Parution : 18 mars 2015
Amnésie

Les médias ont mentionné les sauvages destructions opérées par les fondamentalistes islamistes en Irak, tant au Musée de Mossoul que dans les précieux sites archéologiques. L’Unesco a même parlé à ce propos d’« actes de guerre ». Le cœur se serre évidemment à cette disparition d’un irremplaçable patrimoine.

3 commentaires
En pied de l'article.

Elle s’explique, je ne dis pas évidemment qu’elle s’excuse, par plusieurs raisons. D’abord il y a l’interdiction, en monde sémitique, de représenter Dieu sous forme visible. L’islam, comme le judaïsme, et au sein du christianisme, le protestantisme sont fondamentalement iconoclastes : combien de statues et de tableaux religieux ont subi la vindicte des Réformés ! Cette pulsion destructrice se manifeste ensuite, chez le fanatique, contre les idoles d’autres religions que la sienne. Voyez Polyeucte dans la pièce de Corneille, briseur des idoles païennes, qui semble préfigurer ces talibans qui ont détruit les bouddhas de Banyan.
Enfin, en général, quand on veut instaurer un nouvel état de choses, on veut faire disparaître tout ce qui existe antérieurement. Cette amnésie volontaire caractérise tout esprit révolutionnaire. Ainsi, lors de la Révolution française, on a voulu briser tout ce qui rappelait la Royauté. Comme dit l’Internationale : « Du passé faisons table rase ! » Comme si « repartir à zéro » garantissait le meilleur pour l’avenir.
C’est bien sûr le contraire qui est vrai. On ne vit qu’en s’appuyant sur le passé, en se souvenant de lui. C’est la mémoire qui fait la personne, et la détruire condamne à errer, détaché de tout lien, désorbité. Voyez cette tragédie de l’amnésie dans Le Voyageur sans bagage, d’Anouilh. Quant à détruire volontairement ce qui nous rappelle de mauvais souvenirs, brûler les lettres de l’aimé (e) après une rupture par exemple, ce n’est pas une bonne solution : on peut plus tard, quand la colère sera calmée, s’en repentir. Ce qui a été, au moins, a été, et à l’inverse du proverbe, on peut être pour avoir été. Cet exemple paraît bien léger à côté de la barbarie susdite, mais le sens en est le même. Au reste, dans l’histoire, et comme le disait Santayana, « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre. »

3 commentaires
Bonjour Michel Théron. 21 mars 2015 08:17, par Agnès Gouinguenet

- 
Ah le British Museum et la frise du Parthénon ! Mais au moins, tout le monde peut en profiter ...
- 
Et ces mégalithes ...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stonehenge
- 
Sans oublier les débuts de l’art pictural humain ...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grotte_de_Lascaux
- 
Remarquez, beaucoup d’églises gothiques furent construites avec les pierres de l’église romane antérieure. Lors d’un voyage en Crète, j’ai vu les piliers d’une église chrétienne construits parallèlement aux colonnes du temple grec précédant. Tout était conservé. Superbe d’intelligence tolérante.
- 
Evolution vaut mieux que révolution. Mais voilà. A l’excès suit l’excès inverse. C’est la nature humaine et ses cyclothymies.
- 
Ceci étant, le problème majeur qui nous pend au nez, c’est la destruction de notre environnement par nous-mêmes, et donc notre autolyse. Du coup, notre mémoire artistique aura "bonne mine" !
- 
Merci pour vos billets, toujours sources de réflexions passionnantes.
- 
Passé antérieur, transmissions, pierres tombales, résurrections, réincarnations, réminiscences, retours en arrière, souvenirs, onirisme, résilience.
- 
Ah j’oublais peut-être l’essentiel pêle-mêle : Intuitions.
- 
Joli jour.
- 
AGG à MT.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Amnésie partielle 20 mars 2015 10:41, par Françoise

Bonjour Michel

Je pense sincèrement qu’une partie des trésors culturels des sites archéologiques et du musée, a été préalablement vendue à des collectionneurs occidentaux et orientaux, moyen-orientaux dans le plus grand secret (avec forte spéculation) pour enrichir encore les caisses des fondamentalistes (que nos pays disent combattre). Bien entendu, cela n’est surtout pas montré sur nos petits écrans ni révélé, ce qui tendrait à établir un rapprochement pour le moins suspect entre des nations présentées comme ennemies. Mais rappelez-vous ce qui s’était passé avec les oeuvres d’art volées par les nazis, y compris celles qu’ils définissaient comme "dégénérées". Rappelez vous aussi la razzia qui a été faite à chaque guerre par différentes nations sur les trésors aussi bien byzantins qu’africains, ce en toute impunité. Je pense que vous aurez alors une petite idée du trafic d’art international, et d’une démonstration beaucoup moins binaire et radicale que ce qu’on souhaite nous présenter de l’évènement à la télévision ou dans les journaux. Cela fait un moment que l’art est devenu un centre de hautes spéculations pour milliardaires et millionnaires et qu’il constitue un marché très rentable. L’oeuvre d’art n’a plus besoin même d’être graphiquement, plastiquement aboutie ni de qualité pour entraîner une spéculation et une cotation élevées. Croyez bien que les possesseurs d’oeuvres de Mossoul ne se sont pas désolés tant que ça puisque du coup, la cote boursière des oeuvres qu’ils possèdent, a encore monté et leur fortune augmenté d’autant.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune