Parution : 13 septembre 2016
Anonymat

Il est insupportable à beaucoup. Toujours se rejoue pour ceux qui souffrent de leur obscurité sociale le cas d’Érostrate, qui incendia le temple d’Artémis à Éphèse. Il cherchait simplement la célébrité et n’avait pas d’autre moyen d’y parvenir. Les Éphésiens interdirent de citer son nom, mais leur décision ne fut pas suivie, puisque ce nom est passé à la postérité, l’histoire étant mentionnée par maints historiens antiques. Plus près de nous, elle est reprise dans une des nouvelles qui composent Le Mur, de Sartre : on y lit que si l’architecte du temple nous est demeuré inconnu, il n’en est pas de même de son destructeur, dont ainsi le calcul a été couronné de succès.

1 commentaire
En pied de l'article.

Il est aussi celui des auteurs des attentats barbares auxquels nous assistons. Leur but est de semer la terreur à l’aveugle, de faire parmi les populations qu’ils honnissent le plus de victimes possibles avec les moyens minimaux dont ils disposent. Évidemment ils veulent que leur acte ait le plus de retentissement médiatique possible, de façon que la terreur qu’ils initient se répande le plus, et que leur nom soit connu de tous, en tant que martyrs héroïsés. En quoi ils ont raison, puisque tous les médias ne tarissent pas de renseignements sur les auteurs de ces massacres. De totalement inconnus qu’ils étaient, les voilà devenus des vedettes de l’actualité. Leur revanche est une énorme célébrité posthume, et tant que ce processus perdurera, il fera tache d’huile, beaucoup de candidats pouvant se présenter ensuite pour les imiter.
Nos gouvernants tombent ainsi dans le piège de l’organisation terroriste. Aussi la première des mesures à prendre serait de faire un silence complet, une fois le crime perpétré, sur l’identité de ses auteurs, une de leurs motivations essentielles étant leur refus de l’anonymat. Mais notre curiosité de voyeurs est telle qu’on continue de la satisfaire, et de l’alimenter par la publicité qu’on donne aux criminels. L’irréflexion est totale, et ne peut qu’accentuer l’enchaînement même de ces crimes.

1 commentaire
Ah bonjour cher MT. 16 septembre 2016 05:56, par Agnès GOUINGUENET

- 
Cela fait plaisir de vous relire !
- 
Il est certain que l’on parle beaucoup de Caïn, et très peu d’Abel.
- 
Le malheur fait vendre les journaux. Pas le bonheur.
- 
Il n’est pas certain que les terroristes autolysés cherchent à "écrire leur nom au bas du parchemin" de l’éternité terrestre.
- 
Par contre, ceux qui les manipulent cherchent à diffuser l’effroi. Et ils y réussissent sur le moment. Heureusement, pas sur le long terme.
- 
En France, les accidents de la route tuent bien plus que le terrorisme. Et nous n’avons plus la peste ni le choléra ! Ouf.
- 
Jolie rentrée.
- 
Agnès G.
- 
N.B. Très bien le dernier numéro de Golias magazine. Ravie d’avoir lu Axel Kahn. Excellente auto-promotion :)

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 21 septembre 2017
Parution : 12 septembre 2017
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune