Parution : 20 octobre 2016
Vatican : un consistoire (géo)politique

On attendait l’annonce de ce consistoire depuis un moment et puis elle eut lieu ce dimanche 9 octobre (alors que certains prévisionnistes l’avaient calculée pour la semaine suivante, mais ceci a une explication). Dix-sept nouveaux « princes de l’Eglise » (dont quatre non-électeurs) que François souhaite issus de la périphérie. Hum, hum… Des périphéries, il y en a sans doute mais il y en a aussi d’autres, moins « périphériques », beaucoup plus politiques, voire géopolitiques, presque symboliques. Au vrai, c’est sans doute l’un des pouvoirs régaliens – si l’on peut dire – du pape jésuite qui lui reste, là où il peut vraiment laisser son empreinte : les consistoires. A coups de symboles, lui qui vient de se faire imposer le thème du prochain synode par le clan conservateur. Assurément, cet épisode colora peut-être – on ne pourra jamais le savoir – ce consistoire vu par un certain nombre d’observateurs comme le
plus progressiste de ces dernières années.

4 commentaires
En pied de l'article.

’annonce, le 6 octobre, du thème du prochain synode laissa de marbre le monde catholique : « les jeunes, la foi et le discernement des vocations »1 quand beaucoup pronostiquaient les ministères ordonnés. Il est vrai qu’à ce train-là, il faudra aussi bientôt un synode pour les 35-50 ans, les jeunes retraités, les 3e et 4e Ages… A croire que le catholicisme se découpe en tranches tel un salami ! Mais le même jour, le Catholic Herald2 révélait que ce thème avait été imposé au pape jésuite par ses adversaires du Conseil synodal, quand bien même l’évêque de Rome se démenait pour imposer un synode sur les ministères… Ce Conseil synodal fut élu par les Pères synodaux lors du dernier Synode. Parmi eux, la fine fleur du conservatisme3 : le cardinal-préfet de la Congrégation pour le culte divin, Mgr Sarah ; le cardinal-préfet sulpicien de la Congrégation pour les évêques, Mgr Ouellet ; le cardinal-secrétaire pour l’économie, Mgr Pell ; le cardinal-archevêque de Durban, Mgr Napier ; et l’archevêque capucin de Philadelphie, Mgr Chaput (qui avait obtenu le plus de suffrages, dès le 1er tour, une rareté) sur lequel nous reviendrons. Certes, on y trouve aussi des prélats bergogliens : le cardinal-archevêque salésien de Tegucigalpa, Mgr Maradiaga ; le cardinal-archevêque de Bombay, Mgr Gracias ; le cardinal-archevêque de Manille, Mgr Tagle ; le cardinal-archevêque dominicain de Vienne, Mgr Schönborn ; le cardinal-archevêque de Westminster, Mgr Nichols et l’archevêque de Chieti-Vasto, Mgr Forte. Mais cela ne suffit pas pour renverser la tendance. Trois jours plus tard, François déclarait lors de l’Angélus qu’un consistoire, avec la création de nouveaux cardinaux, se tiendrait le 19 novembre prochain4, lors de la clôture de l’Année sainte extraordinaire. Chacun s’attendait à des nominations de clercs « périphériques » et il y en eut : cinq sur les treize futurs électeurs en cas de conclave ; trois sur les quatre non-électeurs. Le reste relève de la politique, de la géopolitique et de l’adéquation des nouveaux promus avec le pape Bergoglio. Un troisième consistoire à l’issue duquel les créatures purement bergogliennes représenteront 30 % du corps électoral. Une belle assise pour un successeur de cette ligne ; une belle minorité de blocage aussi, en cas contraire. (Découvrez l’ensemble de notre article dans Golias Hebdo n° 451)

4 commentaires
Vatican : un consistoire (géo)politique 29 octobre 2016 14:48, par Giordano Bruno

Je sais que je tombe un peu "à côté de la plaque", mais...

Le pape François a nommé, le 28 octobre 2016, 27 nouveaux membres de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, dont le préfet est le cardinal Robert Sarah. En procédant ainsi, le pontife a largement renouvelé le conseil consultatif de ce dicastère, qui comptait 30 membres fin février 2016.

Parmi les nouveaux membres, il y a l’ancien cérémoniaire de Jean-Paul II, Piero Marini (photo, au centre) , considéré comme l’héritier de Mgr Bugnini, l’artisan de la réforme de la liturgie au moment de Vatican II, ainsi que les cardinaux Parolin, Stella et Ravasi. On y retrouve également un archevêque français, Bernard-Nicolas Aubertin ainsi qu’un québécois, Gérald Cyprien Lacroix.

Et exeunt les cardinaux Burke, Scola, Pell, Ouellet, Bagnasco, et Ranjith …

Bon débarras !

repondre message

Vatican : un consistoire (géo)politique 28 octobre 2016 22:42, par françois (plus que jamais ni papiste, ni romain...!)

Bon... et alors...???

Je cherche en vain un rapport avec le message du Nazaréen...
je ne trouve que des "princes de l’Eglise", des électeurs et des non-électeurs...issus de la "périphérie" (ou pas...) what is that...???
des "créatures purement bergogliennes"...
quel programme...!!!
"consistoire"...??? c’est con-c’t’histoire...!!!

repondre message

Vatican : un consistoire (géo)politique 22 octobre 2016 00:43, par Françoise

Ca pourrait se résumer en un jeu de chaises musicales et un peu de poudre aux yeux. Le thème du synode m’a fait rire. Parce que la jeunesse catholique, après s’être faite bien abîmer dans les communautés nouvelles ou par des prêtres pédophiles, manipulateurs, commence plutôt à se rebeller contre le clergé et ses agissements.
Et le dit clergé a déjà et aura de plus en plus de mal à recruter les jeunes en vue d’un renouvellement sacerdotal et monastique après de tels scandales et affaires judiciaires.
Ce qui fait de la thématique synodale une coquille vide.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune