Parution : 15 août 2014
Souci

Je suis très attentif aux tics langagiers qui se répandent partout. Ainsi en est-il de l’expression « Pas de souci ! », que l’on entend maintenant à tout bout de champ, et qui supplante l’ancienne formule : « Pas de problème ! ». Je m’interroge donc sur le sens de cette substitution, sur ce qu’elle peut vouloir dire quant à l’état actuel de nos mœurs, dont le langage est un miroir.

3 commentaires
En pied de l'article.

Logiquement le problème vient avant le souci, et le cause. Dire donc « souci » à la place de « problème » est dire l’effet pour dire la cause. C’est une variante de ce qu’on appelle une métonymie (en grec : changement de nom) : on remplace une notion par une autre avec laquelle elle a un rapport de liaison, de contiguïté logiques. Ici la liaison est de causalité, le résultat (le souci) remplaçant le processus qui l’amène (le problème). Comme il y a plusieurs types de métonymies, et si on voulait être plus précis, on pourrait parler ici de métalepse (en grec : transposition), variante de métonymie consistant à dire précisément l’état final où l’on se trouve au lieu du facteur qui l’a déclenché. Ainsi on peut dire : « Nous le pleurons », au lieu de dire : « Il est mort ». – Sur le sens de ces figures je renvoie le lecteur à mon livre électronique Cours de stylistique en 99 leçons(Le Publieur, 2014).
La métalepse décrit un état émotionnel, et donc est très utilisée dans le discours littéraire, qui s’adresse principalement à la sensibilité. Giraudoux par exemple en était très friand. On voit bien que « Nous le pleurons » est sensible, tandis que « Il est mort » est conceptuel, notionnel, et donc touche moins. Mais en même temps aussi « Nous le pleurons » est euphémisant, évite de nommer directement ce qui cause les pleurs, et qu’il serait choquant de dire.
Eh bien ! il me semble qu’il en est de même pour notre « Pas de souci ! ». On s’adresse à la seule sensibilité, et on gomme le négatif de l’existence, qui pourtant est bien faite de « problèmes » ! Ces derniers, on ne veut pas les voir, ou y penser. C’est un trait des mœurs d’aujourd’hui. On cherche à être rassuré, consolé, et à éviter d’évoquer ce qui fâche. En quoi il y a mensonge. Évitement : et vite ment… Aussi faut-il me semble-t-il rappeler à nos contemporains que derrière le souci il y a un problème, que souvent il faut prendre à bras le corps, yeux ouverts, pour le résoudre !

3 commentaires
Bonjour. 16 août 2014 14:04, par Agnès Gouinguenet

- 
Oui. Sorte de déni autoprotecteur.
- 
En médecine, le traitement étiologique (de la cause) est toujours plus efficace que le traitement symptomatique (de l’effet). Mieux vaut traiter la cause de la douleur que la douleur.
- 
Mais bon, si c’est pour soulager momentanément, tout est bon à prendre.
- 
Parfois il faut commencer par apaiser le terrain avant de s’attaquer aux agents agresseurs du dit terrain qui, apaisé, se défendra mieux.
- 
AG.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune