Parution : 25 mars 2016
Pourquoi l’Église n’accepte-t-elle pas en son sein des "ordonnés" qui ont une compagne ou un compagnon ?

J’ai été ordonné diacre permanent le 10 mai 1991. Marié avec 4 enfants.
En 1992, je rencontrais celle qui est toujours ma compagne à ce jour.
En 1993, j’avouais à mon évêque de l’époque (Mr Barbier) ma nouvelle situation de couple : je venais de quitter ma femme pour vivre avec ma nouvelle compagne. Je fus aussitôt démis de mes missions et interdit de sacrements (baptême, mariage) Et marginalisé : je n’ai plus eu aucun contact avec mes collègues diacres (à l’exception d’un, aujourd’hui décédé) ni avec l’évêque (pas plus avec son successeur, Mr Boivineau) . Pendant près de 23 ans, puisque aujourd’hui encore, je suis de fait toujours diacre .

33 commentaires
En pied de l'article.

Je me suis battu pendant 10 ans environ pour faire valoir le fait que d’avoir changé de femme n’avait en rien altéré les « qualités »unanimement reconnues qui m’avaient rendu « digne » d’ être ordonné diacre. Je n’ai jamais pris comme argument que des prêtres étaient toujours en place, bien que leur liaison fût connue de l’évêché, mais tenue secrète (je n’ai pas de nom précis mais c’était d’actualité et de notoriété publique à l’époque, ce l’est moins de nos jours, du fait du vieillissement du clergé)

Le droit canon m’a été opposé : j’avais fauté, j’avais enfreint le règlement, la loi de l’église, je ne pouvais qu’être sanctionné.

J’ai fini par l’accepter à défaut de l’approuver, après une période de deuil, un long cheminement intérieur.

Début 2015, apaisé et serein, j’ai demandé à être « réduit à l’état laïc », « dispensé des obligations liées à l’ordination diaconale »(pour reprendre les termes officiels).
« Dispensé... » : je le suis depuis 23 ans. Je souhaitais simplement ne plus être diacre, clarifier, officialiser ma situation .

J’ai donc rencontré, à la demande de l’évêque, le chancelier qui m’a remis un dossier à remplir et à lui renvoyer, qui serait ensuite transmis à la congrégation pour le clergé.

Je n’ai pas voulu rédiger le « mémoire » ni désigné les témoins demandés (cf la lettre à l’évêque ci-après) Humiliant, à mon goût !
De ce fait, ma demande de dispense... n’a pu aboutir. Et j’en suis tenu pour responsable !
Je ne conteste plus ma mise à l’écart, au placard, ma marginalisation depuis 23 ans, je veux redevenir laïc : pourquoi ne me l’accorde-t-on pas tout simplement ?

Face à cette attitude, j’ai considéré symboliquement (et en ai informé l’évêque) ne plus appartenir à cette Église, à dater de fin novembre 2015.

J’ai l’honneur, le privilège et le bonheur de compter parmi mes amis Jacques GAILLOT, avec qui je corresponds depuis 20 ans et Guy GILBERT que je soutiens financièrement chaque mois.

Lettre à Mgr Boivineau
Monsieur,

j’ai demandé à être dispensé des obligations liées à l’ordination diaconale. Ce qui ne m’a pas été accordé. Pourquoi ?

J’ai simplement refusé de produire un mémoire (je reprends les termes exacts du document qui m’a été remis) :
« quelques mots de sa vie privée et professionnelle avant la préparation au diaconat, la préparation au diaconat (état d’esprit), l’ordination diaconale, les 1ères années de ministère » : tout est dans mon dossier à l’Évêché.
« les événements qui ont conduit à l’abandon du ministère diaconal » : j’ai quitté ma femme pour une autre femme, vous le savez..
« sa vie actuelle » : en quoi vous intéresse-t-elle , alors que, pendant 22 ans, vous n’ en avez rien eu à faire ?
« la réflexion qui l’a conduit à la présente demande » : je veux simplement clarifier une situation de fait et quitter l’Église.

J’ai simplement refusé de citer des témoins : témoins de quoi ? : qui attesteraient que je vis depuis 22 ans avec la même femme ? vous le savez déjà.

Vous avez en mains tous les éléments : rien de nouveau sous le soleil depuis 22 ans.

De fait, depuis plus de 20 ans, je suis dispensé....

Cessez d’être hypocrite !! Prenez vos responsabilités sans vous en remettre à chaque fois à votre Chancelier.

Depuis 22 ans, votre prédécesseur et vous même, de même que mes collègues diacres (mis à part André Petit) n’avez pas daigné me rencontrer......et pourtant pendant tout ce temps, j’étais toujours diacre, non ? Chacun sa conscience.

Je considère, à compter de ce jour, ne plus appartenir à votre Église (pas plus qu’à une autre)

Salutations distinguées,
Claude BADET

33 commentaires

L’Eglise a une morale sociale et une éthique de la vie familiale également. La fidélité dans le mariage est essentielle il me semble, pour signifier que c’est un sacrement et donc le signe humain d’un engagement pour la vie, comme le Christ a donné sa vie pour l’Eglise son épouse.

Chacun fait ce qu’il peut dans les situations qui sont les siennes. Mais là franchement, je trouve normal qu’un diacre qui ne respecte pas les engagements de son mariage soit relevé du fait de célébrer des mariages.
C’est logique. Cela ne montre pas le bon exemple et le diacre doit être un modèle du troupeau. Non ?

Je ne juge pas cette situation personnelle mais l’idée globale. La charge de diacre nécessite d’être en accord avec les idées et la morale de l’Eglise à ce niveau là. C’est vraiment un grand honneur d’être diacre et l’on doit s’en montrer digne. Ensuite, on fait tous des erreurs, ou des choix, il s’agit d’agir en cohérence avec.

Je m’interroge sur la pertinence de cet article...

repondre message

c’est l’hypocrisie de l’Eglise,
alors qu’elle accepte tant de situations cachées de membres du clergé, quand on fait preuve de franchise auprès de cette institution on se heurte à un mur !
C’est pas étonnant que cette institution soit dans le déclin actuel apres tant de vicissitudes .

repondre message

L’Eglise vous demande vous convertir mais elle, elle ne changera JAMAIS
Pourquoi demandez-vous à un cul de jatte de marcher ?
.
Claude Badet bonjour,
Vous êtes « Prisonnier » de l’Eglise catholique comme tous ceux qui ont été, même malgré eux, baptisés. Vous avez simplement rajouté un sacrement de plus celui de l’ordre.
Dans un premier temps vous avez cru pouvoir conjuguer une nouvelle compagne et votre diaconat. …. Surprenant ! . Votre engagement dans le diaconat vous interdisait déjà, de vous remarier en cas de veuvage. « Je ne pouvais qu’être sanctionné » dites-vous. Oui, mais vous n’ignoriez pas le sort réservé aux divorcés. Vous êtes rentrés dans cette catégorie avec un malus de plus : votre ordination !
.
Pour échapper à cette sanction et à l’opprobre il vous restait à demander une « non validité » de votre premier mariage. Ce faisant vous n’auriez pu épouser la seconde.
.
Kafkaïen
.
Maintenant, vous souhaitez une réduction à l’état laïc. Oui, mais vous vous retrouvez face aux règles juridictionnelles de l’Eglise. Je me doute qu’elles doivent être du même acabit que celles concernant la réduction à l’état laïque d’un prêtre.
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19710113_dispensatione-oblig_fr.html
Votre évêque n’y peut rien. Il a lui-même les pieds et les mains liées. Il vous a donné la seule méthode possible pour vous « libérer » de cette chaine.
.
Votre ordination, tout comme le baptême, resterons malgré tout gravés ad vitam aeternam dans le marbre. Etre renégat ou apostat ce n’est qu’être dans une catégorie des membres de l’Eglise : celle des damnés officiels. Vous comprendrez pourquoi cette Eglise aime le baptême des touts petits et accepte de marier des personnes qui ne sont là que pour la belle cérémonie. Cela permet de laisser croire que les catholiques sont nombreux, d’écrire un prêtre pour X baptisés et non un prêtre pour X croyant.
Même un saint canonisé resterait un saint alors que l’on pourrait le découvrir manipulateur, pédophile, violeur, assassin. L’Eglise et ses paradoxes, son infaillibilité, ses dogmes, ses lois.
.
Vous croyez encore ????????????????
Vous avez encore besoin d’elle ????
.
Vous savez il a des milliers de personnes qui vivent en paix, sont droites, ont « de la morale » , aiment les autres, s’aiment elles mêmes loin des religions.
.
PS/ A Françoise et compagnie bonjour. Je suis très occupée et ne puis intervenir actuellement sur le forum comme je le voudrais, mais je vous lis.

repondre message

Le titre de l’article n’est pas de moi, mais de la rédaction de "Golias". Je ne revendique rien, je souhaite retourner à l’état laïc et je voulais, en relatant mon parcours,simplement attirer l’attention des lecteurs sur la difficulté que je rencontre pour redevenir laïc.

repondre message

Bonjour Claude,
J’attends vos réponses aux questions judicieuses qu’Agnès vous a posées. Quoi qu’il en soit, je trouve totalement incohérente et hypocrite l’obligation faite aux prêtres
d’être célibataires alors que la plupart d’entre eux ne restent pas chastes et dont certains trouvent d’abjectes compensations dans la pédophilie. Je profite de ce mail pour m’indigner contre les admonestations de François concernant l’égoïsme des Européens face à l’afflux des migrants ! Je rêve ! Mais que font les cardinaux et les évêques dans leurs palais luxueux pour ces gens-là ?
Au plaisir de vous lire.
Deroëc

repondre message

En disant, en substance : j’ai enfreins la loi de l’Eglise, mais je ne comprends pas pourquoi j’ai été écarté, cet homme nous amène à nous interroger sur ses capacités logiques !...
Par ailleurs, son attitude revendicative est étrange : pouvait-il ignorer que faire le choix de mettre de côté une épouse légitime au profit d’une compagne, aurait des conséquences ?
Ne devrait-on pas changer une loi que certaines personnes de bonne volonté ne peuvent respecter ?
Une des caractéristiques de l’adulte est de prendre et assumer ses responsabilités...
Courage, mon frère !

repondre message

Excusez moi , mais je ne pense pas que votre lettre écrite sur un coup de sang arrange beaucoup vos affaires avec l’évêché.
- 
En temps que diacre vous avez du faire un peu de sacramentaire ...alors jugez vous comme vous jugeriez un autre
- 
moi je je porte aucun jugement sinon sur le ton de la lettre

repondre message

Une femme et une compagne ? 27 mars 2016 08:06, par Agnès GOUINGUENET

- 
Bonjour Monsieur.
- 
Vous avez eu vos 4 enfants avec vos deux femmes, ou bien avec la première ?
- 
Avez-vous divorcé ? Votre première femme a-t-elle un bon travail ?
- 
Comment vos enfants vivent-ils la situation ?
- 
Si vous n’êtes pas divorcé, alors vous n’avez pas une compagne, mais une femme légitime que vous avez larguée et une maîtresse.
- 
C’est cela ?
- 
Chacun est libre.
- 
Cordialement.
- 
Agnès G.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

- Dans la rubrique: ECCLESIA
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune