise est très astucieux. En introduisant la notion d’excommunication automatique, il exonère la hiérarchie de s’ériger en tribunal et de juger, puis que l’acte en soit est porteur de la condamnation de ceux qui le commettent. C’est la copie conforme du geste de Pilate qui, devant la condamnation de Jésus par les prêtres, s’en lavait les mains. On nage en pleine hypocrisie.
En réalité, le geste de Martha pose la question de la séparation entre le clergé et le non-clergé. J’évite de dire entre le clergé et les laïcs car le mot laïc est piégé.
Dans la vision de la hiérarchie consacrée, le non-clergé est fait pour la nef et le clergé pour l’autel. Souvenons-nous qu’il aura fallu Vatican 2 pour que la clôture du choeur soit enlevée durant les offices, et pour que le prêtre officiant se tourne vers les fidèles. Il aura fallu ce même concile pour que les femmes fassent leur retour dans le proche périmètre de l’autel – pour lire des annonces ou des prières, voire lire des épitres ou animer des chants, ou servir le prêtre. Mais cela ne va pas plus loin.
On sait également la position prise par Jean-Paul 2 qui fit obstacle à la consécration des femmes.
Je dis tout net : ce n’est pas parce qu’il y a pénurie de clergé jeune qu’il faut ouvrir le ministère consacré aux femmes. La décision à prendre dans ce sens doit être uniquement motivée par le changement du regard que la hiérarchie ecclésiale porte sur la nature humaine. Cette hiérarchie s’obstine à mettre un mur de séparation entre les humains de chromosome XY et les humains de chromosome XX.
Elle se refuse encore à comprendre la portée symbolique des écrits de la Genèse disant que l’homme et la femme sont issus de la même glaise et du même souffle divin.
Poussée dans ses retranchements, ses erreurs et ses peurs, cette même hiérarchie n’a plus que des artifices pour empêcher que les humains XX gravissent les marches de l’autel : c’est sa présence dans les « manifs pour tous », ses outrances verbales sur la prétendue « théorie du genre » - chiffon rouge pour effrayer le bon peuple auquel elle fait croire qu’on voudrait faire porter des jupettes aux garçons et encourager les filles à faire pipi debout ! Mensonges...
Maintenant – et je me tourne vers Golias – on ne peut encenser Martha et son mari, et en rester là. Lorsqu’on est convaincu que le couple a ouvert une brèche dans les hauts remparts du mur de séparation entre le clergé et le non-clergé, alors il faut s’y engouffrer. C’est-à-dire multiplier partout, en France et en Europe, la consécration du pain par des personnes choisies au sein de ceux qui ont décider de se rassembler « au nom de Jésus-Christ », et selon ses propres paroles : « Lorsque deux ou trois seront réunis en mon nom je serai au milieu d’eux... ».
La nouvelle avancée à faire est là, et surtout là. Elle figure le symbole du voile déchiré au temple à l’heure de la mort de Jésus en croix. Il n’y a plus de voile de séparation entre le peuple et le saint des saints. Tous les baptisés sont prêtres de Jésus-Christ.
Alors cette question : "On s’y met quand ?"

repondre message

" le cas de l’évêque de Quimper, suspendu sans que ne soient données les vraies raisons de son départ.",écrivez-vous ...
On ne donne pas non plus les raisons du départ de sa secrétaire : elle a démissionné ou a été démissionnée , mais pourquoi donc ????. En tout cas elle demande de fortes indemnités ,sans doute parce qu’elle se considérait comme étant la Maitresse du Diocèse ...
Le Maître du diocèse lui trouvait déjà en arrivant qu’il y avait trop de femmes aux postes de responsabilités et dans son entourage .Il y en avait au moins une de trop et An Ankou ( le Diable Breton ) en a profité quand Dieu a soumis Le Vert à la tentation comme il l’est dit dans l’ancien Notre Père ...
Il est certain que tout cela a beaucoup fatigué JM Le Vert , raison officielle de son retrait .Mais le Pape a déclaré récemment que le célibat des clercs n’était pas un Dogme ...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune