Parution : 9 novembre 2015
Vatican : les coulisses et les manoeuvres du Synode

Ainsi, tout s’explique. La fin du Synode a commencé de délier certaines langues et l’on parvient à trouver certaines réponses et un début de raisonnement - sensé - à cet événement qui nous avait laissés bien perplexes (cf. « Golias Hebdo » n° 405)…

38 commentaires
En pied de l'article.

Rapidement, nous était en effet apparu un paradoxe : les deux côtés de l’échiquier ecclésial ne criaient pas victoire mais poussaient un ouf de soulagement au soir du 24 octobre, chacun semblant se rengorger de voir ses positions retenues par la relation finale. Le tout couronné par deux discours pontificaux aux accents réprobateurs à l’endroit des plus doctrinaires, prononcés sans plus d’explications… Une vache n’y retrouvait pas son veau ! Certes, il y avait eu cette lettre des treize cardinaux, le prétendu cancer papal au cerveau…, François avait le droit d’être mécontent. Mais en vérité, d’autres sujets, plutôt même des attitudes, suscitèrent son courroux dont une le 23 octobre, « jour noir » du pape et des bergogliens, selon le site ultraconservateur Corrispondenza romana, confirmé le 27 octobre par le contempteur en chef du pape jésuite, Sandro Magister2. Mais l’évêque de Rome répliqua deux jours après le Synode et ce n’est qu’un début. Explications. Le jeudi 22 octobre au soir, la commission de rédaction – composée de dix proches de François – remit un premier jet de la relation finale (approuvé par le pape argentin) aux Pères synodaux, premier jet rédigé dans le seul italien et sous embargo : interdiction de le révéler à la presse et aux auditeurs. Le clan conservateur faillit tomber en pâmoison en découvrant que peu de ses amendements avaient été repris et le lendemain, vendredi 23 octobre, il donna l’assaut et monopolisa la quasi totalité des débats. Et pas n’importe qui ! Des figures curiales et résidentielles de poids : le cardinal-préfet de la Congrégation pour les évêques, Mgr Ouellet  ; le cardinal archevêque de Gênes, Mgr Bagnasco, par ailleurs président de la Conférence des évêques d’Italie ; le cardinal-archevêque de Bologne, Mgr Caffara… En tout, une cinquantaine d’intervenants, tous en désaccord avec le texte proposé la veille. Le pape jésuite et ses partisans, sachant compter, cherchèrent une solution dans l’urgence. Pas question, naturellement, de conclure ces trois semaines de débats en reconnaissant – comme lors de la session de 2014 – qu’un certain nombre de paragraphes n’avaient pas obtenu les voix nécessaires.

François, pape médiatique, ne pouvait se permettre d’apparaître comme minoritaire
dans son Église. Le dénouement vint du groupe germanophone (où siégeaient
notamment les cardinaux-archevêques de Munich et de Vienne, NN.SS. Marx
et Schönborn ; le cardinal Kasper
et le cardinal-préfet de la Congrégation pour la
doctrine de la foi, Mgr Müller…). Ainsi, ce groupe où se côtoyaient les têtes pensantes de deux écoles de théologie différentes avait su proposer un compromis acceptable par leurs pairs de langue allemande, en mettant en avant le « discernement » des pasteurs (évêques et prêtres) tel que défini par Familiaris Consortio (1981), l’« ouverture aux divorcés-remariés » sans jamais parler de sacrements et encore moins de communion… Compromis assez ouvert pour que les bergogliens puissent agir mais aussi assez fermé pour que les doctrinaires puissent penser que rien ne changera. En outre, ces trois alinéas ayant été signés par le gardien de l’orthodoxie, le cardinal Müller, cela rassura certains Pères conservateurs (assez, en tout cas, pour donner une liberté d’action à François). Les travaux germanophones furent finalement repris par la commission de rédaction
en trois paragraphes (§ 84, 85, 86), le 85 n’obtenant la majorité des deux-tiers
qu’avec une voix d’avance. Le dernier coup de canon n’est donc pas passé loin…

[découvrez l’ensemble de cet article dans Golias Hebdo n° 406]

38 commentaires
l’ Hydre des religions 14 novembre 2015 03:32, par eliane

L’ Hydre est un animal légendaire à plusieurs têtes .Sa queue serait un serpent ou Satan .
_
Je m’intéresse aux religions car elles sont un facteur de lien social .Mais les institutions religieuses sont aussi hélas depuis longtemps des facteurs de guerres , de massacres , ect ...
_

Ces derniers jours justement je faisais le lien entre l’Hydre et les institutions religieuses. Je comparais les têtes de l’ Hydre avec les institutions religieuses .Les cous avec les croyants de chaque religion . Les têtes se battant férocement entr’elles par l’intermédiaire des croyants qu’elles endoctrinaient et ceci au fil des siècles . Mais il ne faut pas remonter très loin pour voir les dégats :
- colonisation de la Palestine et milliers de morts ne serait-ce que l’an dernier .
- centaines de milliers de nouveaux nés volés en Espagne dans la deuxième moitié du siècle passé , soutien aux dictatures par l’institution catholique ,fosses de centaines d’enfants morts en Irlande ,ect ...
- massacres perpétrés par des institutions islamistes contre d’autres gens , musulmans ou non .
_

J’ai vu tard hier soir qu’il y avait eu de graves attentats à Paris , c’est pourquoi j’écris ceci . Mais que font donc les croyants que l’on dit modérés pour éviter cela ?. Pour éviter que leurs responsables provoquent ces guerres au fil des siècles .
_

Bon , je n’ai pas parlé du corps de l’Hydre qui est unique selon les légendes .........................

repondre message

Coucou GOLIAS ... 11 novembre 2015 09:54, par Agnès GOUINGUENET

- 
Avouons que ce serait un coup dur pour ceux qui n’ont pas divorcé et se sont fait c... toute leur vie, si les divorcés-remariés avaient les mêmes "droits et avantages canoniques" qu’eux !
- 
A très bientôt :)
- 
AGG.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Vatican : les coulisses et les manoeuvres du Synode 10 novembre 2015 16:37, par Iacobus

Bonjour, intéressant article sur le Synode. Je vois que vous parlez de "conservateurs". Mais c’est quoi un conservateur ? N’est-ce pas quelqu’un qui tente de conserver des pratiques humaines ? Il me semble que souvent on qualifie de "consevateurs" ceux qui tout simplement veulent continuer à suivre l’enseignement de Jésus. Car c’est Jésus lui même qui a parlé d’adultère et de péché ! Est-ce qu’un catholique qui se bat pour la parole de Jésus (qui est la vérité, le chemin et la vie) peut être qualifié de "conservateur" ??

repondre message

Game over ... 9 novembre 2015 22:33, par Louis 1

Finalement, il n’est pas dit que les divorcés-remariés pourront communier, ni qu’ils ne le pourront pas. Conclusion : chacun continuera à faire comme il l’entend. Le jeu consistera à trouver le "bon" évêque et le "bon" confesseur.Tout ça pour ! Des centaines de participants au synode qui ont parcouru en avion des centaines de milliers de kilomètres ... Merci pour la planète et (accessoirement) pour les finances du Vatican.

repondre message

Vatican : les coulisses et les manoeuvres du Synode 9 novembre 2015 16:51, par tai_gong_wang

Gino,

Le pape François se retrouve en minorité au milieu de tous ces évêques nommés sous Jean-Paul II et Benoît XVI, conservateurs et n’ayant pas le courage d’aller vers l’avant. Ils sont bien aidé par une curie romaine goûtant peu les réformes. J’ai beaucoup suivi ce synode et à chaque nouvelles réjouissantes, elles finissaient par disparaître au profit des conservateurs qui monopolisaient beaucoup trop les débats à mon goût. Et l’un d’entre eux d’Afrique avança que l’homosexualité était une invention occidentale, cela donnait envie de rire. Peu au fait des réalités, sans de mention des couples LGBT, avec les femmes mises de côté (parler de la famille sans elles est comme parler dans le vide), ce synode était peu concluant dans les faits comme toujours. Si l’Eglise veut parler au monde, elle doit apprendre à le connaitre.

Le pape à travers la formule du discernement a peu être piégé les conservateurs, car c’est lui qui aura le dernier mot. Il commence à nommer beaucoup d’évêques et de cardinaux dans sa ligne, ce qui pourrait faire aller de l’avant l’Eglise. Espérons qu’on se débarrasse enfin des thuriféraires de Jean-Paul II et Benoît XVI qui n’ont jamais su voir les problèmes à résoudre.

Merci !

Voir en ligne : http://paroissiens-progressiste.ove...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune