Parution : 16 septembre 2016
Réforme de l’Eglise
Quels ministères pour demain ?

« Golias Hebdo » publie cette réflexion fondamentale sur les ministères sous forme d’un feuilleton en sept épisodes. Voici le premier.

77 commentaires
En pied de l'article.

Depuis quelque temps, dans l’Église catholique, le problème des ministères n’a rien de théorique. Les discussions vont bon train parmi les fidèles entre partisans et adversaires du sacerdoce ou du diaconat féminin. À voir aussi la gêne de certains évêques et d’une partie de l’opinion catholique à la perspective des procès de prêtres pédophiles, on mesure que les « ministres du culte » ne sont pas des hommes ordinaires, soumis à la loi commune. Ailleurs, le débat est plus institutionnel : quelle relation entre le ministère du pape, celui des évêques et celui des prêtres ? Quelle relation entre les ministères ordonnés et les laïcs qui ont reçu mission d’exercer telle ou telle tâche dans l’Église ?

Chacun conviendra qu’il faut se garder de trancher ces questions sur un coup de cœur ou un coup de sang. Une réflexion fondamentale – c’est-à-dire déconnectée des contextes et des préjugés – s’impose. Nous faisons le pari qu’un « détour » par l’approche théologique protestante se révélera enrichissant pour la réflexion catholique, en l’obligeant à voir les problèmes sous un autre angle. [Découvrez l’ensemble de notre article dans Golias Hebdo : http://golias-editions.fr/article5404.html]

77 commentaires
Quels ministères pour demain ? 16 novembre 2016 10:58, par Savajol Edmond

Catholiques Romains, chrétiens, réfléchissons et laissons-nous interpeller par St Paul sur
les ministères.
Prenant leçons des dérives gravissimes que l’Église Catholique Romaine a vécu,(pédophilie, banque du Vatican) une réflexion et une remise en question seraient nécessaire quand aux services , ministères et magistères.
Bien sûr, il est confortable de ne rien faire. C’est le repos pour les clercs en responsabilité. Le travail à réaliser serait une révolution, comme celle initiée par Jésus-Christ dans la société juive et qui lui a valu d’être assassiné, crucifié.
Seul un laïc peut parler sans gros risque de se faire excommunier. Car un laïc dans l’Église catholique romaine est un fidèle, une brebis, invité à obéir, sans discerner, ni réfléchir. Seul le clerc posséderait la connaissance !?….
Le Christ n’a pas voulu créer une religion, il a invité à le suivre sur le chemin du partage du pain, du vin, des biens, de la parole. C’est ce qu’ont fait les premiers chrétiens.
« Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres (envoyés), dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres. . Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. . Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. . Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur, . louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés. » (Actes 2.42 à 47)
De nos jours la grande partie de la solidarité, du partage est réalisé par les différents groupes sociaux,syndicats, mutuelles et l’État grâce aux impôts, taxes diverses, contributions sociales...et c…Sécurité sociale, retraites….et c….
Cela n’empêche pas le partage en famille, dans le quartier, dans la ville..dans beaucoup d’autres domaines de la vie.
Si on relit le chapitre 12 de la première épître de Saint Paul aux Corinthiens relative aux dons de l’Esprit et à la bonne manière de vivre ensemble en chrétien, on lit ceci :
"Il en est que Dieu a établis dans l’Église, premièrement comme envoyés (apôtres), deuxièmement comme prophètes, troisièmement comme enseignants....Puis ce sont les gestes de puissance (miracles), puis le don de guérison, d’aide, de gouvernement, et les sortes de langues". ( 1Corinthiens 12, 28 )
Le don de "gouvernement" ou de veiller sur une communauté " épiscope" évêque, " epi scopein" il veille sur et visite les communautés pour voir si la communauté suit le Christ : ( voir actes des apôtres 19. 1 à 7 ). Au service des membres de la communauté. Il n’est pas le premier cité. Nommé en septième position. Il n’est en aucun cas un préfet...dans un palais. C’est un membre de la communauté, il n’est pas au-dessus des autres chrétiens.
Les premiers cités, sont les apôtres -envoyés, les prophètes et ceux qui enseignent.
Dans le texte de Saint Paul, les "apôtres-envoyés " dont il est question, sont les fondateurs des églises nouvelles.
Les évêques actuels ne peuvent donc pas leur être assimilés directement. Il en est de même des presbytres = anciens = prêtres. Ce sont tous des laïcs " maris d’une seule femme ayant élevés leur enfants et ayant bien "géré" leur maison."
Que dit Paul à Timothée 1 : ( chapitre 3 1 à 10 ) "Cette parole est certaine : Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, ( épiscopes ) il désire une œuvre excellente.Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu ? Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les pièges du diable. Les diacres aussi doivent être honnêtes, éloignés de la duplicité, des excès du vin, d’un gain sordide, conservant le mystère de la foi dans une conscience pure. Qu’on les éprouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministère, s’ils sont sans reproche."
Paul dit la même chose à Tite (1. 6 à9) Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville,s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni rebelles.
Car il faut que l’évêque soit irréprochable, comme économe de Dieu ; qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête ; mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modéré, juste, saint, tempérant, attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs. »
IL FAUT REVENIR à la pensée de PAUL et de JEAN. en prenant le temps...
Il s’agit de choisir des anciens pour un temps, des gens qui ont fait leurs preuves, des laïcs qui ont élevés leurs enfants et qui ne dépendent pas financièrement de la communauté, sauf exception. Le bon sens de Paul nous dit de ne pas choisir des hommes ou femmes sans expérience pour diriger une communauté... Gérer tout seul une communauté est suicidaire et dangereux pour la communauté , sauf pour un " saint"...
L’INSTITUTION : la Chrétienté, bâtie par CONSTANTIN et THEODOSE, empereurs romains de 305-395, dont l’église catholique romaine a hérité, est responsable des dérives actuelles. L’Église n’a rien fait pour s’en détacher. Le pape, les évêques rassemblaient tous les Pouvoirs:civil, financier, spirituel…...
Et cette INSTITUTION perdure encore. La plupart des évêques , cardinaux vivent dans des palais et se font appeler Monseigneur, Éminence et pour le pape:Sa Sainteté….Ils portent dans les cérémonies les vêtements hérités de la religion juive…. Ils se sont mis en scène , en représentation….
La pensée de St Paul et de St Jean ne sont-elles pas la solution à terme à ces misères .! ?

repondre message

Re-bonjour GOLIAS. 4 octobre 2016 13:33, par Agnès GOUINGUENET

- 
Il y a, en ce moment et concernant la haute hiérarchie catholique (le Saint-Siège), deux grands phénomènes encore jamais vus :

1 - Nous avons deux papes vivants à Rome (Benoît IX eut une curieuse destinée ...).

2 - Le pape effectif, celui qui voyage, parle aux médias et s’expose, est un jésuite.
- 
Mine de rien, cela témoigne d’une énorme évolution de l’Eglise catholique, en son point culminant hiérarchique.
- 
Car un pape vivant retraité "tranquillou", non schismatique, cela ne s’était encore jamais vu en 2 millénaires (demandez à Catherine de Sienne !).
- 
Quant à voir un jésuite acceptant des honneurs vaticanesques et mondiaux, Ignace de Loyola doit se retourner dans sa tombe (1556) !
- 
Même si ce n’est pas parfait à Rome, reconnaissons que nous ne sommes plus au temps des Borgia ...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_VI
- 
Revenons un peu au sujet de l’article. Plusieurs questions se posent de fait :

a - L’Eglise catholique doit-elle garder sa structure pyramidale, avec un seul homme au sommet ? Si oui, il faut instituer une certaine dose de démocratie ; la démission du pape Benoît XVI vient d’en donner une possibilité ; on peut aller plus avant et nommer un pape pour une durée donnée, éventuellement renouvelable. Cela permettrait d’avoir un "Sacré Collège" qui ne soit pas constitué par des hommes nommés uniquement par le prédécesseur, évitant ainsi l’immobilisme mortifère.

b - Quelles sont les particularités des prêtres catholiques, qui font qu’ils sont les seuls clercs monothéistes à ne pas avoir le droit de se marier ? De ce fait, quand ils ont de l’ambition, ce qui n’est pas un défaut, ils n’ont plus qu’un moyen de la satisfaire ... prendre du galon dans la hiérarchie ... Et patatras.

c - Pourquoi faudrait-il que tous les prêtres catholiques soient dans le même moule ? Par contre, il serait souhaitable, tout du moins au début, pour habituer les petits enfants aux changements, que ceux qui sont attachés au passé (les dits "tradis") puissent exercer leur sacerdoce dans des paroisses, tandis que ceux qui aiment aller de l’avant puissent exercer le leur dans d’autres paroisses. Le mélange se fera dans un deuxième temps, quand tout le monde acceptera tout le monde.
- 
Pardon à Golias-Modérateur. Je sors de suite.
- 
A bientôt.
- 
Agnès G.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Ah mais je viens de découvrir Michel DEHEUNYNCK ! 4 octobre 2016 09:32, par Agnès GOUINGUENET

- 
Alors évidemment, se proclamer "prêtre ouvrier" quand on est "prêtre médecin salarié", cela éclaire la notion de "prêtre ouvrier" ! Nous sommes loin de la condition ouvrière du temps de Zola.
- 
Les prêtres professeurs sont-ils des prêtres ouvriers ? Parce qu’il y en a pas mal. Des religieux aussi.
- 
A bientôt.
- 
Agnès G.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

http://www.dailymotion.com/video/x4258sk
C’est long mais cela explique que l’Eglise Constantinienne Romaine , dite catholique ,soit patriarcale .
Pourquoi n’y a t’il que 4 évangiles ?
Pourquoi les recherches sur la généalogie de Jésus ont elles été interdites par les "Pères de l’église " ? Il y avait quelque chose à cacher ?.

repondre message

Bonjour GOLIAS. 18 septembre 2016 06:32, par Agnès GOUINGUENET

- 
Dans votre "hebdo", l’article de Michel Barlow insiste sur les mots "ministère" et "ministre".
- 
Il est certain que la Magistrature est bien différente, en réalité, des magistrats.
- 
Il y a la Justice, qui est du domaine de l’Idéal, et ceux (de tout genre) qui rendent la Justice, commettant tant d’erreurs judiciaires, voulues ou non.
- 
Bref, il y a la Fonction, et les fonctionnaires ...
- 
Revenons aux textes, puisque pour certains ... "Sola scriptura".
- 
Ah le lavement des pieds (Jean, chapitre 13, versets 1 à 20) ! Si ma traduction est fidèle (TOB, Alliance Biblique Universelle), Jésus dit au verset 16 : "En vérité, en vérité, je vous le dis, un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie". Il ne dit pas "un maître n’est pas plus grand qu’un serviteur, ni celui qui envoie plus grand que celui qu’il a envoyé".
- 
Nuance. Jésus ne fait donc pas l’apologie de la servitude. Parfait !
- 
En allant de notes à notes, je re-découvre la première Epître de Paul à Timothée (lequel fut circoncis tardivement pour ne pas être ennuyé par les judaïsants, merci pour la souffrance physique ! Comme quoi, les témoignages des "vivants" ne sont pas dénués d’intérêt ...).
- 
Où Paul de Tarse évoque la famille et la maison des "épiscopes" (1 Timothée, 3, 2-5).
- 
Passons sur les perles de Paul, qui affirme que "la femme doit garder le silence en toute soumission ... C’est Adam, en effet, qui fut formé le premier. Eve ensuite".
- 
Où il est judicieux de considérer que "Sola scriptura", c’est tout de même dépassé.
- 
Ah mais, lisez donc les salutations de Paul à la fin de son Epître aux Romains (contreversée, certes, mais bon), en particulier le verset 1 du chapitre 16 : "Je vous recommande Phoebé, notre SOEUR, MINISTRE de l’Eglise de Cendrées."
- 
Voilà une femme ministre, au tout début de l’Eglise chrétienne, donc catholique (c’est vraiment le tout début puisque l’on pense que l’Evangile de Jean fut rédigé APRES la mort de Paul de Tarse, située aux environs de l’an 67 ; mais comme Hérode est mort en - 4, tout cela est un peu flou ... Allons, à environ 10 ans près, ce n’est pas la mer à boire pour Homo sapiens).
- 
Revenons un peu sur le lavement des pieds. Qui donc lave les pieds de Jésus ? C’est Marie de Béthanie, un peu avant, en Jean, chapitre 12, verset 3 (et suivants). Jésus explique : "Elle observe cet usage en vue de mon ensevelissement".
- 
L’onction des pieds, c’est autre chose que de la soumission. C’est une préparation au "rendre l’âme". Donc tout-e vivant-e doit être capable d’aider un-e autre vivant-e à "trépasser". Egalité parfaite de chaque vivant-e face à la faucheuse. Eh oui.
- 
Igande on [bon dimanche, en basque etchegarayéen, du côté du 16 piazza di San Calisto, Roma ... cela ne s’invente pas :)].
- 
Agnès G.

Voir en ligne : http://gouinguenetagnes.blogspot.fr/

repondre message

Réforme de l’Eglise
Quels ministères pour demain ?
16 septembre 2016 17:01, par Laurent W

Quels ministères pour demain ? Bonne question en effet... Et pour commencer, on pourrait aussi s’interroger sur la question des relations entre le clergé et l’extrême droite...

En effet, je suis tombé en arrêt sur l’interview du frère Benoît-Emmanuel Peltereau-Villeneuve, de la congrégation de Saint-Jean. Son interlocuteur n’est autre que l’avocat mariniste Gilbert Collard. Et l’interview est diffusée sur le site de TV-Libertés, l’un des médias les plus actifs de la fachosphère !

Interview : http://www.tvlibertes.com/livre-libre-gilbert-collard-labbe-benoit/

Les propos tenus sont stupéfiants, notamment quand ces deux individus évoquent avec ravissement le père Marie-Dominique Philippe, le fondateur de la congrégation Saint-Jean, coupable de nombreux abus sexuels, et qualifié par nos deux comparses de "personne extraordinaire"...

Bien entendu, l’affaire de moeurs dans laquelle a été impliqué Benoît-Emmanuel Peltereau-Villeneuve est passée sous silence...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune