Parution : 28 juin 2016
Peopolisation

J’espère qu’on me pardonnera ce néologisme, mais je vois là une tendance affectant l’information dans tous les domaines, dont celui de la politique. Ainsi le site Closer a-t-il lancé sur Internet une rubrique, Peopolitique, destinée à « couvrir » l’élection présidentielle de 2017. Elle est déjà bien alimentée, et diffuse au jour le jour maints petits potins concernant les acteurs futurs de cette élection (http://www.closermag.fr/people/politique/peopolitique).

1 commentaire
En pied de l'article.

Cette tendance est doublement néfaste : d’abord elle mêle systématiquement deux domaines qui devraient rester bien séparés, la vie publique et la vie privée. Les critiques ad hominem fusent de toutes parts, satisfaisant tous ceux, très nombreux apparemment, qui sont friands de ragots.
Ensuite cette tendance histrionique flatte le goût systématique de l’amusement répandu dans notre modernité, ce que Baudrillard appelait la fun morality. Je pense aussi à ce que Lipovetsky, à la fin de L’Ère du vide, définissait comme une sorte d’humour léger et convivial, un humour pop, qui ne tire pas à conséquence par sa superficialité même. À force de se moquer de tout, et dès le lendemain de passer à autre chose, plus rien n’a de vraie importance.
On aimerait que les gens soient toujours à leur vraie place, et n’en changent pas. Que les politiques restent des politiques, et les people, puisqu’il y en a, restent people. Mais aujourd’hui tout se mélange. Les politiques se « peopolisent » en participant à des émissions de variétés ou des talk-shows en compagnie de vedettes du show-biz. Et ces dernières ne dédaignent pas, à l’occasion, de se mêler de politique. Je sais bien que cela a déjà existé, et dans les deux sens, depuis l’empereur Néron qui se piquait d’être un acteur, jusqu’à Reagan, un acteur à l’origine, élu ensuite Président des USA. Je pense aussi aujourd’hui à tel clown populaire et populiste en passe d’être élu à la même fonction dans le même pays. Il y a aussi le cas de Coluche naguère chez nous. Mais l’exception ne devrait pas être la règle, et comme dit le proverbe Abusus non tollit usum – l’abus ne supprime pas l’usage.

1 commentaire
Peopolisation 29 juin 2016 08:21, par lucien

Concernant ces élections de 2017, l’erreur a été l’inversion du calendrier électoral. Il faudrait commencer
par les élections législatives pour que l’option politique reste première. Et secondairement, se donner un(e) président(e). L’élection présidentielle est bien trop personnalisée, beaucoup d’électeurs se prononçant selon la sympathie ou l’antipathie que leur inspire tel ou telle candidat(e)plus que sur son programme.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune