Parution : 23 février 2016
Nudité

Fait-elle si peur à certains qu’il faille prendre soin de leur en épargner la vue ? Il semble bien que ce soit le cas, puisqu’au musée du Capitole de Rome des statues de nus ont été dissimulées sous de grand coffres en bois à l’occasion de la récente venue du président iranien Hassan Rohani (Source : L’Express, 26/01/2016).

1 commentaire
En pied de l'article.

On pense évidemment au Tartuffe de Molière, s’exclamant : « Couvrez ce sein que je ne saurais voir / Par de pareils objets les âmes sont blessées / Et cela fait venir de coupables pensées. » Et à la réponse cinglante de Dorine : « Mais à convoiter, moi, je ne suis point si prompte / Et je vous verrais nu du haut jusques en bas / Que toute votre peau ne me tenterait pas ! » Or on sait assez que l’impureté n’est pas dans l’objet que l’on regarde, mais dans la nature du regard lui-même : ce qui souille l’homme, ce n’est pas ce qui entre en lui, mais ce qui sort de lui (Matthieu 15/11 ; Marc 7/15). Ainsi tel regard simple et sans arrière-pensée flatte une nudité, et tel autre, tortueux et enténébré, la couvre de honte.
De toute façon, ces précautions prises pour des raisons de pudeur ou de décence, dont j’ai entendu à France Inter qu’elles n’avaient même pas été demandées par l’intéressé, manifestent une démission inadmissible de la part du pays hôte : on se couche sans vergogne aucune devant ce qu’on imagine être bien pour celui qu’on accueille, on va avec obséquiosité au-devant de ses présumés désirs. On n’a aucun souci de ses propres valeurs, et on met honteusement son propre patrimoine et sa propre culture dans sa poche. Mais est-on sûr que l’autre en ferait de même en semblable occasion ? Et à ce compte-là, il faut évidemment lui servir un repas exclusivement hallal, aller jusqu’à interdire le vin à tous les convives sans exception. Pourquoi alors tant qu’on y est ne pas voiler les femmes qui y assistent ?
Il semble qu’aujourd’hui nulle limite ne soit mise à la lâcheté. Le « politiquement correct » l’emporte, on se paralyse partout par peur de déplaire. Il n’est même pas sûr que cette position atteigne le but qu’elle vise : car à trop s’abaisser, on risque de rencontrer de la part de l’autre non pas la gratitude, mais le mépris.

1 commentaire
Nudité 25 février 2016 21:35, par Françoise

Bonsoir Michel

C’est surtout ridicule quand le premier manuel d’érotologie vient du monde musulman : le Jardin Parfumé du Cheik Nefzaoui, que vous pouvez vous procurer traduit aux éditions Picquier est un sommet du genre.

Et c’est encore plus insensé quand on sait que le commanditaire et premier propriétaire du tableau de l’Origine du Monde de Gustave Courbet, fut un diplomate turc : Khalil Bey.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Parution : 13 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune