Parution : 16 juillet 2015
Surnaturel

J’ai revu l’émission rediffusée sur Arte il y a quelques jours, et consacrée au saint Suaire de Turin. Les avis des experts diffèrent beaucoup quant à l’authenticité de l’objet. Certains, comme argument essentiel en sa faveur, ont vu sur le suaire des lettres hébraïques remontant à l’époque de Jésus. À quoi d’autres experts ont répondu en ayant recours au phénomène d’illusion d’optique appelée pareidolie.

1 commentaire
En pied de l'article.

Ce mot nouveau désigne quelque chose de connu depuis toujours. Il indique que le cerveau transforme les informations fournies par la rétine en objets déjà connus. En fait, les gens regardent mais ne voient pas. Voir est toujours se souvenir, et on ne voit que ce qu’on s’attend à voir. Ce phénomène, essentiel pour comprendre la psychologie de la perception, est inévitable, et même nécessaire, car si cette propriété disparaît, par atteinte du lobe temporal, l’homme est affecté d’agnosie, pathologie de la reconnaissance des objets. Et aussi pour l’être normal il ne peut y avoir d’art abstrait, car il perçoit toujours figurativement : une forme nouvelle le fait inévitablement penser à une ancienne, et ce qui ne ressemble à rien n’existe pas.
Pour notre suaire, les tenants de la cryptographie ont projeté sur lui ce qu’ils voulaient y voir. Des taches et maculations ont été anticipées et transformées par eux en signes pleins de sens, et ainsi ils ont été mis sur la voie du surnaturel, celle d’une trace attestant une réalité effective. C’est humain. Comme dit La Fontaine : « L’homme tourne en réalités / Autant qu’il veut ses propres songes / Il est de glace aux vérités / Il est de feu pour les mensonges. »
La conclusion de l’émission a été à mon avis la plus intéressante : ce n’est qu’à partir du milieu du treizième siècle que les représentations artistiques ont choisi de figurer la passion et les souffrances du Christ, et ce de façon de plus en plus réaliste. Si l’on le situe dans ce contexte, notre suaire serait une image destinée à alimenter une nouvelle dévotion, toute empreinte de dolorisme et de pathétisation. C’est là, à mon avis, la seule explication plausible et naturelle à l’existence de cet objet : il a servi de support à la méditation et au culte.

1 commentaire
Gau on (bonsoir) cher MT. 21 juillet 2015 21:41, par Agnès GOUINGUENET

- 
En basque, on dit "ametsetan" ... "en rêve" ...
- 
Les prémonitions, vous y croyez ?
- 
Personnellement, je ne dis plus "non". A moins que ce ne soit du domaine de la transmission de pensée.
- 
Ah l’autosuggestion !
- 
Amitiés libres.
- 
AGG à MT.

Voir en ligne : http://http://gouinguenetagnes.blog...

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune