Parution : 25 novembre 2016
Le retour du vote catho en France

La victoire sans appel de François Fillon aux primaires de la droite signe (de croix) le retour du vieux vote catholique réac en France. La carte électorale de François Fillon correspond largement depuis des années à celle de la pratique religieuse catholique en France. François Fillon n’est pas seulement le candidat de droite le plus catho-compatible. Il joue depuis des années de son identité religieuse. Il n’avait ainsi pas reculé en 2012 lors des élections pour la présidence de l’UMP à rappeler les origines juives de son rival Jean-François Coppé. Est-ce à dire que pour le catholique conservateur Fillon être Français et même Français de droite ne suffirait pas à ses yeux ?

358 commentaires
En pied de l'article.

François Fillon est le candidat sorti du chapeau de la mal-nommée « manif pour tous » qui avait mobilisé des millions de catholiques conservateurs contre l’égalité des droits devant le mariage républicain. Il n’a cessé en effet depuis de s’attaquer aux couples homosexuels en se prononçant pour une restriction de leurs droits. Faut-il aussi rappeler les propos détestables de François Fillon lors des élections municipales de 2012 lorsqu’il appelait en cas de duel PS/FN à voter pour le candidat « le moins sectaire » (sic) n’excluant pas que le candidat du F-Haine puisse l’être moins que celui du PS. On ne peut donc que s’étonner que les médias aient si peu (pour rester polis) analyser en quoi le vote Fillon est le symptôme d’une double régression, une régression en termes de valeurs puisque son programme oppose les Français entre eux en s’en prenant par exemple aux fonctionnaires, boucs-émissaires de la crise actuelle. Il est vrai qu’il y a toujours eu « trop d’Etat » pour cette vieille droite catholique qui biberonne de la Chantal Delsol, cette philosophe catholique, épouse du très catholique et très réac Charles Million, élu en son temps Président de Région avec les voix du FN, qui estime aujourd’hui que c’est parce que la droite n’est jamais assez à droite que le FN monte. Il est vrai qu’il y a toujours eu « trop d’Etat » pour cette vieille droite catholique qui a toujours préféré le sacro-saint principe de subsidiarité à la défense du service public et des biens communs, sauf à confondre ces derniers avec les lois de Dieu…

Régression politique puisque l’existence même d’un vote identitaire catholique nous ramène, sinon à Vichy, du moins au XIXe siècle, avant que l’Eglise n’accepte de pactiser avec la République. François Fillon a bénéficié pour son élection de la mobilisation de la grande majorité des réseaux de la droite catholique dont l’association Sens Commun, émanation directe de la manif contre l’égalité des droits. Sens Commun qui fut même invité par Fillon le 21 septembre 2016 à participer à son meeting au cirque d’hiver à Paris pour mieux revendiquer la réécriture de la loi Taubira.

François Fillon est bien le nom du retour de la vielle droite catho. Parce que agnostique pour l’un et catholique pour l’autre mais tous deux amoureux de la laicité et de la séparation des Eglises et de l’Etat, nous sommes inquiets face au mélange des genres qu’introduit François Fillon. François Fillon reçu par le pape Benoit XVI alors qu’il était Premier Ministre en violation de tous les principes républicains. François Fillon qui, selon l’ouvrage Le Vatican Indiscret, se montrait peu respectueux de son obligation de réserve en confiant les secrets sur son devenir comme Premier ministre à un ecclésiastique de l’abbaye de Solesmes qui ne manquait pas d’en informer le Vatican. François Fillon qui dénonçait « l’arrogance incroyable » de Najat Vallaud-Belkacem parce qu’elle avait osé critiquer le pape François au sujet de ses délires sur la « colonisation idéologique » de l’école par la théorie du genre. François Fillon qui écrit aux évêques de France le 24 octobre dernier pour défendre ses choix politiques et pour clamer son attachement aux « valeurs héritées du christianisme ». Espérons qu’il n’ait pas l’Inquisition en tête lorsqu’il appelle à en finir avec le relativisme des valeurs face au « totalitarisme islamique » ! François Fillon n’a rien d’un catholique social à la façon des progressistes. François Fillon dit vouloir lever toutes les contraintes au développement des entreprises (on sait ce que cela veut dire). François Fillon dénonce à la façon de la vieille droite rancie le choix de l’égalité dans la médiocrité. François Fillon qui fait mine d’un côté de se revendiquer familialement d’Emmaus mais qui rêve d’une immigration par quota alors qu’Emmaus-International est membre de l’Association pour une citoyenneté universelle. François Fillon qui reprend la notion de capitalisme de connivence, chère à la droite catho dure, pour mieux distinguer un bon capitalisme d’un mauvais. François Fillon qui se prévaut de l’encyclique Laudato Si’ du pape François, histoire de mieux marchandiser encore la nature en fixant le prix du carbone à trente euros la tonne, comme si la solution à la crise écologique était du côté de toujours plus de capitalisme. François Fillon c’est, comme toujours avec cette vieille droite catho, la défense de la Famille, de la Propriété, du Travail et de la Religion.

358 commentaires
Le retour du vote catho en France 6 décembre 2016 20:57, par Julie Gorbiane

Je suis un peu ébahie par ce déferlement de peur sur un certain nombre de médias, la palme revenant à "Libération" qui titrait il y a quelques jours "Au secours, Jésus revient !" sur fond d’image représentant un chapelet.Toute une gauche qui autrefois se voyait comme l’avenir du monde joue à se faire peur au seul motif que son idéologie, qui n’a rien fondé de solide, n’a plus le vent en poupe. Franchement, il n’y a pas de quoi en faire une jaunisse.
Il ne faut quand même pas exagérer. Qu’une certaine droite catholique ait fait le succès de François Fillon est bien possible. Ca ne veut pas dire qu’elle fera l’élection présidentielle : il y avait 4 millions de votants à la primaire, mais le corps électoral pour élire le président, c’est 34 millions de personnes.
Ce qui semble bien acquis en revanche est qu’après l’extraordinaire "vidange" de l’Eglise intervenue au cours des 50 dernières années, il n’y a plus de chrétiens de gauche, en tous cas parmi les militants. Les seuls qui restent "pratiquants" sont de droite dans leur immense majorité. Tout le jeune clergé est à droite aussi, parfois très à droite. Les autres ont apostasié purement et simplement, ou sont morts. Et apparemment la "Manif pour tous" semble avoir eu pour rôle de faire comprendre à ces "derniers des Mohicans" que sont les catholiques pratiquants(5% de la population au maximum) qu’ils n’avaient plus aucune concession à faire au "monde". Il semble que ces 5% influencent fortement les quelques 20% de la population qui, sans être pratiquants, revendiquent des racines chrétiennes, et au-delà ceux qu’Emmanuel Todd appelle "le catholicisme zombie", autrement dit ceux qui sans pratiquer le moins du monde, voire en ayant clairement abandonné la foi (lisant des horoscopes, croyant en la réincarnation et autres éléments de croyance totalement incompatibles avec le catholicisme) s’imaginent encore avoir quelque chose en commun avec le catholicisme : selon les statistiques, il y a encore 70% des Français qui se disent catholiques, dont plus de 90% sont dans le meilleur des cas des catholiques imaginaires : ils ne se diraient pas athées, mais ils ne croient en rien, en rien qui en tout cas ait la moindre conséquence pratique dans leur vie.
Comme toujours, c’est les minorités qui font bouger les majorités. En 1968 quelques groupuscules gauchistes ont mis cul par-dessus tête toute la morale sociale, qui n’était tout simplement pas désireuse de se défendre. Il semble qu’à présent ce soit l’inverse : une minorité pas plus nombreuse que les groupuscules de mai 1968 affirme ses positions, et la majorité du reste, qui ne croit plus à rien depuis longtemps, qui n’a plus aucune référence de quelque type que ce soit au-delà d’un vague hédonisme, est prête soit à suivre, soit à laisser faire...jusqu’à un certain point. La question sera de savoir où se situera ce point.
Il y a fort à parier cependant que si ce "point" se situe dans la remise en cause de la contraception, de l’avortement, du divorce, du libertinage sexuel généralisé, bref de ce qui fait les moeurs actuelles, il y aura des réactions violentes. Je n’y crois pas.

repondre message

MM. Hulotte, Romain, Beda, et autres tradi. et charismatiques

Vos théologies et traditions relèvent toujours du monde des idées, celui de Platon d.c.d. en 347 avant J.C. Lequel, pour finir, enseignait la résignation et l’acceptation de l’ordre cosmique (établi). Pour lui la vérité se trouve dans le monde des idées. le monde d’ici-bas n’en est que le pâle reflet (c.f. l’allégorie de la caverne).

Je passe sur Descartes, pour qui tout fait a une cause, réflexion qui annonce la Révolution. Le philosophe des lumières sera Emmanuel Kant. Dans sa "critique de la raison pure", il met à bas toute recherche de la vérité par les moyens de la métaphysique de l’idéologie ou des théologies traditionnelles.

"Connais-toi, toi-même" disait Socrate. Notre nature humaine est ainsi faite que toutes nos connaissances nous parviennent par nos sens physiques pour atteindre notre esprit (en allemand "gemut"). Notre esprit est formaté pour traiter ces informations. Il est doté de logique. Nos capacités en matière de mathématiques ou géométrie... ne demandent qu’à être développées... Il en résulte que notre recherche de la vérité s’inscrit dans un cadre strict : l’espace, le temps, la recherche des causes... La vérité en matière de connaissances, c’est la vérité vérifiable et vérifiée, c’est à dire la vérité scientifique, celle qui nous fait progresser.

Comme je l’ai écrit à helene dans un message du 25 nov. 2016, sous le titre "M. Hulotte a des yeux mais ne voit pas", il existe une autre vérité, celle du constat. Elle s’impose à nous directement par nos sens et notre empathie. Cette vérité ne nécessite aucune démonstration.

Je le redis à MM. Hulotte, Romain, Beda, Bel... et autres traditionalistes ou charismatiques, le monde a changé. Kant a strictement limité notre savoir. nous sommes bornés et quand on dépasse les bornes il n’y a plus de limites. Vous êtes dans le n’importe quoi. Vos vérités hors-sol sont invérifiables, ésotériques, mystiques, dogmatiques, désincarnées et parfois inhumaines. Bref elles ne sont que l’opinion de simples particuliers, en grec ancien, idiots.

Quant à l’institution église, si elle ne se convertit pas, si elle ne se retourne pas vers celui qui est sa source, elle se suicide par manque d’enracinement dans le monde tel qu’il est et dans l’évangile.

repondre message

Le retour du vote catho en France 3 décembre 2016 21:56, par page

bonjour ; il est rare de lire une telle somme d’absurdités bouffies à propos d’un vote pour une primaire. C’est à croire que l’auteur de ces notes est doté d’une paire de lunettes déformantes. Dieu du Ciel, comment faire preuve d’une telle stupidité partisane ! Peut-il être recommandé à l’auteur de relire certains textes de Montaigne sur l’impartialité.

repondre message

"François Fillon est le candidat sorti du chapeau de la mal-nommée « manif pour tous » qui avait mobilisé des millions de catholiques conservateurs contre l’égalité des droits devant le mariage républicain."

L’article démarre fort. Ledit mariage pour tous était-il mieux nommé ? Permettez-moi d’en douter : de prime abord, le mariage n’est toujours pas permis pour les couples incestueux, les trouples, les couples polygames, polyandres et polyamoureux... Deuxièmement, le mariage est destiné à tous : on interdit à personne de se marier, du moment qu’il a plus de "dix-huit ans révolus", tant que leur mariage respecte les conditions émises par la loi : aujourd’hui deux personnes de sexe identique ou différent ; hier, deux personnes de sexe différent étaient autorisés à contracter mariage.

Ensuite, que la majorité des participants aux premières "Manifs pour tous" aient été catholiques, je n’en doute pas. Mais, si vous avez observé de près et de loin LMPT, vous aurez constaté qu’il y avait, que vous l’acceptiez ou non, une présence notable d’homosexuels affichés. Frigide Barjot a, elle, voté Ségolène Royal en 2007, alors que ledit mariage pour tous était déjà présent dans son programme.

"Il n’a cessé en effet depuis de s’attaquer aux couples homosexuels en se prononçant pour une restriction de leurs droits."

Le mariage n’est pas un droit, ni même l’enfant. Le mariage n’a jamais été conçu comme un droit, mais comme un engagement devant la société de deux personnes, auparavant de sexe différent, aujourd’hui deux personnes tout court.

Ensuite, l’enfant n’est pas un droit, mais, me semble-t-il, il a des droits. Confère la Déclaration des droits de l’enfant, qui - l’État semble l’avoir oublié - affirme notamment que "L’enfant doit bénéficier de la sécurité sociale, il doit pouvoir grandir et se développer d’une façon saine ; à cette fin, une aide et une protection spéciales doivent lui être assurées ainsi qu’à sa mère, notamment des soins prénatals et postnatals adéquats. L’enfant a droit à une alimentation, à un logement, à des loisirs et à des soins médicaux adéquats." (art. 4) Donc juridiquement, sur le plan international, le droit français est hors-la-loi (dépénalisation de l’IVG, légalisation du mariage entre personne de même sexe).

"Faut-il aussi rappeler les propos détestables de François Fillon lors des élections municipales de 2012 lorsqu’il appelait en cas de duel PS/FN à voter pour le candidat « le moins sectaire » (sic) n’excluant pas que le candidat du F-Haine puisse l’être moins que celui du PS."

Le "F-Haine". Ton étrange quant à un journal qui se déclare ouvert d’esprit et tolérant. C’est comme si je me déclarait ouvert et que je vous nommaient les "Socialopes" ou les "Journalopes" comme je le vois chez certaines personnes réactionnaires.

"On ne peut donc que s’étonner que les médias aient si peu (pour rester polis) analyser en quoi le vote Fillon est le symptôme d’une double régression, une régression en termes de valeurs puisque son programme oppose les Français entre eux en s’en prenant par exemple aux fonctionnaires, boucs-émissaires de la crise actuelle."

Passant outre la faute de grammaire confondant infinitif et participe passé, les principaux media n’ont pas explicitement pris position contre M. Fillon, puisqu’ils se doivent, me semblent-ils, de garder leur neutralité politique, comme le leur rappelle le CSA. Et je pense que le fait que le PS, lors de sa primaire 2012, ait eu chez certaines chaînes d’information en continu le triple du temps de parole qui lui était alors dû, ne vous a pas beaucoup dérangé, soit dit en passant.

"Il est vrai qu’il y a toujours eu « trop d’État » pour cette vieille droite catholique qui biberonne de la Chantal Delsol, cette philosophe catholique, épouse du très catholique et très réac Charles Million, élu en son temps Président de Région avec les voix du FN, qui estime aujourd’hui que c’est parce que la droite n’est jamais assez à droite que le FN monte."

Le fait que Charles Million ait été élu démocratiquement avec les voix du FN semble vous déranger, en revanche le fait qu’il ait été éjecté de son siège six mois plus tard et remplacé par une élue de l’opposition (!) vous dérange beaucoup moins. Et vous citez Chantal Delsol comme une "philosophe catholique". Je croyais que l’un de vous deux l’était !? Après, je suis d’accord avec vous, leurs prises de position peuvent choquer. N’empêche que Valeurs Actuelles, où écrit Mme Delsol, compte près de 100000 lecteurs abonnés. Quant à vous ?

"Il est vrai qu’il y a toujours eu « trop d’État » pour cette vieille droite catholique qui a toujours préféré le sacro-saint principe de subsidiarité à la défense du service public et des biens communs, sauf à confondre ces derniers avec les lois de Dieu…"

Là, vous ne confondez pas un peu tout et son contraire ? D’une, la "vieille droite catholique" que vous dénoncez défend un principe énoncé par le Pape Léon XIII dans son encyclique Rerum Novarum, qui n’exclut pas, et même inclut les "corps intermédiaires", n’insistant que trop sur leur utilité. Ce que la "vieille droite catholique" reproche aux syndicats actuels, ce n’est pas d’être des syndicats, c’est plutôt : 1. De refuser de négocier, ou bien d’appeler "négociation" ce qui est de la revendication syndicale ; 2. de ne représenter que 3% (!) des travailleurs, en dehors de quelques îlots de forte syndicalisation qui touchent surtout aux domaines du secondaire stratégique (énergie, constructeurs automobiles), de l’information (radio, télévision), de l’enseignement (public comme privé), et ce pour des raisons historiques (de fait, la CGT, et donc sa principale concurrente, la CFDT, se disputait les différentes arcanes de ces secteurs hautement stratégiques pour le "contrôle des masses", ou "l’éducation de masse" - c’est selon).

Deuxio, on ne parle pas des biens communs, mais du Bien commun... Principe historiquement défendu par l’Église comme devant régir le Gouvernement de la Cité (la société, dirait-on aujourd’hui), repris d’Aristote par Saint Thomas d’Aquin (désolé, ces noms vous écorchent les oreilles, mais il faut le lire ou, du moins, l’étudier pour comprendre les discours du Magistère aujourd’hui).

"Régression politique puisque l’existence même d’un vote identitaire catholique nous ramène, sinon à Vichy, du moins au XIXe siècle, avant que l’Église n’accepte de pactiser avec la République."

En lisant ces lignes, j’ai eu d’abord la tentation d’éclater de rire, je vais donc y répondre sérieusement :

Le gouvernement de Vichy a été élu par les députés de l’ensemble des deux chambres à près de 90% des voix, qu’ils soient socialistes, radicaux, ou... catholiques. Seuls les communistes ont voté contre, mais pas par Résistance à l’occupant, mais, pour des raisons qui seraient extrêmement longues et ennuyeuses à documenter ici, par pur collaborationnisme opportuniste : je vous renvoie donc vers les ouvrages cités en référence par Historiquement correct de Jean Sévillia (vous noterez que je ne vous impose pas la lecture de ce que vous considérerez de toute façon comme un affreux brulot obscurantiste, simplement des ouvrages qu’il cite).

Ensuite, en 1905, le "pacte avec la République" dont il est question, n’a été qu’un pillage en bonne et due forme des biens de l’Église lors de ce qu’on a appelé "l’inventaire". D’ailleurs, notre Église tire avantage de cette situation en ne vivant que de dons.

"François Fillon a bénéficié pour son élection de la mobilisation de la grande majorité des réseaux de la droite catholique dont l’association Sens Commun, émanation directe de la manif contre l’égalité des droits."

OK. Là on est - presque - d’accord.

Juste une remarque : la manif contre l’égalité des droits n’était contre l’égalité des droits de personne, puisque comme n’importe quel juriste vous le rappellera, l’égalité en tant que principe de non-discrimination s’impose à un individu, et non aux groupes, donc pas aux couples...

"Sens Commun qui fut même invité par Fillon le 21 septembre 2016 à participer à son meeting au cirque d’hiver à Paris pour mieux revendiquer la réécriture de la loi Taubira."

Oh ! incroyable, on dit vrai dans cet article. Attendons de voir la suite... Peut-être...

"François Fillon est bien le nom du retour de la vieille droite catho."

Ah ! je me disais aussi ! François Fillon a été soutenu par la "vieille droite catho", en revanche, elle reste une portion infime des votants... Si l’on s’en réfère aux derniers sondages sur la pratique religieuse et le fait chrétien en France, les catholiques pratiquants et messalisants représentent moins de 15% de la population. Autant vous dire que, s’ils ont pu gonfler le chiffre de sa victoire, ils ne représentent en rien les 40 points d’écart entre les deux candidats de la droite...

"Parce que agnostique pour l’un et catholique pour l’autre mais tous deux amoureux de la laïcité et de la séparation des Églises et de l’État, nous sommes inquiets face au mélange des genres qu’introduit François Fillon."

Où, dans la campagne, a-t-il été évoqué une remise en cause de la séparation des Églises et de l’État ?

"François Fillon reçu par le pape Benoit XVI alors qu’il était Premier Ministre en violation de tous les principes républicains."

Ah bon ? Il n’a pas le droit, en tant que chef de Gouvernement, de s’adresser à un chef d’État légitime et souverain ?

"François Fillon qui, selon l’ouvrage Le Vatican Indiscret, se montrait peu respectueux de son obligation de réserve en confiant les secrets sur son devenir comme Premier ministre à un ecclésiastique de l’abbaye de Solesmes qui ne manquait pas d’en informer le Vatican."

Fait dont personne ne semble s’être inquiété, sauf vous et l’auteur de ce livre. D’ailleurs, Fillon est natif ,et ancien député, de Solesmes, et a donc le droit, si ce n’est le devoir, de dialoguer avec ses administrés ! Après, si c’est le fait qu’il se lie d’amitié avec des moines qui vous semble une "violation de sa réserve", bah ! ça me fait seulement écarquiller les yeux...

"François Fillon qui dénonçait « l’arrogance incroyable » de Najat Vallaud-Belkacem parce qu’elle avait osé critiquer le pape François au sujet de ses délires sur la « colonisation idéologique » de l’école par la théorie du genre."

Le Pape François n’a pas des délires, puisque le terme de "colonisation idéologique" a été inventé par le père Benson, auteur en 1906 de The Lord of this World (mal rendu par le titre français le Maître de la Terre, on devrait l’appeler "le Prince de ce monde"), à propos de ce qu’il considérait être une propagation de l’idéologie communiste, alliée à la franc-maçonnerie, à l’Église dont il craignait qu’à terme elle ne provoquât une perte de valeurs et de pratique telle que décrite dans son œuvre. Le Pape prétend simplement l’actualiser en l’appliquant aux gender studies - après, on est d’accord... ou pas.

"François Fillon qui écrit aux évêques de France le 24 octobre dernier pour défendre ses choix politiques et pour clamer son attachement aux « valeurs héritées du christianisme »."

En revanche, que Jean-Luc Mélenchon écrive Monsieur le Pape au Très Saint Père ne semble choquer personne ici...

"Espérons qu’il n’ait pas l’Inquisition en tête lorsqu’il appelle à en finir avec le relativisme des valeurs face au « totalitarisme islamique » !"

Ah ! l’Inquisition, le point Godwin des anti-chrétiens, ou chrétiens en mal de critiques contre leur Sainte Mère... Tout le monde semble avoir oublié que le système aujourd’hui hérité de l’Inquisition tant sur le plan de l’organisation pratique que des termes juridiques n’est autre que... le système juridique français !

"François Fillon n’a rien d’un catholique social à la façon des progressistes."

Si ça peut vous aider, l’Église ne défend pas le Progrès, concept forgé par les Lumières, mais le Développement, concept développé par... l’ONU.

"François Fillon dit vouloir lever toutes les contraintes au développement des entreprises (on sait ce que cela veut dire)."

Toutes les contraintes ? Ou certaines contraintes ?

"François Fillon dénonce à la façon de la vieille droite rancie le choix de l’égalité dans la médiocrité."

 ???

"François Fillon qui fait mine d’un côté de se revendiquer familialement d’Emmaus mais qui rêve d’une immigration par quota alors qu’Emmaus-International est membre de l’Association pour une citoyenneté universelle."

Point de vue de M. Fillon critiquée par le Pape François, qui a demandé que chaque famille, chaque paroisse, chaque communauté "accueill[ît] une famille des migrants". Ce que personnellement je fais à ma manière en donnant des cours de Français à deux migrants en attente de régularisation.

"François Fillon qui reprend la notion de capitalisme de connivence, chère à la droite catho dure, pour mieux distinguer un bon capitalisme d’un mauvais."

Je ne pense qu’il n’existe pas de bonne notion sur des mots en "isme" ; sur ce point vous faites bien de ne pas être d’accord. On ne devrait pas parler de catholicisme, mais de confession catholique, tout comme on ne devrait pas parler de christianisme, mais de religion chrétienne.

"François Fillon qui se prévaut de l’encyclique Laudato Si’ du pape François, histoire de mieux marchandiser encore la nature en fixant le prix du carbone à trente euros la tonne, comme si la solution à la crise écologique était du côté de toujours plus de capitalisme."

Là, vous confondez capitalisme - défense des intérêts du capital tels que définis par Karl Marx dans Le Capital - et économie de marché - lutte organisée contre la rareté dans le cadre d’un processus régi par les lois du marché.

"François Fillon c’est, comme toujours avec cette vieille droite catho, la défense de la Famille, de la Propriété, du Travail et de la Religion."

L’un de vous se dit catholique, et ose critiquer le fait que M. Fillon défende la "Religion" (pourquoi cet affreux grand r, comme le grand méchant loup ?)... Vous êtes peut-être laïque, comme vous le dites si bien, cependant vous êtes également quelqu’un de religieux. Vous vous attaquez donc tout bonnement vous-même !

repondre message

Fillon, voici le "Roi soleil" 29 novembre 2016 03:19, par Diane

Merci Christian Terras et Paul Ariès vous avez résumé la situation que nous vivons.
Paul Ariès, vous aviez vu venir un durcissement mais peut-être pas celui-ci.

Moi, c’est au soir du premier tour que j’ai compris ce qui se passait. Impuissante, durant toute la semaine, j’ai essayé en vain d’ouvrir les yeux de toute ma famille, de mes amis mais Fillon est devenu brutalement pour eux le roi soleil.
Quinze jours plus tôt ils pensaient à Juppé pour barrer la route à Sarko. Les aristos avaient un œil sur Bruno Lemaire.
Alors que ces personnes cultivées ne se connaissent pas, n’habitent pas les mêmes régions je les ai vu comme décervelées, robotisées voter Fillon. A la question avez-vous lu son programme : non ? Surprenant pour des personnes qui ne sont pas ordinairement des clients des bonimenteurs de foire.
C’est un peu comme-ci, ils avaient une puce interne ouverte par des mots clés.
.
La prestation de Lyon et de la Porte de Versailles a finie de les conquérir. Fillon est un sauveur, LE SAUVEUR de la France en faillite.
.
Aucun recul rien, pas un regard vers les pauvres qui passerons de la pauvreté à la misère RIEN.
En boucle, c’est la faillite, …
Les points communs entre eux TOUS : Famille chrétienne, le renouveau charismatique, Alliance Vita, la manif pour tous, les chrétiens d’Orient .....et LA PEUR.
..
Cet article en dit beaucoup. On y trouve Charles Million. Il suffit de tirer les fils toute la pelote vient
http://www.liberation.fr/france/2016/11/23/a-lyon-la-vraie-droite-fait-allegeance-a-son-nouveau-chef-fillon_1530303
.
François Fillon = 3.99% de français.

Petite question … Comment les musulmans de France vivent-ils ce déferlement de croix ??? Ils semblent évident à ces 4% de français souvent âgés, voir très âgés et masculins qu’ils sont la France. Avec l’âge, ils ont la mémoire courte.

repondre message

Le retour du vote catho en France 28 novembre 2016 22:29, par Mejojo

Je suis d’accord avec le fond de l’article. Je comprend moins l’attaque faite à la subsidiarité qui est dans de nombreux pays (sauf en France), un principe garant de la démocratie.
D’autant plus que le programme de Fillon accorde très peu d’importance à la subsidiarité. L’Etat fillon est un état fort, centralisateur. Ce que vous décrivez faussement par subsidiarité est en fait la défense d’une libéralisation de l’économie.

repondre message

Le retour du vote catho en France 28 novembre 2016 20:16, par Romain

Monsieur Terras se dit catholique mais semble outré que les catholiques osent voter pour un candidat de droite. Pire, pour un candidat qui promet (et encore, à peine, du bout des lèvres) de leur donner quelques miettes. Ce qui reste toujours mieux que la gauche, qui adopte systématiquement une position violant les préceptes chrétiens.

Cela vous étonne donc tant ? Qu’avez-vous fait des principes non-négociables de Benoît XVI ?

repondre message

Emanuel@ Le retour du vote catho en France VS Fillion 27 novembre 2016 23:08, par Emanuel

La victoire sans appel de François Fillon aux primaires de la droite signe (de croix) le retour du vieux vote catholique réac en France...

Comme quoi aussi leur portefeuille leur importe plus que l’avortement qui fut l’un de leurs chevaux de bataille et reste dans le programme Fillon une promesse "je ne toucherai pas à la loi IGV". Bien qu’il soit contre l’avortement... et qui ne le serait pas
Je crois qu’on ne tardera pas à voir que cette droite est bien "la plus bête du monde".

repondre message

Le retour du vote catho en France 27 novembre 2016 11:11, par anne marie

resolument contre le retour du catechisme de mon enfance ou les pauvres etaient humilies contre ce fillon au relent petainiste non non que diable indignez vous
juppe fillon bonnet blanc blanc bonnet feu jacques duclos

repondre message

Le retour du vote catho en France 27 novembre 2016 10:40, par famvict

Bonjour, je reviens vers Golias après un intermède studieux.

Notre époque est une époque qui nie l’Incarnation de milliers de façons concrètes et les conséquences de cette négation sont claires et inquiétantes. En premier lieu, le rapport de l’individu avec Dieu est considéré comme étant exclusivement personnel et privé, si bien que Dieu se trouve exclu des processus qui gouvernent l’activité politique, économique et sociale. Ce qui conduit à son tour à une forte diminution du sens des possibilités humaines, car seul le Christ révèle en plénitude les magnifiques possibilités de la vie humaine, qui manifeste pleinement l’homme à lui-même… apparaît ainsi une méfiance profonde vis-à-vis de la raison et de la capacité humaine à saisir la vérité…

Il faut donc remettre le pouvoir à Dieu , car le pouvoir appartient à Dieu afin que les personnes puissent s’y abandonner avec docilité, ainsi que leur cœur et leur esprit.

repondre message

En avant pour le grand bon en arrière...en avant, en avant, en avant...!!! 26 novembre 2016 21:21, par francois (plus que jamais ni papiste, ni romain...!)

à tous les indécis, perplexes, hésitants et à tous les tenants d’un avenir radieux...
voir l’article :

Voir en ligne : au secours...!!!

repondre message

Le retour du vote catho en France 25 novembre 2016 13:51, par françois (plus que jamais ni papiste, ni romain...!)

BON jour Golias et tout particulièrement Christian Terras et Paul Ariès !

Un seul mot : BRAVO ! pour cet article et pour votre engagement clair, face à ce qui risque d’être malheureusement l’avenir proche de notre pays...!
Reste à savoir si l’autre candidat de la primaire de la droite vaut mieux que celui-là... Comme dirait un certain "Jaculotte" dans un de ses déplorables "posts" : "une dictature n’est jamais une bonne chose. Mais ca peut être un moindre mal..." ou encore : "Entre deux maux il faut choisir le moindre...".
Espérons ne pas être obligés d’ en arriver là...!!!
Peut-être existe-t-il encore l’espoir d’une autre voie...???
En tout cas, merci encore à vous de garder intacte cette vigilance vitale et de nous inviter à la réflexion plutôt qu’à l’indifférence, ou pire, à la résignation !
Bien fraternellement !

repondre message

Le retour du vote catho en France 25 novembre 2016 12:19, par Françoise

C’est surtout la tentative renouvelée de percée politique de l’OD, puisque Fillon est le candidat choisi par l’OD française (alias la Manif pour Tous, alias Alliance Vita, alias la Fondation Lejeune, alias Genethique, alias Liberté Politique -ex Fondation de Service Politique).
Avec comme objectif, une emprise plus importante dans tous les rouages politiques et économiques du pays.
La démarche de prise d’intérêts de Clara Gaymard dans différentes grosses entreprises françaises, mais aussi via le fonds d’investissement Raise, participe également de cette volonté de pouvoir et de domination.
En profitant, bien évidemment, d’un climat politico-économique chaotique international et d’une montée à nouveau du fascisme brun.

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune