Parution : 8 juillet 2015
Écologie

On accueille très favorablement, en général, la dernière encyclique du pape François consacrée à la nécessaire préservation de la planète. Qui ne serait d’accord avec ses analyses ? Le pape retrouve l’intention d’un François d’Assise, partisan d’une vie pauvre, dans la ligne de l’Évangile. Il est certain que le passage sur les lys des champs et les oiseaux du ciel (Matthieu 6/25-32) prône une dépossession et un lâcher-prise, qui rencontrent les préoccupations actuelles de l’écologie, dans son appel à une décroissance, pour ne pas dégrader la biosphère.

2 commentaires
En pied de l'article.

Je ferai cependant quelques remarques. D’abord le passage précité est en contradiction flagrante avec l’injonction que l’on trouve au début de la Genèse, selon laquelle il faut « soumettre la terre » (1/28). C’est la preuve que cette même Bible où s’abreuvent les chrétiens peut autoriser les attitudes les plus contraires.
Ensuite l’Église a bien canonisé le petit pauvre d’Assise, mais a longtemps accompagné le choix occidental pour le capitalisme, celui du père même de François qui était marchand de drap. En sorte qu’on a pu voir cette canonisation comme un désamorçage du message. Comme il y a des promotions-canapé, il y a des promotions placard, et on a bien souvent appliqué le principe : Promoveatur ut amoveatur (Qu’il soit promu pourvu qu’on s’en débarrasse !). Ou encore le mot de Caracalla consentant à l’apothéose de son frère Geta, qu’il avait pourtant poignardé de sa main : Sit divus dum non sit vivus (Qu’on le divinise pourvu qu’il ne soit plus vivant !).
Cependant, pour réhabiliter le franciscanisme, on dira que mieux vaut tard que jamais. Reste alors une objection essentielle à la position papale. La planète ayant des ressources limitées, comme l’ont bien vu autrefois Malthus et il y a peu René Dumont, une régulation des naissances est nécessaire. Que dit le pape relativement à cela ? Les questions de la contraception, et aussi de l’avortement, restent pendantes. Tant que l’Église, fidèle là encore au « Croissez et multipliez » du passage précité de la Genèse, ne se prononcera pas sur les questions démographiques, sa contribution à l’écologie ne sera pas complète.

2 commentaires
Écologie 9 juillet 2015 23:33, par FXM

Bonjour Michel,

Un billet très intéressant (comme d’habitude...),
je me permets d’ajouter ces ordres de grandeur et quelques autres informations pour compléter la discussion.

Je suis étonné de voir comment ces 2, 3 ou 4 derniers siècles ont radicalement changé le rapport au monde dans notre civilisation occidentale. Il y a 5 siècles Christophe Colomb atteint l’Amérique, la terre serait sphérique... il y a 2 siècle le continent australien commence à être cerné, le pôle nord est atteint au siècle dernier, et le pôle sud peu de temps après. Jusqu’au siècle dernier une partie (de plus en plus petite) du monde était inconnue des européens, un explorateur pouvait donner son nom à un lieu, une rivière, une île, etc. D’une certaine façon, cette exploration complète répond à la Genèse (1-28) qui donne mission à l’homme "de remplir et de soumettre" la terre.

Quel contraste avec aujourd’hui : les "terra incognita" ont disparu des cartes, et un gps situe n’importe quel quidam à 1m près... Il devient impossible de se perdre, de tout point du globe une balise de détresse ou un téléphone permet de faire connaitre sa position.

Pour L’économiste protestant du XIXeme siècle Jean-Baptiste Say : "Les richesses naturelles sont inépuisables, car, sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques".

Les mines de l’époque de J.B.Say pouvaient être considérées comme inépuisables : à son époque un mineur pouvait extraire (comme minerai ou charbon) de l’ordre d’une tonne par jour, à ce rythme les gisements durent des siècles... Aujourd’hui d’un seul coup, le gobelet d’une pelleteuse de mine enlève 50m^3 (et donc 300 tonnes de minerai). Cela correspond au travail quotidien de 300 mineurs du siècle dernier. L’extraction dans les plus grandes mines porte jusqu’à 1.000.000 (un million) de tonnes de minerai par jour et ces mines sont exploitées pour être épuisées en une vingtaine (peut-être une trentaine, en tout cas pas une centaine) d’années à ce rythme d’un million de tonnes par jour (cas des mines de cuivre du Pérou). La durée d’exploitation des puits de pétrole en mer est d’ailleurs du même ordre de durée, pour des raisons d’amortissement économique. L’exploitation du pétrole en mer du nord suit cette évolution. L’exploitation a commencé vers 1970, a été à son apogée vers 2000, et dimine de moitié depuis.

L’efficacité technique me semble clore l’ordre mythique donné par la Genèse. Ses rédacteurs seraient très certainement surpris de la marche actuelle du monde.

Notre consommation moyenne (de minerai et d’énergie) atteint un maximum puis diminuera... Je me demande si les institutions sauront accompagner ce changement radical sans trop de heurts. Nous passons d’un "vaste monde à explorer (et presque infini)" à "un monde aux ressources limités". Cette encyclique est à mon avis la première prise en compte de ce changement.

Je ne connais pas assez bien l’état d’esprit de Malthus (et de son époque). Je comprends mieux (et admire aussi) la démarche du club de Rome dans les années 1970 (dans l’état d’esprit de René Dumont). Son point de départ me semble solide (et mis en équations avec raison et subtilité).

1/ Les ressources géologiques minières et pétrolières sont globalement connues et limitées.

2/ L’adaptation à ces ressources de nos sociétés ne consiste pas à baisser de quelques pour-cent notre consommation mais plutôt à la diviser par 4.

3/ Les prévisions d’il y a déjà 40ans du rapport Meadows (le club de Rome) se vérifient bien jusqu’à maintenant (dans le sous-modèle "business as usual").

Cette modélisation prévoit (dans le plus grand nombre de cas) un déclin (des sociétés industrialisées) vers la seconde moitié du XXIème siècle.

Aucun des "grands partis politiques" ne construit son programme sur cette limitation des ressources. Au contraire pour se faire élire ils promettent l’amélioration des modes de vie en recherchant l’expansion économique. J’y vois un manque de perspicacité : confondre les causes (du développement industriel par une exploitation intensive des ressources géologiques) avec ses conséquences (de l’augmentation de la richesse et du confort traduit en PIB et en monnaie par les outils comptables et financiers). Cela ne me semble pas très perspicace...

Ces changements, comme ceux des siècles passés, concerneront tout le monde. Ils seront certainement lents (sur 1, 2 ou 3 générations, comme l’industrialisation) mais seront inéluctables et pourront prendre des formes imprévisibles. Les Romains n’ont pas compris ni anticipé que leur empire disparaissait.

Une dernière remarque en passant, seul le scénario le plus extrême du GIEC (avec le plus d’extraction de pétrole et de charbon) dépasse semble-t-il les réserves connues. Dans les autres modélisations, le changement climatique (lui aussi à évolution lente et irréversible) initié par la consommation actuelle peut se combiner avec des pénuries futures...

F. qui (a déjà argumenté sur le blog religieux du journal OF et) préfèrerai une certaine anticipation politique et sociale à des cascades de disfonctionnements imprévus.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune