Parution : 6 décembre 2016
Trombinoscope 2016-2017 :
un épiscopat débordé par sa droite

Le Trombinoscope 2016-2017 des évêques de France paraît dans des circonstances un peu particulières : celui d’un retour des valeurs catholiques les plus traditionnelles dans le champ public. Certes, il faut relativiser tout cela : ce sont des retraités qui sont allés élire François Fillon… Mais ils suffirent pour constituer une vague. Elle ne vient pas de nulle part, un certain nombre d’évêques l’ont encouragée – comme certains portraits le démontrent – cela fait des lustres qu’ils travaillent au corps ce catholicisme, le radicalisent en jouant sur les codes anciens et les peurs nouvelles. Bien sûr, il y a des changements notables, il faut les noter, et aussi des têtes d’affiche habituelles, des petits nouveaux, des étonnements et des curiosités.

Rapide tour d’horizon sur cette cuvée 2016-2017. (découvrez les différentes versions numériques de l’édition 2016-2017 du Trombinoscope des évêques sur : http://golias-editions.fr/rubrique256.html)

154 commentaires
En pied de l'article.

Submergés par les enjeux

Mariage pour tous, pseudo « théorie du genre », IVG… La lutte continue, si l’on peut dire. Et ce n’est pas fini, vu la vague catholico-conservatrice qui s’abat sur notre pays. A croire que l’épiscopat français soit dépassé par sa base quand bien même le document publié à l’attention des politiques et des électeurs il y a quelques semaines et qui préconisait de « redéfinir le contrat républicain » (cf. Golias Hebdo n° 451 et 452). Un succès de librairie : 40.000 exemplaires vendus ; mais quels résultats ? Ce Trombinoscope 2016-2017 des évêques de France paraît dans cette séquence ô combien troublée, qui apporte chaque jour son lot de surprises (dernière en date : le renoncement de François Hollande).
La responsabilité des évêques, dans ces temps incertains que nous vivons est grande, surtout après cet ouvrage qui montre leur volonté de peser dans le débat public et une attente des Français. A condition, bien sûr, d’avoir des choses à dire et non des idées éculées à défendre. Mais la grande majorité de l’épiscopat français reste très frileuse, elle ne tient pas à faire de vagues… tout en adoptant les combats portés par cette droite catholique qui flirte avec les forces réactionnaires…

A part quelques évêques aujourd’hui bien connus, bien typés – que le lecteur retrouvera affublés d’un ou deux bonnets –, le reste évite de trop s’acoquiner de manière voyante avec ces fous de Dieu. Mais ces derniers ont gagné la bataille idéologique : beaucoup de diocèses et de paroisses organisent des journées ou des veillées de prières pour la vie et les vocations « sacerdotales », remettent en selle l’adoration eucharistique, la récitation du chapelet…
Pas question de miser sur l’intelligence des fidèles, invités malgré tout à se réunir le dimanche matin autour de la Parole de Dieu avec défense absolue de communier en absence du prêtre !
Fidèles qui sont sollicités à présent plusieurs fois par an pour le denier de l’Eglise, en baisse constante chaque année. Autres événements, ceux ayant trait à la pédophilie. Tout partit de Lyon avec la création de l’association La Parole libérée face à l’inaction du cardinal-primat des Gaules, Mgr Barbarin, devant les crimes pédophiles commis par l’un de ses prêtres. missionnaire, un courageux qui avait bien pris les choses en main ». Ces sordides histoires ne sont hélas pas finies, maintes enquêtes sont ouvertes dans quantité de diocèses français et ailleurs. Mais en dépit de ces horreurs, pas question de réfléchir à la théologie du prêtre, cela n’a rien à voir, voyons ! Il y a peu de temps, un prêtre belge accusé de pédophilie (masturbations et fellations) sur un garçon de treize ans se défendit ainsi : « Il m’a allumé ! » Qu’un quinquagénaire explique le plus sérieusement possible devant un tribunal s’être fait draguer par un enfant en âge de faire sa profession de foi, il y aurait pourtant de quoi être inquiet ! Pas les évêques qui, notons-le, commencent à prendre la mesure des scandales et ont demandé pardon pour les crimes commis par des clercs, à la demande de François.

Curieux cru 2016-2017 avec des évêques qui semblent totalement submergés par ces enjeux. Heureusement, certains prennent la mesure de la gravité de toutes ces situations ; d’autres beaucoup moins, trop occupés à organiser de pieuses actions ou à faire de la politique en tendant la main au FN, sous prétexte que des chrétiens voteraient pour lui. Au-dessus de cette mêlée, un président – Mgr Pontier, archevêque de Marseille – pas toujours en grande forme (il était absent de l’assemblée plénière de novembre 2016) et se laissant peu ou prou déborder par sa droite malgré une ligne assez centriste et plus ouverte que celle défendue par son prédécesseur, le cardinal-archevêque de Paris, Mgr Vingt-Trois. Une ligne qui changera assurément après mai 2017, quel que soit le vainqueur de l’élection présidentielle mais qui a déjà commencé à être infléchie, le lecteur s’en apercevra largement à la lecture de ce Trombinoscope 2016-2017 des évêques de France.

154 commentaires
Trombinoscope 2016-2017 :
un épiscopat débordé par sa droite
20 décembre 2016 10:37, par Henri (Catholique et romain toujours)

Merci pour ce trombinoscope, c’est toujours avec plaisir que je le lis, votre système de classement est original, moins on est catholique plus on a de mitre, ne devrait-ce pas être l’inverse ?
Bien à vous
In Xto

repondre message

Trombinoscope 2016-2017 :
un épiscopat débordé par sa droite
13 décembre 2016 17:16, par anne marie

Oh combien le parvis est libre libre de croire de communier
Dommage mgr pontiier que je connaissais vire maintenant à l extrême droite tant pis pour lui on peut se passer d évêques ce sont des vrp du denier du culte oui je suis libre peut enclin à se laisser endoctriné par les tradis intégristes la parole de dieu c’est la paix l amour et la charité

repondre message

Très déçue par Ponthier quand j’ai appris sa lettre à Hollande pour demander le retrait de l’amendement sur l’élargissement du délit d’entrave à l’IVG.

Alors qu’on sait Ponthier plutôt ouvert, là clairement, on sait que sa démarche, c’est juste pour assurer Barbarin qu’il n’ira rien dire contre lui si jamais la Parole Libérée incrimine Barbarin au civil et qu’il fera en sorte que majoritairement les évêques ne fassent rien non plus.

Et ça, c’est grave ! Pour moi, c’est un signe de démission face à l’emprise que pose Barbarin sur l’épiscopat français via sa soeur opusienne.

Petite éclaircie d’espoir, j’ai l’impression que certains prêtres commencent à comprendre qu’ils n’ont rien à attendre des évêques, doivent eux-même prendre la situation en main et donc certains commencent à se rebeller contre des systèmes imposés par des prélats limite intégristes qui tentent de peser, intimider des paroisses et les prêtres eux-mêmes.

Ici sur le diocèse, une délégation de 60 prêtres proteste actuellement contre les manoeuvres abusives de Marc Aillet et ses dépenses somptuaires pour son propre compte et ses idéologies et copains extrémistes.
Il y avait déjà le petit livre de Michel Oronos "Et don Aillet vint" qui dénonçait la situation et l’exposait en détail il y a quelques années. Aujourd’hui, un bon tiers du clergé diocésain se lève pour taper du poing sur la table.

http://www.sudouest.fr/2016/12/01/la-fronde-des-60-pretres-2586545-4018.php

Mais ces prêtres seront-ils entendus par Ponthier, Ricard et d’autres ?
Ce n’est pas sûr, étant donné l’attitude soumise et silencieuse des évêques y compris progressistes, sur l’affaire Barbarin-Preynat.

Faudra-t-il un soulèvement commun des prêtres et des fidèles pour pousser les évêques s’étant couchés face à l’intégrisme et aux intimidations intégristes ces dernières années dans les paroisses et les diocèses, pour enfin disposer d’une réaction épiscopale un peu courageuse ?

Bon allez, messieurs les évêques, comme le chantait Hugues Aufray, debout les gars, réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup, si vous voulez que l’épiscopat français ne soit pas vendu pièces et main d’oeuvre à l’intégrisme opusien, FSSPX, Renouveau Charismatique & Cie :

https://www.youtube.com/watch?v=UH02CzP3vrA

Je sais bien que la plupart d’entre vous êtes âgés, fatigués et que c’est toujours plus facile de se coucher que de résister. Mais voulez-vous vraiment que le catholicisme français sombre corps et biens entre les mains des mouvances intégristes ? Parce que là, je voudrais pas dire, mais c’est iceberg droit devant, hein...

Ca ne vous fait ni chaud ni froid que les catholiques ne puissent quasiment plus trouver une parole religieuse le dimanche qui n’émane pas de barjots de l’Opus Dei, de la Légion du Christ, du Chemin Néocatéchuménal, du Renouveau Charismatique ou de la FSSPX ?

Ca ne vous fait rien de voir l’emprise de ces mouvances intégristes dans les paroisses progressivement démantelées et remplacées par des officines intégristes tenues par des diacres issus de ces officines ?

Ca ne vous fait rien que Barbarin vous tienne en laisse via l’Opus Dei pour vous faire taire sur différentes affaires et différents sujets ?

N’y a-t-il pas au moins chez certains d’entre vous, un sentiment d’être muselés, complètement bafoués du fait de la pression toujours plus grande qui vous est imposée pour céder toujours plus aux plus réacs, leur faire toujours plus de place ?

N’avez-vous pas envie de sortir de l’hypocrisie, du silence, de la peur ?

N’entendez-vous pas les cris des fidèles qui en ont marre d’être abusés par ces bonimenteurs religieux qui ne sont intéressés que par l’argent et le pouvoir politique et qui violentent, abusent, détruisent combien de familles et de jeunes ?

N’avez-vous pas envie de sortir de la forteresse, du déni et de reconstruire un vrai lien de confiance avec prêtres et croyants, au lieu de continuer dans la fuite en avant et la protection de criminels, au lieu de tenter de cacher des compromissions, des abus, des violences qui feraient honte à Jésus s’il venait vous voir ?

Croyez-vous encore en un avenir autre qu’intégriste pour l’Eglise tant institutionnelle que croyante, ou avez-vous délibérément fait ce choix de l’intégrisme, par facilité, et parce que la lutte vous demande de sortir du confort habituel et de la langue de buis ?

J’aimerais comprendre. Et je pense que je ne suis pas la seule croyante à vouloir comprendre le pourquoi du comment de cette démission face à l’intégrisme.

Donc si certains d’entre vous passent ici et me lisent, merci d’avance pour votre réponse.

repondre message

- Dans la rubrique: L’info du jour de GOLIAS
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune