Parution : 12 octobre 2014
Synode pour la famille : Et le sexe des anges, alors ?

« Gradualité », « miséricorde conditionnée », les divorcés-remariés occupent l’esprit des Pères synodaux et des intervenants de toutes sortes. Les réformateurs plaident pour plus de miséricorde car rien n’est jamais définitif en Dieu et que l’Eglise consolante dispose des sacrements pour ce faire ; les doctrinaires évoquent la vérité trahie, les consciences corrompues et les remèdes de cheval qui donnent le coup de grâce ! Et si ce Synode se résumait à ce qu’assénait Mgr Dagens (Angoulême) dans Témoignage chrétien au printemps 2013 s’agissant des manifs pour tous : « Deux interprétations du christianisme se font face. Soit Dieu est l’anti-mal et le camp du bien fait la guerre au camp du diable ; et Dieu est plus le dictateur suprême que le père de l’enfant prodigue. Soit nous croyons que ‘Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui’ (Jn 3, 17). Avec certains qui se réclament d’un catholicisme dur, implacable, intransigeant, nous n’avons pas le même Dieu. Il faudra nous l’avouer » ?

64 commentaires
En pied de l'article.

Néanmoins, la plupart des Pères synodaux reconnaissent qu’il faut trouver des solutions pastorales. Adopter une ligne intransigeante ne fera pas avancer le schmilblick. C’est un peu l’état de la majorité synodale à une semaine des débats. Surtout que certains pasteurs dans leurs diocèses et leurs paroisses n’ont pas attendu les Pères synodaux pour accueillir des divorcés-remariés et mettre en place ces fameuses solutions pastorales. Ici par exemple, le prêtre célèbre au bas de l’autel, en aube mais sans étole (pour lever toute ambiguïté), les nouveaux époux et l’on prie avec la famille (on en profite en même temps pour baptiser les enfants qui ne le sont pas…) ; là, on donne la communion en dépit du remariage… Les solutions ne manquent pas et elles partent un peu dans tous les sens, faute de cadre « légal ». La conférence des baptisés de France avait, il y a quelque temps, rendu publique une enquête qui recensait les diverses pratiques chez tel ou tel prêtre. Certains avaient même béni – horresco referens ! – des unions de personnes de même sexe, dont le cardinal Coccopalmerio (quand on le dit vite, c’est marrant), président du Conseil pontifical pour les textes législatifs, vient d’annoncer que cela ne sera jamais possible…

On comprend mieux pourquoi François souhaite donner le pouvoir aux Conférences épiscopales sur ces sujets. L’évêque, «  pasteur pour la part du peuple de Dieu qui lui est confié » pour paraphraser Mgr Bonny (Anvers), à l’écoute de ses diocésains clercs et laïcs, en saura toujours plus que le cardinal Müller (ou un autre cardinal ou archevêque de curie, peu importe, ils sont interchangeables) appuyé sur sa doctrine immuable, instituée – d’après lui – par Jésus-Christ lui-même, s’il vous plaît ! Au fond, le pape argentin veut utiliser l’outil collégial jamais mis réellement en pratique alors que le Concile le prévoyait. Nul besoin d’un Vatican III comme l’écrit La Vie cette semaine : Vatican II a déjà en soi les outils pour changer l’Eglise durablement et profondément. Le Synode sur la Famille n’est qu’une première étape dans le processus de changement de paradigme dans lequel l’Eglise est entrée par la volonté de François, de manière plus ou moins inavoué* : cette première session en est le déclencheur. Il faut se souvenir que dans l’esprit de quantité de Pères conciliaires et de théologiens, la synodalité était une façon de tenir un concile permanent… On connaît la suite… Quel autre meilleur moyen pour affirmer l’universalité de l’Eglise catholique que de prendre en compte les spécificités de chacune des Eglises locales, toutes professant la même doctrine ? Universalité ne signifie pas uniformité. A ce titre, des avancées sur la famille faciliteraient l’œcuménisme, mais c’est un autre sujet.

Rendons grâce à François : il veut du changement. Il ne sera pas là longtemps – d’après lui – mais il a bien l’intention de prendre sa charge au sérieux et de s’attaquer aux sujets de fond (c’est en tout cas ce qu’il dit). Que ce soit ou une posture ou non, en l’espèce, il faut le saluer : rendre la parole comme il le fait, laisser les gens s’exprimer, adopter a priori un esprit d’ouverture, c’est déjà instituer un grand changement dans l’Eglise. Et c’est très louable d’en passer par la collégialité même si, en vérité, il n’a pas le choix. Le seul moyen de faire tomber cette curie conservatrice qui empêche l’Eglise d’avancer et qui est bien souvent et depuis trop longtemps génératrice de souffrances, c’est justement la collégialité. Il ne faut pas oublier que c’est sur ce point que le cardinal Ottaviani et la minorité conciliaire – dont l’alors archevêque de Cracovie, Mgr Wojtyla, qui partageait l’essentiel de leurs combats – combattirent avec acharnement auprès de Paul VI, qui leur céda…

La semaine prochaine, c’est par petits groupes que toutes les questions – dont celles sur les divorcés-remariés – seront abordées. Avec un point de départ – décidé, paraît-il ? –, à l’unanimité des Pères synodaux : la non-remise en cause de l’indissolubilité du mariage. Où ce synode croit toujours qu’il est réuni pour traiter d’un problème sans en toucher sa nature… Il aurait pu tout aussi bien traiter du sexe des anges par-dessus le marché ! Tout cela est plié, quelque part, on termine cela proprement car « la vérité est ailleurs »… Comme l’écrit tristement Jean-Marie Guénois – du Figaro –, peu réputé pour son progressisme doctrinal, dans son dernier ouvrage Jusqu’où ira François ? (Ed. JC Lattès) : « Plus rien ne sera jamais comme avant ».

* On ne peut pas prôner aux jeunes des JMJ de Rio de « mettre le bordel » dans les diocèses sans vouloir soi-même « mettre le bordel » là où l’on est…

64 commentaires
Synode pour la famille : Et le sexe des anges, alors ? 20 octobre 2014 13:52, par Nathalie

A défaut de celui des anges...
Aujourd’hui dans Les Pieds sur terre par Sonia Kronlund

Benoît est devenu prêtre par amour de Dieu et tradition familiale. La question du célibat ne s’est jamais posée à lui jusqu’à ce qu’il rencontre Annick, au début des années 1990. Il met alors plus de vingt ans à choisir, entre la femme ou l’église.

Reportage : Léa Minod
Réalisation : Peire Legras

http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-benoit-2014-10-20

repondre message

Où sont les femmes ? 13 octobre 2014 18:29, par Agnès Gouinguenet

- 
http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-Synode-veut-une-approche-plus-positive-des-realites-familiales-2014-10-13-1248353
- 
La photo est très "parlante" ...
- 
Avec un sujet comme la famille, tout cela est grotesque.
- 
Agnès G ... :)

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Synode pour la famille : Et le sexe des anges, alors ? 13 octobre 2014 17:35, par lositogy

Qu’il fait du bien un peu d’air frais dans la sacristie !

repondre message

Synode pour la famille : Et le sexe des anges, alors ? 13 octobre 2014 12:06, par Ventadour

S’agissant du remariage des divorcés, les paroles du Christ sont claires (alors que la tradition juive autorisait et autorise plusieurs mariages) et ont surpris les apôtres par leur radicalité.
De plus la fidélité de l’Eglise à ces paroles a fait des martyrs : les martyrs catholiques anglais à partir du XVIe siècle, dont Thomas More ; au début du XIXe siècle le pape Pie VII a résisté aussi à Napoléon sur cette question, le dit-Napoléon a enlevé le pape pour le placer en résidence forcée à Fontainebleau, il voulait l’intimider, le menacer en espérant sa mort prochaine (finalement c’est lui Napoléon qui a abdiqué à Fontainebleau trois mois après avoir été obligé de libérer Pie VII, le laissant regagner Rome). Et il y a eu d’autres épisodes comparables au Moyen-Age, notamment avec les premiers rois capétiens il me semble.
Il est important de ne pas se laisser intimider et d’être dignes des grands témoins et des martyrs.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune