Parution : 21 mai 2016
L’infaillibilité en question : L’appel de Hans Küng

En 1971, le microcosme théologique et ecclésiastique est sens dessus-dessous : Hans Küng, ancien « peritus » à Vatican II et professeur de théologie à l’Université de Tübingen (Bade-Wurtemberg, Allemagne), publie un ouvrage intitulé : Infaillible ?
Une interpellation.

189 commentaires
En pied de l'article.

Troisième volet de cette séquence ouverte par Amoris Laetitia sur fond de putsch (cf. Golias Hebdo n° 430) et de condamnation bergoglienne du cléricalisme (cf. Golias Hebdo n° 431), le thème étant lié aux deux précédents : l’infaillibilité pontificale. En mars dernier, le théologien suisse Hans Küng – qui eut du fil à retordre avec Rome pour l’avoir discutée, c’est un euphémisme – interpellait François sur cette question dans la presse (et en lui écrivant personnellement). Aux yeux du théologien en effet, il s’agit ici de la mère de toutes les réformes, estimant que l’Eglise, institution verticale par excellence, ne pourra se réformer véritablement que si celui qui est à la tête de cette verticalité renonce à cette infaillibilité, si décriée au moment de sa proclamation (Vatican I, 1869-1870).
Et François a répondu à Hans Küng. Positivement si l’on en croit la lettre du théologien envoyée à Golias
(cf. document p. 6). Donnant au Suisse du « cher confrère » (en allemand, puis continuant en espagnol), l’évêque de Rome – dans cette lettre manuscrite – n’est pas contre « ouvrir un espace pour une discussion libre » et Hans Küng de constater un « nouvel esprit que j’attendais depuis toujours du Magistère ». Le théologien suisse a de grandes raisons de se réjouir, cette question était devenue – ses démêlées avec Rome aidant – un « tabou » et après l’affaire Küng, les spécialistes se détournèrent de ce thème. Hans Küng – comme François – croit davantage à la collégialité, à la synodalité, qu’en l’infaillibilité. Pourtant, les derniers synodes sur la famille ont montré au contraire un pape obligé de composer pour éviter une mutinerie, les quelques points avancés par ses proches (sur les divorcés-remariés, les LGBT…) étant discutés et même rejetés par la majorité synodale. Néanmoins, François – grâce à son statut – s’efforça d’ouvrir quelques portes (même a minima). Si Hans Küng fait le même constat, il estime en vérité que ces freins sont dus à l’infaillibilité.
Sans doute aussi Hans Küng a-t-il une vision de la collégialité encore imprégnée par le mouvement conciliaire. Hélas, depuis le pontificat polonais, cette constituante de la vie de l’Eglise a été vivement mise sous le boisseau, participant à cette involution postconciliaire entamée par Jean Paul II, poursuivie par Benoît XVI. La preuve avec ce serment que doit prêter le nouvel évêque, rajouté en 1987 par le pape Wojtyla et le cardinal-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Mgr Ratzinger à l’époque, lors de l’ordination épiscopale : l’évêque doit jurer qu’« [il] veiller[a] scrupuleusement que soit conservé dans sa pureté et son intégralité le fondement de la foi qui a été transmis par les Apôtres et que les vérités soient respectées et la morale observée telles que le magistère de l’Eglise les a présentées, les enseigne et les explique à tous ». Ces papes ne cherchaient pas des pasteurs mais des préfets – ce que ne souhaite plus François, Dieu merci !

Et maintenant ? En permettant de (re-)discuter cette question théologique, le pape Bergoglio continue son mouvement de conversion. Pour que les structures et les services de l’Eglise se rénovent, il faut un nouvel état d’esprit en haut comme en bas ; c’est là que le bât blesse car, nous l’avons vu dans l’épisode consacré au cléricalisme, l’attitude du clergé a été de considérer les laïcs comme des « faire-valoir », voire des sous-curés, leur inculquant cet état d’esprit clérical et les ramenant, en terme de responsabilité et de réflexion, à l’état infantile. Un pontificat suffira-t-il pour venir à bout de ces chantiers ? Assurément non. Il faut donc que le pape jésuite passe une vitesse, notamment concernant les nominations. Car pour passer de la verticalité à l’horizontalité, de la solidité à la liquidité, l’Eglise aura besoin d’un nouveau type de cardinaux et d’évêques pour accompagner ce mouvement. Et cela fait déjà trois ans que nous attendons ce nouvel élan. [découvrez l’ensemble de notre dossier dans Golias Hebdo n°432 : http://golias-editions.fr/article5387.html]

189 commentaires
Bonjour "Gino Hoel". 25 mai 2016 08:40, par Agnès GOUINGUENET

- 
A partir du moment où un pape décide de démissionner, ne supprime-t-il pas, de facto, son "infaillibilité" ?
- 
Car avec deux papes vivants, quelle est l’infaillibilité à considérer ?
- 
Redescendons sur la terre du bon sens, avec le "Dieu des vivants".
- 
Merci !
- 
Agnès G.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Je crois me souvenir que cette sus-dite infaillibilité n’a été utilisée qu’une seule fois depuis 1870.

repondre message

un pontificat ne suffira pas : la machine institutionnelle est suffisamment bien rodée sur des siècles pour qu’un changement de mentalité puisse avoir lieu. Montrer une réflexion sur l’idéologie n’est pas admis, voire vue comme hérétique, mais le crime idéologique historique contre l’humanité est admis... Un penseur public sera interdit d’enseignement, de prêche, voire excommunié, les rumeurs critiqueront les institutions et tout restera figé. dictature et censure catholique.

repondre message

Le problème est que l’infaillibilité pontificale ayant été définie par un concile (Vatican I), seul un autre concile pourrait revenir dessus. Sauf à soutenir que l’autorité du pape est supérieure à celle d’un concile ... Et puis d’ailleurs, cela n’a plus aucune importance : le "magistère" de François peut être interprété dans des sens diamétralement opposés, comme "Amoris laetitiae". Et cerise sur le gâteau : la prochaine régularisation canonique de la FSSPX (les intégristes !) sans que celle-ci ait fait allégeance à la vache sacrée qui s’appelle Vatican II ... François et Mgr Fellay ne font d’ailleurs pas mystère de leur estime réciproque

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune