Parution : 17 mars 2017
Des chrétiens contre l’extrême droite : Le manifeste

En vue des prochaines présidentielles et législatives, le mouvement
« Chrétiens en Vaucluse » a lancé un « manifeste »1, « un appel à toutes les communautés chrétiennes, aux associations diverses, aux chrétiens et, plus largement, à tous ceux qui le souhaitent, pour qu’ils témoignent avec nous à partir de leurs initiatives locales que le refus des différences et le repli sur soi que défend l’extrême-droite ne sont pas des solutions. » Ce département de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) est menacé depuis des années par l’extrême-droite, laquelle grappille – au fil des ans – de plus en plus de voix et de mandats électifs, et se renforce. Elle est bien aidée par l’archevêque d’Avignon, Mgr Cattenoz, tradi-friendly et volontiers provocateur, proche d’elle idéologiquement. Engagé contre les délires de son évêque, le mouvement« Chrétiens en Vaucluse » va ici plus loin en proposant cet appel très concret, issu de ses réflexions et engagements collectifs.

146 commentaires
En pied de l'article.

Un appel à toutes les communautés chrétiennes

Il y a quelques jours, La Croix1 nous narrait l’engagement de prêtres dans la campagne présidentielle. Tous à droite (même très à droite), pro-Fillon et actifs sur les réseaux sociaux, nous n’étions pas loin de ce qui est devenu un cliché pour beaucoup de Français : « Catho ? Donc de droite par nature. » Voire tradi. Ils n’ont pas toujours tort… Dans une paroisse lyonnaise tenue par l’Emmanuel où l’on demande aux fiancés, lors de la préparation au mariage, de clouer un péché sur un crucifix (ces bonnes âmes inculquent que « la mort de Jésus nous libère de notre péché »), on distribuait dimanche 5 mars au sortir des offices une prière pour la France aspergée d’eau bénite, très dirigée dans un sens filloniste. Et pour cause : le même jour, le candidat LR mis en examen le 15 mars dernier rassemblait une trentaine de milliers de croisés au Trocadéro ; il s’agissait de soutenir spirituellement le candidat « rebelle », celui qui – lorsqu’il était président du conseil régional des Pays de la Loire (1998-2002) – avait fait aménager un bureau en chapelle au 3e étage du siège de Région, celui réservé au cabinet du président. Dixit Le Canard enchaîné (08/03), « un crucifix, un prie-Dieu et des images pieuses orn[aient] ce lieu saint, où les collaborateurs de Fillon p[ouvaient] à loisir venir prier le Seigneur sur leur temps de travail ». Tout cela, à deux pas de la préfecture de Nantes…

Mais avec toutes ces casseroles – présumées ou non – derrière lui, le candidat revendiqué comme « chrétien », qui évoque à l’envi dans ses meetings les « racines chrétiennes de la France » (née sous Clovis, d’après lui…), donne une bien mauvaise image de l’être et de l’agir chrétiens. Non, tous les chrétiens ne font pas les poches du contribuable pour arrondir leurs fins de mois ; non, tous les chrétiens ne s’abîment pas en bondieuseries dans les lieux publics où ils exercent des fonctions. Si les chrétiens s’engagent, c’est au nom de leur foi, de cet Evangile qu’ils ont choisi un jour de suivre, poussés par l’Esprit. Un peu comme le mouvement « Chrétiens en Vaucluse »2, engagés depuis des années dans la lutte contre l’extrême droite sur ce territoire métastasé par le FN et la Ligue du Sud (Marion Maréchal-Le Pen et Jacques Bompard sont députés des 3e et 4e circonscriptions), lesquels sont soutenus par des chrétiens, plus ou moins ouvertement. Entre autres par l’ultra-conservateur archevêque d’Avignon, l’ineffable Mgr Cattenoz, que cette montée en puissance n’inquiète pas, loin s’en faut.

Le mouvement « Chrétiens en Vaucluse » s’est pris en main : devant l’incompétence de son pasteur, de ses dérapages (notamment xénophobes), il a décidé de faire entendre une autre musique, d’agir. Des chrétiens courageux qui – au nom de leur baptême – se sont mis en route, cherchent à mettre en adéquation leur foi et leurs actes. Et si c’était cela, au fond, l’engagement chrétien : être adulte dans sa foi, agir en conscience, se demander ce que le Nazaréen aurait fait devant pareilles situations. Et tant pis pour la hiérarchie si elle ne suit pas, si elle n’apprécie pas, si elle ne comprend pas : la majorité n’est que rarement à l’avant-garde. Proches de ce christianisme pieux, des évêques continuent d’exercer des pressions sur certaines consciences pour les freiner, les empêcher de témoigner de leur foi, de prendre leurs responsabilités de baptisés. Il est vrai que ces témoins ne sont pas forcément ceux que l’on retrouve dans les meetings de François Fillon ou de Marine Le Pen, ne font pas de leur foi un spectacle, ne recherchent dans leur être chrétien aucune gloire. Ce sont « des serviteurs quelconques. [Ils] f[ont] seulement ce qu’[ils] d[oivent] faire » (Lc 17, 10). [Découvrez l’ensemble de notre dossier dans Golias Hebdo n°472]

notes :
1. http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Sur-les-reseaux-sociaux-des-pretres-sengagent-dans-la-campagne-presidentielle-2017-03-08-1200830251
2. http://chretiens-en-vaucluse.com/

146 commentaires

Chers catholiques « de gauche ». Votre lecture primaire des textes et votre vision sociale de l’Eglise ne vous permettent, peut-être pas de voir cette réalité qui amène les vrais catholiques à soutenir Fillon.
.
L’Eglise, comme toujours, a besoin de témoins, d’exemple, de Saints. Comment ne pas être touchés, émus devant ce couple qui témoigne devant notre pays laïque et en déroute de la foi et de la grâce du mariage catholique.
Comment ne pas être émue devant cette famille en loden, propre, bien, rangée. Une famille qui à même accueillie en don de Dieu un petit dernier alors que la nature allait tarir la source de la fertilité.
.
Fillon, le « châtelain » de Beaucé en bon catholique a donné du travail à sa douce épouse et à ses enfants. Il les a juste payés à la hauteur de la valeur qu’il leur octroi. En retour, les enfants ont repartagé ce don afin qu’aucun membre de la fratrie ne soit lésés. Quoi de plus beau, de plus noble, de plus grand ?
Pourquoi voir le mal dans tous ces dons, soutiens chacun donne en fonction de ses revenus afin de voir triompher celui qui est porteur d’espérance. Un costume par ci un loden par là, une montre,du travail, c’est pour la bonne cause, comme le denier du culte.
.
Plus un saint est attaqué plus il devient fort. Il puisse dans sa foi, dans celle de son entourage, dans la prière des abbayes la force de combattre les impies.
Fillon et Pénélope quel exemple. A la suite des parents de sainte Thérèse de Lisieux, les Martin, nous les verrons peut-être un jour béatifiée.
.
J’oubliai. Les pauvres ont une raison d’exister vous ne voulez tout de même pas leur disparition ?
Ils permettent par l’obole, la sanctification des riches.
Les mécréants eux, leurs offrent l’occasion d’être missionnaires porteurs de « vérité ». Cela permet d’ouvrir des écoles pour enseigner, des centres pour ces pauvres filles, mères par le péché, des lieux d’accueils pour les prisonniers en réinsertion et j’en passe.
Ainsi sous la houlette de vrais évêques, vous voyez refleurir dans nos villes les soutanes, les cornettes et donc des œuvres pour la sanctification de la France, la vraie France, celle d’hier, celle de demain.

Vive Fillon, vive la France

repondre message

Des chrétiens contre l’extrême droite : Le manifeste 22 mars 23:16, par Geneviève Remy

http://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/presidentielle-a-la-reunion-fillon-assiste-a-la-messe-et-a-un-drole-de-sermon-12-02-2017-6674640.php

Bravo frère Russel Torpos !!! L’église a besoin de disciples -femmes et hommes- courageux et fidèles au message de l’Évangile.

repondre message

Belle initiative ! Effectivement, il n’y a rien à attendre du clergé. Donc on agit et on se mobilise entre croyants.

repondre message

Je constate que cet article est illustré par une version d’une célèbre image, représentant une jeune femme énergique qui retrousse une manche et lève le poing en bandant ses muscles. Bon.De fait,si je ne me trompe pas, il s’agit d’une affiche féministe appelant les femmes à lutter contre leurs ennemis machos et autres...Et ici, l’article est consacré à une action contre l’extrême droite : donc, la fameuse image féministe est prise comme symbole antifasciste. Mais cette action est l’oeuvre d’un groupe de chrétiens : c’est pourquoi on voit dans cette version une croix apparaître sur le bras de la jeune femme, sans doute pour symboliser la foi chrétienne.
Belle illustration de cette réalité : des chrétiens se battent contre l’extrême droite, contre la droite facho !...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune